AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ROAD TO SALVATION FERME SES PORTES APRES TROIS ANS D'AVENTURE ! N'oubliez pas de vous joindre à nous pour l'après-midi chatbox dimanche 18 novembre à partir de 13h ! svp et d'y laisser un commentaire de préférence.

Partagez | 
 

 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Sam 08 Sep 2012, 19:16

15 aout 2009

Il s'était écoulé quelques jours depuis le pique-nique, depuis qu'elle avait pris la décision de suivre William. Elle ne serait plus actrice de ce qu'il s'était passé jusque là à Grayson. Plus dans le rôle qu'elle avait occupé jusque là en tout cas. Elle avait toujours détesté ce rôle, mais l'avait tenu, faute d'autre solution. Mais désormais, les cartes avaient changées, et sa décision était irrévocable. Une décision qu'elle avait prise toute seule, et dans les affaires de Grayson, ca ne lui était pas arrivé si souvent. Bon, elle était à peu prêt sure que ce serait aussi sa dernière, vu la nature de la décision, mais elle en avait accepté les conséquences. Advienne que pourra...

Elle avait repris le travail à l'épicerie, pas tant parce qu'il fallait faire rentrer de l'argent, mais plutôt parce que la vie devait suivre son cours normal. Si tant est qu'il pouvait y avoir un cours normal à Grayson... L'apparente tranquillité du village cachait des courants et contre-courants surprenants, dérangeants, ou parfois dangereux. Elle était bien placée pour le savoir. C'était d'ailleurs pour cela que depuis sa discussion avec Nathaniel, elle vérifiait deux fois les verrous de ses portes et fenêtres, tout en sachant bien que si Nathaniel décidait de s'en prendre à elle, ce n'était pas quelques serrures qui l'arrêteraient. Mais que pouvait-elle y faire, sinon attendre ? Advienne que pourra...

Sa décision avait eu au moins un bienfait : elle avait cessé de se préoccuper de Declan. Ou en tout cas, elle en avait pris la décision, même si ce n'était pas toujours facile à appliquer. Elle l'aimait - l'avait aimé - et ce n'était pas le genre de chose qu'on effacait en une nuit. Même si la nuit en question avait été pour le moins divertissante... A ce propos d'ailleurs, elle songea qu'elle n'avait pas recroisé Calvin depuis. Elle n'avait pas vraiment cherché à le voir, et apparemment lui non plus. Mais cela avait-il la moindre importance ? Advienne que pourra...

Elle servait donc les clients avec son sourire et son entrain habituel, tout en réfléchissant aux possibilités qui s'offraient à eux pour changer la donne au sein du village. Pour contrer les plans de Nathaniel et de celui qui les tenait tous. Pour faire en sorte que les morts ne viennent pas s'ajouter aux morts encore une fois. Elle était soulagée d'oeuvrer désormais dans ce sens là, même si ce travail était nettement plus risqué.
Sa main était toujours douloureuse, même si la douleur était plus lancinante qu'au premier jour. Comme ca saignait encore, et parce qu'on était dimanche, elle avait préféré tirer jusqu'à l'hopital de Trimble plutôt que de déranger Clyde. Là, le médecin avait fait des points de suture en lui reprochant de n'être pas venue immédiatement. Elizabeth avait haussé les épaules avec un sourire et était rentrée à Grayson avec un pansement bien plus professionnel que celui fait par Calvin. Mais malgré cela, elle avait toujours du mal à porter quelque chose, et pour le coup, elle était contente d'avoir Charlie sous la main.

La journée s'annoncait tranquille, comme les précédentes, vu la chaleur. Les deux femmes finissaient le réassort dans la bonne humeur.

" Merci Charlie, ca ira comme ca... Je pense qu'on aura encore peu de monde aujourd'hui... "

Elle comptait laisser la jeune femme retrouver Samuel dans l'après-midi, si l'ambiance restait aussi tranquille. Elizabeth elle finirait le nez dans la caisse. Une journée tranquille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Nombre de messages : 42
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Mer 12 Sep 2012, 21:40

Declan Spelling


Declan pénétra à l’intérieur de l’épicerie au moment où Charlie regagnait sa place derrière la caisse du comptoir. La porte du petit magasin étant grande ouverte pour aérer, il ne fut pas annoncé par le petit tintement haut perché de la sonnette et mit les pieds à l’intérieur du magasin dans un silence relatif. La jeune caissière l’aperçu aussitôt et après un bref regard vers le fond du magasin, lui adressa un petit salut timide de la main.

« Bonjour Shérif »
« Bonjour Charlie » répliqua-t-il en se dépêchant d’ôter son chapeau.

Elle ne fuyait pas son regard mais il y décelait sans mal cette drôle de lueur qui y couvait. De nouveau ses yeux chocolat portaient vers sa patronne avec une espèce d’anxiété. Elle avait à coup sûr entendu les rumeurs, peut-être même qu’elle et Elizabeth en avait parlé ensemble. Declan savait qu’elles n’étaient pas si proches que ça, mais lorsqu’il s’agissait d’histoires de cœur, c’était bien connu, les femmes avaient une langue trop bien pendue. Il n’y avait cas voir le nombre de vieilles mégères friandes de potins qui vivaient au village. Ces harpies agissaient comme de vulgaires charognards. Elles avaient toutes plongées sur leur histoire comme une bande de vautours sur un cadavre, pour se disputer les vieux os et dépiauter totalement ce qui leur restait de chance…

Si l’histoire avait été étouffée, si la rumeur avait évitée de se répandre, peut-être que les choses auraient tournées différemment entre eux deux ces derniers temps. Mais sa petite égoïste de fille avait crié son indignation sur tous les toits, son connard d’oncle devait s’en faire des gorges chaudes et cette simple idée lui donnait des envies de violence. Des envies de vengeances. Maintenant c’était lui qui passait pour le père indigne, le salop de service, le menteur, l’alcoolo par-dessus le marché.

Il avait la haine. Il se sentait aigre.
Il avait l’impression d’approcher la cinquantaine plutôt que la quarantaine. Moralement il était usé.
Tout autour de lui s’écroulait comme un foutu château de carte. Et l’effet domino avait été déclenché par ces bâtards de Donnelly. Sa colère n’était pourtant pas dirigée que contre eux uniquement. Elle était générale, et dévorante.

Il s’était torturé l’esprit des jours durant, déchiré entre mille possibilités, pour finalement décider de ne rien faire… Il avait honte, même si le shérif aurait préféré crever la gueule ouverte plutôt que de l’admette, et pour couronner le tout, il n’avait tout simplement pas eu le courage. Il se dégoutait lui-même parfois, d’être aussi lâche. Mais incapable qu’il était de se réconcilier avec Suzanna, il avait besoin que quelque chose s’arrange. Au moins une chose, au milieu de tout cet innommable bordel.

Il voulait que cette chose soit Elizabeth. Il ne savait pas s’il voulait se remettre avec elle, si elle voulait encore de lui, mais il ne voulait pas faire d’elle une étrangère. Il ne voulait pas avoir à vivre le reste de sa vie, bourré de regrets et de rancœur, en évitant l’épicerie et son regard pour de bon. Il s’était décidé sur un coup de tête et était venu en droite ligne du bureau, profitant de cet élan de courage pour mettre les choses à plats… ou essayer tout du moins puisqu’en réalité il ne savait même pas trop quoi lui dire…

« Salut Lizzie... » la salua-t-elle une fois qu’il se fut rapproché de la petite brune.

© Ewan McGregor
PV interprété par Billie

INFORMATIONS
36 ans
Père de Suzanna Spelling ; frère de Lucinda Redd
Shérif de Grayson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Jeu 13 Sep 2012, 23:07

Parmi les tâches quotidiennes qui lui incombait, tenir le compte de ce qu'elle avait en stock et leur valeur était celle qui lui procurait plus de satisfaction : l'esprit occupé par cette mission concrète, elle pouvait échapper ainsi aux problèmes qui l'agitaient depuis ces derniers jours. Elle était plus paisible qu'ailleurs. La deuxieme chose qu'elle appréciait était de pouvoir servir des clients. Discuter tranquillement avec ses concitoyens, de tout et de rien, même s'il s'agit parfois de s'assurer que la vie de Grayson était conforme à ce qu'elle devait être, et aucunement d'intérêt pour ses voisins.
Aussi lorsqu'elle entendit Charlie saluer une personne qui avait passé - en toute discrétion - le seuil de la porte, sa première réaction fut de sourire. Mais dans la fraction de seconde suivante, elle réalisa que Charlie avait dit "Bonjour Sherif". Et si elle avait pu avoir un doute sur la personne qui s'était présentée, la réponse qu'il fit à Charlie balaya les éventuels doutes.

Declan.

Elle se figea dans son travail. Elle ne s'était pas tournée pour vérifier de ses propres yeux que Declan se trouvait bien dans son épicerie. Elle n'en avait pas besoin. Elle ne le voulait pas, qui plus est. Bon sang, que faisait-il là ? Faire des courses ? Il pouvait bien se débrouiller seul... En tout cas, elle n'avait pas besoin de lui adresser la parole, ni de prêter attention à sa présence. Non. Aucun besoin. Elle reprit donc le cours de son travail, notant dans les colonnes adéquates des chiffres dont elle n'était même pas sure de l'exactitude. Sans doute qu'à la fin de la journée, elle aurait 2t de choux et 420 boites de pâtée pour chat, mais elle s'en fichait. N'importe quoi pour avoir l'air trop occupée pour avoir le temps de faire acte de la présence de Declan dans son épicerie. A elle ! Son coin tranquille !

Pendant qu'elle notait des chiffres au hasard dans ses livres de stock, elle se demanda ce qu'il venait faire là, alors que cela faisait plus de deux semaines qu'il l'évitait, l'ignorait et ne lui adressait plus la parole. Même lorsqu'ils avaient des sujets importants pour Grayson à débattre.
Mais est-ce que ca l'intéressait de savoir ce qui amenait Declan ici ? Non. Elle avait tourné la page. Fini. Terminé. Il l'avait terminé d'ailleurs tout seul...

Résolue donc à ignorer le shérif, elle fut d'autant plus contrariée lorsqu'il la salua avec familiarité. Elle se figea à nouveau, se posant la question de savoir quelle réaction adopter. Elle s'autorisa un coup d'oeil fugitif à Charlie, espérant y trouver une solution ou un soutien, et finit par prendre son parti : elle reprit son travail, écrivant d'un air qui se voulait détaché dans ses livres.

" Bonjour Shérif. " dit-elle d'un ton neutre. Ils avaient toujours caché leur relation, se comportant comme n'importe qui en public. Maintenant qu'ils n'avait plus aucune relation, pourquoi ferait-elle une différence ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Logement : Alentours de Grayson
Emploi : Gérant du bar du drugstore
Nombre de messages : 244

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Aucun
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Dim 16 Sep 2012, 03:05

Les jours se suivaient inlassablement et chacun apportait son lot d’évènements. Et cela même à Grayson, village n’étant paradoxalement pas réputé pour son activité. Certains se morfondaient de leur existence minable tandis que Calvin ne cessait pas de faire parler de lui. Il vivait de la polémique et, en tant que non natif, il s’agissait du seul moyen pour atteindre ses objectifs. Mais, intérieurement, quelque chose le dérangeait ardemment et ne cessait de faire circuler frénétiquement une certaine impétuosité en lui. En gros, c’était aussi douloureux qu’un coup de pied bien senti dans les noix chaque jour. A part le jour du Superbowl bien sûr parce qu’il ne pensait plus qu’à ça.

Pourtant, les choses se passaient plutôt bien pour lui. Entre ses frasques nocturnes, son boulot, ses ambitions toujours intactes et ses nombreux démêlés, il ne vivait pas qu’à moitié. Mais, il réclamait autre chose en plus. Cela faisait un peu trop longtemps qu’il n’était pas pris au sérieux. Et le challenge qui se présentait devant lui s’annonçait plus qu’intéressant pour un non natif.

En attendant, lorsqu’il passa le palier de la porte de l’épicerie, il ne pensait qu’à faire ses courses. Mais, étrangement, il fallut qu’il tombe sur Elizabeth et Declan. Ce type devait déjà tenter de se rabibocher avec son ex pendant un de ses rares moments de sobriété. Si Calvin n’était pas en reste de ce côté là, lui ne buvait pas par déprime. Le barman s’avança avec un petit sourire conquérant aux lèvres.

« Salut ! Oh ! Elizabeth, Spello’…J’interromps quelque chose ?! Faîtes comme si je n’étais pas là surtout. Tu dois avoir l’habitude Declan, pas vrai ? » lui lança t’il d’un ton parfaitement innocent sans que ça le soit. Et puis, il se mit à parcourir les rayons, tranquillement, juste à côté.

« Salut Charlie ! Ca roule ? T’sais pas où je pourrais trouver de la mousse à raser ? J’imagine qu’elle n’est pourtant pas très demandée vu le nombre de barbus alcooliques dans ce village..»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Dim 16 Sep 2012, 20:46

Les face à face délicats, elle arrivait à gérer en général. Les prises de tête, les décisions difficiles, elle savait. Elle savait faire semblant, paraitre gentille, aimable, charmante... tant qu'elle n'était pas directement concernée. Tant que ses sentiments profonds ne rentraient pas en ligne de compte. Mais là, il s'agissait d'elle et de ce qu'elle ressentait. Il s'agissait aussi de ce que Declan l'avait abandonnée. C'était déjà assez délicat à gérer.

Mais comme si ca n'allait pas être assez compliqué comme cela, voilà que Calvin venait de passer le pas de l'épicerie. Ils ne s'étaient pas reparlé depuis leur nuit passée ensemble, ni ne s'était vraiment revu. Elle aurait pourtant préféré : ca lui aurait donné une indication sur les intentions du barman, et sur la facon dont il allait réagir à cet instant précis. Elle le savait imprévisible, elle savait aussi qu'il n'aimait pas Declan. Ces choses là, elle pouvait le comprendre et l'accepter. Ce dont elle n'avait pas envie, c'est que Calvin bousille ce qu'il s'était passé entre eux en se comportant comme un fumier. Pas qu'il y ait une notion de sentiment, mais elle avait apprécié cet interlude, et ne serait même pas contre le fait de recommencer. Pourvu qu'il ne se comporte pas comme un con. En attendant, elle continua donc d'éviter de donner de l'importance à la présence de Declan, et s'occupa de son amant... enfin... de son client...

" Bonjour Calvin ! " Elle lui servit un sourire charmant comme elle en avait le secret, teinté d'un brin d'avertissement : ce n'était pas le moment de provoquer un esclandre, surtout s'il ne voulait pas devenir persona non grata, que ce soit à l'épicerie... ou ailleurs.... Elle ignora la seconde partie de sa phrase, la jugeant comme une pique acceptable, et donc à ne pas relever. " Bien sur, Charlie va s'occuper de ca, pendant que je... " Elle tourna son stylo autours du livre de comptes. Bien sur, elle savait aussi qu'elle devait s'occuper de Declan... Elle marqua un temps, hésita, et puis... " N'hésite pas, si tu as besoin d'autre chose... " Comprenne que pourra...

Lorsque Charlie et Calvin se furent un peu éloignés, et tout en continuant à prendre des notes dans son livret - finalement plus concentrée qu'elle ne le pensait. Après un temps, et sans s'arrêter dans sa tache, elle finit par demander à Declan : " Qu'est ce que tu veux ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Nombre de messages : 42
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Mar 02 Oct 2012, 16:18

Declan Spelling


‘Bonjour Shérif’ lui avait-elle répondu.

Ca l’avait tout d’abord laissé sans voix, du moins l’espace de quelques instants, avant qu’un vague sourire aigre n’étire ses lèvres fines. Elle n’avait pas dit grand-chose, pratiquement rien fait, tout simplement bonjour, et pourtant… pourtant ces deux mots voulaient tout dire…
Il s’était demandé un milliard de fois tandis qu’il marchait résolument vers le magasin, dans quelle état d’esprit se trouvait l’épicière, par rapport à lui, par rapport à leur histoire, sa réaction et son silence, sa fille, et tout ce qui faisait de leur vie un putain de sac de nœud depuis d’interminables semaines. Il avait désormais sa réponse.

Surtout, il réalisait qu’il avait trop attendu. Deux semaines qu’il la niait, l’évitait autant qu’il pouvait. Il avait mit trop de temps pour se décider, trop de temps pour raviver la flamme, maintenant les braises étaient morte, et le foyer était froid.

Cette seule phrases suffit à lui faire totalement perdre sa piteuse détermination, qu’il avait mit tant de temps à trouver. Il voulait déjà s’en servir d’excuse pour fuir. Se détourner, sans plus rien ajouter, remettre son chapeau après un petit mouvement de tête vers Charlie pour la saluer, et repartir. Et puis… et puis quoi ? …

Rien. Plus rien.
Un vide affreux.
Plus de Suzanna à la maison, plus de rendez-vous secret avec Lizzie à attendre, plus rien d’autre que la merde de ses voisins, à torcher et récurer, et son insupportable sœur désagréable pour venir lui porter des plats cuisinés maison le dimanche matin…
Une vie d’con en résumé. Une vie qui le dégoutait et qui semblait avoir perdu toute saveur.

Il préférait encore assumer la glace d’Elizabeth, voir sa colère, plutôt que de retourner vers cette vie-là. Il se creusa donc quelques instants, triturant machinalement son chapeau de fonction, lorsque l’un des voix les plus désagréables du village raisonna derrière lui. Declan ne se retourna pas tout de suite. Il prit le temps de lever les yeux au ciel, un regard qui suppliait le suppliait de l’emporter dés maintenant. Puis d’un faible soupir, pourtant lourd, il se détourna pour faire face à Calvin Douglas…

Calvin… Douglas… sérieusement ?
Ca n’était pas que Declan le détestait non, c’était pire. Et bien entendu c’était réciproque puisque ce Clown n’aimait rien ni personne mise à part lui-même. Et encore…

Et comme attendu, le gérant du bar y alla de sa petite remarque. Un faible rire, acide et dépité, grinça dans sa gorge, mais le shérif ne fit aucune remarque. Ca ne servait absolument à rien de répondre à ce mec, il discutait tout seul et rien que l’on n’puisse dire ne l’incitait à la clémence ou à la mesure. Il était déjà bien assez usé comme ça, il n’avait tout simplement plus la patience de traiter avec lui. Il attendit donc qu’Elizabeth le refourgue à Charlie, qui n’était dupe de rien et qui s’empressa de ventouser le barman pour l’entrainer plus loin.

« Qu'est ce que tu veux ? » questionna Elizabeth une fois de retour vers lui.

Il arqua un sourcil incrédule.

« A ton avis ?... » le ton était un rien brusque, plus qu’il ne l’aurait voulu. La patience était une vertue qui l’avait complètement déserté depuis peu « J’veux juste discuter, ok ? Rien d’sorcier » se reprit-il d’un soupir pour se détendre « … j’sais… » il lorgna du côté de Calvin et Charlie puis baissa encore le ton pour ne plus faire que murmurer « J’sais que tu dois être en colère, mais… j’voulais… prendre du temps pour réfléchir » se justifia-t-il, conscient que c’était une moitié de mensonge « On peut discuter ? ... dans ta réserve par exemple »

©️ Ewan McGregor
PV interprété par Billie

INFORMATIONS
36 ans
Père de Suzanna Spelling ; frère de Lucinda Redd
Shérif de Grayson


[C'est de nouveau à Lili, on va échanger quelques postes pendant que tu fais tes courses Cavlin ♥️ soit gentil avec Charlie mr red]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Ven 05 Oct 2012, 09:18

Le regard au ciel de Declan lorsque Calvin était arrivé n'avait pas échappé à l'épicière, et une part d'elle un peu perverse s'en réjouit : que Declan enrage, ça lui ferait les pieds. Quant à elle, elle avait assez mariné à cause du shérif pour ne pas lui souhaiter que du bien.
Le problème était que l'irruption de Declan dans son épicerie mettait en vrac ses certitudes à peine ré-assurées. Elle pensait avoir définitivement tiré un trait sur leur histoire. Elle pensait être allée de l'avant. Même dans ce qui concernait le commerce secret de Grayson, elle avait pris un chemin différent de son ex-amant, s'étant convaincue que la ligne de conduite qui avait été la leur jusque là ne les mènerait à rien. Mais il était facile de se convaincre d'avoir changé lorsque le nœud du problème se tenait à distance. Seulement là, Declan était revenu dans son domaine, empiétant sur sa bulle et ébranlait son petit monde dans lequel il n'avait plus de place. Et ça la mettait en colère.

Lorsqu'il eut posé sa question qui finit de l'agacer, elle leva les yeux sur lui, et une autre part de sa détermination fondit lorsqu'elle croisa le regard de chien battu du shérif. Non, vraiment, on ne tirait pas un trait sur une histoire d'amour, même in-assumée, aussi facilement. Mais Declan lui inspirait des sentiments trop mélangés pour qu'elle soit à même d'imaginer de lui pardonner - en tout cas en l'état.

" Pourquoi encore se cacher ? Je te signale que grâce à ta charmante fille, tout le village est au courant. " si sa voix manquait un peu d'assurance, le ton n'en était pas moins glacial : elle avait clairement l'intention de le blesser, de lui faire sentir comment elle avait vécu ces derniers jours. Elle n'avait cependant pas parlé assez fort pour que Charlie et Calvin puisse l'entendre. " Je ne vois pas ce qu'il y avait à réfléchir de si compliqué pour que cela prenne autant de temps... " Comment pouvait-il seulement lui sortir une excuse pareille ? Il aurait eu meilleur temps de lui dire qu'il essayait de parler avec sa fille, ou que des affaires importantes le retenaient au bureau. C'aurait été plus crédible.

S'isoler avec Declan... une part d'elle-même le redoutait, car elle craignait de lui céder alors qu'elle n'était pas sûre d'en avoir envie. Elle préférait avoir des témoins qui retiendrait toute action spontanée de la part de Declan - ou même de la sienne. Cependant, elle jeta un coup d’œil à Calvin, en plein baratin avec Charile - du moins l'imaginait-elle. Elizabeth ne pouvait pas revenir sur ce qu'il s'était passé entre eux, et n'en avait même pas envie. Mais elle savait l'inimité qui existait entre les deux hommes, et que s'il le décidait, Calvin ne ferait montre ni de délicatesse, ni de discrétion. Et il y avait des choses à dire entre elle et Declan.
Elle poussa donc un soupir, comme si cela lui coûtait d'accéder à la demande de Declan, et ramassa son livre de compte.

" J'ai fini de toute façon. Je vais aller ranger ça, tu n'as qu'à me suivre. " Dédain, froideur, elle s’efforçait de se montrer plus détachée qu'elle ne l'était vraiment. Elle lui tourna le dos et se dirigea vivement vers la réserve, sans se préoccuper de savoir si le shérif la suivait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Nombre de messages : 42
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Dim 07 Oct 2012, 03:14

Declan Spelling


Bon sang, qui avait parlé de se cacher ? Il n’était pas question de se planquer mais bien d’un tant soit peu de foutue intimité, ce qui était tout de même normal pour le genre de discussion qu’il désirait avoir avec l’épicière. Ils se trouvaient en retrait par rapport à Charlie et l’autre macaque attardé, mais ça n’était clairement pas suffisant pour lui. Ok, tout l’monde était au courant maintenant mais ça ne voulait pas dire qu’ils pouvaient laver leur linge sale en publique ! Pour faire quoi ? Alimenter toujours un peu plus les rumeurs ?! Certainement pas, il en avait déjà bien assez sur la bosse comme ça sans en rajouter une couche d’une énième maladresse.

Elizabeth ne se fit pas beaucoup plus compréhensive par la suite et ce qui termina de le contrarier. Il avait l’habitude ces temps-ci que rien ne se déroule comme il en avait envie, ou besoin, pourtant il avait tout de même espéré autre chose de cette rencontre. Plus de coopération de la part de la petite brune, et non pas l’arrivée impromptue du pire querelleur du village à la place. Le simple fait de le sentir déambuler quelque part dans son dos lui tordait les boyaux, et faisait naître par-dessus le marché un désagréable sentiment d’injustice. Qu’avait-il fait pour que toute sa vie s’émiette de cette manière, et qu’au moment d’essayer de recoller les morceaux cet énergumène se pointe ? Il n’était pas le genre d’homme qui croit aux signes, du moins pas ce genre. Et c’était heureux car les pronostiques auraient été pitoyables…

Elle consentit tout de même à l’entrainer vers la réserve, et d’un soupir bref pour tenter de se libérer de cette sourde rancœur, il lui emboita le pas, mâchoires serrées de tension mal contenue.

Il n’avait de cesse de se répéter que bon sang, il avait eut toutes les raisons du monde de réagir comme il l’avait fait ! C’était lâche en un sens d’accord, mais il n’était pas sans failles ! Sa fille unique lui avait tourné le dos en hurlant au scandale, pour aller emménager chez cette abjecte pourriture de Nathaniel Redd. Cette simple pensée ne lui donnait envie que d’une chose : se saouler. Se saouler pour oublier qu’il passait une fois de plus à côté de sa vie. Pour oublier que toutes les femmes qui en faisaient un jour partie venaient à le fuir.

D’abord Mary, qui en était morte, puis Suzanna, sa fille, maintenant Elizabeth dont il était amoureux. Le destin était cruel, et il n’y avait plus qu’une seule chose à faire dans ces moments là…
Se saouler.

Ce n’était pourtant certainement pas avec ce genre d’argument qu’il arrangerait les choses avec l’épicière… Une fois seuls, il ne lui laissa d’ailleurs pas l’occasion de lancer la moindre hostilité et prit la parole :

« J’suis pas venu pour te supplier d’me pardonner d’accord ? J’sais c’que j’ai fais, je me doute de c’que t’en pense, le fait est que j’aurais pas pu réagir autrement. J’suis comme ça. Quand les choses dégénères j’prends du recule, j’m’isole. Tu voulais quoi ? Que j’fasse un choix entre toi et ma gamine ?! Tu parle d’un choix Lizzie ! J’ai laissé les choses se tasser c’est tout. Continuer à t’voir ça aurait été comme… comme la preuve que j’te préfère à elle. Elle refuse de m’parler depuis c’soir là. Qu’est-ce que j’étais sensé faire selon toi hein ? T’aurais voulu que j’fasse quoi ?! »


© Ewan McGregor
PV interprété par Billie

INFORMATIONS
36 ans
Père de Suzanna Spelling ; frère de Lucinda Redd
Shérif de Grayson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Dim 07 Oct 2012, 17:57

Elizabeth pénétra dans la réserve en se demandant encore comment elle allait pouvoir gérer cette situation, ce qu'elle allait bien pouvoir dire au shérif et comment lui-même allait se comporter. Elle ne voulait pas céder un pouce de terrain, pas après l'ambiance désastreuse du pique-nique. Elle avait tenté de se montrer compréhensive, mais à mesure qu'elle constatait les dommages causés par Suzanna, elle avait compris que rien ne serait jamais comme ils l'avaient envisagé. La jeune fille ne laisserait aucune place à quelqu'un d'autre auprès de son père, et Elizabeth en avait eu la preuve à chaque jour qui passait : Declan n'avait fait aucun pas dans sa direction, même pas juste pour parler. Quand il aurait fallu percer l'abcès immédiatement, peut être provoquer une discussion à trois, il avait préféré laisser la situation se gangréner, et maintenant, il ne semblait pas y avoir d'autre solution que l'amputation.

Une fraction de seconde, Elizabeth se demanda si elle n'aurait pas du forcer les choses elle-même. Mais d'un autre côté, était-elle la mieux placée pour cela ? C'était Declan qui connaissait sa fille, qui devait savoir comment gérer la situation, mais lorsque Suzanna avait voulu s'en prendre à elle directement, il aurait du agir. Alors sa posture de victime la rendit légèrement hargneuse.

" Oh ne vient pas me parler de choix ! Je te ferais remarquer que je ne t'ai jamais demandé de choisir ! S'il y a quelqu'un qui t'a mis dans cette situation, c'est ton ingrate de fille ! " Elle regretta un instant le terme, mais décida que c'était totalement approprié : elle savait que Declan avait tout fait pour que Suzanna ne manque de rien et qu'elle soit aussi heureuse que possible malgré la mort de sa mère. Mais la jeune fille n'avait visiblement pas la reconnaissance chevillée au corps. " Et tu AS choisi, quoi que tu en dises ! Tu as choisi en m'ignorant totalement depuis ! Même pas une discussion, rien ! Tu ne t'es pas demandé une seule fois ce que je pouvais ressentir, j'imagine ?! Comment je pouvais vivre le fait que ta fille braille à qui veut l'entendre tout le bien qu'elle pense de moi ?! Tu sais que grâce à elle, certaines personnes préfèrent aller faire leurs courses au drugstore ? Tu sais comment on m'a regardée tout le temps du pique nique ? " un silence. " Ah non c'est vrai, tu n'y as même pas mis les pieds... "

Elle secoua la tête, trouvant vain de vouloir revenir là dessus, préférant tirer le bilan sordide de toute cette histoire.
" Les choses ne se sont pas tassées, parce qu'en n'agissant pas, tu as donné foi à tout ce qu'a dit Suzanna. J'aurais aimé un minimum de soutien de ta part, sans pour autant que tu aies à choisir. Je ne sais pas... Un "je comprends que Suzanna ait du mal à l'accepter, mais nous sommes tombés amoureux. J'aimerais que ma fille l'accepte pour que nous puissions former une vraie famille" aurait sans doute été plus glamour qu'un silence pesant ! Ou que laisser Suzanna me pourrir ouvertement ! " Elle secoua tristement la tête " Mais tu as choisi de donner raison à ta fille. Tu as choisi de ne rien concilier, de ne rien dire. Tu l'as laissée faire de moi la méchante. Et tu m'as laissée seule. "

Elle se détourna pour poser son livre de compte sur une étagère. Et se donner contenance, le temps de ravaler ses larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Nombre de messages : 42
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Ven 12 Oct 2012, 01:55

Declan Spelling


Les quelques premières phrases prononcées plus honnêtement par Elizabeth maintenant qu’ils étaient à l’abri des regards suffit à lui faire piger que la situation était pour ainsi dire foutue. Il n’était pas un exemple de positivisme du tout et l’expression de son visage, le ton dédaigneux de sa voix et sa colère manifeste lui donnaient tout simplement envie de tourner les talons pour aller se cacher chez lui, volets fermés, devant une bonne bouteille et sa télé. Il avait toujours aimé la simplicité, et une femme en col ère n’avait jamais rien d’simple. C’était un vrai casse-tête et cette fois-ci plus que jamais il n’avait tout simplement pas la force d’insister. C’était débile en un sens, comme se condamner lui-même aux regrets amères qu’il aurait forcément, mais comment faire autrement ? Ca lui semblait tellement dur, comme une foutue montagne à gravir dans la neige mais pieds nus.

Le reste de son discours ponctua tout cela de colère et de rancœur. L’épicière se posait en victime totale sans jamais, à aucun moment, faire preuve de compréhension ou se remettre en question. Pourtant une situation de conflit c’était toujours un parage de tords ! Au lieu de ça la petite brune le blâmait du début à la fin et l’injustice était cuisante.

D’un autre côté, une insidieuse petite voix lui soufflait que toute cette culpabilité en lui n’était pas là pour rien. Elle était là parce qu’Elizabeth avait raison. Mais en partie, uniquement en partie. Hors de question d’être l’unique salop de service dans cette putain d’histoire, il ne pourrait pas l’supporter et il n voulait à la jeune femme de le montrer du doigt d’cette manière.

Piétinant un peu sur place, Declan laissa ses lèvres s’étirer en un bref sourire d’une aigreur désagréable, secouant la tête d’un air ulcéré mais sans trouver quoi rétorquer de pertinent pour autant.

« … arrête… arrête un peu de t’plaindre ok ? Arrête de jouer ta grande dame bafouée, ça t’va pas » grogna-t-il « Tu t’prends pour qui dis moi ? Est-ce que tu sais c’que c’est d’être parent ? D’être réellement responsable de quelqu’un ? D’l’avoir vu étendu dans un lit d’hôpital après l’accident qu’à tué sa mère ? Nan, tu sais pas c’que c’est. T’es pas une mère. Et un jour ça t’arrivera, et tu repenseras à c’que tu viens d’me sortir et tu t’en voudras. Si j’étais venu t’voir trop vite, si on s’était affichés ensemble, elle aurait prit ça pour une putain d’déclaration de guerre ! Comme si j’la reniait pour toi ! J’pouvais pas ! » s’exclama le Shérif

Il avait parfaitement conscience qu’il enjolivait grassement le côté de la situation qui lui donnait le rôle le moins ingrat, mais tant pis, il ne pouvait pas supporter d’être celui que l’on devait blâmer le plus. Il se garderait pourtant bien d’avouer à l’épicière qu’il n’avait pas fait beaucoup plus de pas pour une réconciliation avec sa fille qu’il ne l’avait fait avec elle…



© Ewan McGregor
PV interprété par Billie

INFORMATIONS
36 ans
Père de Suzanna Spelling ; frère de Lucinda Redd
Shérif de Grayson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Ven 12 Oct 2012, 21:12

Elizabeth l'écouta, bouche bée, en se demandant si elle avait bien entendu. Elle jouait la grande dame bafouée ? Sérieusement ? Et lui alors ? En faisant valoir sa paternité de la sorte, et surtout en lui renvoyant à la tête le fait qu'elle n'avait pas d'enfant, elle avait l'impression qu'il l'avait frappée. D'ailleurs, ce n'était pas l'envie qui lui manquait, à elle : la gifle lui chatouillait furieusement la main, et une voix fielleuse susurrait que c'était tout ce qu'il méritait. D'ailleurs, son bras eut un tressaillement, comme si le geste allait partir de lui même, mais elle stoppa net ce mouvement instinctif. Elle était trop atterrée par les arguments que faisaient valoir Declan. Et les larmes menaçaient toujours de rompre la digue.

" Oh oui, tu as raison, je ne suis pas mère. Et vu comment c'est parti, c'est pas prêt d'arriver... " Souffla-t-elle, presque pour elle-même. " Mais si ça m'arrive, j'aurais au moins un super exemple sous la main... " Elle lui lança un regard acide, lui signifiant clairement qu'il n'était pas un modèle du genre. Et lui faire valoir l'accident qui avait été fatal à Mary et qui avait aussi failli tuer Suzanna comme prétexte à ne pas s'opposer à sa fille lui semblait une tentative désespérée de justifier ce qui semblait être à l'épicière qu'un manque flagrant de... courage ?

" Je ne suis peut être pas mère, mais je n'en suis pas moins un être humain qu'on traîne dans la boue. Et ne me fait pas dire ce que je n'ai pas dit ! Je n'ai jamais parlé de s'afficher bras-dessus, bras-dessous, tu me crois sans idiote ou quoi ?! Je t'ai je crois assez prouvé ces derniers mois que je savais ce qu'est la discrétion ! Mais il y a une différence entre se montrer discret, voire distant, et m'ignorer carrément ! " Elle s’efforçait de contenir la colère qu'elle éprouvait, de ne pas lever la voix comme elle en avait envie ou de lui dire tout le bien qu'elle pensait de lui et de sa fille. Ce n'était pas son genre en privé, et de toute façon, Charlie et Calvin étaient bien trop prêts pour laisser éclater complètement sa frustration. De toute façon, qu'est-ce que cela pourrait changer ?

" Je te rappelle au passage que la guerre, c'est elle qui l'a déclarée. Elle EST déclarée ! ELLE t'as renié ! Alors franchement, de mon point de vue, je ne crois pas que passer dire bonjour ou empêcher les commères du village de croire ta fille sur parole aurait changé grand chose à votre relation. " Elle finit par croiser les bras et releva le menton. " Mais puisque tu ne veux pas de guerre avec elle, et que c'est pour ca que tu ne m'as lâchée, j'imagine que tu es en pleine négociation de paix avec ta chère fille. Alors dis moi ? Vous en êtes où ? Quelles sont les conditions de sa reddition ? " Elle le regardait d'un air plus assuré qu'elle ne l'était réellement, le mettant au défi finalement d'arranger une situation qu'elle n'était même pas sure de vouloir améliorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Nombre de messages : 42
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Mar 16 Oct 2012, 17:56

Declan Spelling


La première réplique d’Elizabeth lui fit mal. Pas qu’il avait particulièrement souhaité avoir des enfants avec elle, il avait donné de ce côté et le payait encore maintenant, merci du cadeau. Plutôt parce qu’il savait ce que ça voulait dire implicitement. A savoir, que c’était fini entre eux. Quelques souvenirs, flashs et sensations lui sautaient subitement au visage, vrillant sa poitrine d’élancements douloureux et nostalgiques. Les gestes, les regards, les caresses, les soupirs, les sourires, les baisers, l’impression de se sentir bien, complet, en sécurité. L’impression de n’pas être seul, d’avoir un refuge, un soutien, de l’écoute. Un endroit où se ressourcer et faire le plein de tendresse, un endroit rien qu’à lui, loin des rumeurs et des qu’en dira-t-on. Un endroit qu’il avait longtemps rechigné à partager avec qui que ce soit d’autre, et à raison, vu le guêpier infernal dans lequel ils étaient plongés maintenant.

Sans oublier qu’il avait toujours été flatteur pour lui qu’une femme comme Elizabeth s’intéresse à lui. Intelligente, belle, douce, et beaucoup plus jeune. Même pas trente ans, alors que lui filait vers les quarante à une allure vertigineuse…

Elle lui avait permit de retrouver des choses et d’éprouver des sensations qu’il avait cru perdues avec la mort de Mary. Est-ce qu’il était réellement prêt à faire une croix sur tout ça ? Il ne s’imaginait pas reconstruire tout de zéro une troisième fois, la simple idée le décourageait complètement. Avec qui de toute façon ? Il avait besoin d’une relation de ce genre pour garder son équilibre. Dès qu’il se retrouvait seul il plongeait, c’était presque inévitable.

D’un autre côté il ne voyait pas comment rattraper l’coup avec l’épicière. Une petite voix lui soufflait insidieusement qu’elle avait raison, du moins en partie, sur certains points. Il maintenait fermement qu’il avait eut raison de s’éloigner, raison de prendre du recule, surtout pour ne pas surchauffer et parce qu’il en avait eut besoin, voila tout ! Pourtant, comme elle le disait elle-même il y avait une différence entre prendre du recule et nier quelqu’un totalement comme il l’avait fait. Hors réaliser qu’elle tenait là une part de vérité le mettait en colère. La culpabilité lui faisait toujours cet effet-là…

Surtout que sa dernière question lui coupait la chique… A vrai dire il n’avait pas réellement dialogué avec sa fille non plus. Ils avaient échangés des mots, mais via Lucy en vérité…

Il ouvrit la bouche à plusieurs reprises, prit au dépourvu, puis poussa un soupir exaspéré.

« Elle a pas… elle a pas a m’poser de conditions bordel !! C’est moi son père, c’est pas elle qui m’donne des ordres ! »

Il essayait de continuer à parler d’une voix basse mais ça devenait rude…

« Elle reviendra à la maison quand j’aurai décidé qu’elle revient. Et pour l’instant c’est pas l’cas ! »

C qui n’était pas tout à fait exacte puisqu’il était malade de la savoir avec Nathaniel. Quoi qu’il en soit il préférait éluder le sujet, et toute argumentation en fait :

« De toute façon j’suis pas venu ici pour me prendre la tête avec toi Lizzie donc c’est simple, si tu veux plus m’voir t’as cas l’dire clairement au lieu d’tourner autour du pot »




© Ewan McGregor
PV interprété par Billie

INFORMATIONS
36 ans
Père de Suzanna Spelling ; frère de Lucinda Redd
Shérif de Grayson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Dim 21 Oct 2012, 14:40

Une lueur de triomphe acide flamba dans les yeux d'Elizabeth. Il venait de faire valoir que Suzanna n'avait pas de conditions à poser à son père, et pourtant il lui avait clairement cédé ! Alors à quoi jouait-il ? Elle avait l'impression qu'il se mentait à lui-même.

" C'est faux et tu le sais ! Elle te mène par le bout du nez depuis toutes ces années et tu lui fais ses quatre volontés. Rappelle-moi quelle est la dernière fois où tu ne lui as pas donné exactement ce qu'elle voulait ? "

La deuxième partie de son petit discours par contre stoppa net son agressivité qui commençait à prendre des proportions inaccoutumées pour la petite épicière, habituellement plus posée et plus encline au dialogue et à la diplomatie qu'à la confrontation. Néanmoins, c'était lui qui était venu pour parler, et c'était ce qu'ils faisaient.

" Tu voulais parler, non ? La moitié des discussions du monde sont des prises de tête, et je crois qu'on a de bonnes raisons de le faire. Donc on parle. Tu m'as dit ce que tu pensais, moi aussi. Tu m'as pas dit ce que tu voulais par contre, alors que je pensais que c'était pour ca que tu venais... et tu me demandes ce que moi je veux ? "

Elle poussa un soupir et se passa la main sur le visage, en se demandant ce qu'elle voulait exactement. Avec ce qu'il s'était passé ces deux dernières semaines, et surtout au pique-nique, elle pensait qu'elle savait précisément où elle en était. D'ailleurs, la voix de Calvin en train de raconter dieu savait quoi à Charlie lui rappelait clairement qu'elle avait mis une croix sur son histoire avec Declan. Du moins le pensait-elle. Mais avoir le shérif en face d'elle faisait quelque peu flancher ses résolutions. Elle lui jeta un regard douloureux, parce que quoi qu'elle puisse ressentir, ce n'était pas seulement ses sentiments qui primaient, mais aussi le décorum, et ce dernier avait été fortement égratigné.

" Je... Je ne sais pas, Declan. " Elle secoua la tête. " Tu pourras tourner le problème comme tu veux, la finalité sera toujours la même : Suzanna ne voudra pas de moi. Elle ne voudra pas quelqu'un d'autre dans votre vie. Ou en tout cas, pas moi, pas de la façon dont elle l'a appris. Alors... Il faudra forcément que tu fasses un choix, mais je ne crois pas que tu aies envie de le faire... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Nombre de messages : 42
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Ven 02 Nov 2012, 01:54

Declan Spelling



Ce que lui voulais ? Comment pouvait-elle poser cette question ? Est-ce que la réponse n’était pas la chose la plus évidente qui soit ? Pendant tout le temps qu’avait duré leur relation il avait redouté le moment ou Suzanna l’apprendrait, parce qu’au fond, il avait sentit dès le départ que sa fille refuserait l’idée qu’il passe à autre chose. D’un côté il lui en voulait cruellement de le maintenir dans une solitude qu’il détestait, mais d’un autre côté Suzanna était une gamine qui avait vu mourir sa mère… ses réactions étaient disproportionnées, mais compréhensibles. Du moins, il essayait de les comprendre.

A côté d’ça, Elizabeth lui mettait la pression et lui faisait des reproches. A elle aussi, il avait envie d’en vouloir, mais tout comme sa fille, pouvait-il réellement en vouloir à Elizabeth d’avoir une réaction pareille ? Obligée de se cacher durant des lustres, s’empêcher de vivre au grand jour ce qu’ils partageaient, faire tous ces sacrifices, et se voir rembarrée sans un mot, sans plus avoir aucun signe de vie du jour au lendemain…

Mais alors qui restait-il à blâmer ?
Lui ! Uniquement lui, toujours lui. Des reproches d’un côté, des reproches de l’autre, et des murmures critiques dans son dos dès qu’il mettait le nez dehors désormais. C’était lui, le crétin, le méchant de l’histoire. Un méchant qui ne pouvait blâmer personne mais que tous semblaient prendre un malin plaisir à montrer du doigt ! Des reproches et des critiques, voilà tout ce qu’on lui réservait depuis deux semaines. Il se sentait usé, écœuré par l’injustice de cette situation car c’était lui le coupable, mais bien lui également qui perdait le plus dans cette histoire ! La confiance de sa fille d’un côté, et son histoire avec Lizzie de l’autre.

Elle lui demandait ce qu’il voulait ?
Honnêtement, la réponse était qu’il voulait qu’on lui foute une paix royale.

« Un choix… » s’esclaffa-t-il d’un ton aigre « Je rêve… »

Le cœur battant un rien plus vite, il baissa les yeux sur la pointe de ses bottes, la tête vide et la mine grise. Y’avait-il seulement un moyen de tout arranger ? De contenter l’une et l’autre ?
Peut-être… mais la tâche lui semblait tellement dure, tellement hasardeuse et tellement incertaine et compliquée… il n’avait qu’une envie : envoyer tout balader. Une fois de plus, Declan choisi donc d’éluder le sujet, puisque l’épicière avait raison, il n’avait aucune envie de choisir et trouvait cela injuste qu’on l’y oblige.

« Ecoute, à t’entendre, t’es même pas certaine de vouloir rester avec moi, c’est plutôt clair, pourquoi ça serait à moi d’choisir alors que d’ton côté, la décision à clairement l’air d’être prise » trancha-t-il avant de se détourner.

C’était injuste et il le savait, s’en mordrait les doigts plus tard et viderait une bouteille pour s’alléger la conscience, mais c’était plus fort que lui.

Il ouvrit la porte de la réserve en grand pour s’apprêter à traverser le magasin pour repartir comme il était venu, mais ce sale con de Calvin se trouvait pile poile sur son chemin…

© Ewan McGregor
PV interprété par Billie

INFORMATIONS
36 ans
Père de Suzanna Spelling ; frère de Lucinda Redd
Shérif de Grayson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Logement : Alentours de Grayson
Emploi : Gérant du bar du drugstore
Nombre de messages : 244

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Aucun
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Sam 03 Nov 2012, 14:53

Au comptoir, le gérant du Drugstore s’était lancé dans une discussion avec Charlie, qui avait finalement réussi à trouver ce que recherchait Calvin. A savoir cette foutue mousse à raser. Elizabeth et Declan avaient disparu de son esprit l’espace de quelques instants. Ils s’étaient lancés sur les derniers sujets qui faisaient l’actualité de Grayson à vrai dire. Comme par exemple le départ de Samuel du Drugstore. Et il n’en fallut pas beaucoup au barman pour partir au quart de tour.

« Pourquoi ? Tu veux que je me justifie de mes actes en fait ? Depuis quand Calvin Douglas se justifie de ses actes ? Je fais ce que je veux quand j’veux mais j’vais te faire plaisir Charlie. Ecoute, ton p’tit Donnelly a préféré mettre les voiles parce que la pression était trop forte pour lui ! Ce branleur va dire qu’il est parti de lui même et que c’est de ma faute mais qu’est ce que tu voulais qu’il dise ? ‘Oh non, ce taf est trop dur pour moi, je m’en sors plus, je n’existe pas’. Tout ça confirme ce que je pensais : les Donnelly veulent se faire une place sans se défoncer. La seule chose dont il se satisfait c’est sa petite coupe de cheveux. Hey, avoir une belle coupe de cheveux…hm, c’est avoir une belle coupe de cheveux. Mais, ça ne transforme pas un branleur en autre chose. Et qu’il dise quelque chose d’autre et en deux gestes, je le décoiffe en plus de lui faire sniffer le sol. »

Quelques instants plus tard, Declan surgit quasiment de nulle part. Le regard fixe du barman, accoudé au comptoir, se tourna instantanément vers le shérif. Attrapant un tube de dentifrice sur un présentoir à proximité, le gérant du Drugstore reprit la parole, excité comme si il venait de faire la découverte du siècle. Le shérif pouvait remercier Charlie de l’avoir suffisamment ‘chauffé’ même si il n’en avait pas vraiment besoin.

« Quand on parle de branleur…Tiens, tu devrais essayer ‘star toothpaste’, c’est un produit miraculeux, il y a même une putain d’étoile dessus pour dire qu’il t’est destiné. Tu trempes ta brosse à dent, tu fous le dentifrice dessus et toute la merde qui sort de ton putain de dentier d’hypocrite comploteur paraîtra déjà plus saine ! Tu comprends ce que je veux dire ? Comme ça avec 2$50, tu pourras peut être te taper Sallander si juste avant tu fais tourner ta bouteille au bureau vu qu’elle squatte ici maintenant ! »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   Mar 06 Nov 2012, 00:35

Elle avait attendu la répond de Declan avec un air à mi-chemin entre le cocker battu et le siamois courroucé. Elle avait espéré que Declan lui ferait une déclaration de chevalier blanc, envoyer valser tout ce qui les séparaient pour s'enfuir sous le soleil couchant. Enfin... En lui faisant une scène de rigueur auparavant au vu de ce qu'il lui avait fait. Ou pas fait. Bref, avec une sortie dans les formes, elle aurait peut être envoyé ses résolutions aux oubliettes.
Mais au lieu de cela, Delcan se contentait de l'agresser, de ne même pas tenter la bataille pour la garder auprès de lui. Voila qui était pour le moins contrariant. Depuis toutes ces semaines, il fuyait, d'une manière ou d'une autre : fuyait le moment où il parlerait d'eux à Suzanna, fuyait leur relation, et il fuyait maintenant qu'il fallait prendre un parti. A croire qu'il aimait se complaire dans l'à peu prêt, quand Elizabeth rêvait d'absolu. Encore une fois, il la décevait...

" Comment peux-tu ... Ce n'est pas moi qui suis le cul entre deux chaises que je sache ! "

Lanca-t-elle dans le dos de Declan qui sortait de la réserve. Elle lui emboita le pas et ne fut pas plus surprise que ca de découvrir que Calvin était encore là - et prêt à mettre le feu à l'ambiance qui sentait déjà le soufre.
Elle releva le menton et se redressa, pour se donner un air plus sur d'elle qu'elle ne l'était. Elle tiqua à la mention du nom de sa cousine et aurait aimé que Calvin s'abstienne d'être vulgaire, si déjà il se montrait désobligeant. Mais ce n'était pas le genre de chose qui se changeait facilement - si toutefois c'était possible de changer Calvin...
Elle hésita à le remballer directement pour sa grossièreté, mais elle se rappela aussi qu'elle avait à rester en bons termes avec le barman...
Elle lanca un regard d'avertissement à ce dernier, néanmoins, histoire qu'il modère un peu son langage, avant d'enchainer.

" S'il n'y a que ca, je lui offre... D'autant qu'il n'y a pas que l'hypocrisie à assainir je crois... " Elle récupéra le tube dans la main de Calvin, croisant son regard, et sembla hésiter sur le destin à donner à ce malheureux tube. La commissure de ses lèvres frémit, sans vraiment indiquer s'il s'agissait d'un début de sourire complice pour le barman, ou un signe d'agacement profond. A ce stade, c'aurait pu aussi bien être l'un que l'autre.
Elle finit par reposer le tube à sa place et revint à Declan. Elle n'était pas d'un naturel mauvais, encore moins revanchard. Mais il lui avait fait trop de mal pour qu'elle le laisse ainsi, surtout qu'il avait finalement le culot de lui mettre sur le dos la décision finale.

" En tout cas, il n'y a pas de tabouret à vous lancer au visage ici. Ca devrait déjà te rassurer... Si tu n'as plus rien d'autre à me dire... J'imagine qu'on peut en rester là... "

Elle haussa un sourcil interrogateur et blessé malgré tout, guettant la réponse du shérif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

07. Come What May [Elizabeth, Declan & Calvin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation  :: GRAYSON :: EAST JEFFERSON STREET :: épicerie Pryde-
Sauter vers: