AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ROAD TO SALVATION FERME SES PORTES APRES TROIS ANS D'AVENTURE ! N'oubliez pas de vous joindre à nous pour l'après-midi chatbox dimanche 18 novembre à partir de 13h ! svp et d'y laisser un commentaire de préférence.

Partagez | 
 

 06. Their Own Little Fields of Gold [Elizabeth & James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 06. Their Own Little Fields of Gold [Elizabeth & James]   Sam 28 Juil 2012, 17:02

Elizabeth s'était placée derrière le comptoir et tapait les tarifs des articles choisis par James sur la caisse enregistreuse qui semblait venir d'un autre temps, aussi vieille que le village lui-même. Visiblement, les histoires d'amour finissaient vraiment mal... ce qui était une phrase idiote en elle-même, puisqu'une belle histoire d'amour, c'est une histoire qui n'est pas encore finie, finalement. La fin d'une romance était forcément triste, à minima.
Alors que James tirait ses conclusions sur son histoire - ou ses histoires -, elle empaqueta ses achats. Apparemment, le jeune homme devait s'inscrire dans un certain romantisme, mais n'avoir pas encore vraiment trouvé celle qu'il cherchait. Néanmoins, la discussion s'était largement éloigné de ce qui l'avait amené ici, ou de ce qu'elle faisait encore au pays des bouseux quand nombres de jeunes femmes quittaient leurs villages pour les feux de la ville. Elle avait des doutes sur les motivations et l'identité du jeune homme, mais cela était plus une intuition qu'une réelle certitude. Cela vaudrait cependant la peine de fouiller de ce côté là.

En attendant, elle lui servit un sourire compatissant. Mieux que nombre de personnes elle comprenait ce qui pouvait perturber James.

" Ne soyez pas trop dur avec vous-même. Parfois, on se refuse à voir l'évidence, et à l'accepter, parce que cela veut dire qu'il faut renoncer. Et on n'y est pas toujours prêt. Quoique je vous ai dit, j'ai encore une part de moi qui espère qu'il va changer d'avis et renoncer à tout sacrifier pour sa fille... " Elle haussa les épaules d'un geste désabusé. " Quant aux mélodrames Hollywoodiens et leurs grandes envolées lyriques... C'est que vous n'avez pas encore trouvé la bonne personne. Qui sait ce qui vous attend ici ! " En matière de mélodrame, il risquait plus de réaliser rapidement qu'il était tombé dans un feuilleton à rebondissement que dans un décor d'amours durables. Mais il avait le temps pour cela... En attendant...

" En tout cas, voila vos achats ! Ca fera 12 $ 35, s'il vous plait. " La séance de psychothérapie, c'est cadeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Accidental muckraker

Age du perso : 30
Logement : Edgerton
Emploi : chargé de la sécurité au musée (EDGERTON)
Nombre de messages : 260

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: David Handel
MessageSujet: Re: 06. Their Own Little Fields of Gold [Elizabeth & James]   Sam 04 Aoû 2012, 07:58

Il observa distraitement Pryde alors qu’elle pianotait avec habilité sur la caisse enregistreuse alors qu’il parlait, ayant du mal à détacher son regard et à garder ses yeux pâles dans ceux de l’épicière alors qu’elle prenait la parole à son tour. À vrai dire, maintenant qu’il la voyait effectuer les tâches pour lesquelles elle était payée et pour lesquelles il l’aborda en premier lieu, James se sentit très con une fois de plus. Même en gardant ses propos le plus vagues qu’il le pouvait il en était venu à discuter de ses propres problèmes personnels, même s’il l’avait cherché et s’efforçait à le cacher, il s’était bêtement placé en une position qui le forçait à quitter momentanément son aveuglement volontaire et à se blesser les sentiments du coup. Ce n’est pas parce qu’une femme le fait devant ses yeux qu’il devait à tout prix tout déballer sur ses problèmes sentimentaux, même si une confidence cause souvent le réflexe de se confier en retour.

Comme pour le protéger de lui-même, son esprit d’entêtement le tira de ses pathétiques pensées mélodramatiques et le laissa en quelque sorte sur la défensive. Intérieurement refroidit et frustré par sa propre attitude, puis par les propos compatissants de l’habitante, il les prit pour de la pitié qu’il ne croyait pas mériter le moindrement. C’était comme avec son italienne de New-York : encore une fois on le sous-estimait en s’imaginant qu’il fut tant que cela à plaindre ou à améliorer.

Lorsque l’épicière conclut sur les mystères qui l’attendaient à Grayson, le sourire de l’homme était déjà plus forcé qu’il ne le fut.


« Sans aucun doute… » Appuya-t-il inutilement, donnant un ton amusé à sa voix alors qu’il n’était pourtant plus aussi convaincu qu’il aurait pu l’être.

Ponctué du timbre antique de la caisse enregistreuse ayant terminé ses additions, la femme annonça le prix des articles que James sélectionna. Il n’avait plus faim et son soda ne lui donnait plus autant envie, mais l’ancien homme de loi fit un grand sourire à la dame et hocha la tête pour signifier qu’il comprit. Il extirpa son portefeuille de sa poche et en retira un billet de cinq et un de dix, puis tendit les dollars alors qu’il rangeait le portefeuille de l’autre main.


« Vous pouvez garder la monnaie : cela sera plus facile pour faire vos comptes à la fin de la journée » Expliqua-t-il brièvement, un peu plus sérieux maintenant que Pryde eut réendossé son masque de professionnelle.

Était-il trop distant tout à coup? Non, bien sûr que non : elle n’avait que faire de lui après tout, elle le prenait pour un pigeon même. De ses anciens collègues aurait pu lui coller une contravention pour bien moins, songea-t-il en se saisissant des sacs contenant ses achats pendant que la femme encaissait les billets. Il attendit que l’épicière reporte son regard sur lui pour reprendre la parole :


« Bon, eh bien je crois que je vais devoir me sauver maintenant. Comptez sur moi pour faire un tour à ce fameux piquenique, sinon pour devenir un de vos fidèles clients » dit alors James, sans savoir lui-même s’il était sincère ou non, adressant néanmoins un faux salut militaire blagueur à cette nouvelle connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 06. Their Own Little Fields of Gold [Elizabeth & James]   Dim 05 Aoû 2012, 16:53

Elizabeth avait récupéré son masque d'amabilité souriante et apparemment insouciante. Comme si cet échange avait suffit à éliminer ses doutes et ses questions. Il n'en était bien sur rien, mais elle ne devait pas plus prêter le flanc à la critique que ce qu'elle avait déjà fait. Et puis ses doutes sur l'identité et les motivations réelles de James la ramenait à une réalité plus terre-à-terre. Ils la ramenaient à ses devoirs envers Grayson.
On attendait d'elle qu'elle soit vigilante vis à vis des gens de passage, mais elle avait failli manquer quelque chose d'important. Si Nathaniel avait été là, il l'aurait sans doute saignée sur place juste pour ca... On pouvait être sympathique, mais pas s'impliquer... Aussi charmant que semblait être l'interlocuteur ! Elle avait d'ailleurs la vague impression que James avait été ébranlé par leur discussion. Peut être que ce qu'il lui avait confié cachait plus de traumatismes que ce qu'il semblait de prime abord. Elle ne pouvait certes pas lui en vouloir de chercher à protéger ses secrets, et tant qu'ils ne touchaient pas à Grayson, Elizabeth n'en avait cure. Mais si tout était en lien avec la raison de sa présence ici, alors cela la regardait. Cela les regardait tous.

Mais pour l'instant, elle encaissait gracieusement l'argent donné par James, sortant quand même la monnaie.

" C'est hors de question ! D'abord ca ne serait pas honnête... " Et pour cause, les trois quarts de ses articles ne lui coutaient rien, en tout cas financièrement parlant. " ... ensuite, ne dit-on pas que les bons comptes font les bons amis ? " Son sourire s'élargit. " Prenez votre monnaie, vous en ferez sans aucun doute un meilleur usage. "

Et elle partit d'un rire frais à son salut. Il était sans doute aussi exagéré que les manières que James affectaient depuis quelques instants, mais elle n'avait rien de mieux à offrir. " Vous verrez, ca sera une bonne journée. Et je serai ravie de vous accueillir quand vous voudrez. Avec des discussions plus... badines... " Elle conclut avec un sourire complice, sous-entendant qu'elle comprenait bien qu'ils en avaient sans doute trop dit l'un et l'autre, et qu'il ne fallait pas qu'il s'en sente troublé.

" A bientôt alors. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Accidental muckraker

Age du perso : 30
Logement : Edgerton
Emploi : chargé de la sécurité au musée (EDGERTON)
Nombre de messages : 260

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: David Handel
MessageSujet: Re: 06. Their Own Little Fields of Gold [Elizabeth & James]   Sam 11 Aoû 2012, 07:47

James accepta l’argent qu’on lui rendit en haussant les sourcils avec un léger étonnement au début. Que disait sa grand-mère déjà, cette grenouille de bénitier qui aimait bien tricher avec une bouteille de scotch à l’occasion? Refuser deux fois avant d’accepter ce qu’un hôte nous offrait? Cette convention s’appliquait dans ce genre de situation? Peut-être devrait-il insister? Nan, c’était bête de le faire pour quelques sous, ce n’était plus les années 30 après tout!
La remarque de Pryde sur le manque d’honnêteté éveilla son instinct de flic et le fit s’interroger sur les possibles sens cachés du message, mais les plaisanteries qui suivirent et le franc sourire de la femme furent suffisant pour taire temporairement cette voix de suspicion.


« Si vous insistez et si ça peut vous gardez la conscience tranquille… Pour ce qui est du meilleur usage, il doit encore y avoir des arcades à quelques sous la parties quelque part dans les parages j’imagine. Plomber des zombies, y’a que ça de vrai! » blagua-t-il en retour, acceptant la monnaie finalement puisqu’il n’avait pas le choix.

Il ne sut cependant pas comment prendre la réponse que l’épicière donna à son salut ainsi que ses derniers mots. Il était encore saisit par son propre revirement d’humeur, son entêtement et sa frustration et la moindre tentative pour l’adoucir lui paraissait toujours comme un sarcasme à peine voilé. Pourtant elle paraissait si sincère! Et ce sourire… Tant pis, mieux ne valait pas couper les ponts trop rapidement : plus de contacts avec les « locals »était préférables à moins de contacts.

Parker répondit d’un retroussant le coin de sa bouche et contractant une joue et lâcha un simple :
« À la prochaine! » légèrement chantant. Il se retourna avec souplesse mais nonchalance pour se faufiler entre les rayons en direction de la porte, prenant soin de ne pas avancer à grandes et rapides foulées comme son humeur lui inspirait. Sa tête comme figée sur son cou, il n’osa pas jeter un seul regard à l’arrière. Cependant, c’était peut-être que son imagination, mais James cru sentir sur son dos un regard perçant, un regard qui grugeait son armure et attaquait son masque. Il retint un frisson et crispa ses muscles, sortant sous la chaleur accablante de Grayson.


((ooc : bah voilà, j’imagine le sujet est clos ^^ Je ferai signe à Cha de le clore! T’ait super, au plaisir de remettre ça une autre fois!))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 06. Their Own Little Fields of Gold [Elizabeth & James]   

Revenir en haut Aller en bas
 

06. Their Own Little Fields of Gold [Elizabeth & James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation  :: GRAYSON :: EAST JEFFERSON STREET :: épicerie Pryde-
Sauter vers: