AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ROAD TO SALVATION FERME SES PORTES APRES TROIS ANS D'AVENTURE ! N'oubliez pas de vous joindre à nous pour l'après-midi chatbox dimanche 18 novembre à partir de 13h ! svp et d'y laisser un commentaire de préférence.

Partagez | 
 

 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Age du perso : 25
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : Barman au drugstore
Nombre de messages : 585

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Dakota Sallander -Isaac Donnelly
MessageSujet: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Dim 22 Avr 2012, 00:57

    Malgré ses paupières closes il devinait le jeu de couleurs des images renvoyées par la télévision. Il entendait vaguement les personnages parler mais les sons ne passaient pas la barrière informe de sa matière grise pour qu’il comprenne quoi que ce soit au film. Il avait proposé de garder son neveu cet après-midi et le voilà qui somnolait devant un dessin animé. Aahron était absent, Isaac et Allie avait besoin de se retrouver un peu en tête à tête et Aidan…restait dans sa chambre et n’était pas vraiment en mesure de jouer son rôle d’oncle préféré auprès de Petey. Ce n’était pas une corvée, loin de là, mais la fatigue accumulée ne rendait pas l’activité attrayante non plus, ni pour lui et encore mois pour le petit blond assis à ses côtés. Le jeune homme s’était proposé la nuit dernière de veiller sur Aidan et il n’avait évidemment pas fermé l’œil de la nuit, chaque craquement, chaque bruit extérieur suspect le faisant sursauter dans son lit. Il avait décroché après dix minutes du film et s’était réveillé au moment où « King Julian » dansait sur « I like to move it ». Pourquoi fallait-il toujours qu’ils chantent et dansent dans ces foutus films pour enfant?
    Ouvrant ses paupières qui lui semblaient peser une tonne, il tourna le visage vers son neveu, absorbé par son dessin animé.

    « Tu veux boire un truc? »

    Pour seule réponse, il obtînt un hochement vigoureux de la tête et il se leva bruyamment, ce qui fit tiquer ce dernier. Roulant des yeux, il alla jusqu’à la cuisine, jetant un œil sur la pendule qui annonçait la fin de l’après midi. Moment que choisirent les amoureux pour refaire surface. Allie passa en vitesse, se dirigeant vers les escaliers, sa vessie lui faisait sûrement défaut et Isaac lui adressa un vague signe de la tête, se penchant en direction du salon pour s’assurer d’il ne savait quoi. Peut-être que Petey ne regardait pas un film d’horreur ou n’avait pas réussi à fuguer…

    « Tout s’est bien passé? »
    « Ouais. J’lui ai fait un sandwich de confiture pour le goûter et il s’est posé devant son film. Et Aidan est en haut » répondit Samuel en ouvrant le frigo, y dénichant un soda pour Petey, qu’il lui apporta sans que celui-ci ne lui décroche le moindre regard, à peine un merci du bout des lèvres. Il ne s’attarda donc pas plus longtemps, n’attendant que l’arrivée de son frère pour s’éclipser. « J’vais voir Charlie » et avant que son aîné n’ouvre la bouche, il ajouta « t’inquiètes, je fais gaffe au grand méchant loup et je sors couvert ». Un clin d’œil plus tard, il était dehors et prenait la direction de la maison de sa petite amie.

    Il avait besoin de prendre l’air et d’être loin de cette baraque le temps d’une soirée et pourquoi pas d’une nuit. Depuis le départ de Julie il avait été dit qu’il réintégrait sa chambre mais l’idée ne l’enchantait guère. Heureusement l’arrivée de son neveu faisait de nouveau basculer l’ordre des choses et ce dernier n’en était pas mécontent. N’empêche qu’il n’avait aucune envie d’un dîner en famille rempli de longs silences pesants, de regards en coin et de raclements de gorge agaçants à chaque fois qu‘une personne demanderait du pain ou le sel.

    Trois coups bref frappés à la porte et il se retrouvait en train d’attendre que Charlie vienne lui ouvrir. C’était tout ce dont il avait besoin ce soir, être tranquille avec elle sans perturbateurs et profiter d’un moment d’accalmie entre deux tempêtes. L’attente ne fut pas longue et la vision de la petite brune pleine de vie suffit à retirer un peu de sa morosité.

    « Hey! » souffla-t-il en passant le pas de la porte, déposant brièvement un baiser sur ses lèvres. « C’était pas prévu que je passe, j’espère que t’as rien prévu avec un mec plus beau que moi »

....................................

But Satan now is wiser than of yore,
and tempts by making rich, not making poor
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Dim 22 Avr 2012, 18:01

    L’après-midi toucherait bientôt à sa fin mais la soirée n’était pas encore vraiment arrivée non plus. Le soleil cuisant se faisait plus roux, allongeant les ombres à mesure de sa descente vers l’horizon. Du moins c’est certainement ce qui était entrain de se passer derrière les longues tentures tirées qui ondulait devant les fenêtres entrouvertes. Charlie n’en n’avait épargnées aucune et se donnait un mal de chien pour garder une température intérieur acceptable pour Louise qui continuait de souffrir de la chaleur.

    Si l’été continuait sur cette lancée, la jeune femme devrait songer à une solution car depuis la mort de Monsieur Pinkman, l’inquiétude que la saison estivale ne lui soit fatale ne faisait que s’accroître. En attendant de devoir prendre la moindre décision, elle s’était démenée pour truffer la maison de ventilateurs dysfonctionnels qui semblaient passer leur temps à lui claquer dans les pates ou à refuser de tourner sans raison apparente. Pour l’instant elle pouvait tout de même d’offrir le luxe de la procrastination et la santé de sa grand-mère semblait se maintenir au ras des pâquerettes, mais se maintenir tout de même.

    Vu l’heure, il allait d’ailleurs falloir qu’elle songe à décoller de devant l’écran de son ordinateur portable où tournait un épisode de Dexter qu’elle visionnait en dégustant un yaourt nature. Préparer ses médicaments pour la tension, réchauffer le potage, préparer le repas, lui couler son bain, Dieu merci elle pouvait encore aisément se laver elle-même. Ce genre d’activité lui mangeait généralement une bonne partie de son temps, et finalement c’était presque tant mieux car mise à part Samuel et les coffrets DVD et les bouquins qu’elle s’offrait de temps en temps, il ne lui restait plus grand-chose comme occupation de loisir. Colleen n’avait manifestement plus vraiment le temps pour elle, du coup, quel intérêt d’aller boire un verre ou voir un film toute seule ? Lorsque Sam n’était pas disponible, tout ce qui lui restait à faire c’était manger un yaourt et trainer en chaussettes devant un film.

    Elle venait de presser le bouton pause lorsque quelques coups retentir dans l’entrée. Quelques enjambées plus tard, elle jetait un coup d’œil derrière le rideau de la fenêtre qui donnait côté façade. Son visage s’éclaira d’un large sourire lorsqu’elle reconnu le profil qui attendait devant la porte. A grand pas pressés, elle quitta la pièce pour investir le hall et ouvrir au grand blond qui se trouvait juste derrière. La jeune femme accueillit son baiser avec plaisir, aux anges de le voir débarquer à l’improviste.

      « J’ai rendez-vous à 19 heures avec Brad Pitt et à 23 heures avec Johnny Depp. Mais j’pense que je vais annuler, j’ai trouvé mieux » répliqua Charlie en refermant la porte avant de se rapprocher de lui pour saisir sa main « Tu tombe super bien, j’allais commencer le repas, tu vas me tenir compagnie pendant que je cuisine. Tu seras rien obligé de faire t’inquiète pas. Tu veux que j’te prépare quelque chose en particulier ? Des pâtes ouuu… de la purée ? T’as l’air fatigué » remarqua-t-elle en passant une main sur sa joue mal rasée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 25
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : Barman au drugstore
Nombre de messages : 585

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Dakota Sallander -Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Dim 22 Avr 2012, 20:19

    Ses chevilles allaient enfler s’il tenait la distance face à deux stars hollywoodiennes, mais il n’allait pas s’en plaindre, il voulait bien des accueils comme celui-ci tous les jours. Se laissant guider par Charlie il la suivit sans rechigner dans la cuisine, appréciant la fraîcheur de la pièce face à la lourde chaleur de cet fin d’après-midi.
    Fatigué? Le mot était faible en comparaison de son ressentit. Samuel était pourtant un habitué des nuits blanches, des journées à rallonge et luttait constamment contre le sommeil, mais il aurait donné n’importe quoi pour dormir quelques heures du sommeil du juste. Lessivé aurait été le mot le plus approprié car ce n’était pas tant une fatigue physique que tout le reste. Et ces deux derniers jours n’avaient pas été de tout repos. Pourtant il n’avait pas envie de parler de Aidan et sa nouvelle crise, de son altercation au drugstore avec la population locale, et de la grande probabilité qu’il ne retourne pas travailler demain. Le jeune homme n’était pas dupe, il devrait en passer par là, Charlie savait mieux que quiconque comment lui tirer les vers du nez. Mais ce dernier n’avait pas envie que ses frères fassent écho à leur soirée comme presque à chaque fois. Sans compter qu’il avait des nouvelles bien plus futiles que ça à balancer et qui tournaient autour d’une partie de jambes en l’air et d’un mollusque frappant le cinglé du coin.

    « C’est gentil mais j’ai pas faim » grogna-t-il, fait ô combien exceptionnel avec l’appétit d’ogre qui le caractérisait. Après quoi il la fit tourner, collant son torse à son dos en l’encerclant de ses bras, posant sa tête sur son épaule. « Nuit agitée…et pas de la meilleure façon qui soit » se contenta-t-il d’avouer pour le moment.

    Et c’était là un doux euphémisme. Il avait passé la nuit à observer son frère en espérant que son corps se détende, puis le reste à tenter de trouver le sommeil sans résultats concluants. Le barman avait bien réussit à plonger quelques minutes dans un état d’inconscience mais quand il avait rouvert les yeux, Aidan se tenait debout devant son lit avec un sourire machiavélique. Il avait rouvert les yeux -réellement cette fois- pour se rendre compte que ce n’était qu’un rêve et il avait attendu que le soleil se lève pour se lever et entamer cette interminable journée.

    « Et ma sieste a été interrompue par un lion qui dansait sur une musique Dance des années 90 » ajouta le jeune homme en grognant de nouveau. « Petey est de retour » précisa-t-il tout de même pour justifier sa première réponse. « En réalité ce sont ces deux derniers jours qui ont été merdiques. J’suis content de te voir » souffla-t-il en déposant un baiser sur son épaule.

    Le jeune homme relâcha un peu son étreinte, la laissant vaquer à ses occupations et préparer le dîner pour sa grand-mère. D’ailleurs il n’entendait pas la télévision, ce qui sous entendait que Louise était encore allongée dans son lit.

    « J’vais te filer un coup de main ça ira plus vite. Comment elle va? »

    Après tout, c’était toujours elle qui écoutait ses malheurs et à peine arrivé il commençait déjà à râler. Elle aussi devait être fatiguée, pas pour les mêmes raisons mais Samuel savait qu’il n’aurait jamais pu s’occuper d’une personne âgée même si elle avait fait partie de sa famille. Il avait un rapport avec la mort assez spécial et n’aurait pas supporté de voir une personne mourir à petit feu sous ses yeux. Mais il ne lui demandait jamais rien, en macho égoïste qu’il était.

....................................

But Satan now is wiser than of yore,
and tempts by making rich, not making poor
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Jeu 26 Avr 2012, 00:33


    Comment ça pas faim ? Quel genre de petite-amie allait-elle faire si elle autorisait ce grand machin au teint pâle à passer la soirée chez lui sans rien avaler ? Ca n’était franchement pas un secret qu’on mangeait mal chez les Donnelly, du coup, lorsque le sien venait errer entre ses quatre murs, elle mettait toujours un point d’honneur à lui préparer quelque chose de bon. Peut-être aussi parce que c’était bien plus motivant de cuisiner pour lui que pour elle-même ou pour sa grand-mère qui était difficile et très peu gourmande. Ca avait du moins l’avantage de casser le quotidien et elle avait toujours aimé ça.

    Le reste ne l’étonna qu’à moitié. Il y avait rarement un jour qui passe sans que quelque chose n’arrive chez eux. Chaque fois qu’elle voyait Sam, il avait une nouvelle histoire à lui raconter, parfois inquiétante, parfois consternante, parfois frustrante, mais quoi qu’il arrive il y avait toujours du neuf de leur côté. Il y a quelques semaines d’ici sa curiosité naturelle l’aurait emporté et elle aurait sauté sur l’occasion pour débiter quelques questions. Aujourd’hui, elle savait que si ça n’était pas cette fois-ci ça serait la prochaine, ou bien ça serait la prochaine histoire. Quoi qu’il arrive elle finissait toujours pas entendre parler d’une chose ou l’autre, alors pourquoi se jeter sur l’information si au final les informations venaient à elle toutes seules, qu’elle le veuille ou non ?

    Elle réagit tout de même d’un sourire lorsque le jeune homme annonça le retour de son neveu. Elle avait croisé le petit bonhomme à quelques reprises la dernières fois qu’il était venu à Grayson, et elle n’en gardait que de bons souvenirs. A tel point que s’il n’avait pas autant ressemblé à ses parents, elle se serait demandé si le gamin n’avait pas en fait été adopté. Il n’était pas hyper bavard ni super expansif mais il était doux. Du moins l’avait-il été avec elle ! Ses parents n’avaient absolument rien de doux…

      « Si vous avez besoin de moi pour le garder ça m’dérange pas » commenta la jeune femme en s’extirpant à regret des grands bras de son petit-ami.


    D’un soupir elle longea les étagères pour ouvrir l’armoire qui contenait les casseroles et s’y pencher. Elle ressortir pourtant bien vite la tête de là pour adresser un large sourire ou pointait un peu d’étonnement au jeune homme.

      « Qui ça ? Ma grand-mère ? » s’étonna-t-elle, puisque généralement il n’appréciait pas trop de se retrouver coincé avec la petite vieille sénile qui s’évertuait à l’appeler Pol « Hum… pour l’instant ça va plus ou moins » expliqua-t-elle d’un moue douteuse « Clyde m’a expliquer qu’avec ses problèmes de tension la chaleur l’affaiblit beaucoup. Comme elle perd un peu la boule et que c’est pire quand elle est fatigué, en c’moment elle est pas souvent dans l’coin si tu vois c’que j’veux dire ! » continua Charlie en ouvrant de grands yeux « Tu peux mettre la table. Les assiettes sont dans l’armoire juste derrière toi »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 25
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : Barman au drugstore
Nombre de messages : 585

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Dakota Sallander -Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Jeu 26 Avr 2012, 01:25

    Le jeune homme arqua un sourcil interrogateur mais ne répondit pas, se contentant d’un hochement de tête à l’affirmative et d’un pouce levé en signe d’accord. Non pas qu’il ne pensait pas Charlie capable de s’occuper de Petey, il savait qu’elle avait un bon contact avec lui. Mais pas de là à se proposer à le garder. Sa petite amie n’avait pas spécialement la fibre maternelle et tant mieux pour lui.
    Il ne put cependant pas retenir un sourire, heureux tout de même de constater qu’elle était de plus en plus intégrée à sa famille, repoussant dans les profondeurs la petite voix qui lui disait justement qu’il fallait s’inquiéter de cette idée.
    Sa famille n’aurait de toute façon pas besoin de demander son aide à la jeune femme, puisque sans emploi à nouveau, les journées de Samuel s’annonçaient d’une longueur interminable, mais libres pour s’occuper de son neveu .

    Ce dernier évita néanmoins de parler pour le moment du fait qu’il ne retournerait pas au drugstore, quand en entendant que la grand-mère de Charlie n’était pas au mieux de sa forme. Ce n’était pas tant qu’il s’inquiétait pour elle, on ne pouvait pas dire qu’il appréciait plus que ça Louise Doyle. Un, elle ne savait même pas qui il était, deux, si elle l’avait su il était certain qu’elle ne l’aurait pas aimé. Il ressentait bien un peu de compassion mais c’était là le maximum qu’il pouvait donner. Non s’il tiquait c’était pour une toute autre raison, qu’il n’avait jamais évoqué avec sa petite amie parce que l’idée l’effrayait lui-même assez comme ça.

    Il obtempéra alors et se retourna pour attraper les assiettes et les couverts, les disposant sur la petite table de la cuisine avec une lenteur calculée, se donnant le temps de la réflexion, pesant ses mots pour ne pas que sa future question paraisse vexante ou déplacée.

    « Et y’a vraiment que toi pour t’occuper d’elle? »

    Merde! Même en pesant ses mots, ça ne sonnait pas très bien. Ça sonnait vraiment comme le mec qui se foutait royalement de la petite vieille, malade et alitée, et ce n’était définitivement pas le sens de ses pensées.

    « Enfin….c’est…c’est pas que » bafouilla Sam en cherchant ses mots. « Enfin t’es coincée ici, dans cette maison, dans ce village. Je trouve ça dommage c’est tout » lâcha-t-il en se détournant, captiver soudain par ce qu’il voyait au-delà de la petite fenêtre de la cuisine.

....................................

But Satan now is wiser than of yore,
and tempts by making rich, not making poor
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Lun 30 Avr 2012, 22:37

    C’que c’était compliqué d’être une fille tout de même. Depuis le temps qu’elle sortait avec Sam elle n’avait eut de cesse d’attendre après un peu d’attention de sa part, après une preuve qu’il s’intéressait au moins un minimum à son cas, à son histoire. Maintenant qu’il se mettait soudainement à poser des questions elle en était presque agacée et souhaitait changer de sujet. On pouvait lui laisser au moins qu’elle s’apercevait elle-même de la jolie contradiction dont elle faisait preuve. Pas difficile en même temps, ça ne lui laissait pas beaucoup de mérite, mais ça lui permettait de ne pas se montrer illogique devant Sam et de contrôler ses petites pulsions idiotes.

    Le problème ne venait pas de Sam de toute manière, c’était simplement que le sujet avait tendance à lui mettre les nerfs en pelote et lui rappeler ses manquements, ses regrets, sa guigne et du même coup toutes ses inquiétudes et ses questionnements quant à l’avenir. Son réflexe était de mettre la tête dans le sable pour se protéger, mais c’était quelque chose qui devenait difficile à faire lorsqu’un beau blond avec qui on espérait s’enfuir se mettait à aborder ce genre de sujets.

      « Hem… ouais on peut dire qu’y a qu’moi. Techniquement y’a ma mère aussi mais… ça n’arrivera pas, c’est pas la peine d’espérer. Elle se pointe même plus pour noël, elle a trouvé l’truc maintenant, elle m’envoi une e-card sur ma box mail et le tour est joué ! » expliqua la jeune femme en accompagnant sa phrase de quelques mouvements avec la spatule qu’elle avait en main.


    Puis d’un haussement d’épaule elle termina d’un ‘qu’est-ce que je peux y faire ?’ muet.

      « C’est effectivement dommage oui, mais… si j’étais pas coincée ici on se serait jamais rencontrés alors… tant mieux ! » enchaîna Charlie d’un petit sourire vers Sam.


    Mieux valait faire preuve de positivisme et voir les choses sous cet angle qui n’était effectivement pas déplaisant plutôt que de se laisser aller à refaire un énième bilan catastrophique de sa vie. La lancer sur le sujet c’était toujours prendre un risque. Sam ne le savait pas encore et l’apprendrait sans doute à ses dépends, tôt ou tard, mais Colleen et Grifith eux avaient fini par le comprendre depuis le temps. En même temps, y’avait tellement de chose foireuses dans sa vie que la moitié des sujets de conversation normaux devenaient chez elle des terrains minés et dangereux, capable de déclencher des crises de colère ou de déprime aussi courte que violente. Pour le moment elle n’en n’était pas encore là, mais le pire dans cette histoire c’est que ça lui tombait généralement dessus à l’improviste, sans prévenir, sans mettre son clignoteur dans les tournants.

    Franchement, c’était compliqué d’être une fille.

      « Pourquoi tu demande ça ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 25
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : Barman au drugstore
Nombre de messages : 585

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Dakota Sallander -Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Mar 01 Mai 2012, 00:38

    Oui, le fait qu’elle soit coincée ici les avait fait se rencontrer. Mais ce même état de fait signifiait aussi qu’il partirait, et qu’elle resterait. Dans son fort intérieur Samuel avait eu pleinement conscience de cette question au moment même où il avait commencé à s’accrocher à elle et à ne plus la considérer comme une petite aventure rafraîchissante, mais se l’entendre dire à voix haute anéantissait toute pseudo préparation. Finalement, c’était plus facile de faire l’autruche et de prétendre ne pas voir l’inévitable. Il n’avait jamais été le genre de mec à planifier les choses et à penser loin dans l’avenir, pourquoi se torturer l’esprit en commençant aujourd’hui.
    Pour le moment Charlie était en face de lui et c’était tout ce sur quoi il devait se focaliser, ou du moins tout ce sur quoi il voulait se focaliser.

    Se laissant tomber mollement sur une chaise dans un soupir las, il la regarda continuer de s’affairer avec un petit sourire en coin, voyant la spatule battre l’air de droite à gauche. Il ne connaissait pas la mère de Charlie, seulement les quelques informations que la jeune femme lui avait donné, mais avec la mère qu’il avait eu, il lui paraissait inconcevable de faire si peu d’effort pour entretenir un lien mère fille digne de ce nom.

    « Elle ne sait pas ce qu’elle rate » fut la seule remarque qu’il se permit de faire, parce qu’il savait mieux que quiconque que le sujet sur les parents était épineux par bien des manières.

    Et il laissa passer un instant de silence, contemplant le dos de sa petite amie sans vraiment la voir. Non, inutile de rester d’avantage dans ses sables mouvants. Il avait eu plus ou moins une réponse et pour le moment, ça lui suffisait. Assez en tout cas pour qu’il veuille changer de sujet.

    « Pour rien » lâcha-t-il en fixant à nouveau son regard sur la fenêtre. « Rien qui me fera me sentir mieux »

    Il regretta la deuxième partie de sa phrase quand il sentit le regard de Charlie peser sur lui alors qu’il le fuyait justement. C’est pourquoi il n’attendit pas qu’elle prenne la parole et reposa son attention sur elle.

    « J’vais lâcher mon boulot au drugstore »

    Ou comment passer du coq à l’âne en un millionième de seconde.

    « J’ai eu un petit différend avec Calvin…..avec Calvin et la moitié du village en fait » précisa-t-il en souriant de façon hypocrite.

....................................

But Satan now is wiser than of yore,
and tempts by making rich, not making poor
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Jeu 03 Mai 2012, 22:30

    Ah pour ça, Samuel avait carrément raison : sa mère ne savait pas c’qu’elle ratait. Pas la moindre petite idée. D’ailleurs elle s’en fichait pas mal et il y avait fort à parier qu’elle ignorait même être entrain de rater quelque chose. Être une mère ne l’avait clairement jamais intéressé, et il ne lui avait jamais semblé lui manquer contrairement à ce qu’elle pouvait bien affirmer les rares fois où elles avaient contactes. De toute façon qu’est-ce qu’elle ratait au juste ? Pas grand-chose en fin de compte, ou bien toujours la même histoire sans grand intérêt. Elle ratait une vie monotone au milieu d’absolument nulle part, avec un job pourri et peu d’amis fiable, une mère malade et un âne. La pauvre ! Quelle idée de parcourir le monde pour vivre d’amour et d’eau fraiche avec le premier venu ?! Quelle idée de vivre de son art et de sa passion en laissant aux autres le soin des responsabilités merdiques et ingrates ! Pauvre, pauvre Gladys qui ne savait pas c’qu’elle ratait.
    De son côté, Charlie savait parfaitement ce qu’elle ratait. Ca commençait par un V, se terminait par un e, et comportait un i quelque part au milieu…

    La jeune femme arrêta de touille rageusement dans sa purée Mousline pour tourner vers son petit-ami un regard cerné d’incompréhension. Se sentir mieux ? Alors c’était pour ce soudain intérêt sortit de nulle part ? Il se sentait mal dans sa peau et comme tout l’monde dans ses cas là se mettait à se poser quelques grandes questions existentielles peut-être ? Après tout, elle avait un jour entendu un dicton qui disait que l’on posait toujours aux autres les questions que l’on avait envie de se voir poser. C’était probablement le phénomène qui avait lieu ici avec Sam. Il avait envie de déballer son sac alors jetait rapidement un œil sur le sien.

    De toute façon, les Donnelly ne se sentaient jamais bien dans leurs peaux, c’était presque un trait de famille. Un trait un peu triste certes mais qui semblait se vérifier chez chacun des frères avec qui elle avait eu l’occasion d’échanger autre chose que des banalités de loin. Avec Sam c’était surtout des échanges de fluides, mais bref, la nouvelle du drugstore attisait tout de même sa curiosité. Que s’était-il encore passé ?

      « Calvin ?... C’est vrai qu’il peut être un peu tendu mais j’me suis toujours bien entendue avec lui. Qu’est-ce qui s’est passé ? Les vielles parlaient d’une bagarre entre lui et Logan hier à l’épicerie, mais j’ai pas vraiment fait gaffe » expliqua-t-elle d’un haussement d’épaule.


    Si elle tendait l’oreille à chaque potin, chaque rumeur ces temps-ci, autant investir dans un dictaphone parce que ça n’arrêtait tout simplement plus depuis que son bel amoureux et ses cowboy de frères avaient débarqués au village. Tous les deux ou trois jours on entendait une nouvelle histoire, et si l’histoire en question ne concernait pas directement les Donnelly on pouvait être sûr qu’en fouillant un peu on y trouvait tout de même un rapport. C’qu’elle en ratait des choses cette pauvre Gladys décidemment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 25
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : Barman au drugstore
Nombre de messages : 585

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Dakota Sallander -Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Sam 05 Mai 2012, 02:34

    Il avait beau jouer les gros durs insensibles le jeune homme s’était vu refaire un petit séjour à l’hôpital quand il avait comprit la tension qui régnait dans le drugstore deux jours plus tôt. Alors s’entendre dire que Calvin n’était pas un mauvais bougre lui fit monter la moutarde au nez. Dans une certaine mesure Samuel comprenait qu’on puisse s’entendre avec ce type. Dans d’autres circonstances, à Cleveland par exemple, ce genre de clients, ceux qui avaient toujours la bouche grande ouverte pour déverser leur rancœur sur le premier venu, l’amusait grandement. Mais ici c’était après lui que le tenancier en avait, et ses frères, et la seule chose qu’il souhaitait était les voir déguerpir au plus vite. À trop parler pourtant, la situation s’était retournée contre ce dernier et pour le moment, son intervention musclée avait tassée les choses. Peu de gens osaient dire à voix haute qu’ils soutenaient l’homme qui avait agressé physiquement et dans le dos un membre des forces de l’ordre et deux autres citoyens de cette petite communauté rurale. Le barman n’était pas assez naïf cependant pour penser que ce vent de révolte ne reviendrait pas souffler sur leur visage, et ce plus tôt que prévu.

    Il n’en faudrait guère plus pour voir la moitié du village frapper à leur porte pour les déloger, il en était certain, mais le problème restait qu’ils n’avaient pas tant avancés que ça dans leur investigation, y compris avec l’aide de Sallander. Et ça ne risquait pas d’aller en s’améliorant avec l’histoire du drugstore.

    « Quel doux euphémisme » répondit simplement le jeune homme dans un demi sourire qu’il effaça néanmoins bien vite. « Y’a bien eu une bagarre entre Logan et Calvin mais c’était les prémices de la conclusion » commença ce dernier, jouant distraitement avec le couteau devant lui, avant de se lancer dans la vraie explication. « J’ai été récupéré mon salaire y’a deux jours, le soir après la pseudo disparition de Julie. Tout le monde avait passé son après midi à la chercher sous 40 degrés pour rien alors je te laisse imaginer l’ambiance des lieux après quelques verres pour chacun. C’était comme arrivé bourré à l’anniversaire surprise que t’a organisé tes parents avec toute ta famille sauf que c’est moi qui aurait du dire ‘surpriiiiiise’. Bref la surprise passé, Calvin nous a fait le remake des monologues du vagin version longue avec bonus et extras. Je pense qu’il essaie de monter une mini révolution contre nous et tous ceux qui ne sont pas contre nous. En tout cas ce soir là il en avait autant après moi et mes frères que le maire et sa famille ou les autorités du coin. Il était d’ailleurs soutenu par une bonne partie des habitués du bar jusqu’à ce que….qu’une ou deux remarques changent la donne. »

    Il marqua une petite pause, se remémorant en un dixième de seconde ce qui avait fait pencher la balance en sa faveur.

    « Je croyais que j’allais ressortir du drugstore les pieds devant avec la tronche en raton laveur et puis il s’en ait pris à l’adjoint. Kathleen Wood s’est vue traitée de dinde aux plumes serrées quant à ta meilleure amie…il semblerait qu’elle ait goûté aux joies du sexe avec Calvin dans la réserve. Tu te doutes que venant de sa part ça a été lâché devant toute l’assemblée avec beaucoup moins de tact. Après ça Logan s’est levé pour envoyer son poing dans la gueule de Douglas, qui lui a explosé les bijoux de famille, puis démoli Armstrong, Handel et Stevens à coup de chaise et il s’est finalement fait embarqué par ton ex »

    Ouais, c’était un bon résumé de sa soirée, grosso modo.

    « Donc je vais laisser tomber mon job au drugstore » conclut ce dernier en laissant le temps à Charlie d’assimiler les informations qu’il venait de lâcher à la pelle.

....................................

But Satan now is wiser than of yore,
and tempts by making rich, not making poor
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Sam 05 Mai 2012, 23:57

    Le début du récit la fit sourire et même rire à plusieurs reprises. C’était raconté de manière tellement imagée qu’elle n’avait aucun mal à s’imaginer la scène et présenté comme ça, malgré le ton morose de son petit-ami, c’était cocasse et drôle. C’était vrai aussi que Calvin avait une langue sacrément bien pendue. On savait lorsqu’il commençait mais jamais lorsqu’il allait enfin s’arrêter ! Elle avait en tête quelques souvenirs de cuite mémorable au drugstore avec Colleen, ou Calvin les avait accompagnées en sa qualité de barman très porté sur la bibine. Il s’emportait bien souvent dans de longs monologues hilarants et elle s’était toujours promis d’un jour revenir avec une caméra pour immortalisés ses longues envolées verbales une bonne fois pour toutes. Ca n’était jamais arrivé pour finir, et vu la suite du récit de Sam, beaucoup moins drôle, ça n’arriverait jamais…

    Elle s’était bien vite arrêtée de rire, et son sourire lui-même avait fini par s’estomper totalement pour lui préférer un froncement de sourcils. L’idée que Calvin essaie de monter tout le village contre les Donnelly la mettait terriblement mal à l’aise. Il n’était pas facile à vivre et était rapide à juger les gens, pourtant ils s’étaient toujours bien entendu tous les deux, sans être très proches non plus, mais suffisamment pour qu’elle regrette ce qu’elle venait d’apprendre. De la manière dont le présentait Samuel, si Calvin était contre tous ceux qui soutenait les Donnelly, alors il était contre elle aussi, logique…
    C’était donc une personne en plus pour lui tourner complètement le dos et ça n’était pas quelque chose qu’elle aimait apprendre.

    Surtout lorsque consécutivement elle apprenait un inédit plutôt énorme sur sa propre meilleure amie, et elle l’apprenait en tout dernier lieu. Le village entier en avait entendu parler avant elle. Colleen et Calvin… ? l’idée lui paraissait saugrenue, et pourtant elle n’avait absolument aucun mal à le croire puisqu’elle connaissait si bien les deux oiseaux et ce dont ils étaient capables une fois saouls… Non en fait, ce qu’elle avait du mal à encaisser c’est que Sam lui apprenne un truc pareille sur Colleen, alors que l’information aurait du circuler dans l’autre sens. Elle se sentait frustrée, déçue, mise à l’écart, rejetée même, tout ça à la fois.

    Et c’était Logan bien sûr, son nouveau meilleur ami, qui s’était chargé de sauver son honneur. C’était d’ailleurs honorable de sa part elle devait bien l’avouer, mais ça ne l’empêchait pas de ressentir la jalousie lui chauffer les joues et lui serrer le cœur.

    La soirée s’était terminée à coups de chaises qui plus est. C’était totalement ahurissant et Sam avait eut de la chance de ressortir de la sans une égratignure…

      « …….. ok…. » commenta-t-elle d’une voix un rien plus aigue que d’habitude.


    Pendant ce temps elle continuait de touiller dans sa purée, mais d’un geste un peu plus soutenu et tendu.

      « D’accord… »


    Charlie déglutit avec difficulté avant de laisser retomber sa casserole d’un geste sec pour camper ses poings sur ses hanches fines.

      « J’y crois pas franchement, quelle garce ! J’dois être la dernière personne de tout le Missouri à apprendre la nouvelle, c’est super »


    Elle poussa ensuite un lourd soupir et décida de ne pas aller plus loin concernant Colleen. Ca n’était certainement pas le détail qui intéressait son petit-ami dans cette histoire. Son job passait certainement bien avant Colleen et ses histoires de fesses, elle ne tenait pas à passer pour l’égoïste.

      « Vu les circonstances, … effectivement c’est mieux si t’arrête d’aller bosser là-bas… t’as cas… j’sais pas, essaie au Susan’s ou… c’est pas l’seul bar de la région. Qu’ils aillent se faire foutre » trancha-t-elle, profondément vexé par tout ça « J’suis désolée… » reprit-elle d’un ton bien plus doux, lui adressant un regard compatissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 25
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : Barman au drugstore
Nombre de messages : 585

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Dakota Sallander -Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Dim 06 Mai 2012, 02:01

    Restant quelques instants silencieux le jeune homme finit par se redresser, rejoignant Charlie vers le plan de travail. Il avait parfois tendance à oublier que sa petite amie avait des attaches ici, et se rendit compte qu’il aurait dû y mettre les formes. Il faut dire qu’ils n’étaient pas du genre à se présenter mutuellement à leurs parents de manière officielle ou à leurs amis. Les siens étaient morts, elle ne voyait jamais sa mère, sa meilleure amie ne l’aimait pas et les siens étaient à Cleveland. L’un dans l’autre…
    Elle connaissait déjà ses frères et pour Samuel, c’était déjà un grand pas en avant. Il n’empêche que le plus souvent ils n’étaient qu’eux. Mais c’était un peu ce que recherchait le jeune homme. Quand ce dernier venait voir la caissière, c’était pour se changer les idées, s’enfermer dans leur bulle pour oublier le reste, et un peu parce qu’elle lui manquait mais ça, il avait encore du mal à se l’avouer à lui-même.

    Et si lui se moquait au final de tout ce qui avait été dit au drugstore deux jours plus tôt, ce n’était pas le cas de sa petite amie. Ces gens il ne les connaissait pas, ne vivait pas avec depuis plusieurs années et les quitterait d’ici peu de temps pour les rayer définitivement de sa mémoire, et ce n’était toujours pas le cas de la jolie brune qui se trouvait à ses côtés.

    « T’excuse pas » souffla-t-il en l’attirant jusqu’à lui. « Je m’inquiète pas pour moi je trouverais autre chose, j’me suis toujours débrouillé »

    Enfin il s’était toujours débrouillé parce que Aahron ou Isaac s’assurait qu’il puisse se débrouiller, ça se rapprochait déjà plus de la vérité.

    « Je m’inquiète plus pour toi à vrai dire » reprit ce dernier en posant ses mains sur ses hanches. « Calvin a peut-être une grande gueule mais il reflète l’opinion d’une grande partie des habitants. Ce n’est pas tant que ces gens nous méprisent, ils nous détestent, viscéralement, parce que quatre têtes blondes sont venues foutre la merde dans leurs petits rituels campagnards. Et ils veulent nous voir dehors. Vite. On va essayer de tempérer les choses de notre côté mais je sais au final qu’à un moment donné ça ira mal pour notre cul. Et pour ceux qui auront pris notre parti. Le fait que tu sois avec moi te place en première ligne »

    Il fit une légère pause, l’idée qu’on puisse s’en prendre à la jeune femme lui faisant déjà serrer les poings, mais c’était une possibilité qu’il avait envisagé. Au début, il pensait qu’elle se ferait juste charrier. Mais depuis, et malgré le manque de preuves, Sam avait la certitude de s’être fait empoisonné par Lucy Redd et que son mari était responsable d’une manière ou d’une autre de la mort de ses parents. Après ce qu’il avait entendu hier sur le maire et tous leurs « sympathisants », le barman se demandait dans quelle mesure Charlie pouvait être prise à parti?

    « Viendra bien un jour où on se tirera mais toi….on aura foutu la merde et tu seras celle qui est sortit avec l’un de ces types bizarres »

....................................

But Satan now is wiser than of yore,
and tempts by making rich, not making poor
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Dim 13 Mai 2012, 04:24

    Au départ, Charlie avait trouvé ça touchant et flatteur qu’il s’inquiète pour elle et pour sa sécurité. Elle avait délaissé sa mine boudeuse et contrariée pour un petit sourire reconnaissant même si la suite n’était pas des plus rassurantes. Le fait d’être aux premières loges du conflit qui menaçait d’éclater dans le village ne l’enchantait guère et lui procurait une impression de malaise et de rejet qu’elle détestait ressentir. Elle aurait aimé être assez naïve et positive pour le contredire et lui assurer que la situation n’était pas aussi terrible qu’il semblait le penser, qu’il était juste sous le choc des évènements du drugstore ou quelque chose comme ça, mais en même temps, elle connaissait assez les gens du coin pour savoir que Sam n’exagérait certainement pas de grand-chose, s’il exagérait tout court.

    La dernière phrase lui fit pourtant lentement perdre son sourire, le temps qu’elle assimile et décortique ce qu’il venait de dire.
    En gros, le message c’était qu’un jour il allait partir, et elle pas…
    Elle allait rester là, toute seule, avec sa grand-mère malade, entourée de voisins qui la détestent.

    C’était LA question qu’elle n’avait eut de cesse de se poser depuis qu’ils sortaient ensemble. Est-ce qu’il allait la laisser là ou l’emmener avec elle loin de ce trou paumé qu’elle détestait et qui le lui rendait au centuple ? Est-ce qu’il était avec elle juste pour passer le temps ou parce que ça allait vraiment les mener quelque part ? Est-ce qu’il envisageait l’après Grayson avec elle ou pas ? Et après des semaines et des semaines à rêver de Cleveland, elle venait enfin d’avoir sa réponse. C’était non. Peut-être qu’il y avait pensé, peut-être qu’il y pensait encore. Mais le simple fait d’hésiter était sacrément révélateur… Ca voulait tout simplement dire qu’il n’était pas amoureux.

    Dire qu’elle avait même été voir des photos de Cleveland sur internet en s’imaginant marcher dans les rues comme si c’était les siennes… Il n’était pas rare qu’elle se sente bête, mais là ça dépassait tout entendement, c’était trop débile. Pourtant elle s’était répété un milliard de fois de ne pas trop s’emballer, de garder les pieds sur terre. Maintenant qu’elle avait sa réponse il lui semblait même la connaitre depuis le début tellement c’était courut d’avance. Tellement évident, et pourtant elle se prenait tout de même une belle claque en plein dans la tronche.

    Elle avait tous les charmants symptômes de la montée d’adrénaline soudaine. Le cœur qui bat al chamade, la gorge coincée dans un étau douloureux, les oreilles qui bourdonnent et la peau glacée. Elle ne savait même plus quoi répondre, trop absorbée qu’elle était par le constat totalement moisi de sa vie et par l’écrasant sentiment de solitude qui semblait lui ankyloser l’esprit.

    Partagée entre l’envie de le gifler, d’hurler, de pleurer, ou de simplement s’éteindre comme une machine, elle déglutit péniblement et se détourna de Sam pour retourner lentement à sa casserole de purée. Était-ce réellement nécessaire de faire une scène ? Elle avait plutôt envie de se terrer dans un trou et de faire vœu de silence. Si elle abordait le sujet maintenant elle allait complètement craquer et elle se sentait déjà bien assez ridicule comme ça. Si en plus elle perdait la face, autant se jeter du Tubery Bridge maintenant !

      « Ouais… p’tètre qu’ils m’obligeront à m’raser le crâne et qu’ils me marqueront le visage au fer rouge, … comme les femmes qui avaient couché avec des nazis pendant la guerre, tu sais ? Sauf qu’au lieu d’une croix gammée ça serait, … j’sais pas moi, un trèfle irlandais » en esquissant un très bref sourire pour donner le change « Enfin bref. C’est gentil de t’inquiéter mais ça ira… » reprit Charlie avant de pousser un soupir court mais profond, puis de se racler la gorge « Et donc… Calvin à passé la nuit au trou si je comprends bien. Personne n’a été blessé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 25
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : Barman au drugstore
Nombre de messages : 585

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Dakota Sallander -Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Ven 18 Mai 2012, 04:44

    « Arrête c’est vraiment pas drôle » répondit-il sur un ton plus brusque qu’il ne l’aurait souhaité.

    La frustration de s’entendre dire qu’elle était la seule à pouvoir s’occuper de sa grand-mère et de ce fait était coincée ici, l’inquiétude qu’il ressentait vis-à-vis de ça avaient raison de son calme. C’était nul. La vie était nulle. Il n’avait jamais été attaché à personne à Cleveland alors qu’il zonait dans cette ville depuis un quart de siècles, et pourtant les candidates qui avaient tenté de percer sa carapace et de faire un bout de chemin avec lui, en vain, avait été nombreuse. Et la seule à qui il tenait vraiment n’était finalement destinée qu’à être une passade, une histoire à durée déterminée. Si c’était ce qui l’avait attiré en premier lieu, autre que le physique et la personnalité de Charlie, c’était cette même idée qui le chagrinait aujourd’hui.
    Seulement, cette dernière n’avait pas l’air plus embêtée que ça à l’idée qu’il reparte et qu’elle reste, et elle trouvait même à blaguer sur le sujet. Peut-être qu’au fond, c’était aussi pour ça qu’elle était avec lui. Après tout, et bien qu’il n’ait jamais demandé de détails sur le sujet, la demoiselle avait mis les voiles en plaquant son fiancé et petit ami depuis plusieurs années, elle n’était pas franchement un modèle de stabilité. Il ne savait vraiment plus quoi penser de toute ceci et finit par changer lui aussi de sujet.

    « C’est comme je l’ai dit. Quelques coups de chaise et une paire de couilles endommagée » ajouta ce dernier sur un ton redevenu calme pour répondre à la dernière question de sa petite amie. « Je n’ai pas eu vent du reste mais ça ne devrait pas mettre beaucoup de temps à faire le tour du village, comme toutes les histoires croustillantes »

    Ça, la bagarre du drugstore, l’intervention de Logan et les prouesses acrobatiques de la meilleure amie de Charlie. Oui Samuel ne doutait pas que d’ici demain, tous ces potins seraient connus de tous, et pour une fois, ses frères et lui ne seraient pas pointés directement du doigt. C’était presque rassurant de voir que même entre eux tout n’était pas aussi rose et convivial qu’ils voulaient tous le faire croire. Certes, le sujet de leur discorde était sa famille, mais il n’avait été qu’une cendre sur des braises déjà brûlantes…
    La seule chose négative qu’il retirait de tout ça était que les journées allaient être longues à partir de maintenant. Si son job n’était pas passionnant, il avait au moins le mérite de lui occuper l’esprit quelques heures dans la journée. Penser qu’il déambulerait dans la maison, ferait du « neveu sitting », et regarderait les aiguilles de sa montre le narguer n’avait rien de réjouissant.

    Le jeune homme laissa passer un long moment de silence, regardant simplement sa petite amie terminer le repas, la vision de la nourriture ne lui ouvrant pourtant pas l’appétit, et pensant à ses prochaines occupations, dont le montage de la scène, il en vînt à penser au pique-nique organisé dans quelques jours.

    « Tu joues toujours de la guitare pour le pique-nique? Aahron tient absolument à ce qu’on y aille tous et qu’on joue les citoyens modèles. Je vais devoir remettre mes talents d’acteur au goût du jour »

....................................

But Satan now is wiser than of yore,
and tempts by making rich, not making poor
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Jeu 24 Mai 2012, 22:51

    Charlie gardait son regard chocolat braqué sur ses casseroles sans s’autoriser à en dévier, même ne serait-ce qu’une seule seconde. Elle n’avait aucune envie de poser ses yeux sur le visage de Sam, de le trouver trop mignon et d’être incapable de lui faire correctement la tronche. Après tout il le méritait amplement non ? Elle était dans ses bons droits d’être en colère et frustrée. Il débarquait ici, la draguait presque immédiatement, la faisait rêver pendant des semaines tout en détruisant complètement sa réputation déjà précaire au village, juste avant de se tirer et de la planter là pour retourner à sa petite vie tranquille, après avoir mit le souk à Grayson, le souk dans sa vie. Combien de mecs allaient encore lui faire le coup ? Chaque fois qu’elle prenait le risque de se mettre en couple avec un garçon il la laissait dépouillée. Soit sentimentalement, soit matériellement. Mais le résultat était toujours le même.

    Elle aurait très bien pu arrêter de faire semblant que tout allait bien, arrêter de cuisiner comme si elle était indifférente à ce qu’il avait dit, mais d’un autre côté elle n’avait aucune envie d’engager une dispute maintenant. Si c’était pour s’entendre dire qu’elle avait tord, ou que c’était terminé, non merci. Elle était trop ébranlée pour ça et risquait d’exploser dans tous les sens et d’aggraver plus encore la situation. Car malgré sa rancœur, elle continuait d’avoir envie que ça s’arrange, et continuait surtout d’espérer qu’il change d’avis et l’emmène quand même. C’était stupide, et naïf comme d’habitude, mais c’était tout simplement plus fort qu’elle.

    Elle acquiesça donc simplement à ses précisions concernant la bagarre, avant de pousser un lourd soupir qu’elle fit le plus discret possible. Avant d’ouvrir à nouveau la bouche elle devait laisser descendre la pression et sortir le nez de ses problèmes.

    Penser aux petits africains qui meurent de faim et aux peuples en guerre, voilà qui fonctionnait toujours pour revenir sur terre et relativiser ce qu’on appelait « ses problèmes ». Après tout elle avait la santé, elle était mince, elle avait un toit, à manger, un job, une salle de bain, des passions, la télévision, le droit de vote, un jardin et même un âne, quelle raison y avait-il de se plaindre alors que certain vivaient sous un carton avec l’estomac vide ? Il y avait plus grand drame dans la vie que d’être une idiote amoureuse.

    Quoi qu’il en soit cette pensée et les quelques instants de silence qui s’en suivirent l’aidèrent à retrouver un semblant de contrôle sur ses pauvres nerfs fragiles de fille. Elle continuait de fixer les quelques saucisses entrain de cuire devant elle mais réussit à moduler sa voix d’un raclement de gorge.

      « Hem, oui j’y vais toujours, je joue vers 21 heures j’crois. J’avais vraiment pas envie d’y aller mais… quand j’ai croisé Kathleen elle m’a fait le coup des grands yeux de bébé chat, j’ai pas pu dire non. J’suis sensée jouer avec ton frère alors y’a intérêt qu’il vienne ça c’est certain. J’veux pas me retrouver toute seule devant eux ils vont m’arroser d’tomates pourries. S’il est là je pourrai au moins me servir de lui comme bouclier humain » maugréa-t-elle.


    C’était sensé être une blague mais l’humeur n’y était pas. Elle coupa la plaque sur laquelle était posée la purée avant de replacer une mèche de cheveux bruns derrière ses oreilles.

      « Ca sera prêt dans un instant. Est-ce que tu veux bien mettre la… » commença-t-elle tout en faisant demi tour pour se rendre compte que c’était déjà fait et que la table était déjà mise « Ah oui… j’te l’ai déjà demandé » soupira-t-elle, profondément agacée par elle-même « J’suis a côté d’la plaque, c'est pas grave » grogna-t-elle en saisissant la casserole pour venir la poser d’un geste sec sur un sous plat au centre de la table.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 25
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : Barman au drugstore
Nombre de messages : 585

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Dakota Sallander -Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Sam 21 Juil 2012, 23:42

    Comment passer du coq à l’âne en un millième de secondes. Pour ça ils étaient sur la même longueur d’ondes. Faire l’autruche et conserver soigneusement les non-dits au fond d’un tiroir. Ne pas dire clairement les choses n’enlevait pourtant en rien la tension que le jeune homme percevait. S’il avait cru au karma ou aux âneries de ce genre, il aurait parié que cette pièce, au dit instant, était chargée d’ondes négatives très nocives pour ses chakras.
    Le barman était finalement nostalgique de l’époque où ils ne faisaient que boire, s’amuser et s’envoyer en l’air, dans la même soirée, sans avoir de conversations sérieuses. L’époque où il était totalement détaché de la jolie brune et où il pensait encore avec certitudes que ses parents étaient morts dans un accident de voiture. Les ennuis qu’ils accumulaient lui et ses frères, la perpétuelle inquiétude qui lui rongeait les sangs, et les sentiments qui s’étaient mêlés à toute cette histoire rendaient les choses plus compliquées. Et chacun savait que Samuel n’était pas le genre de personne à affronter ses problèmes mais plutôt s’assurer qu’il y ait plusieurs milliers de kilomètres entre eux et lui.

    Mais ils dérivaient gentiment sur un sujet moins prise de tête et le jeune homme s’en contenta. Bien que l’idée d’aller cuire sous un soleil de plomb en agitant un drapeau blanc ne l’enchantait guère, les promesses faîtes à ses deux aînés le forçaient à se comporter, le temps d’une journée, en parfait faux citoyen de la bourgade. Et pour faire bonne figure, il avait même proposer de prêter mains fortes à l’installation de la scène. De journée pique nique, il l’avait rebaptisé secrètement journée de l’hypocrisie, mais comme faire semblant était le mot d’ordre de ce village, il se contenterait de suivre le mouvement.

    « Il m’a assuré qu’il venait mais comme la mienne sa parole n’a pas vraiment de poids » ironisa ce dernier en parlant de son cadet. « Et puis s’il vient pas il récoltera un discours moralisateur de Aahron. J’pense qu’il optera pour les tomates pourries » assura le jeune homme dans un sourire.

    Le silence se fit quelques instants avant que le grand blond ne pose son regard sur la table, puis sur Charlie. Ok….
    Sentant qu’il avait tout intérêt à ne pas la brosser dans le sens contraire du poil et qu’une remarque, même humoristique aurait du mal à passer, il haussa les épaules dans un demi sourire et s’assit devant l’un des couverts qu’il avait disposé plus tôt. Mais la vue de la nourriture ne lui ouvrit pas plus l’appétit et son estomac restait obstinément noué.

    Il se sentait comme un quarantenaire bidonnant rentrant de sa journée de travail et trop exténué pour gronder ses huit gosses qui font le chahut à l’étage ou contrarier sa femme sur les nerfs après une journée à la maison.

    « Je nous sers à boire » finit-il par lâcher pour se soustraire à cette image répugnante, se levant pour aller chercher un pichet d’eau glacée dans le réfrigérateur. Geste qui lui demanda deux fois le temps qu’il aurait dû mettre, avant de revenir s’installer, remplissant les verres les uns après les autres. « Tu veux qu’on aille quelque part? Après manger j'veux dire » proposa-t-il, pensant naïvement que se changer les idées effaceraient tout d’un coup de baguette magique.

....................................

But Satan now is wiser than of yore,
and tempts by making rich, not making poor
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Lun 30 Juil 2012, 20:29

    Bon sang, est-ce qu’il le faisait exprès ? Est-ce qu’il essayait de lui faire passer un message ou est-ce qu’il était seulement prodigieusement maladroit ? Si jamais il essayait effectivement de lui faire passer un message, alors il pouvait arrêter de se donner autant de mal, elle avait comprit, et plutôt deux fois qu’une.

    « Comme la mienne sa parole n’a pas vraiment de poids »
    Elle avait presque eut du mal à écouter le reste tant cette partie précise de la phrase avait frappé son oreille. Ca répondait tellement à ses pensées qu’elle ne pouvait s’empêcher de se demander si c’était du fait exprès ou pas. Elle était là, à s’interroger sur ses promesses, à se repasser en boucle le moment où il lui avait parlé de l’emmener, le soir de son anniversaire, et boom ! Ce sont ces mots-là qui sortaient de sa bouche. Que ça soit conscient ou non, elle avait toujours été le genre de fille qui croit aux signes. Et peu importait au fond si Sam l’avait fait exprès ou pas, quoi qu’il en soit le signe était terriblement mauvais…

    D’un autre côté, une petite voix dans sa tête continuait de se répéter sans cesse en sourdine que peut-être c’était elle-même qui se cherchait des excuses. Est-ce que c’est moi ou est-ce que c’est lui ? Est-ce que je suis entrain de saboter tout ça moi-même par peur qu’il ne le fasse le premier ? Est-ce que c’est de la paranoïa ? Tant de question qui la laissait finalement patauger en plein doute.

    Entre temps, elle avait fini de servir la première assiette pour Louise, et releva son regard vers le grand blond lorsque celui-ci eut terminé de remplir les verres. Si elle voulait qu’ils aillent quelque part ? Il faisait fort sur les doubles sens ce soir…

      « Oui,… j’attends que ça moi » répliqua-t-elle avant de laisser passer quelques secondes de silence et de se saisir d’un petit plateau pour y déposer l’assiette destinée à sa grand-mère « J’te laisse choisir où on va » ajouta-t-elle avant de s’éclipser de la cuisine.


    En espérant qu’il comprendrait ses doubles sens à elle…

    Son plateau repas dans les mains, elle grimpa ensuite les escaliers avant de s’immiscer doucement dans la chambre de Louise. Les rideaux y étaient entrouvert et la vielle femme assise dans une causeuse devant la fenêtre. En entendant rentrer sa petite fille, elle braqua sur elle son regard étrange, à la fois présent et voilé.

      « Il va y avoir une tempête » lui lança-t-elle sur le ton de la conversation.


    La mine de Charlie s’assombrit encore. Côté signe de mauvaise augure, elle était servie ce soir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 25
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : Barman au drugstore
Nombre de messages : 585

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Dakota Sallander -Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   Jeu 16 Aoû 2012, 20:45

    Ses sourcils se froncèrent quelques instants, la regardant se lever, le plateau en main, et disparaître de son champ de vision. Sa mine redevant impassible, il tritura sa nourriture quelques instants avec sa fourchette, le dos voûté, avant de la laisser retomber et de se laisser retomber en arrière contre le dossier de sa chaise, son regard se perdant une nouvelle fois au-delà de la fenêtre, soufflant comme pour extérioriser son ras le bol général.
    L’estomac noué, la constatation qui s’imposait à son esprit ne l’aida pas à se sentir mieux. Sa vie était à chier. Sa vie professionnelle était de la merde, sa vie familiale ressemblait à une maison bâtie sur des fondations douteuses, menaçant de s’effondrer à tout moment, et sa vie sentimentale…

    La seule chose de positif actuellement dans sa vie était en train de lui échapper, il le savait. Le jeune homme ne connaissait pas grand-chose à la vie de couple, aux histoires qui dépassaient le cadre d’une nuit intime, et pourtant il avait pleinement conscience qu’il y avait une certaine distance avec Charlie. Tout ce qu’ils se disaient depuis tout à l’heure sonnait faux, et il ne voyait où était le problème. Ou plutôt si, mais ils mettaient un point d’honneur à ne pas entrer dans le vif du sujet. Deux autruches, voilà ce qu’ils étaient. Et il savait aussi qu’il avait tendance à rejeter tout ce qui se rapprochait du bonheur. C’était son truc à lui, tout faire foirer, et comme le jeu, c’était un cercle vicieux dont il ne parvenait pas à sortir. Est-ce qu’il ferait tout foirer avec elle? La réponse était probablement « oui ». Il en prenait la bonne direction.

    Quand elle revînt, en bon lâche qu’il était, Samuel n’ouvrit pourtant pas la bouche pour essayer de mettre les choses à plat une bonne fois pour toute. Il la fixa simplement un long moment, sans prononcer aucun mot, à peser le pour et le contre.

    Il ouvrit la bouche une première fois, la refermant rapidement, avant de finalement continuer la proposition qu’il lui avait faîte avant qu’elle ne quitte la pièce.

    « Y’a un concert au Susan’s, ça peut être sympa »

    Sympa…ce n’était pas ce que traduisait le ton peu enjoué qu’il avait utilisé pour lâcher sa phrase, et il se força à sourire pour compenser ce ton morne.

....................................

But Satan now is wiser than of yore,
and tempts by making rich, not making poor
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]   

Revenir en haut Aller en bas
 

06. Take me to another place, take me to another land, make me forget all that hurts me [Charlie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation  :: GRAYSON :: EAST JEFFERSON STREET :: Doyle's-
Sauter vers: