AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ROAD TO SALVATION FERME SES PORTES APRES TROIS ANS D'AVENTURE ! N'oubliez pas de vous joindre à nous pour l'après-midi chatbox dimanche 18 novembre à partir de 13h ! svp et d'y laisser un commentaire de préférence.

Partagez | 
 

 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Ven 11 Nov 2011, 02:28

    Qu’offrir à une fillette qui allait sur ses huit ans? Tel était le dilemme de l’inspectrice en ce samedi après-midi. La jeune femme avait migré vers Edgerton pour son centre commercial, probablement le bâtiment le plus récent de toute la région, à la recherche d’une idée de cadeau. Oui car même devant le rayon jouets, qui offrait un choix bien trop important aux yeux de la brunette, elle n’en était qu’au stade de l’idée. Et c’est précisément dans ces moments là que cette dernière se sentait comme la mère indigne qu’elle était. La trentenaire aurait pu se trouver des milliers d’excuses, la principale étant qu’elle vivait loin de sa fille et ne connaissait de ce fait pas ses goûts sur les nouveautés dans le domaine de la petite enfance, mais ça n’aurait été, en effet qu’une excuse. Même avant son divorce, ce n’était pas elle qui s’occupait de cette tâche. Son ex mari trouvait l’idée, elle achetait le cadeau, il l’emballait dans un joli papier à l’effigie de Hello Kitty et ils lui offraient ensembles, appréciant de la voir sourire jusqu’aux oreilles. Un bon travail d’équipe. Mais l’équipe se résumait aujourd’hui à elle seule et présentement, elle se sentait comme un père de cinquante ans devant le rayon de protections hygiéniques pour sa fille.

    D’un geste machinal, Dakota attrapa son portable coincé dans la poche de son jean pour composer le numéro de son ex, mais sa ravisa alors que son doigt s’apprêtait à pointer la touche d’appel. Elle se trouvait déjà minable et pathétique, inutile d’en rajouter une couche en entendant la voix condescendante de ce dernier lui donner une idée en moins de cinq secondes sur le ton de l’évidence. Ce ne devait pas être si compliqué que ça. Mimi jouait au Soccer…c’était un bon début. Un équipement? Un ballon? Le maillot de l’équipe féminine qu’elle préférait? La petite fille avait déjà tout ça. Quant au reste, elle imaginait que l’amour de sa vie avait passé l’âge des gadgets rendant grâce aux dessins animés à la mode et qu’elle n’était pas encore assez vieille pour tomber dans la folie inquiétante Justin Bieber. Chose que l’inspectrice souhaitait ne jamais voir arriver.
    Voilà le résumé de sa vie. Elle ne voyait sa fille que la moitié des vacances scolaires, elle ne la verrait pas souffler ses bougies cette année et lui enverrait un cadeau sous la forme d’un colis qui ne lui plairait probablement pas.

    Découragée, elle sortit du magasin de jouets pour parcourir la galerie marchande du regard, espérant avoir le déclic qu’elle attendait depuis trois bons quart d’heure maintenant. La jeune femme laissa d’ailleurs son regard dévier vers les autres mères de famille présentes, qui semblaient parfaitement à leur aise et ce, même avec trois enfants dans les pattes. Elle était certaine que toutes ces femmes avaient déjà prévu les cadeaux de Noël de leurs bambins six mois à l’avance et le budget qui allait avec. Et quand Dakota se mit un instant à les envier, elle se fit une des plus grandes frayeurs de sa vie.

    • « Tu es désespérante ma grande » se rabroua-t-elle seule avant de reprendre sa marche sur une allure d’escargot. « Et au lieu de parler toute seule au beau milieu d’un centre commercial, tu ferais mieux de te bouger, il te reste une semaine » s’encouragea cette dernière alors que quelques regards interrogateurs se posaient sur elle.


EDIT ADMIN* Titre édité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Sam 12 Nov 2011, 16:33


      « Comment ça ‘plus de ventilateur ?’ »
      « Eh bien… » sourit le vendeur, un peu embêter qu’elle affiche une tête aussi déconfite « Je suis désolé mademoiselle, non. Nous avons vendu le dernier il y a moins de dix minutes à un monsieur, et la nouvelle livraison arrive seulement demain soir vers 20h. Revenez après demain ! Le centre ouvre ses portes à partir de 9h » et il reprit son sourire commercial.
      « Mais j’peux pas attendre après d’main moi ! C’est question de vie ou de mort ! » s’exclama Charlie « C’est quoi ce délire ? Y’a plus aucun ventilo dans toute la ville on dirait ! J’ai été au magasin d’électro ménager sur le Boulevard : plus de ventilo ! Y’a la grande surface juste à côté, ils ont un rayon plein de sèche cheveux et de micro ondes alors j’ai tenté ma chance et normalement ils en auraient eut ! Sauf qu’ils n’ont pas été livrés hier. C’est eux qui m’ont dit de venir ici, ils ont dit que vous n’étiez jamais à court de rien ! »
      « Hem… eh bien oui c’est très rare que cela arrive c’est vrai mais… il fait vraiment très chaud ces temps-ci mademoiselle et j’avoue, ils sont partis comme des petits pains. Je suis vraiment désolé. Mais revenez après-demain et vous aurez tout le choix nécessaire »
      « Mwais… » maugréât-elle, l’œil morne.


    Puis sans trop prendre la peine de lui dire au revoir, elle décida de conclure cette conversation stupide et stérile d’un bref hochement de tête déçu. Elle se détourna ensuite pour ressortir du super magasin d’électro ménagé, plus grand que sa maison, qui occupait la moitié du troisième étage du centre commercial, mais où ils n’avaient même plus le moindre ventilateur pour elle.

    Soucieuse, elle se plaça lentement dans la file qui se formait à l’entrée de l’escalator qui menait un étage plus bas, le front plissé par l’anxiété.
    Le vendeur avait du la prendre pour une capricieuse un peu folle ! Mais elle ne rigolait pas en disant que c’était une question de vie ou de mort. Pas pour elle, pour Louise, sa grand-mère.
    Les petits vieux du village tombaient comme des mouches depuis quelques temps. La chaleur était tout bonnement infernal en ville, mais à Grayson c’était pire encore, allez savoir pourquoi.
    Ca vous collait à la peau, et l’air était tellement chaud qu’il en devenait épais.

    Comme elle était déjà malade et gâteuse, un temps pareil ne réussissait pas à sa vieille Louise. C’était trop fou de la voir aussi petite, aussi fripée, aussi silencieuse aussi ! Ses souvenirs d’enfants n’avaient rien à voir avec cette petite silhouette rabougrie et maladive dans son fauteuil. Haute, sèche, sévère, intransigeante et acariâtre, voilà l’image qu’elle en avait gardé. Rien de très maternel ou de très aimant ça c’était certain. Mais fidèle. Avec une tête de six pieds de long, mais toujours là pour la reprendre sous son toit, toute ces fois où elle s’était enfuit pour revenir sans plus un sous, sans plus rien du tout que ce qu’elle avait sur le dos. Et pas la moindre question non plus…
    Louise avait toujours été cette femme qui assume ses erreurs. Elle avait mit au monde une incapable et une toxico ratée qui lui avait refilé son môme dans les pates et elle avait toujours assumé sans broncher. Maintenant c’était son tour de lui rendre la pareille, de s’occuper d’elle sans se démonter, fidèlement, sauf qu’elle était mal tombée…
    Charlie elle-même n’était pas tombée assez loin de l’arbre pour assumer pleinement qu’un à sa charge. Même pas foutue de lui dégoter un ventilateur supplémentaire pour soulager un peu ses pénibles journées…

    Alors qu’elle descendait lentement les escalators, ses yeux noisette et inquiets rencontrèrent un visage familier en contre bas qui sortait d’un magasin. Ses yeux en amandes s’agrandirent d’étonnement et elle du se jucher sur la pointe des pieds pour ne pas la perdre de vue le temps qu’elle soit enfin en bas. Une fois sortie de la file perpétuelle qui se massait aux escalators, elle trottina et slaloma entre les badauds pour la rattraper.
    Elle ne savait même pas exactement ce qu’elle allait lui dire ou pourquoi elle allait lui parler mais elle allait le faire. Tout ce qu’elle savait avec certitude c’est qu’elle en avait plus que marre d’être dans ce flou perpétuel. Elle adorait Samuel mais si personne ne se décidait à être plus honnête avec elle, alors à quoi bon continuer ? Ca n’était tout de même pas la mer à boire, et ça n’était pas être trop exigeant que de demander quelques réponses un peu plus claires après bientôt trois mois ! C’était toujours à demi mots, toujours sans en dire trop.

    Depuis quelques jours elle avait prit la décision de se montrer un rien plus envahissante. Mais personne ne pourrait le lui reprocher. Des semaines qu’elle se retrouvait au milieu de tout, ni d’un côté ni de l’autre, entre les Donnelly et le reste, intégrée nulle part mais contre personne non plus. Il allait bien falloir qu’elle trouve sa place à un moment donné, mais pour ça elle avait besoin d’en savoir plus et elle ne pouvait pas compter sur son petit ami pour ça.

      « Inspecteur Sallander ! » héla-t-elle en la rattrapant enfin « Bonjour ! J’suis hem… j’suis Charlie Doyle, vous savez ? J’suis la caissière, j’suis… avec Samuel Donnelly »


    Elle préfèrerait lui rappeler trop que de subir la honte du « Ah oui oui bonjour ! … mais vous êtes qui encore ? … »
    Puis p’tètre qu’elle savait où trouver un ventilo…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Dim 13 Nov 2011, 01:25

    Déambulant sans réel but à présent, le désespoir terminant de l’achever, l’envie de faire demi-tour et de quitter ce lieu trop plein fut des plus tentante. Seulement, la jeune femme savait que si elle quittait maintenant le centre commercial, elle ne trouverait pas le courage d’y revenir, qu’aucune idée géniale ne germerait d’un coup dans son esprit, et qu’elle décevrait une fois de plus la prunelle de ses yeux. Emplie de sentiments négatifs, elle se sentit un peu comme son père en cet instant. Ce dernier avait été un homme dur et bourru, du genre à ne jamais montrer ses faiblesses et avare de marques affectives. Mais après quelques verres, les fins de semaine, il avait toujours quelques pensées intéressantes et grossières à faire partager au reste de sa petite tribu, qui se limitait en fait à sa femme et sa fille. L’une d’elle étant « la vie est une tartine de merde dont on croque un morceau chaque jour ». Enfant, ça l’avait choquée, adolescente, fait marrer, et l’âge adulte lui faisait pleinement prendre conscience de la réelle signification de ces quelques mots, aujourd’hui encore plus.

    Et comme si ça ne suffisait pas, perdue dans son pensées enfantines, elle entendit qu’on l’interpellait par sa fonction, ce qui lui fit lever les yeux au ciel par réflexe. Pour une fois qu’elle s’accordait un jour de repos, voilà qu’on venait perturber ses emplettes. Et bien que ses mains soient toujours vides de tout cadeaux, elle détesta d’entrée celle qui venait à sa rencontre.
    Enfin jusqu’à ce qu’une jolie tête brune vienne se planter dans son champ de vision et ne fasse disparaître tout sentiment de rancune. D’instinct, Dakota avait pensé à l’un de ses voisins venu s’enquérir de sa santé et prendre des nouvelles, deux choses qui la révoltaient encore plus que les gens qui coupaient leur vin à l’eau. Mais n’ayant aucun grief contre la jeune femme qui se présentait à elle, cette dernière stoppa sa marche pour lui faire face.

    À vrai dire, elle se demandait pour quelle raison la caissière l’avait abordé en plein milieu de la galerie marchande. À sa place, elle se serait contentée d’un vague signe de la main puis aurait continué son chemin sans rien lui demander. Mais l’inspectrice reconnaissait aisément qu’elle n’était pas douée en matière de relation sociale et que tout le monde n’était pas comme elle, solitaire et aigrie. Ce qui la fit sourire néanmoins, ce fut la façon dont la jeune femme se présenta à elle, comme si elle ne la connaissait pas.

    • « On a grandi dans la même ville Charlie. Je sais que tu ne devais pas avoir plus d’une douzaine d’années quand j’ai mis les voiles mais je sais qui tu es » répondit-elle dans un sourire amusé, se rendant soudain compte qu’elle n’avait pas grand-chose de plus à lui dire.


    Comment tu vas? Quoi de neuf? Est-ce que tu trouves ton bonheur? Trop clichés et trop loin de la trentenaire. Même en se forçant, ça sonnerait obligatoirement faux, peine perdue d’avance. Elle choisit donc une option plus sûre, ne se centrant ni sur la caissière, ni sur elle-même.

    • « Comment va Samuel? Je n’ai pas eu de nouvelles depuis notre petite réunion et j’évite de trop m’imposer en ce moment » expliqua-t-elle, profitant du fait que la jeune femme ait mentionné le nom de son petit ami pour obtenir la réponse à une des trop nombreuses questions qu’elle se posait.




    désolée pour le titre chachoune
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Mer 16 Nov 2011, 01:10

    Maintenant qu’elle était bel et bien plantée devant l’inspectrice de Gower, Charlie se sentait limite un peu idiote et déstabilisée. Dans le fond elle savait très bien de quoi elle allait lui parler… enfin, de quoi elle avait envie de lui parler. A savoir si elle allait réellement oser aborder le sujet ou pas, ça c’était une toute autre histoire et maintenant qu’elle était devant le fait accompli, elle avait juste envie de lui sortir un petit ‘bon… eh bien … voilà ! … à bientôt alors !’ puis de tourner les talons et de repartir. Franchement ça ne l’aurait vraiment pas fait. Elle était coincée.
    Le souci c’était surtout qu’elle ignorait comment aborder le sujet de manière subtile et elle se voyait mal oser mettre les pieds dans le plat.

    Elle laissa échapper un bref rire nerveux à la place. C’est vrai qu’elles venaient de Grayson toutes les deux, Charlie avait tendance à l’oublier parce qu’à l’époque, elle était jeune et ne faisait pas attention aux plus âgés, du moins pas plus que ça. Puis elles avaient quittées Grayson et Charlie n’avait pas vraiment suivit ce qui était arrivé à Sallander après ça.
    Elles avaient aussi en commun d’être sacrément mal intégrées dans le village, et d’avoir une réputation en dessous de la ceinture…
    Et puis elles étaient brunes, mais ça c’n’était qu’un détail. Idiot qui plus est. Bref.

    Tout en calant distraitement une mèche de cheveux derrière son oreille, la jeune femme haussa les épaules et laissa ses yeux noisette dériver sur le décor d’un air pensif.

      « Hmmm… ça n’est pas comme si Samuel était le genre de garçon qui précise si ça va pour lui ou pas mais, d'après ce que j'en vois, il ne va pas trop mal… compte tenu des circonstances » précisa-t-elle tout de même pour qu’on n'oublie pas le contexte « Il est en forme maintenant en tout cas »


    D’ailleurs c’était peut-être là sa chance d’aborder doucement le sujet sans trop avoir l’air de l’assaillir. Après tout c’était elle qui avait immédiatement dirigé la conversation sur son petit ami alors l’enchainement ne paraitrait pas trop impoli ou intrusif. Du moins l’espérait-elle.

      « Et justement… » démarra Charlie, le dos raidit par une espèce de traque « Hem… vous n'avez pas l’air d’être en train de travailler alors j’veux pas vous ennuyer trop longtemps avec ça, c’est juste que voilà avec toutes ces histoires de… » elle lança un bref regard circulaire pour s’assurer que personne ne prêtait une oreille indiscrète à ce qu’elle disait tant le sujet la mettait mal à l’aise « … toutes ces histoires d’empoisonnement et le reste » reprit-elle d’un air presque désolé « J’suis un peu, comment dire ? … inquiète ? »


    Elle ébaucha un sourire sans joie dans l’espoir que l’inspectrice capterait où elle voulait en venir.
    Elle n’était même pas certaine de capter elle-même…
    D’un soupir, elle reprit.

      « C’est idiot de vous aborder juste pour ça je sais bien mais, … Sam me raconte pas grand-chose et j’me pose tout un tas de questions… »


    Bon… voilà au moins c’était sortir. Ca lui donnait l’air d’une potiche soumise et ridicule qui se laissait marcher sur les pieds par sa brute épaisse de petit ami m’enfin au point où elle en était, tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Mer 16 Nov 2011, 23:24

    À la remarque de la jeune femme, l’inspectrice ouvrit grand les yeux plus en signe de confirmation que de surprise, comme si cette phrase la renvoyait face à un miroir. Elle ne pouvait pas blâmer le petit ami de cette dernière pour son manque de communication , ou nier le fait qu’il n’allait pas bien même quand c’était le cas. La trentenaire le faisait depuis plus d’un an et demi maintenant et ça fonctionnait plutôt bien pour les personnes qui ne la connaissaient pas intimement.
    La fonctionnaire n’eut pas le temps de s’attarder sur ses propres problèmes de toute façon, souriant malicieusement face à la suite du petit discours de la brunette. Elle n’allait pas la rejeter ou l’envoyer se faire voir, la caissière y avait mis les formes et avait semblé tout faire pour glisser quelques questions importantes sur le ton badin de la conversation. Dakota devait se rendre à l’évidence, même quand elle s’accordait un temps de repos - déjà extrêmement rare- son boulot la rattrapait vitesse grand V.

    Cela dit, la situation prenait une tournure assez ironique. Une jeune femme de Grayson qu’elle ne connaissait pas plus que ça venait lui demander des informations que un garçon étranger au village qu’elle connaissait encore moins alors qu’ils étaient liés intimement. Sa première question intérieure fut « pourquoi moi? » mais celle-ci resta bien ancrée dans le fond de son esprit. Si le grand blond musclé n’était pas bavard, elle ne l’était pas plus à vrai dire. Et ceci la mettait particulièrement mal à l’aise. C’était le truc de son ex mari ça. S’immiscer dans la vie des gens, les inciter à parler sans jamais les forcer et en faisant en sorte qu’ils pensent que la décision venaient d’eux, puis les aider à régler leurs conflits intérieurs. Un psy de base quoi! Or elle était inspectrice, et à part coincer les salauds en tout genre et mener des enquêtes, elle était bien incapable d’être douée à autre chose.

    Bien sûr, Dakota comprenait que la vraie question de Charlie n’avait rien à voir avec ça mais il n’empêche qu’elle avait juste envie de lui répondre d’aller le secouer pour obtenir les réponses à ses questions ou d’user de ses charmes pour les confessions sur l’oreiller. Avec un joli minois comme le sien, l’inspectrice ne doutait pas qu’elle parviendrait à ses fins et ce, de façon agréable.

    • « Tu sais, je ne suis pas particulièrement douée pour déchiffrer les Donnelly à vrai dire, et j’ai un handicap sévère que tu n’as pas. Je ne suis pas en odeur de sainteté. » répondit-elle en lui faisant signe d’avancer, regardant une vitrine de fringues au hasard qui proposaient des articles pour petites filles. « Et en ce qui concerne l’enquête tu étais là au moment de la grande révélation. Mon principal suspect était Lucy et il s’est avéré que ses biscuits n’avaient rien de dangereux. Je ne peux rien faire de plus et je doute, même maintenant que toute l’histoire a fait le tour de la ville, que Declan bouge le petit doigt » affirma cette dernière en haussant fatalement les épaules.


    Elle jeta un coup d’œil à Charlie, se demandant si parler de ce genre de choses avec une habitante des lieux était une bonne idée. Mais premièrement, la réputation de la caissière équivalait la sienne à l’époque où elle vivait à Grayson et deuxièmement, elle couchait avec l’un des frères. Deux bonnes raisons qui incitaient à la confidence.

    • « Mais ce n’est pas comme si c’était la premier fait étrange dans la région. Il semblerait que cette partie de l’État et plus précisément Grayson soit un pôle très attractif pour ce genre de phénomènes » laissa-t-elle entendre en faisant de nouveau face à la vitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Ven 18 Nov 2011, 21:03

    Dakota semblait penser que Charlie était en odeur de Sainteté chez les Donnelly. Elle n’était pas la seule d’ailleurs, tout le monde avait l’air de penser la même chose au village aussi.
    Ah c’est sûr qu’avec Samuel c’était le cas… du moins normalement ça l’était. Et elle s’entendait très bien avec Aidan aussi, mais ça n’était pas bien difficile parce qu’il était sociable et drôle ! Pour ce qui était d’Aahron, Isaac, et même Allie, sans oublier Trisha, c’était une autre histoire. Allie était toujours très gentille avec elle, et accueillante aussi, m’enfin ça s’arrêtait là. Elle n’avait pas non plus essayé de le connaitre plus que ça. Charlie était persuadé qu’aucun d’eux ne se donnaient vraiment la peine d’aller vers elle parce qu’ils étaient tout simplement persuadé qu’elle n’était qu’une passade pour Sam. C’est ainsi qu’elle avait ressentit les choses en tout cas et c’est à ça que ses interminables réflexions sur le sujet l’avaient amenées.
    Un côté de sa tête scandait qu’elle allait leur prouver qu’ils avaient tord, l’autre côté désespérait qu’ils avaient très certainement raison. Au final elle était incapable de savoir quoi croire, quand bien même Samuel lui-même lui avait assuré plus d’une fois qu’il n’était pas entrain de se moquer d’elle.

    Enfin bref, ça elle n’allait pas le lui préciser, elle se sentait déjà bien assez idiote comme ça. M’enfin la bonne nouvelle c’est que l’inspectrice semblait bien disposée à lui répondre et ne l’envoyait pas du tout sur les roses. Au contraire. C’était déjà pas mal encourageant et le simple fait de l’entendre lui répondre lui arracha un bref sourire un peu soulagé.

    Malheureusement Sallander ne répondait pas exactement ce qu’elle avait envie de savoir. Pour la simple et bonne raison qu’elle n’avait pas vraiment posé les questions qui l’inquiétaient vraiment, mais ça allait venir.

      « Oh oui vous trouvez aussi ?! » s’exclama-t-elle en acquiesçant vivement, bien contente de se l’entendre dire ! « J’avais jamais vraiment remarqué plus que ça avant, parce que c’qui se passait au village ça m’intéressait pas vraiment à l’époque mais en fait, maintenant que j’y repense, des accidents comme ça y’en a eu des tas dans le coin depuis que je suis môme. Ca fait partie des trucs qui m’inquiète d’ailleurs et j’arrive pas à savoir si j’me monte le crâne ou pas et c’est pour ça que j’voulais en parler avec vous parce que… » parce qu’elle était flic et que du coup son avis lui paraissait plus fiable, plus crédible, plus rassurant « … parce que voilà quoi » conclut-elle.


    Elle passa une main dans sa tignasse brouillonne et jeta un coup d’œil à la vitrine qu’observait son interlocutrice sans même réellement voir ce qui s’y trouvait, tout à son sujet qu’elle était.

      « Mais enfin j’veux dire, oui j’me souviens de c’que vous avez dit à propos de Lucy Redd l’autre fois. Mais le fait de n’pas avoir de preuves ça n’veut pas dire que quelqu’un est innocent. Qu’est-ce que vous pensez-vous ? Vous croyez que c’est elle ou pas ? Je sais bien que c’est totalement débile mais maintenant j’ai presque peur de c’que je mange, et en ce moment ma grand-mère est malade alors si jamais il lui arrivait un truc comme à Sam, c’est sûr, elle y survivrait pas et... » elle s’interrompit et se fit violence pour ne pas déballer à la tronche de cette pauvre Dakota absolument tout le sac d’angoisse qu’elle accumulait depuis des semaines « -et donc je voulais savoir c’que vous pensiez de tout ça parce que personnellement je ne sais plus vraiment à quoi m’en tenir et qui prendre au sérieux ou pas »


    Elle s’efforçait de ne pas avoir l’air d’être en plein appel au secours mais quelque chose lui disait que ça n’était que moyennement réussit. Elle ne pleurait pas en tout cas c’était déjà ça ! …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Sam 19 Nov 2011, 00:43

    Était-il possible de prononcer autant de mots en une seule respiration? Telle était la pensée qui traversait l’esprit de la jeune femme alors qu’elle fixait de façon dubitative la caissière. Il fallait croire que oui et Dakota hésitait encore sur le sentiment face à adopter vis-à-vis de ce petit bout de femme qui semblait survoltée. L’inspectrice ne la connaissait pas vraiment mais elle la devinait maladroite, inquiète et avec un bon fond. Et surtout, elle déviait du décor ambiant du village, ce qui ne pouvait que lui apporter que des bons points, dans la vision de la fonctionnaire. Elle comprenait cependant que cette dernière était attirée par la famille Donnelly, et plus particulièrement par le numéro trois, et que ce dernier ai pu craquer pour elle. La trentenaire n’était pas du genre romantique et elle faisait rarement dans le sentimentalisme mais ils étaient plutôt agréables à regarder. En tout cas Charlie devait tenir plus qu’un peu à son grand blond pour venir la voir de but en blanc et sans réellement prendre de gants et aborder ce genre de sujets au milieu d’un centre commercial.

    • « On t’a dit que tu parlais beaucoup? Ou conseiller le Valium? » plaisanta l’inspectrice, espérant ne pas la vexer. Après tout, comme elle l’avait dit, elle ne la connaissait pas et encore moins son sens de l’humour.


    Heureusement, le ton de sa voix trahissait son trait d’humour pour elle, alors qu’elle essayait de trouver une idée parmi cette multitude de jouets qui ne lui inspiraient rien.
    Décidément, ces derniers temps tout le monde venait la voir pour obtenir des réponses sur le village, sur ce qui se passait, elle, qui passait pour un cube de glace froid et distant. Et elle se sentait de plus en plus impliquée. Cela dit, maintenant qu’elle faisait plus ou moins équipe avec l’aîné de la fratrie, la jeune femme hésitait sur sa conduite et sur ce qu’elle devait dire à la caissière qui lui faisait face et qui attendait visiblement des précisions Mais tant qu’elle ne débordait pas sur la famille dont on ne devait pas prononcer le nom, en rapport à un film fantastique dont sa fille lui rabâchait les oreilles, elle ne risquait rien à calmer ses inquiétudes, dans la mesure de ses propres connaissances.

    • « Tu ne te montes pas le crâne Charlie, il se passe effectivement des choses étranges dans la région. Enfin par étrange, je veux dire que la récidive en disparition de personnes après un accident, une pseudo fugue ou autre chose est assez importante. Assez pour qu’on se penche sur la question en tout cas » lâcha celle-ci en la fixant un instant.


    LA question qui fâchait sur une certaine rousse faussement pieuse. Dakota ne préférait pas s’attarder sur le sujet de Lucy, tout bonnement parce qu’elle se savait non impartiale.

    • « Peu importe ce que je pense au fond, sans preuves directes pour l’incriminer je ne peux rien faire. Est-ce que je pense qu’elle pourrait le faire? Oui, elle est assez vicieuse pour ça, de mon strict point de vue. L’a-t-elle fait? Je ne crois pas, parce qu’elle est intelligente et qu’il était aisé de la pointer du doigt. Je crois que je suis aussi perdue que toi sur l’empoisonnement de Samuel. » répondit la jeune femme en haussant les épaules. « Cela dit, après ce qui vient de se produire, je ne pense pas que tu devrais t’inquiéter. Il faudrait être réellement stupide pour tenter quelque chose, car plus personne ne croirait à la thèse de l’incident, même au sein de la communauté. » essaya-t-elle de la rassurer, avant de se rapprocher d’elle en la fixant intensément. « Et toi alors? Tu sors avec Samuel mais tu vis à Grayson, tu te poses des questions et viens me demander des réponses, mais au fond, sans prendre en compte les opinions des Donnelly, que penses-tu réellement de tout ça Charlie? »


    Après tout, elle avait toujours sentit la brunette en retrait dans la vie de la communauté, en retrait par rapport à ce qui se passait avec les quatre frères et finalement, il semblait important de connaître la vision de celle qui semblait au milieu de tout ça.


Dernière édition par Dakota Sallander le Dim 20 Nov 2011, 02:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Dim 20 Nov 2011, 01:32

    Les deux ou trois premières secondes, elle avait prit les deux premières questions de l’inspectrice au sérieux et n’avait pas bien su quoi répondre. Le temps qu’elle pige la blague, le rouge lui était déjà monté aux jours. Elle laissa tout de même échapper un bref rire nerveux. C’est vrai qu’elle était à cran ces temps-ci. Il semblait même qu’elle avait passé tout ce début d’été à être à cran, sur le qui vive d’un nouvel évènement stressant et dangereux. Et plus les soucis lui tournaient en tête plus elle se transformait en vrai moulin à parole. Cela dit, elle ne prenait pas la chose trop mal car même s’il elle était effectivement bavarde, ça n’était rien comparé à Colleen. C’était toujours une pensée rassurante que d’avoir pire cas que soit même dans les environs…

    La suite prêtait bien moins à rire. Sallander lui confirmait qu’elle ne se montait pas la tête et Charlie réalisa qu’il était rare de se voir confirmer quoi que ce soit et de le regretter aussi amèrement. Franchement, elle aurait préférée que Dakota lui confirme qu’elle était totalement paranoïaque et devait effectivement se mettre au valium. Au moins, avec les psychoses on savait d’où venait le problème et comment y remédier. Un médecin, quelques boîtes d’anti dépresseurs, et le tour était joué, on feignait la vie normale ! Mais ça ? C’était trop malsain, trop flou, trop menaçant, comme une présence malicieuse tapie dans l’ombre qui guète et lorgne, brr ! L’idée lui arracha un frisson.

    Elle fut tout aussi désarçonnée que la flic en vienne à lui demander ce que elle pensait de la situation. C’était une question que personne ne lui avait encore jamais vraiment pausé depuis le début de cette histoire. On n’avait même plutôt tendance à lui faire comprendre que si jamais elle avait assez de personnalité pour avoir un avis, mieux valait qu’elle le garde pour elle…
    Du coup, elle gratifia les environs et la foule d’un regard un peu pensif, en quête d’une réponse à fournir à l’inspectrice.

    Si jamais elle lui disait sincèrement ce qu’elle pensait elle allait carrément passer pour une folle ! Enfin, tout dépendait de la manière dont elle présentait les choses.
    Si jamais elle optait pour le « eh bien très franchement j’hésite entre des fantômes et des enlèvements extraterrestres Inspectrice Sallander ! », la brune qui lui faisait face risquait de lui conseiller le cyanure plutôt que le valium !

      « C’est un p’tit peu compliqué… » avoua-t-elle en se triturant les mains « Eh bien… en fait je ne sais pas vraiment, j’me dis que des disparitions étranges à Grayson, il y en a toujours eu. Je me souviens d’histoire comme ça qui datent de quand j’étais gosse donc… ça ne peut pas être les Redd parce qu’eux aussi étaient… eh bien ils étaient trop jeune pour ça à l’époque » remarqua-t-elle « Alors je pense que… accuser les Redd c’est peut-être un peu pratique, un peu… facile ? Les Redd vous voyez c’est… y’a toujours vous savez, ‘cette famille’ dans les villages, qui sont là depuis des générations et puis qui sont sûrement un peu consanguin ou quelque chose comme ça et qui sont parfois pas très fréquentables et louches. A Grayson, cette famille là c’est les Redd, et franchement j’trouve qu’on s’en tire bien. Ils sont un peu chelou mais… ils sont pas sales et ne vivent pas à trente dans une caravane !! Alors je suppose qu’il y a pire qu’eux ! Maintenant… en faire des tueurs psychopathe là… j’sais vraiment pas » conclut-elle en ouvrant de grands yeux pour souligner son scepticisme.


    Bon et maintenant, pour l’aspect alien/halloween…

      « Surtout que je ne vois pas comment les Redd pourraient être responsable de ce qui s’est passé à l’épicerie y’a quelques semaines ! Vous savez ? Le tremblement de terre invisible bizarre centralisé uniquement sur l’épicerie de votre cousine ? »


    Était-elle seulement au courant de cette histoire ? Difficile à dire, c’était un truc incroyable qui était arrivé ce jour-là, et l’affaire avait complètement été passée sous silence. Était-ce tout de même arrivé jusque Gower, difficile à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Dim 20 Nov 2011, 02:27

    Absorbée par ce que lui disait le brunette qui lui faisait face, Dakota en oublia un instant pourquoi elle se trouvait dans le centre commercial, ce qui était aussi honteux que soulageant. Honteux parce qu’il s’agissait de trouver un cadeau d’anniversaire à sa fille qu’elle ne voyait que quelques semaines par an et soulageant parce que c’était un vrai casse tête, que ses nerfs commençaient à prendre le dessus et qu’elle n’avait pas ses comprimés sur elle, et après une année et demie passée sous anti-dépresseurs, il était difficile pour elle maintenant de s’en passer trop longtemps. Un bon moyen de se concentrer sur autre chose et de la faire revenir à une réalité plus passionnante.
    Les choses progressaient dans l’enquête qu’elle menait avec les Donnelly, enfin surtout avec l’aîné des quatre frères puisqu’elle n’avait absolument pas gagné la confiance des autres et n’y avait même gagné que du mépris. Et progresser était encore là un bien grand mot, disons plutôt qu’elle pataugeait moins dans la semoule depuis la visite surprise de Aahron au commissariat.

    Cela dit, Charlie commençait sincèrement à l’intéresser dans toute cette histoire. L’inspectrice n’avait jamais fait réellement attention à elle, et sans vouloir être vexante, la caissière ne représentait qu’une toile de fond dans le décor, aussi agréable fut ladite toile à regarder. Cependant, elle avait omis le fait que la jeune femme passait beaucoup de temps en compagnie d’eux et voyait donc très clairement ce qui se passait autour d’elle.
    Visiblement pourtant, cette dernière se posait encore plus de questions que la fonctionnaire et semblait moins en savoir, ce qui la déçu quelque peu. Apprendre un détail de la part de la petite amie lui aurait été utile pour la suite, mais à cet instant, elle se sentait comme l’exutoire de secours d’une demoiselle en détresse, qui ne se sentait pas très sûre d’elle si elle jugeait de sa nervosité. Et les gens nerveux avaient tendance à la rendre elle-même nerveuse, mais dans un tout autre sens. Impassible comme toujours, la trentenaire l’écoute sans l’interrompre, puisque apparemment Charlie avait besoin de vider son sac, et qu’elle n’était plus à près.

    Pour sa part, d’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Dakota avait toujours craint les Redd. Elle avait grandi dans les mêmes temps que Nathaniel et Logan et leurs parents respectifs étaient plutôt de ceux sur lesquels elle ne traversait pas le terrain, ne parlait pas et évitait. Et c’était aussi ceux qui la regardaient de travers quand il la croisait dans les rues, murmurant ce qui ne devait pas être des compliments.

    • « C’est vrai, c’est facile de les pointer du doigt. C’est aussi difficile de pointer une autre famille. Je ne dis pas qu’on doit les blâmer de tous les maux de ce village mais….enfin…disons que j’ai un esprit pragmatique, il me faut des preuves pour croire aux choses, et effectivement il n’y en a pas, ce qui me fera toujours douter. J’entends des preuves directes, puisque dans l’affaire qui a amené ton petit ami jusqu’à toi, ils sont les derniers à les avoir vu vivants, et il est donc aisé de refaire l’histoire comme bon leur semble. Rien ne dit qu’ils soient responsables d’une quelconque manière, mais de toute façon, tant que l’on parle d’accident et de disparitions, il est facile d’éluder la question. Pour le reste, je ne pense pas que ce soit à moi de t’éclairer Charlie. Tu devais parler avec Samuel. Je ne veux pas me désengager de la confiance qu’ils ont mis en moi en te donnant des informations que je ne devrais pas. Et je ne suis pas douée dans le rôle du tampon » répondit l’inspectrice, s’étonnant elle-même de rester aussi calme, de peser ses mots et de ne pas simplement l’envoyer promener en lui disant que tout ceci ne la concernait pas.


    Elle marqua une pause. Oui elle avait entendu parler de l’incident de l’épicerie, vaguement d’ailleurs, sans trop de détails. Elle s’était juste informée de savoir si sa cousine allait bien et s’il y avait eu des blessés, puis avait laissé couler.

    • « Je ne suis qu’une flic, pas météorologue tu sais. Je n’ai pas d’explications sur ce genre de cas. Mais tu étais là-bas, tu as une longueur d’avance sur moi. Je pensais que ça n’avait pas été si terrible que ça puisque l’affaire ne s’est pas ébruitée outre mesure mais ça à l’air de te perturber plus que l’incident qu’ils ont décrit » fit-elle remarquer en fronçant les sourcils, alors qu’elle avait mimé des guillemets pour le terme incident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Dim 20 Nov 2011, 22:14

    Charlie ne lui demandait pas de jouer au tampon, elle ne comprenait rien du tout. Elle ne comprenait rien parce que Charlie elle-même avait du mal à mettre des mots sur ce qu’elle pensait vraiment de la situation. Elle se trouvait déjà tellement, tellement stupide de penser que la vérité était ailleurs, mettre des mots, les prononcer, surtout à quelqu’un comme Dakota, droite, sérieuse, flic, impressionnante, elle avait l’impression de ne mesure qu’un mètre, d’être bègue et bossue. Pourtant qui d’autre ?! A qui pouvait-elle en parler ? A sa grand-mère sénile ? Son petit-ami borné ? Ses deux aînés qui savaient à peine son prénom ou le cadet en pleine dépression ? Sa meilleure amie ? Alors ça oui, elle avait essayé car en plus Colleen avait vécut la chose avec elle ce jour-là dans l’épicerie. Sauf que Colleen avait cette faculté magnifique, cette incroyable capacité à se voiler entièrement la face. Elle n’avait rien pu tirer d’elle, aucun soutien, aucun avis concret, ou sincère sur la question, juste des blagues et des remarques un rien puérile. Colleen avait eut peur, Colleen mettait le problème dans les toilettes et tirait la chasse. Colleen était surtout trop occupée à penser avec ce qu’elle avait entre les cuisses. Grifith, Logan, Logan, Grifith, et elle-même. Mais pas de Charlie.

    En même temps, la caissière ne pouvait pas vraiment lui en vouloir ou du moins, lui faire le moindre reproche trop cruel. Elle venait de rompre avec Grifith après trois ans de relations, et Charlie était tout particulièrement bien renseigné sur ce que ça pouvait générer comme problème et griefs. Elle était passée par l’exact même chemin, avec le même garçon.
    Puis même sans ça, difficile de lui reprocher son manque de soutien alors que Charlie elle-même avait déserté Grayson plus d’une fois et sans avertir sa meilleure amie avant. Elle l’avait plantée là comme tous les autres et s’était fait la malle en lâche aux aurores à chaque fois. Rien de glorieux et rien qui ne lui donne le droit de la juger…

    N’empêche qu’elle avait tout de même besoin d’en parler à quelqu’un et Dakota avait raison, le meilleur aurait été d’en causer avec son petit ami. Sauf que si elle pouvait supporter l’idée que Sallander la prenne pour une folle, l’idée qu’il en soit de même pour Sam lui plaisait déjà vachement moins. Elle avait plus à perdre avec lui.

    Elle verrait bien ce que l’inspectrice aurait à en dire une fois qu’elle aurait entendu sa version de l’histoire concernant l’évènement bizarre survenu à l’épicerie quelques semaines plus tôt.

      « Eh bien pour commencer, même si vous étiez météorologue, ça ne vous aiderait franchement pas sur ce coup-là, parce que moi non plus j’le suis pas, mais je ne suis pas complètement idiote non plus et c’qui s’est passé là-bas ça n’était pas un tremblement de terre. J’sais pas exactement c’que c’était ! » ajouta-t-elle très vite pour éviter que la brune ne lui pose la question « j’ai des idées mais… bref, c’était pas un tremblement de terre parce que les tremblements de terre ne font pas se déplacer les boîtes de conserves en l’air et à l’horizontal » expliqua-t-elle en effectuant une longue ligne imaginaire avec son index « Y’avait des secousses bien sûr, de grosses secousses, mais pas vraiment dans le sol, c’était juste comme si… comme si y’avait une vibration ! Comme un énorme moteur qui démarre juste à côté de vous, vous voyez c’que je veux dire ? Le ciel est devenu tout noir et il faisait comme nui à l’intérieur du magasin. On a voulu sortir évidemment ! Sauf que le truc le plus bizarre c’est que toutes les portes et les fenêtres étaient verrouillées ! Alors qu’elles n’ont pas de verrou, ce sont des fenêtres qui ne s’ouvrent que de l’intérieur. Mais là, impossible. J’étais pas toute seule ce jour-là et je ne suis pas cinglée ! Y’avait Colleen Jefferson qui bosse à la poste, et l’adjoint Armstrong aussi. Demandez-leur ils vous diront la même chose que moi ! Mais le PIRE là-dedans, c’est qu’à l’extérieur… personne à rien remarquer » souffla-t-elle en ouvrant de grand yeux pour souligner toute la bizarrerie de ce détail « … alors… je sais pas p’tètre que ça a rien à voir avec les Redd et les Donnelly, mais ce jour-là y’avait aussi l’ex femme d’Aahron, l’avocate ! Vous voyez qui c’est ? Une grande blonde pas très loquace. Alors vous comprenez… moi j’vois plus que le Vaudou ou les aliens comme explications et ça m’rend folle ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Lun 21 Nov 2011, 22:34

    La jeune femme écoutait le discours de Charlie d’une mince perplexe, arquant parfois à un sourcil circonspect face à quelques paroles qu’elle trouvait suspectes et suivant des yeux les mains de la caissière qui trahissait son état de nervosité. Les explications étaient loin d’être précises et semblaient un peu confuses, comme la propriétaire de la bouche par lesquelles celles-ci s’échappaient,et l’inspectrice regarda un instant son reflet dans la vitrine vers laquelle les deux femmes étaient postées pour vérifier qu’elle ne s’était pas métamorphosée subitement en l’agent Dana Scully. Mais non, exceptés les yeux verts, elle n’avait pas grand-chose avec la rouquine chargée des affaires non classées. Quoi qu’on se serait tout de même cru dans un épisode de X-Files.
    Elle se surprit à relever la présence de l’avocate, chose qui n’aurait pas du l’intéresser outre mesure puisque la jeune femme était repartie depuis un moment du village, mais elle nota cependant l’information dans un coin de sa tête.

    En réalité, la question qui primait sur toutes les autres, au-delà du fait de comprendre ce qui s’était passé, était de savoir pour Charlie, qui s’apparentait à une étrangère pour elle, lui vidait soudain son sac. Bon ok, l’inspectrice l’avait sans doute un cherchée en souhaitant connaître son opinion sur les affaires en cours mais de là à entendre ce genre de discours qui lui semblait trop surréaliste pour être réel…quelle attitude adopter face à ces arguments? La camisole de force? La compréhension? D’autres questions? Un franc éclat de rire? Le moins que l’on puisse dire, c’est que Charlie avait su clouer le bec à la fonctionnaire, qui ne savait plus vraiment comment réagir, de peur de la vexer.
    Il n’empêche que son histoire, par le fait qu’elle n’était pas seule au moment des évènements, méritait que cette dernière s’y intéresse, au cas où l’explication logique - parce qu’il y en avait forcément une- aiderait pour les autres faits étranges qui se déroulaient à Grayson.

    • « Tu sais Charlie, je suis assez pragmatique et je possède un esprit assez scientifique, assez carré » tenta la trentenaire pour lui faire comprendre, sans la vexer, qu’elle ne croyait pas à ce genre de choses, au surnaturel entre autres choses. « J’ai besoin de preuves pour affirmer chaque choses, et je suis d’avis qu’il y a toujours une explication logique même aux évènements qui semblent….étranges » expliqua la jeune femme dans un sourire compatissant, qu’elle trouva mentalement faux. « Je suis comme ça, c’est quelque chose de rassurant pour moi. Je n’ai pas assisté à tout ça et n’ai pas vécu la chose mais pour moi, il y a forcément une explication censée » continua-t-elle en penchant son visage sur le côté, en la toisant.


    Elle marqua une pause, essayant de trouver les mots qu’il fallait et qui sonneraient justes, mais ce n’était décidément pas là où elle était la plus forte.

    • « Cependant, si tu n’étais pas seule à l’épicerie ce jour là et que d’autres personnes ont vécu et ont ressenti la même chose que toi, je ne vais pas t’envoyer au bûcher. Je ne crois pas au vaudou et aux petits hommes verts mais je ne crois pas non plus que plusieurs personnes peuvent devenir folles en même temps. Tu as déjà essayé d’en parler avec les principaux intéressés? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Mer 23 Nov 2011, 20:52

    Si elle avait essayé ?! Eh bien oui on pouvait dire qu’elle avait essayé m’enfin rien de concluant n’en n’était sortit. Au final elle se retrouvait seule face à cette histoire et il semblait qu’Elizabeth n’avait aucune envie d’y accorder la moindre attention ! Sa patron était adorable et elles s’entendaient bien mais parfois elle avait juste cette incroyable capacité à se voiler la face, c’était sidérant !
    Et là-dessus sa meilleure amie Colleen n’avait absolument rien à lui envié c’était dramatique, presque une névrose à ce stade merde ! Elles étaient là, avec un mystère gigantesque devant le nez et… et quoi ? Est-ce qu’il fallait faire comme si de rien n’était ? Était-elle la seule à se poser de vraies questions sur ce phénomène ?! Comment faisaient les autres pour ne pas y penser ? Pour ne pas chercher après l’ombre d’une réponse au moins ! Elle n’arrivait pas à comprendre ce désintérêt de chacun et se sentait seule dans le coup comme d’habitude.

      « J’ai surtout essayé d’en parler avec Colleen en fait. Elle n’a aucune idée de ce qui a bien pu se passer mais est d’accord de dire qu’il ne s’agissait pas d’un simple tremblement de terre. M’enfin en ce moment elle est bizarre et traine sans arrêt avec Logan Redd. En fait… vous voyez, sans vouloir rentrer dans les détails sordides, c’est ce jour-là qu’elle a apprit que Grifith… n’était pas fidèle a 100%. J’crois qu’elle n’a pas trop envie d’y repenser du coup et quand j’en cause, elle prend l’histoire par-dessus la jambe. Grifith, c’est pas l’amour fou entre lui et moi, et puis Trisha je ne l’ai croisée que deux fois et elle vie loin »


    Donc en gros… voilà quoi. Rien ! Absolument et désespérément rien. Le désintérêt total de la part d’absolument tout le monde sauf elle. Dépriment.

      « Je ne suis pas entrain d’affirmer que… que c’était des petits hommes verts ! » s’exclama-t-elle d’un grand sourire nerveux « ou un truc magique ! C’est juste que … moi aussi j’aimerai bien trouver une solution logique et rationnelle à ce qui s’est passé mais j’vois pas ! J’ai beau chercher, j’vois pas ! J’suis pas scientifique mais mis à part une espèce de… manifestation météorologique bizarre et localisé dans l’épicerie… moi la seule autre théorie qui m’vient c’est les fantômes. Et j’aimerai qu’on m’prouve que j’me goure, sauf que personne à l’air de se poser de questions à part moi. Tout le monde parle sans arrêt des Donnelly et des Redd, mais Bon Dieu… c’est pas le seul truc qui ne va pas à Grayson »


    Elle n’était tout de même pas la seule personne qui commencait à le comprendre ? Elle trouvait ça déjà plus qu’hallucinant d’avoir mit 26 ans à le remarquer aussi clairement. Sauf qu’avec la tête enfoncée dans son quotidien on pouvait passer à côté d’un éléphant sans le voir. C’est ce qui passait à Grayson elle en était certaine. Elle avait cette impression virulente de manquer quelque chose de pourtant énorme. Le détail qui tue ! Peut-être même au sens propre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Ven 25 Nov 2011, 18:48

    La brunette ouvrit de grands yeux quand le discours dévia vers la vie sentimentale des habitants du village. Admettons que ces temps-ci, cette dernière se soit montrée moins froide et plus avenante envers lesdits habitants , qu’elle ait aidée des étrangers en mettant en péril sa carrière juste par envie et besoin de faire ce qui lui paraissait juste. Et admettons encore qu’elle soit dans un bon jour, ce qui expliquait qu’elle n’ait pas encore trouvé d’excuses pour se sortir de cette conversation. Avait-elle changé à ce point pour qu’on l’informe de ce genre de choses? Parce que si c’était le cas, la jeune femme souhaitait rapidement redevenir ce bloc de glace dont on la qualifiait. Les histoires du village l’intéressait déjà peu en dehors des enquêtes, alors les histoires fesses, savoir qui écartait les cuisses avec qui ou à cause de quoi…ça lui passait loin au dessus de la tête. Elle nota néanmoins ce qui concernait le shérif adjoint, juste au cas où celui-ci se montre un peu trop pédant avec elle, qu’elle puisse le remettre vite fait à sa place.
    Pour le reste, l’inspectrice ne voyait pas ce qu’elle pouvait faire pour aider Charlie. Si aucun de ceux présent à l’épicerie ce jour là ne souhaitait parler de l’évènement en question et évitait même le sujet, ce n’est pas elle, qui ne possédait comme informations que les colportassions qu’elle en avait entendu, qui allait donner une opinion tranchée sur le sujet.

    Quant aux fantômes, la fonctionnaire y croyait autant que Dieu et les petits hommes verts, ce qui n’avancerait pas la caissière sur ses interrogations. Il est évident qu’en ayant vécu dans le village pendant sa jeunesse, Dakota avait bien remarqué quelques faits étranges, et avait assisté de loin en spectatrice peu intéressée par le programme, avant de rapidement zapper. Sa seule envie à l’époque était de quitter cette communauté, alors elle avait mis tout ça la trappe et mis ces étrangetés sur la bizarrerie même des habitants. D’ailleurs, la perplexité de ses traits était difficile à cacher, et donc son opinion sur le sujet. Elle fit signe à Charlie de la suivre pendant qu’elle faisait quelques pas, tombant sur une autre vitrine de jouets et gadgets en tout genre qui l’inspirait autant que les autres.

    • « Il n’a pas des dizaines de possibilités de toute façon » lâcha-t-elle en se tournant vers la jeune femme. « Soit tu es folle mais cette idée est contredite par le fait que tu n’étais pas seule. Soit tu as vécu un phénomène inexplicable et de ce fait…et bien, il n’y aura jamais d’explications à donner. Soit il y a effectivement une réponse à tes questions, et le silence des autres prouvent qu’il faudrait creuser dans ce sens. » exposa l’inspectrice en la fixant sans ciller. « Dans les trois cas, je ne peux pas vraiment t’apporter mon aide, surtout si le shérif n’a fait aucune déclaration particulière ni de constats à ce sujet, chose sur laquelle je peux toujours me renseigner. » proposa cette dernière en louchant de nouveau en direction du magasin. « Parce que bien que j’aimerais réellement avoir tord, pour moi, les morts restent morts » conclut-elle en posant inconsciemment une main sur son ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Mer 30 Nov 2011, 17:21

    Oui, eh bien contrairement à l’inspectrice, Charlie commençait à douter sérieusement que les morts restent toujours morts. Elle commençait surtout à se demander s’il n’y avait pas eut quelques exceptions à la règle dans les environs de Grayson. Et contrairement à l’inspectrice toujours, elle regrettait d’en douter. Elle n’avait pas envie que les morts ne soient pas morts et lui envoient des boîtes de conserves en pleine tête ! C’était du délire total !

    Elle avait toujours un peu critiqué les films de fantômes maléfiques revenus d’entre les morts pour casser les burnes aux vivants. ‘Pourquoi un fantôme reviendrait uniquement pour se venger et faire du mal ?’ qu’elle disait ! C’est vrai, pourquoi toujours présenter l’image effrayante d’un revenant en quête de sang ? Pourquoi pas le contraire de temps en temps ? On n’en savait rien après tout !
    Aujourd’hui elle réalisait qu’en faite, elle s’était dit ça uniquement parce que c’était une pensée plus rassurante. Se dire que si les fantômes existaient bels et bien, il était impossible qu’ils soient tous nuisibles.

    Elle n’avait pas du tout envie d’avoir le fin mot de cette histoire car l’obtenir signifiait l’insécurité à vie. Si c’était possible ici, pourquoi pas ailleurs ? Pourquoi pas partout ? Et pourquoi pas le reste ? Les démons, les vampires, les loups-garous, et toutes ces horreurs dont on ne cessait de déblatérer dans les films, les histoires, les légendes ? Ca remettait tout en question ! Tout ce qu’on lui avait affirmé être vrai ou faux.
    Puis d’un autre côté…, l’idée d’avoir peut-être la chance de mettre le doigt sur l’un des plus grands mystères de l’humanité… il fallait avouer que ça avait quelque chose de grisant.

    N’empêche que ça restait du délire total…

      « J’voulais juste… je ne sais pas. J’suppose que j’aimerai juste que quelqu’un s’y intéresse un peu. Si j’pouvais, j’me renseignerais toute seule, sauf que j’suis pas de la police, j’sais pas comment enquêter sur un truc pareil, j’sais pas vraiment… par où commencer. Enfin bref, tant pis » sourit-elle l’air de dire ‘désolée de vous avoir embêté avec ça’


    Un ange passa après sa remarque, de ce genre de silence qui fait « mwai… bon bah voilà quoi… ».

      « Vous cherchez un jouet » fit remarquer Charlie.


    Des années et des années d’expérience en tant que caissière, vendeuse et serveuse lui permettaient de parler ‘le langage du client’. Et la tête que faisait Dakota depuis un moment, c’était l’air perdu du client qui cherche et qui ne trouve pas, et que ça commence à agacer, surtout quand on vient le distraire avec des histoires bizarres.

      « Si vous voulez un conseil vous êtes bien tombé, c’est mon boulot » sourit-elle.


    Surtout histoire de se montrer avenante et de s’excuser un peu de lui être tombée dessus comme ça avec toutes ses questions et remises en questions un peu lourdes. Comme ça avec un peu de chance, une fois qu’elles se seraient dit au revoir, l’inspectrice ne se souviendrai pas d’elle comme de ‘Charlie la fille bizarre qui parle de fantômes’.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Sam 03 Déc 2011, 23:56

      « J’essaierai de voir ce que je peux faire, mais je ne te donne aucune garantie » proposa au final l’inspectrice.


    Et ça y est, elle l’avait fait. Encore. Proposer son aide et s’ immiscer dans une enquête qui ne concernait pas sa juridiction commençait à devenir une habitude, et au-delà de ça, la jeune femme se sentait devenir altruiste, ce qui la répugnait. Elle avait toujours été en retrait des gens, en particulier les habitants du village, se contentant d’échanger avec les victimes tout en gardant ses distances. Et maintenant elle ressemblait presque à la voisine modèle, discutant poliment et essayant de rendre service. Pour un peu elle se serait fait peur toute seule, avec ses bons sentiments et ses gentilles attentions. Il fallait vraiment qu’elle retrouve sa carapace d’antan, question de survie personnelle.

    Heureusement, la conversation à propos de l’évènement étrange qu’avait vécu la caissière prit fin en même temps que ses réflexions et le dialogue dériva sur sa présence au centre commercial. Ah oui! Anniversaire, Mimi, cadeaux, trois informations qui n’en formaient qu’une et qui lui donnait mal au crâne depuis son entrée ici.
    Finalement, elle préférait encore proposer ses services plutôt qu’accepter ceux d’une inconnue, mais la triste vérité était qu’elle séchait complètement pour le cadeau de sa propre fille, et que l’aide d’une femme plus jeune et qui semblait spontanée et non-conformiste pouvait s’avérer utile pour l’occasion.

      « En réalité je ne sais pas vraiment ce que je cherche » finit-elle par avouer en se tournant de nouveau face à la vitrine. « C’est bientôt l’anniversaire de ma….d’une fillette de qui je suis assez proche et je sèche complètement » lâcha cette dernière dans un soupir exaspéré. « Elle n’est pas vraiment comme toutes les petites filles. Barbie et les poupées ne sont pas sa tasse de thé. Pas plus que Hello Kitty et compagnie…son truc, c’est plutôt le soccer et le baseball mais elle possède déjà toute l’équipement nécessaire à son bonheur alors…. »


    Elle ne termina pas sa phrase, peut-être parce qu’il n’existait aucune conclusion à cette amorce. Tout ce qu’elle savait était qu’elle ne voulait pas merdé. Dakota souhaitait trouver la chose à laquelle personne n’aurait pensé et qui ferait se fendre d’un large sourire Mimi lorsqu’elle ouvrirait son cadeau. Mais plus son esprit cherchait une idée et plus elle se rendait à l’évidence qu’elle n’obtiendrait pas cette année encore le titre de mère de l’année.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Lun 05 Déc 2011, 01:59

    Les mains agrippées à la bandoulière de son sac à main, Charlie prêta une oreille attentive au problème de l’inspectrice. Elle acquiesça silencieusement et la laissa terminer avant d’ébaucher un faible sourire. Elle lança un bref regard innocent à la vitrine de jouet qui s’étalait juste devant elles avant de reporter son regard noisette sur la plus âgée, les lèvres pincées avec une espèce de petite touche d’amusement qu’elle avait un peu de mal à dissimuler. Mais ça n’était pas de l’amusement moqueur, c’était juste qu’elle trouvait ça mignon…

      « Vous savez Inspecteur Sallander, j’sais bien que vous avez une fille »


    Eh bien oui, elle travaillait au point névralgique de Grayson après tout ! L’endroit à la mode où tous les derniers potins faisaient fureurs, l’espèce de plaque tournante de l’information.
    Du coup, Charlie y avait droit malgré elle. Et par-dessus tout ça elle bossait tout de même avec la cousine de l’intéressée. Elle connaissait même le prénom de la gamine. Lili ou Mimi ou quelque chose en ‘i’ du genre. Ou plutôt donc, l’avait connu à un moment donné, car ce genre d’infos ne l’intéressait pas vraiment, rentrait par une oreille et finissait invariablement par ressortir par l’autre. Elle avait déjà du mal à s’intéresser à ce qui se passait dans son propre village, alors celui des autres se trouvait plus bas encore sur l’échelle de ses préoccupations.
    Cela dit, elle n’aimait pas être associé à ce genre de chose et préférait ne pas s’en venter. N’empêche qu’elle savait même qu’elle était divorcée…

      « J’travail avec Elizabeth » se contenta-t-elle donc d’expliquer pour éviter de devoir rappeler à Dakota qu’elle travaillait à ‘Potin Land’.


    Mais bref, en matière de cadeaux d’anniversaire, Charlie n’était jamais à court d’idée. Pas qu’elle soit spécialiste en ce qui concernait les mômes… loin de là même. Elle s’entendait plutôt bien avec eux, pour déconner et pour quelques heures de babysitting par-ci par là, mais elle avait l’instinct maternel d’une crevette d’eau douce mis à part ça. La preuve en était qu’elle arrivait à peine à s’occuper de sa grand-mère malade. Alors un bébé c’était parfaitement hors de question…
    L’avantage de Charlie résidait surtout dans le fait qu’elle se souvenait encore très bien de sa propre enfance et de ce qui la rendait vraiment heureuse à l’époque.

      « Quand j’étais petite ma mère venait me voir chaque année pour mon anniversaire et Noël, et c’que je préférais c’est quand elle m’emmenait passer toute la journée quelque part avec elle, rien que toutes les deux. Parfois elle m’emmenait à la foire, au cinéma, au zoo ou dans un parc d’attraction, puis on allait manger une pizza ou c’que je voulais, et elle m’offrait une peluche sur place en souvenir, avec une glace ou une barbe à papa, ou les deux. Puis on s’arrêtait dans un photomaton pour faire des grimaces. J’ai encore toutes les peluches dans ma chambre ! » sourit-elle « par contre j’ai jeté tous les autres jouets qu’elle à bien pu m’offrir »


    En gros, un beau souvenir valait mieux comme cadeau d’anniversaire qu’un bout de plastique qui finirait par vieillir, prendre de la place, se démoder, et terminer aux ordures entre la boite de poudre à lessivé vide et l’emballage du jambon périmé…

      « Y’a un cirque qui s’arrête à Kansas City la semaine prochaine. Si c’est pas son truc, y’a un centre aquatique immense aussi. Ou alors vous l’emmener voir un Match de baseball pro et manger des Hot Dog ! Oh ! Ou alors vous l’emmenez à la patinoire ! Avec cette chaleur ça doit être la folie là-bas » sourit-elle avec enthousiasme « Enfin bref, c’est juste des idées comme ça »


    Elle haussa une épaule puis d’un soupir, lança un dernier regard aux jouets qui lui grimaçaient de grands sourires hypocrites depuis la vitrine.

      « Bonne chance en tout cas »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Dim 11 Déc 2011, 01:45

    Elle savait. Évidemment qu’elle savait, comme tout le monde dans le village d’ailleurs, et l’inspectrice se sentit stupide l’espace de quelques secondes. Et coupable aussi, comme si elle avait honte de parler du fruit de ses entrailles. Bien sûr, c’était plus de la pudeur qu’autre chose, mais son regard quitta celui de la caissière pour se fixer sur la vitrine, échappatoire le plus direct. C’était une des raisons qui faisait qu’elle n’aimait pas venir à Grayson. Les habitants connaissaient trop de choses sur elle, sa famille, son ex-mari, sa fille, et surtout le fait qu’elle ait perdu un enfant il y a presque deux ans. Elle ne supportait pas ceux qui la regardaient avec pitié comme s’ils s’attendaient à ce qu’elle flanche, et ceux, comme Nathaniel, qui l’attaquaient sur ce point parce qu’ils aimaient tirer sur la corde sensible et lui rappeler qu’elle n’était pas infaillible. D’ailleurs si Charlie savait - et elle n’en était pas convaincu parce qu’elle ne semblait pas très soucieuse de ce qui se passait dans la communauté- combien de temps faudrait-il pour que son petit ami soit au courant, et ses frères ensuite. Si ce n’était pas déjà fait. Son reflet dans la vitrine lui renvoya en pleine figure sa paranoïa, et elle se vit s’interpeller elle-même d’un « au fond quelle importance » avant de reporter son regard sur la brunette.

    Elle acquiesça lentement à l’évocation de sa cousine, comme si cela expliquait tout, avant de se sentir de nouveau mal. Coiffée au poteau par une femme plus jeune qu’elle, qui n’avait pas d’enfants et ne respirait en rien la fibre maternelle du peu qu’elle en savait. Si ce n’était pas là le coup mortel à sa dignité de mère, ça y ressemblait beaucoup. Dakota avait passé des semaines à réfléchir à un cadeau particulier qui ravirait Mimi sans penser un seul instant qu’après plusieurs mois de séparation, une journée mère fille serait là le présent parfait. Elle et sa petite princesse sans sa casquette de maman flic, loin de Gower, en parfaites baroudeuses affranchies. Quelle conne! Et se le voir découvrir par une tierce personne qu’elle ne connaissait que peu ne contribuait pas à la faire se sentir mieux.

      « Waow, merci de me faire passer pour une mauvaise mère » ironisa-t-elle sur un ton jovial mais qui trahissait son malaise. « Mais merci pour le tuyau, c’est….c’est une super idée » avoua-t-elle en lui adressant un sourire reconnaissant?


    Elle lui en devait une, et elle saurait s’en souvenir si l’occasion se présentait de lui rendre la pareille. Et même si une bonne nouvelle s’accompagnait rarement d’une jumelle, la trentenaire en vînt à la conclusion qu’elle n’avait plus rien à faire dans ce centre commercial et cette foule qui l’oppressait. En fait elle lui en devait deux.

      « Me voilà défaite de la corvée magasinage et prise de tête, ce qui te vaut un second remerciement. Tu dépasses largement mon quota annuelle pour la même personne » plaisanta cette dernière. « A charge de revanche »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   Sam 17 Déc 2011, 19:43

    Une mauvaise mère ? Oups… Charlie esquissa un petit froncement de nez d’excuse et détourna son regard l’espace de quelques secondes pour faire mine de s’intéresser à l’étale de jouet derrière la vitrine où se dessinaient vaguement leurs deux reflets. Charlie remarquait bien que l’inspectrice se sentait un peu déstabiliser et préférait faire mine de regarder ailleurs, déjà pour ne pas amplifier son malaise et puis surtout parce qu’elle était une vraie éponge et qu’elle n’avait certainement pas envie de se laisser contaminer. Elle rougissait déjà bien assez vite comme ça.

    Elle fut tout de même bien contente d’entendre que son idée était réellement retenue. Elle avait lancé la chose un peu comme ça, en se basant sur ses propres souvenirs d’enfant. Maintenant chaque môme était différent et Dakota aurait aussi très bien pu lui rire au nez en lui disant que ça n’était pas le genre de la maison, ou pas le genre de la petite. Elle était même presque fière d’avoir tapé dans le mille du premier coup. Comme quoi, elle n’était pas si mauvaise vendeuse qu’elle ne le pensait après tout. C’était toujours ça de prit pour son petit égo sans arrêt bousculé.

    Elle accueillit d’ailleurs le double remerciement de la grande brune d’un grand sourire à la fois content et anxieux. Elle ne savait jamais trop quoi faire des compliments et des signes de gratitudes. Ca lui faisait plaisir mais elle se sentait toujours totalement gourde au moment de les encaisser.

    Elle avait très envie de lui dire qu’elle se sentait intimement persuadée qu’elle n’était pas du tout une mauvaise mère, mais Charlie n’avait aucune idée de comment tourner ça ni de comment le caser dans cette conversation qui touchait à sa fin. Tant pis. Ca serait pour une prochaine fois, ou pour jamais.

      « Pas d’problèmes ça m’fait plaisir » sourit la jeune caissière avec sincérité.


    Même si au départ, c’était elle qui avait engagé la conversation dans l’espoir de recevoir soit un peu d’aide, soit un peu de lumière sur toutes ses questions. Elle n’avait pas exactement obtenu ce qu’elle voulait. Au moins la rencontre n’aurait pas servit à rien.

      « Bien, j’vais pas vous embêter plus longtemps. Désolée pour les… pour les questions bizarres » rit-elle nerveusement « Hum, bye »


    Et d’un petit signe de la main, elle lui adressa un dernier sourire avant de continuer son chemin, non sans lancer quelques derniers regards en arrière.


    [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]   

Revenir en haut Aller en bas
 

05. Happy Birthday [Charlie & Dakota]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation  :: LES VILLES ALENTOURS :: EDGERTON :: Macy's-
Sauter vers: