AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ROAD TO SALVATION FERME SES PORTES APRES TROIS ANS D'AVENTURE ! N'oubliez pas de vous joindre à nous pour l'après-midi chatbox dimanche 18 novembre à partir de 13h ! svp et d'y laisser un commentaire de préférence.
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Sam 10 Sep 2011, 03:14

      « Comment ça : je te soule ? » s’étrangla Julie sur le pas de la porte d’entrée

    Aidan poussa un lourd soupir avant de faire volte face, le regard sur et le visage fermé. Il avait conscience d’aller trop loin mais également qu’avec la petite blonde, il pouvait à peu près franchir toutes les limites. Elle le pardonnerait comme à chaque fois. Il en avait clairement honte mais il en jouait souvent…

      « Exactement comme ça, Julie » cracha-t-il en la désignant d’un vague geste de la main, restant à plusieurs mètres d’elle, sur l’allée bétonnée menant au perron « J’ai le droit de bouger sans que tu sois collée à ma godasse, ok ? On n’a pas fusionné que j’sache ! »
      « Tu t’fiches de moi ? Tu m’prends vraiment pour la dernière des idiotes ! » s’emporta la jeune femme, les joues rougies par une colère qu’elle peinait à maitriser « Tu crois que je sais pas que tu vas retrouver tes p’tites copines tous les matins pendant que j’dors ? Tu crois que j’suis aveugle ? »
      « Mais avec quoi tu viens là ? Qu’est-ce que tu racontes ? »
      « J’t’entends te lever ! J’te vois partir tous les jours ! Je sais bien que tu vas rejoindre ta précieuse Sacha ! »
      « N’importe quoi ! …Tu sais quoi ? Je vais même pas discuter avec toi, ça sert à rien. Pense ce que tu veux »
      « C’est trop facile ! »
      « Rien à foutre » trancha Aidan en se détournant pour s’éloigner d’un pas coléreux de la maison, le cœur battant à ses oreilles sifflantes

    Il se sentait fébrile et des points noirs étaient venus brouiller sa vue. Comme d’habitude, sa nuit avait été mauvaise et il l’avait passée à s’empêcher de sombrer dans le sommeil, enfermé dans on placard pour pouvoir écouter sa musique tranquillement, bouquiner, en bref : essayer de s’occuper l’esprit. Depuis ce matin, Julie était sur son dos. Pour une fois, contre toute attente, elle s’était réveillée de bonne heure et l’avait surpris alors qu’il était sur le départ.
    L’interrogatoire avait début et très vite, la moutarde lui était montée au nez. L’énervement associé à sa fatigue et au fait que son estomac était trop noué depuis la veille pour qu’il avale quoi que ce soit le rendait plus hargneux encore et l’adolescent avait vite abandonné l’idée de prendre des pincettes.
    Elle était chiante, il ne voulait pas l’avoir sur le dos et attendre qu’elle ait pris sa douche pour aller à la ferme Ferguson. Qu’est-ce qu’elle pourrait bien aller foutre là-bas de toute manière ?
    Il y allait pour s’excuser et c’était déjà assez difficile comme ça. D’autant que tout ça avait un goût de déjà vu particulièrement amère…

      « Aidan ! …AIDAN ! »

    Mais le petit blond resta muet et fit la sourde oreille, n’accordant plus aucune attention à sa petite amie. Il finit par entendre la porte d’entrée claquer mais ne ralenti pas encore tout à fait son allure. Il s’autorisa une pause une fois arrivé au coin de la rue, devant l’épicerie où Charlie travaillait ce matin.
    Il s’arrangea cela dit pour ne pas être vu par la petite amie de son frère à qui il devrait également penser à présenter ses excuses. Le coup de la photo volée n’était décidément pas passé et avait été la goutte d’eau dans le vase déjà bien rempli de la jeune caissière…
    A l’abri des regards, il s’était laissé tomber sur le sol, le temps de reprendre son souffle et de calmer ses nerfs à fleur de peau.

    Une fois ses vertiges passés, après avoir été repéré par deux mamies pleines de jugement qui le prenait pour un drogué -et lui aurait probablement craché dessus si elles n’avaient pas craint pour leur sac en s’approchant- il s’était remis debout. Il maudissait Isaac pour être parti reconduire Allie à Cleveland avec la Volvo et Julie pour être aussi chiante et ne pas avoir accepté de prêter sa précieuse bagnole pour qu’il aille voir Casey…
    Le trajet jusqu’à la ferme aurait pu lui paraitre bien plus court si le soleil n’avait pas cogné sur sa nuque tout du long, rendant son périple encore plus ardu. Il y avait la fatigue, il y avait l’appréhension, il y avait la chaleur, il y avait la faim… Mais oui, il y avait surtout l’appréhension de croiser le regard de Casey après l’affaire du journal. Il lui faudrait peut-être rencontrer monsieur ou madame ses parents…. Voire son frère, armé. Ou alors les chiens qu’on lancerait à ses trousses.

    Aidan remercia Dame Nature d’avoir placé des arbres de chaque côté du chemin de terre menant à la ferme et il profita de l’accalmie pour reprendre tout à fait ses esprits et gonfler ses poumons du courage qui lui faisait défaut à cet instant.
    Finalement, c’est décidé et conscient que le jeu en valait la chandelle qu’il alla frapper à la porte de la ferme. Peut-être qu’il en prendrait une bonne, plusieurs même, mais c’était la meilleure chose à faire. Et puis William l’avait pardonné une fois et Casey et lui avaient su s’apprivoiser un peu alors… Il y avait moyen de moyenner. Il voulait y croire.

    Une minute plus tard, tandis qu’il piétinait le paillasson, la porte s’ouvrit finalement sur le maire en personne. Aidan déglutit péniblement avant de se lancer.

      « Bonjour… Je suppose que j’suis la dernière personne que vous vouliez trouver devant votre porte mais… hem… j’suis là » voilà, une très bonne introduction, il était sur la bonne voie ! ou pas « J’suis venu pour m’excuser et… Est-ce que Joshua et Casey sont là ? »

    Mais surtout Casey. Sauf qu’un garçon ne pouvait pas réclamer à voir la fille d’un type du genre de William Ferguson facilement...


....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Dim 11 Sep 2011, 15:09

    Dans un soupir concentré, William tourna rapidement la haute page de son journal pour continuer de lire l’article qui l’intéressait. Ses sourcils plissés d’intérêt, il porta sa main gauche à ses lèvres pour avaler quelques gorgées du café noir et brûlant qui fumait dans sa tasse.
    Assis dans la cuisine, le silence environnant n’était troublé que par le son étouffé de la télévision qui tournait dans le salon, et les pas de sa femme à l’étage qui rangeait tranquillement le linge de la famille dans les armoires.
    Comme tous les matins, William s’était levé avec le soleil et après une bonne douche et une première tasse de café, il était allé rassembler ses vaches pour la traite et nourrir toutes ses bêtes. Après deux bonnes heures de travail, il avait regagné le domicile familial pour y prendre un copieux petit déjeuner et saluer le reste de la famille qui s’était levée entre temps.
    Sa femme s’agitait déjà dans la maison, son fils avait à peine daigné quitter son antre mais il l’avait croisé tout de même, et Casey quant à elle, regardait la télé dans la pièce voisine. William étant un homme d’habitude, il aimait particulièrement ces petits moments. Surtout celui-ci.
    On aurait presque pu croire à une vie normale comme ça.

    Pourtant quelques coups donnés à la porte le rappelèrent à l’ordre. Il décrocha ses yeux d’un bleu de glace de son journal pour les poser dans le vide, l’oreille tendue et les sourcils froncés.
    Un coup d’œil à l’horloge pour constater qu’il était encore bien tôt pour une visite, et il quittait à regret son journal, son café, ses œufs et son tabouret pour s’aventurer du côté du hall d’entrée. Il épousseta négligemment sa chemise d’un bleu passé pour en ôter les quelques petits brins de pailles qui s’y trouvaient encore collés, puis ouvrit la porte.

    Son expression ne changea pas en constatant à qui il avait à faire, il se contenta de passer d’un pied à l’autre et de détailler son jeune visiteur.
    Le toupet de ce garçon ne devait être alimenté que par sa naïveté et sa candeur à toute épreuve… il ne pouvait en être autrement.
    Et très sincèrement, William n’était pas d’humeur pour ce genre de chose aujourd’hui. Non, aujourd’hui, il avait envie de continuer son train-train sans devoir s’angoisser à propos de la moindre chose. Toutes ces histoires avec les Donnelly prenaient bien trop de place dans leurs vies à tous. Ca devenait ingérable et de toute évidence, il était le seul à le voir de cette manière. De son côté l’adolescent semblait ne jamais en avoir assez…
    Désolant. Mais pas le moment.

    D’un soupir las, il vint se pincer l’arrête du nez l’espace de quelques secondes. Puis redressant la tête, il fixa le garçon d’un air plutôt morne.

    « Seigneur Aidan… rentre chez toi, veux-tu ? » lança-t-il d’un ton d’une neutralité désarçonnant.

    L’instant suivant, il refermait la porte, sa tête secouée d’un hochement de tête incrédule.

    « C’était qui papa ?! » entendit-il crier depuis le salon.
    « C’était absolument personne mon ange » répliqua William en retournant tranquillement vers son tabouret dans la cuisine.

    Pas question de se laisser envahir et emmerder aujourd’hui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Dim 11 Sep 2011, 15:44

    Aidan ouvrit la bouche, la referma, partagé entre plusieurs sentiments allant du désarroi à l’irritation. Mais plus que tout, il se sentait très stupide, planté sur le seuil de la ferme des Ferguson, face à une porte qu’on venait de refermer à son visage. Si William avait crié, l’avait menacé ou cogné, il aurait pu l’accepter, mais là… Là il l’avait juste ouvertement méprisé et son orgueil venait de prendre un sacré coup dans l’estomac.
    A présent, figé sur le pas de la porte, il envisageait plusieurs options pour la suite : refrapper à la porte, l’ouvrir et entrer dans la maison pour en découdre avec William comme un homme, repartir la queue entre les jambes, déposer un mot sur le paillasson, faire le tour pour venir pleurer devant la véranda vitrée…
    L’option petit mot sautait parce qu’il n’avait pas de papier ou de stylo et qu’Aidan n’était pas certain que graver son mot d’excuse sur la porte d’entrée avec un des outils du jardin le ferait réellement remonter dans les grâces du maire.
    Il lui restait la fuite, les pleurs ou l’attaque de front en gros.

    Piétinant sur place, il réfléchi durant un long moment à la marche à suivre. Il avait pensé parler à travers la porte pour ne pas s’imposer, mais William devait être loin à présent (il avait entendu ses pas s’éloigner) et ne l’entendrait pas. Il n’allait pas se mettre à crier tout de même…
    S’il avait eu son téléphone sur lui, le jeune homme s’en serait servi pour téléphoner aux Ferguson, mais alors il y avait un risque pour qu’on lui raccroche au nez. Il ne serait pas plus avancé. Et de toute manière, son portable déconnait sévèrement et il y avait de grandes chances pour que l’appel ne passe pas.
    Non, assurément, tout ce qu’il pouvait faire, c’était recommencer à frapper à la porte, jusqu’à ce qu’on revienne lui ouvrir. Il n’avait que ça à faire de sa journée de toute manière.

    Une expression décidée sur le visage, il frappa à nouveau, avec nettement plus d’insistance cette fois. Il dû réitérer son geste quelques fois mais son entêtement finit par payer et la porte s’ouvrit à la volée. Une fois encore, il faisait face au maire en personne, mais son air était beaucoup moins neutre que précédemment.

      « Laissez-moi parler ! » lança-t-il précipitamment levant les mains vers son ainé comme pour le retenir « …s’il vous plait… Je sais que vous êtes en colère, que je vous ai déçu et tout ça mais c’est pas ce que vous croyez »

    Bon, ça avait l’air d’une introduction de gros lâche mais il fallait bien commencer quelque part. Et c’était vrai de toute manière. La vérité avait été déformée et on le faisait une fois encore passer pour le coupable qu’il n’était pas. C’était trop facile et il en avait assez de se laisser faire.
    Le but même du journal était de lui redonner une certaine dignité et un peu de crédibilité aussi. Mais ‘quelqu’un’ avait foiré et à présent, il passait pour un manipulateur sans scrupule.

      « Je sais ce qui se dit et je sais que vous pensez que je suis responsable pour le journal mais c’est faux ! L’idée n’était pas la mienne, on m’a juste demandé d’aider et c’est ce que j’ai fait » reprit-il alors que le maire paraissait s’impatienter à sa propre porte « Si j’ai demandé à Casey et Joshua de nous aider, c’est parce qu’on m’avait dit que ce serait un vrai journal, pas un torchon visant à décrédibiliser tout le monde ! Tout ce que j’ai fait, c’est écrire mon article sur la maison, prendre les infos sur la mairie que vous vouliez faire paraître, récolter quelques trucs de mon côté à l’épicerie et au bureau de poste avant de tout déposer chez… Enfin chez la personne qui a eu l’idée de faire le journal »

    Il préférait ne pas donner de nom à ce stade, même si le choix était restreint et que les noms de ses deux compagnons apparaissaient sur les articles…

      « Bon, d’accord, j’ai aussi piqué une photo chez Charlie pour la publier mais je trouvais ça drôle sur le coup et comme je sais qu’elles ont de l’humour, j’ai pas pensé que ça les dérangerait tant que ça. C’était stupide, dégradant pour Colleen et à cause de ça Charlie veut plus trop me parler mais c’est fait. Pour le reste, c’est pas ma faute » ajouta Aidan avant de laisser passer un silence pour recevoir les premières réactions du maire


....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Mar 13 Sep 2011, 19:08

    A peine s’était-il réinstallé sur son tabouret, à peine avait-il poussé un soupir pour chasser tout ça et en revenir à sa lecture que de nouveaux coups plus insistants se faisaient entendre.
    Son regard clair se ferma lentement avec lassitude et il décida simplement de ne pas y aller. Un petit silence suivit cette résolution, mais de courte durée car déjà, Aidan tambourinait à nouveau sur porte.

    « Papa ? C’est qui ? »
    William lança un regard noir vers la porte qui menait au salon, et y vit apparaitre sa fille, toujours en pyjama. Il n’avait aucune envie que sa fille croise Aidan, il en avait bien assez fait comme ça.
    « Personne » grogna-t-il « Retourne devant la télé »
    Mais de nouveaux coups virent le contre dire…
    Dans un froncement de sourcils, l’adolescente interrogea son père du regard.
    « Pourquoi tu veux pas ouvrir ? Laisse-moi faire, si c’est pour toi et que t’as pas envie, je dirai que t’es au téléphone »
    « Casey, j’ai dis non ! » pesta William
    « Th ! Mais qu’est-ce que t’as ce matin ? »
    « Je me charge de la porte, va te changer »

    Elle lui lança un regard agacé avant de se détourner d’un air maussade pour quitter l’embrasure de la porte et rejoindre le hall pour grimper à l’étage. Pendant ce temps, Aidan insistait de plus belle et William se dépêcha d’aller ouvrir cette porte avant que le blondinet qui se cachait derrière n’alerte toute la maisonnée.

    Une fois nez à nez avec l’importun, pas le temps d’en placer une et de lui dire d’aller au diable. Aidan était plus rapide avec sa langue qu’avec ses mains, le Maire avait fini par le comprendre.
    Dans un long soupir désabusé qui le fit se dégonfler comme un vieux ballon, il laissa le jeune garçon s’étaler en un monologue interminable d’excuse et de justification.
    Ca ne prendrait pas. Ou plutôt, ça ne prendrai plus. Pas aujourd’hui en tout cas.
    D’où pouvait bien lui venir ce sempiternel besoin d’approbation. Ca n’était pas son rôle à la fin !
    Une fois que le jeune homme se fut tu, il laissa passer quelques secondes d’un silence interrogatif qui voulait dire ‘ça y est ? Tu as fini ?’. Cela fait, il daigna enfin s’exprimer, sans plus d’entrain que précédemment.

    « Ecoute mon garçon,… tu me l’as dis toi-même un jour : je ne suis pas ton père. Tu n’as pas à me fournir la moindre excuse et je doute que mon avis influe sur ton comportement à venir de toute manière alors… bref. Ca serait bien plus profitable à tout le monde si tu te contentait d’assumer sans t’imposer »

    Il n’était pas certain qu’Aidan ait la sagesse et le recule nécéssaire pour comprendre ce qu’il était entrain de lui dire, mais quoi qu’il en soit, c’était ce qu’il pensait. Cela dit, il fut tenté de refermer la porte une seconde fois, mais il savait qu’Aidan ne partirai pas tant qu’il n’aurait pas vidé l’entièreté de son sac, alors autant qu’il s’y applique une bonne fois. Peut-être qu’à l’avenir, ainsi, il aurait la paix… Du moins l’espérait-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Mar 13 Sep 2011, 21:54

    Le jeune homme avait prévu d’enchainer avec la suite de son discours déculpabilisant censé en prime le réconcilier avec William. Sauf que le maire semblait décidé à ne plus entendre parler de lui. Et ça le dérangeait beaucoup… Beaucoup plus qu’Aidan l’avait imaginé.
    L’autre fois, ses paroles avaient eu raison de la colère et du dépit du maire, mais cette fois, ça ne semblait pas fonctionner. Il avait été trop loin. Trop loin comment au juste ?
    Le petit blond ne savait même pas exactement ce qu’on lui reprochait en fin de compte. Il savait que le journal avait fait couler de l’encre et avait appris par des intermédiaires que Casey avait été choquée de lire ce que Sacha et Demitri avaient publié. C’était David qui avait prévenu son frère ainé que le maire ne souhaitait plus qu’Aidan vienne travailler avec lui ou qu’il traine près de sa ferme.
    Et pourquoi au juste ? Qu’est-ce qu’il avait fait de si terrible ? C’était parce qu’il le pensait responsable ? Il venait de lui dire que ça n’était pas le cas mais William n’en avait visiblement rien à faire.

    Même s’il avait appréhendé ce moment, le plus jeune des Donnelly avait gardé espoir que le fermier passe une nouvelle fois l’éponge. Il avait pensé qu’il l’appréciait au fond et qu’il essaierait de le comprendre, l’écouterait jusqu’à réaliser qu’il avait eu tort de se monter la tête.
    Le maire voulait qu’il retourne chez lui, qu’il arrête de s’imposer et s’assume.
    Mais assumer quoi bon sang ? Pourquoi devait-il s'excuser en fin de compte ? D'avoir été dupé lui aussi ?

      « Assumer quoi ? » lâcha-t-il justement, encore sous le choc du discours bref et cassant du maire « Je cherche pas à c’que vous m’invitiez à manger chez vous, j’ai bien compris que vous vouliez pas me voir ici ! Ce qu’il y a, c’est que je trouve ça totalement injuste et je suis en train de vous expliquer pourquoi ! Si c’est à cause du journal, alors j’ai rien fait qui mérite qu’on me punisse ! C’était pas mon idée et mon article n’avait rien d’insultant, j’ai fait que relater des faits qui se sont passés y a des années ! Et ça n’incrimine personne puisque le coupable dont je parle a été arrêté et est mort à l’heure actuelle » s’agaça le jeune homme, sachant pertinemment que s’emporter n’était pas la meilleure des solutions, mais incapable de se maitriser

    Il était révolté. Il était révolté et surtout, il était blessé par l’attitude du maire. Ses frères l’avaient prévenu qu’il valait mieux rester sans attache ici, mais il n’avait pas pu s’empêcher de commencer à voir William comme un mentor, un exemple à suivre. Il avait fait de gros efforts pour rentrer dans ses bonnes grâces, espérant un peu de reconnaissance, et tout ce à quoi il avait droit, c’était à une porte, claquée sèchement en plein visage.

      « J’ai pas cherché à causé du tort à qui que ce soit ! Je savais qu’un article sur l’incendie allait être écrit, c’est vrai et j’avais demandé aux autres de faire en sorte de démentir les rumeurs selon lesquelles ce serait MOI qui aurai mis le feu ! Parce que c’est ce que tout le monde pense ici et c’est N’IMPORTE QUOI ! » s’écria Aidan qui n’arrivait à présent plus du tout à contrôler ses nerfs et avait l’impression de jouer ses dernières cartes et qu’après ça, William ne l’écouterait plus du tout « Putain Joshua était à l’intérieur de ce truc, j’aurai JAMAIS fait CA à votre fils ! J’espère que vous l’savez parce que si c’est pas le cas... J’aurai jamais fait ça et j’en ai marre qu’on me pointe du doigt. J’en ai marre d’entendre que mon frère est un affabulateur qui a simulé un empoisonnement pour foutre la merde ! J'ai du balancer mon jean parce qu'il y avait du sang à lui partout dessus ! J’ai vu mes frères arracher le papier peint de la maison dans laquelle on vit parce quelqu’un avait trouvé amusant de nous faire peur en taguant nos murs ! J’ai vu ma belle-sœur enceinte chialer des heures parce qu’elle est TERRIFIÉE d’être ici ! Parce qu’elle imagine comme chacun de nous que quelqu’un va jeter une torche enflammée au milieu de notre salon pour tous nous tuer ! Et me dites pas que j’vais trop loin, vous êtes tous des malades et nous savons tous les deux de quoi vous êtes tous capables… » persifla-t-il un ton plus bas

    Essoufflé, fébrile, Aidan garda son regard braqué dans celui de William. Il savait qu’il venait d’aller un peu trop loin. Il savait qu’il avait dépassé les limites et que ses excuses avaient une fois encore virés au règlement de compte pur et simple.
    Il ne savait pas vraiment d’où lui venait cette dernière phrase. C’était comme si quelqu’un d’autre la lui avait soufflée. Une part de lui avait l’impression de savoir ce qu’elle cachait, de trouver qu’elle avait un sens, mais c’était comme fouiller dans sa mémoire à la recherche de la trame précise d’un rêve. Et peut-être que la réponse était là… Tirée d’un de ses rêves.



....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Dim 18 Sep 2011, 16:31


    Bon… de toute évidence, William avait songé juste, Aidan n’avait effectivement ni la sagesse ni le recule nécessaire pour remettre ce débat à plus tard et passer l’éponge pour aujourd’hui. Et c’était désolant car du coup, il faisait une vraie scène sur le pas de sa porte et d’ici deux ou trois minutes, il aurait alerté toute la maisonnée qui serait au courant de sa présence. Et même s’il arrivait à chasser le jeune homme, son intervention allait marquer la journée. Était-ce vraiment trop demandé ? Juste une petite journée de tranquillité ? Comment faisait Aidan pour ne pas se sentir lassé de toute cette mascarade idiote ?

    Pourtant l’adolescent semblait clairement à bout, ses nerfs étaient à vifs. A peine William avait-il refusé de débattre aujourd’hui qu’il explosait déjà. C’était sans sommation, du calme à la débâcle. Un comportement qui n’avait pas sa place chez les Ferguson. Ils avaient beau être tous les quatre très différent les uns des autres, ils possédaient tous la même dignité vis-à-vis de leur sentiment. Jamais d’étalage, surtout pas en publique ou devant des inconnus. Il ne semblait pas y avoir ce genre de réticence chez les Donnelly, ils s’étalaient à la première occasion et en rajoutaient des tonnes.
    Pourtant, même si William avait du mal à comprendre ce genre de réaction grandiloquente, il n’était pas homme à juger. Et il lui était difficile de refermer la porte au nez d’Aidan alors que celui-ci semblait en pleine détresse.

    « Je… enfin, Aidan » soupira-t-il, à la fois agacé et résigné.

    Il lança un regard rapide dans son dos, espérant que personne ne le verrait sortir. L’instant d’après, il quittait le hall pour rejoindre le jeune homme à l’extérieur et refermer la porte derrière lui. Il l’entraina un rien plus loin et lui fit enfin face.

    « J’apprécierai que tu te contrôle un peu mieux que ça ! Je peux comprendre que tu éprouve le besoin de te justifier mais pas celui de venir faire un scandale à ma porte ! »

    Et il tenait à ce que ce soit clairement dit avant de rapidement enchainer pour éviter un nouveau monologue interminable de la part d’Aidan.

    « Je n’ai jamais pensé que tu étais responsable de l’incendie figure-toi. J’ai ma propre idée sur la question mais il est inutile de m’en parler, je ne discuterai pas de ça avec toi parce que visiblement, tu es incapable de te contrôler. Qu’est-ce que tu attends de moi à la fin ? Tu veux m’entendre dire que tu es une victime et que rien n’est de ta faute ? Est-ce que ça t’aiderai à ferme l’œil la nuit Aidan ? J’en doute fort. Alors qu’est-ce que tu veux ? On gagnera bien plus de temps toi comme moi si tu me dis simplement ce que tu es venu chercher ici »

    Ses paroles étaient directs, voir un peu crue, mais le ton n’était pas agressif et son expression plus contrariée que coléreuse. Son ton s’avérait plutôt moraliste, mais patient en un sens. C’était le ton qu’il utilisait souvent sur ses jumeaux pour leur sonner les cloches et tenter de les réveiller un peu. Sur Joshua ça ne fonctionnait jamais, il lui riait au nez, sortait un commentaire blessant ou grossier, et s’éclipsait dans sa chambre. Avec Casey c’était tout le contraire, ce ton avait le don de la ramener sur terre et de la faire descendre de ses grands chevaux d’adolescente outrée par l’injustice de la vie.
    Alors avec Aidan, c’était un peu quitte ou double.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Mar 27 Sep 2011, 15:04

    Encore une fois, il passait pour le fou furieux de service, celui qui était incapable de se maitriser en public et avait toujours l’air d’un gros con… Chaque fois pourtant, il partait avec la ferme intention de contrôler ses faits, gestes et paroles, mais tout tournait toujours au drame et les hurlements hystériques pleuvaient. Et c’était lui qui les poussait à chaque fois, même quand son interlocuteur restait de marbre. Surtout dans ce cas là d’ailleurs puisqu’il se sentait incompris et en décalage.
    Après coup, il se maudissait à chaque fois, se repassait la scène en regrettant ses répliques et sautes d’humeur tout à fait inutiles et déplacées. Sur le coup aussi d’ailleurs il regrettait, mais il était pris dans une spirale. La même putain de spirale infernale. Il se sentait méprisable et méprisé, et plus le jeune homme se sentait acculé, plus il s’emportait et devenait incontrôlable.

    Il détestait se disputer avec les gens comme William qui restaient parfaitement stoïque et maitre d’eux-mêmes contrairement à lui. Il les détestait parce qu’ils posaient les bonnes questions…
    Qu’est-ce qu’il voulait au fond ? Aidan n’était même pas certain de le savoir. Est-ce qu’il voulait effectivement que le maire reconnaisse qu’il était une victime dans cette histoire ? Oui et non. Il voulait son absolution mais il ne voulait pas non plus être une victime, personne n’aimait ça et ça n’était absolument pas flatteur pour l’égo. Et contrairement aux apparences, le petit blond avait un égo surdimensionné...
    Est-ce que s’était finalement la reconnaissance de William qu’il attendait ou est-ce qu’il était venu uniquement pour parler avec Casey ?
    Il était peut-être un peu tard pour réfléchir à tout ça. Encore une fois, le jeune homme s’était lancé dans une aventure sans penser à en mesurer les conséquences ou même les raisons… C’était comme partir visiter un désert sans prendre la moindre bouteille d’eau. C’était stupide voire suicidaire…

      « Bah… »

    Il ne trouva d’abord que ça à répondre, sentant sa colère l’abandonner pour ne laisser place qu’à la honte. Aidan sentit ses joues s’empourprer, de malaise plus que de frustration cette fois.
    Il commença à piétiner sur place, passa une main dans ses cheveux blonds, le regard fuyant.

      « Tout ce que je voulais c’était… que vous compreniez »

    Comprendre quoi ? Qu’il était totalement largué et qu’il avait besoin de l’approbation d’un homme qu’il ne connaissait pas et qui ne l’appréciait visiblement pas autant qu’il se l’était figuré ?
    Au fond, Aidan savait ce qu’il était venu chercher ici, ce qu’il venait chaque fois trouver à la ferme. Ca n’était pas tant un ami qu’il venait trouver en la personne de Joshua, ni une potentielle petite amie avec Casey… Ce qu’il venait chercher, c’était l’image d’un père qu’on lui avait arraché.
    Il venait voir William parce qu’il ne pouvait plus voir Sean. Il voulait que William se montre compréhensif, le sermonne mais cherche à le protéger comme l’aurait fait son père.

      « J’suis désolé » finit-il par articuler, gardant la cette fois la tête haute et plongeant un regard franc, presque dur, dans celui du maire « J’voulais pas m’énerver. Je voulais juste… savoir ce que vous pensiez de tout ça et voir Casey pour m’excuser parce que je sais que… enfin que cette histoire lui a pas plu. Si j'avais su que ça se passerait comme ça, que c'était ce qu'ils prévoyaient de faire, j'aurai jamais accepté d'en parler avec elle et Joshua pour les embarquer là-dedans. Je voudrai qu'elle le sache parce qu'elle a pas toujours été cool avec moi mais... enfin elle m'a laissé une chance de lui montrer ce que je valais et je vaux mieux que ça... Même si c'est pas l'impression que je vous donne là tout de suite »




....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Dim 02 Oct 2011, 15:36

    Avec sa tête d’ange et sa mine attristée et sincère, William aurait presque été tenté de se laisser attendrir et de passer l’éponge. Surtout qu’il savait bien au fond que l’adolescent disait la vérité. Aidan était trop spontané pour être capable de feindre et mentir de cette manière.
    Oh il était certain qu’il savait également mentir, mais son tempérament trop entier l’aveuglait la plus part du temps.

    Croisant les bras sur la poitrine, le Maire délaissa sa mine sévère et son regard froid pour quelque chose d’un rien plus compréhensif. Mais il se fit fort de garder ses distances. Il avait prit sa décision en ce qui concernait le jeune homme et n’entendait pas en changer parce que celui-ci venait mendier sa compassion sur le pas de sa porte. Aidan n’en n’avait très certainement pas conscience, mais cette histoire de journal n’était pas l’unique raison qui le poussait à l’éloigner de sa ferme et de ses enfants. C’était aussi une question de sécurité. Le rapprochement d’Aidan était mal vu par certains personnages dangereux du village, certains garagistes qu’il ne nommerait pas, et même si un rapprochement aurait pu être profitable de son point de vue propre, ses voisins n’étaient pas du même avis malheureusement. Après avoir presque perdu son fils, il n’était plus près à prendre ce risque, c’était terminé. Il devrait rallier les Donnelly à sa cause d’une autre manière qu’en passant par le plus jeune de la fratrie.

    Un rien agacé d’entendre le nom de sa fille cité, William tiqua avant de répliquer d’un ton neutre, mais sans réplique. Du moins l’espérait-il sans réplique, mais rien n’était moins sûr avec Aidan.

    « Tu voulais que je comprenne et t’écoute, et bien c’est fait Aidan. Je ne vois pas ce pourrait t’apporter de répéter la même chose à ma fille. Vous n’étiez pas si proche que ça comme tu le fais très justement remarquer toi-même, et de toute manière je doute fort qu’elle souhaite s’entretenir avec toi. Tu as raison, cette histoire de journal ne lui à pas fait plaisir… pas du tout » articula-t-il pour que ce soit bien clair pour son jeune interlocuteur « Et je n’ai absolument pas envie que tu remue le fer dans la plaie, tu- »
    « C’est bon papa, je peux m’expliquer toute seule comme une grande fille »
    soupira une voix lasse dans son dos.

    Il ne l’avait pas entendu arriver, ni même ouvrir la porte. Depuis quand était-elle là à les écouter, difficile à dire.

    « Casey, rentre »
    « Non toi rentre. C’est pas pour 5 minutes d’accord ? »


    William fit voyager son regard entre sa fille et Aidan à plusieurs reprises, prit au dépourvu et agacer. Il n’avait pas envie de déclencher la moindre dispute avec Casey, ça aurait été le comble. Alors à vrai dire il était un peu coincé et il détestait ne pas avoir assez d’autorité pour dissuader les deux jeunes de discuter. Frustré, il poussa un soupir un peu coléreux et se détourna du jeune garçon pour se rapprocher de sa fille et la pointer d’un index sévère.

    Pas besoin de mot, elle pouvait aisément traduire toute seule. D’ailleurs, elle avait eut un petit mouvement de recule méfiant du a la brusquerie du mouvement. Il avait été chagriné qu’elle soit aussi blessée par cette histoire de journal, mais ça ne l’empêchait pas d’être dans son collimateur. Elle s’était laissé avoir comme une débutante et il n’aimait pas ça. Ca faisait remonter dans son esprit certaines questions concernant l’implication de ses enfants et leur « héritage familiale »… des questions aux quelles il n’avait pas envie de penser.

    « Vous avez cinq minutes Aidan. Cinq ! Pas une seconde de plus, c’est bien compris ? » grogna-t-il à l’intention du garçon « Et tu ne ferme pas la porte » rajouta-t-il à l’adresse de sa fille.

    Puis, frustré, il ne se donna pas la peine de prendre congé au près d’Aidan et s’éclipsa pour retourner à sa cuisine, tendre l’oreille et surveiller de loin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Lun 03 Oct 2011, 15:33

    La bouche d’Aidan se tordit en une grimace contrite pendant que le maire lui signifiait que Casey ne souhaitait pas lui parler. Du moins William, lui, ne souhaitait pas que le jeune homme se risque à échanger quelques mots avec elle dans le but de s’excuser et possiblement de se rabibocher. C’était très net dans sa formulation et finalement, il l’énonça carrément haut et fort, faisant regretter au petit blond le fait de ne pas avoir ajouté pour la forme le nom de Joshua. Ca passait toujours mieux comme ça avec les pères, il aurait mieux fait de le retenir…

    Et soudain, Aidan capta du mouvement par-dessus l’épaule du maire et lorsqu’il leva les yeux dans cette direction, l’étudiante prenait justement la parole. Elle remit son père à sa place avec beaucoup plus de courtoisie que lui-même l’aurait fait. Le cadet des Donnelly se jura d’en tirer une leçon mais dans les deux minutes qui suivraient, elle serait déjà oubliée bien entendu.
    Il les écouta, détournant un peu le regard pour leur laisser un peu d’intimité sur le pas de leur propre porte. Ses lèvres cherchaient sournoisement à s’étirer en un petit sourire narquois qu’il retenait uniquement grâce à la pensée que Casey allait très certainement lui faire passer un mauvais quart d’heure.

    Aidan ne l’imaginait pas se montrer très virulente, la voyait encore moins le cogner (même s’il l’en savait capable à présent), mais elle pourrait le blesser autrement. Malgré ses airs farouches, il pouvait se vanter d’avoir bon cœur et si elle se mettait à pleurer ou à lui signaler à quel point elle avait été blessée, il serait touché. C’était même sans doute la pire chose qu’elle pouvait faire.
    Et les filles savaient y faire avec les sentiments… Il n’y avait qu’à voir Allie à l’œuvre avec Isaac, ou même Julie. C’était pour sécher ses larmes que l’adolescent avait accepté de ressortir avec elle après tout.

    La voix au ton implacable de William le ramena à la réalité et il acquiesça vivement d’un air humble, suivant l’homme jusqu’à ce qu’il disparaisse de son champ de vision. Il était à présent seul face à une Casey qui cherchait à s’expliquer seule comme une grande fille avec lui et le mettait particulièrement mal à l’aise… Un ange passa alors que sa main se perdait dans sa tignasse blonde et qu’il cherchait ses mots.

      « Salut… »

    Première étape : validée. Restait la suite, bien moins facile à articuler et de laquelle dépendrait sa relation avec la jeune femme.

      « J’t’aurai bien proposé de marcher un peu pour parler de tout ça mais… c’est pas à l’ordre du jour donc… Hem… J’sais pas ce que tu as entendu ou pas. J’suis là à cause du journal. Pour m’excuser de ce qui a été écrit dedans » se lança-t-il, s’accrochant à l’idée que la sincérité pourrait le tirer de ce mauvais pas bien mieux que quelques habiles mensonges « Je sais que j’ai dis l’autre fois -quand on était tous ensembles chez toi- que je voulais qu’on arrête d’accuser ma famille et moi de toutes les saloperies qui s’étaient passées, mais c’est tout ce que je voulais, vraiment. J’pensais pas qu’ils iraient cracher sur tout le monde comme ça… »


....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Mar 11 Oct 2011, 20:04

    C’était bras croisés et mine fermée que Casey lui avait fait face. Et bien décidée à ne pas se laisser faire lorsque viendrait le moment où il la prendrait pour une idiote de bonne poire. Ca elle se l’était juré, c’était terminé d’être le dindon de la farce et de se laisser avoir comme une enfant naïve. Elle se l’était tellement répété ces derniers jours, encore et encore, que lorsqu’elle avait perçu la voix d’Aidan en redescendant de l’étage, elle en avait presque remonté ses manches pour en découdre une bonne fois. Et ça ne lui ressemblait guère, à croire qu’elle se l’était un rien trop répété.

    Et c’était vrai, cette stupide histoire de journal l’avait carrément hanté depuis sa parution. Aidan et Demitri, ni Sacha d’ailleurs, ne pouvaient vraiment comprendre de quelle manière cette histoire fichait la pagaille dans sa vie. Ils n’étaient pas d’ici et ne savaient pas comment se tramait les choses, leur manière de fonctionner. Elle avait grandit là, comme son père, et son père avant lui, et connaissait chaque habitant, chacun de ses voisins. Et pour la plus part, les parents des voisins en questions connaissaient les siens, et leurs grands-parents ses grands-parents à elle.
    Pouvaient-ils vraiment comprendre ça ? Demitri qui avait déménagé, Aidan qui avait vécu en ville ? Non, bien sûr que non. Et que comprenaient-ils d’ailleurs ?

    La même chose tous les deux ! La vengeance, l’obsession de la mort, ressasser le passé, déterrer les cadavres enfuit dans leurs souvenirs. Autrement dit ? Eux-mêmes et leur propre petit mal être personnel, tellement insupportable à vivre pour eux que ça leur donnait apparemment le droit de faire ce qu’il voulait quand ils le voulaient, au détriment des autres plus précisément.

    C’était en tout cas dans cet état d’esprit qu’elle s’était pointée à la porte. Pour « assumer » comme lui rabâchait son père sans arrêt. D’ailleurs elle eu vite fait de le congédier pour se retrouver seule à seule avec Aidan.

    Et dès qu’il avait ouvert la bouche,… elle s’était dégonflée.
    D’un bref soupir, ses épaules s’étaient légèrement affaissées, mais c’est toujours bras croisés qu’elle claqua sa langue d’agacement.

    « Th !... c’est un peu facile ça comme excuse Aidan »

    Cela dit, son ton n’était pas ni agressif ni ironique, plutôt las et découragée.
    Elle ne pouvait pas s’empêcher de noter qu’Aidan avait fait le chemin à pieds depuis chez lui sous ce soleil de plombs pour venir frapper à sa porte et s’excuser en face. Combien de personne sur terre prenait encore la peine de faire ce genre de chose ? Son père avait beau dire, ça, ça s’appelait assumer. Casey se mettait à sa place et en frissonnait presque. Et en plus il s’excusait. Elle n’était pas spécialement quelqu’un de fier, mais son père ? Ah ! La fierté incarnée. Reconnaitre qu’on avait tord d’emblé, sans détour, de nos jours c’était tout simplement une prouesse.
    Comment lui en vouloir après ça ? Surtout comparé à la réaction qu’avait eut Demitri lorsqu’elle lui avait parlé du journal. Il n’avait même pas pigé pourquoi elle semblait contrariée… un comble.

    « … c’est trop facile parce que j’ai même pas eu le temps de t’en vouloir ! … et tu mériterais bien que j’continue de plus te parler !... jusqu’à temps que je décide du contraire » précisa-t-elle, la mine colère, mais sans réelle animosité dans la voix.

    Elle n’oubliait pas le coup du baiser, et de l’apparition soudaine de sa Julie…
    D’ailleurs sa fierté – qu’elle avait finalement plutôt coriace à mieux y réfléchir – l’empêchait de se l’avouer ou pire, de l’avouer à Aidan. N’empêche qu’au final, c’était surtout ce détail qui lui restait en travers de la gorge, plus encore que celle du journal, maintenant qu’il avait prit la peine de venir lui présenter ses excuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Mar 11 Oct 2011, 21:38

    C’était peut-être une excuse facile, mais la réaction de Casey aussi lui paraissait facile et peu crédible. William lui avait parut si remonté qu’il s’attendait à se faire mitrailler par le regard acéré de l’adolescente, écraser par une montagne de reproches. Et elle se contentait d’être face à lui, l’air maussade, utilisant son ton éteint habituel pour lui signaler qu’elle lui faisait la tête.
    Pas de cris, pas de pluie de reproches vénéneux… Ça avait assurément un goût de trop facile très déroutant après la manière dont William l’avait reçu.
    Aidan resta coi un moment, passant d’un pied à l’autre sur le porche en se demandant si Casey n’était pas en train d’ironiser et de se ficher ouvertement de sa tronche…

    Il voyait la scène d’ici ! Il s’imaginait lui répondre avec un sourire soulagé qu’il était bien content qu’elle le prenne comme ça et qu’à choisir, il préférait qu’ils continuent à parler. Et il la voyait lui enfoncer son poing au beau milieu du visage pour lui hurler qu’il n’était qu’un sombre crétin et que jamais, JAMAIS, elle ne le pardonnerait. Aidan s’imaginait tituber et pouvait presque sentir le pied de Casey rencontrer son postérieur pendant qu’elle lui criait de déguerpir de sa ferme et de ne jamais revenir.
    Le petit blond avait même une vision très nette de William, rouvrant la porte d’un coup de pied, une carabine en main et l’air ravi de venger l’honneur de sa fille…

      « Ouais… haem… » commença-t-il, sans vraiment savoir de quoi serait faite la suite de son discours

    C’est qu’elle ne lui permettait pas vraiment de débiter plus d’excuses et lui coupait l’herbe sous le pied. Il ne voulait pas en faire trop, se victimiser et prendre le risque de l’agacer. L’expérience lui avait appris que se lamenter sur son propre sort face à une personne dont on voulait obtenir le pardon ne jouait pas en votre faveur.
    Pour une fois – et ça ne lui ressemblait pas vraiment – Aidan allait la jouer soft ! Essayer du moins.

      « Tu pourrais faire ça, c’est vrai. J’comprendrai que tu veuilles plus me parler mais je trouverai ça un peu… stupide ? »

    Hm… C’était probablement cette réplique qui était stupide.

      « Ce que je veux dire c’est que… je sais pas vraiment pour combien de temps je suis ici et… même si t’en doutes peut-être, j’vous aime bien ton frère et toi et j’aimerai mieux qu’on reste amis pour le temps qui reste. J’ai assez d’ennemis comme ça en plus alors… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Dim 16 Oct 2011, 14:28

    Lorsque le mot « stupide » avait papilloté depuis la bouche d’Aidan jusqu’aux oreilles de Casey, l’adolescente avait immédiatement adressé au garçon un regard plissé d’avertissement.
    Elle ? Stupide ? C’était le type qui se disputait sans arrêt avec absolument tout le monde, qui se battait sans arrêt, se faisait convoqué par la police une fois par semaine, à la réputation pitoyable, qui embrassait une autre fille alors qu’il avait déjà une petite amie et qui volait des photos de Colleen chez Charlie Doyle qui lui disait ça !
    Si ce type LA la pensait stupide, alors elle n’osait s’imaginer le degré de stupidité dont elle devait faire preuve maintenant !

    Et puis justement, n’avait-il pas assez d’ennemis comme ça ? Le différent qui opposait les Redd et les Donnelly était maintenant connu de tout le monde au village, et les Redd n’étaient pas l’unique famille du coin à avoir eu un accrochage avec l’un des quatre frères. Ce journal, c’était un peu la cerise transgénique sur le gros gâteau charnu !

    « Justement Aidan, j’suis bien d’accord avec toi sur ce coup-là, toi et tes frères vous vous êtes déjà assez fait remarquer comme ça ces dernières semaines. Qu’est-ce qui t’as pris d’en rajouter une couche de cette manière ? Me dit pas que t’espérais de bons résultats avec des articles pareils ! C’était obligé que tout le monde allait le prendre mal. Tu le savais, Sacha le savait, Demi le savait aussi et il s’en fiche ! Et toi aussi tu t’en fiche d’ailleurs ! C’est tout ce qui vous intéresse on dirait, provoquer tout le monde ! Comme si donner un grand coup de pied dans la fourmilière ça allait vous aidez à faire copain-copain avec les fourmis. C’est vous qui êtes stupides Aidan, pas moi »

    Et maintenant elle était associée à ça.
    Son père avait émis l’idée d’écrire des lettres d’excuses aux habitants les plus concernés, et même si cette perspective lui donnait tout bonnement envie de pleurer de découragement et de honte, elle trouvait que cette idée n’était pas mauvaise pour calmer les esprits ! Sauf que Demi avait refusé tout net et avait envoyé paitre son père. Du coup, il ne fallait pas espérer grand-chose de plus de Sacha, et de toute manière avec le genre qu’elle se payait, Casey la voyait mal rédiger la moindre lettre.
    Mais Aidan ? Difficile à dire… il avait tout de même fait le déplacement jusqu’ici, c’est qu’il n’était pas aussi indifférent que l’était les deux autres.
    Cela dit, Casey n’avait pas envie de lui fournir la solution trop vite.
    Comme elle l’avait dit un peu plus tôt, c’était trop facile de venir s’excuser de cette manière, car elle n’avait même pas vraiment eu le temps de lui faire payer son affront !

    « Ce que je devrais faire moi c’est aller trouver Julie et lui dire que tu n’es pas exactement quelqu’un de fidèle »

    Et elle se mit à rougir presque aussitôt, même si son regard restait véhément et impérieux, et son visage fermé et pincé. D’ailleurs, elle ne porta pas plus d’intention que ça a ses joues en feu et adressa un regard à Aidan qui voulait dire « je serais cap’ de le faire tu sais ! »

    En vérité c’était faux, jamais elle n’aurait eu ce cran là, mais normalement, Aidan n’en savait rien. Elle voulait juste lui faire peur avant de passer l’éponge, pour marquer le coup et éviter qu’il ne la prenne pour une idiote à l’avenir. Restait à voir si ça allait marcher ou pas…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Dim 16 Oct 2011, 15:46

    Évidemment, elle s’était vexée. Il avait tenté de rattraper le coup dans une dernière pirouette effectuée sur le fil du rasoir, mais ça n’avait vraisemblablement pas pris… Le coup du « trop facile » venait de prendre un sacré coup de plomb dans l’aile !

    Son premier réflexe fut d’ouvrir la bouche pour lui crier ce qu’il avait déjà tenté de faire comprendre au maire dès l’ouverture de la porte de la ferme : qu’il s’était fait avoir lui aussi.
    Bon Dieu de merde, lui aussi avait été dupé par Sacha et Demitri et le seul article signé de son nom n’accusait personne de quoi que ce soit ! Il avait relaté un fait réel qui s’était passé il y a des années. Il s’était basé sur les informations qu’il avait pêchée à gauche à droite en parlant au plus vieux des habitants et grâce à un vieil article de journal déniché par Louise Doyle. C’était d’ailleurs ce jour-là qu’il avait volé la photo de Colleen qu’il avait vue dans un des albums que la vieille dame l’avait obligé à consulter… Il l’avait bien mérité sa photo après des heures coincé à siroter du thé froid et trop sucré dans un fauteuil inconfortable en compagnie d’une femme sénile (mais très gentille) !
    C’était Demitri qui avait écrit l’article sur l’incendie, c’était Sacha qui avait signé l’édito et c’était eux qui avaient rédigé les potins si humiliants. Et Aidan aussi y était passé avec cette histoire de verre de Mojito volant… Est-ce que ça ne jouait pas en sa faveur ça ?
    Apparemment pas !
    De toute façon, Casey avait décidé de le prendre en grippe et William avait suivi le mouvement. Joshua aussi certainement…

    Mais finalement, il avait refermé la bouche. Il s’était juré de ne pas s’apitoyer et sa fierté l’empêchait de supplier une fois encore qu’on le pardonne. Les Ferguson ne voulaient pas comprendre, tant pis pour eux. On lui avait dit d’assumer, alors il assumerait comme un homme, même si ça devait lui coûter.
    De toute façon, parlementer avec une fille ne servait à rien et elles avaient toujours raison.

    Aidan s’apprêtait à le lui signaler lorsque la bouche de Casey s’ouvrit à nouveau, elle, pour lui balancer une réplique cinglante à souhait. Il l’encaissa difficilement, ses yeux clairs s’écarquillant légèrement sous ses sourcils haussés alors que sa bouche restait entrouverte, dans l’attitude bovine typique de l’adolescent révolté.
    La jeune femme quant à elle, affichait une moue résolue, les joues rouges de colère et peut-être un peu de honte.

    Les secondes s’écoulèrent avec une lenteur insupportable alors qu’à nouveau, les oreilles du jeune homme se mettaient à bourdonner et à chauffer.
    Ils n’avaient pas encore eu l’occasion de reparler du fameux baiser avec Casey et espérait qu’ils ne mélangeraient pas tout aujourd’hui… Sauf qu’au fond de lui, il savait que ce baiser avait une incidence directe sur la manière dont elle le traitait par rapport à cette histoire de journal débile.
    Le blondinet referma la bouche et retrouva une expression plus digne.

      « Ok. J’suppose que je l’ai mérité et que je dois m’excuser pour ça aussi. Encore » ne put-il tout de même s’empêcher de préciser. Il reprit un ton plus bas, après avoir jeté un coup d’œil prudent sur la porte d’entrée « J’aurai pas du t’embrasser mais sur le coup j’ai paniqué. C’est compliqué. Ma relation avec Julie est compliquée et j’te demanderai de pas m’juger trop vite, parce que tu sais rien d’elle ou même de moi. T’en saurais pt’être un peu plus si j’t’en avais parlé, ok, mais j’ai pas eu d’occasion d’le faire et tu m’as jamais posé d’questions parce que, faut être honnête, t’en as jamais eu grand chose à faire de ma vie » lâcha Aidan d’un ton où ne pointait pourtant aucune critique « Enfin si, y a bien cette fois où t’as sous-entendu que ton frère et moi on était gays et tout ça, mais j’ai pas jugé bon d’me justifier en sortant mon portefeuille pour te prouver qu’c’était impossible parce que j’étais avec une fille à Cleveland… Tout ça pour dire que tu peux faire ce que tu veux. Me détester, aller trouver Julie pour lui raconter ce qui s’est passé, mais j’suis pas certain que tu t’sentes mieux pour autant. Julie te sera pas reconnaissante de lui balancer ça et moi…moi je serai vraiment déçu et bien content de plus avoir le moindre contact avec toi »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Lun 17 Oct 2011, 21:55

    Pour ça aussi il daignait s’excuser. Merveilleux ! Il avait vraiment décidé de la faire chier. Elle avait attendu ce moment, le moment de lui faire face, pour se venger et déballer son sac et être très méchante comme ça ne lui arrivait jamais, et au lieu de ça elle était coincée. Pourquoi ? Parce qu’il faisait sincèrement amande honorable et qu’elle ne pouvait décemment pas l’envoyer bouler alors qu’au fond c’est ce qu’elle voulait ! Mais après la dispute seulement ! Pas avant !
    Comment allait-elle faire maintenant pour se décharger de toute cette abominable frustration qui la pourrissait de l’intérieur depuis des jours et lui gâchait toutes ses vacances ?
    Son père aurait répondu « fais du sport ! », ce gros idiot…

    Non, c’était mal de penser ça de William, rien de tout ça n’était sa faute, … c’était de la faute de Demi ! C’était clair, net et évident maintenant. Elle s’était emballée sur Aidan parce que le coup du baiser suivit de la petite amie lui avait fait mal au ventre et qu’en plus elle s’était un peu imaginé des choses avec Demitri. Maintenant elle voyait vraiment les choses autrement.

    Et c’était vrai aussi qu’elle n’avait jamais vraiment cherché à se renseigner sur la vie d’Aidan. M’enfin, il devait se décider aussi ! Il se plaignait sans cesse d’être centre de tous les commérages du coin, mais écrivait un article dans un journal lu par tous le village. Quel meilleur moyen d’être dans toutes les bouches ? Alors pour une fois que quelqu’un évitait de l’assaillir de question et de qu’en dira-t-on, n’était-il pas soulagé ?! Non, il s’en servait pour se justifier à la place.

    « Rah mais j’vais rien lui dire à ta Julie » maugréa-t-elle d’agacement, levant ses yeux verts sur le ciel bleu « Ca va pas ou quoi ? Tu me prends pour qui ? Je dis ça parce que… parce que tu m’énerve, voilà pourquoi ! Qu’est-ce que je m’en fiche moi, que ta relation avec Julie soit compliquée ? » mais elle trouva sa formulation trop dure, presque sans cœur ! Alors que ça n’était pas du tout dans ce sens là qu’elle l’avait lancé « Enfin, j’veux dire… oui d’accord c’est compliqué, je comprends, c’est pas que je m’en fou totalement d’accord ? C’est juste que, moi … moi j’y suis pour rien ! … A ce moment-là en tout cas j’en savais rien alors… »

    Elle s’emmêlait les pinceaux, mais en même temps, elle était moitié moins douée que lui pour les envolées sauvages de mots, les grands discours spontanés qui sonnaient tout de même juste. Alors que lui, du peu qu’elle en connaissait, un vrai spécialiste !

    « J’veux juste dire »
    reprit-elle les yeux fermés, pour mieux se concentrer « que quand on fait un truc, y’a des conséquences… peu importe pourquoi on l’a fait »

    Son ton n’était jamais approprié et tombait généralement un peu à plat, sans grande conviction, m’enfin c’était tout de même plus satisfaisant dans la mesure où ça traduisait un peu mieux ce qu’elle voulait réellement exprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Mar 18 Oct 2011, 13:26

    Peut-être qu’ils avaient raison en fin de compte. Sûrement même…
    Aidan s’évertuait à rester maitre de lui-même depuis le début de cet échange, il réfléchissait à ce qu’il allait dire par la suite (plus ou moins et d’une manière plus ou moins concluante) et le ton était resté le même, il n’avait ni envie de pleurer, ni celle d’hurler. Du coup, il se sentait plus serein et plein d’une assurance que le jeune homme n’aurait pas soupçonnée.
    Pour la première fois depuis longtemps, Aidan avait l’étrange impression de mener une conversation adulte et saine. Et jamais il n’aurait pu imaginer le faire avec une personne du genre de Casey. Une fille qui l’avait d’abord méprisé, détesté, auprès de qui l’adolescent avait du se racheter sans savoir pourquoi au fond, et qu’il avait fini par embrasser, trompant ainsi sa petite amie. Il avait eu tout faux depuis le début mais ce midi, il s’exprimait calmement et parvenait à faire passer ses idées presque comme il le voulait !
    Isaac serait assurément fier de lui… S’il était à ses côtés ou ne serait-ce qu’à Grayson pour l’écouter raconter son exploit.

    Il ignorait si tous ces beaux efforts étaient dus à la fatigue et donc à l’impossibilité physique et mentale pour lui de s’emporter encore une fois, ou si c’était Casey qui avait cet effet sur lui. Le petit blond préférait songer que la seconde option était la bonne, ce qui l’inciterait à passer plus de temps encore en sa compagnie. Si elle voulait bien de lui au terme de leur conversation bien entendu.
    Mais ça lui paraissait en bonne voie.

      « Oui, je sais. Et même quand je l’sais pas et que j’pense m’en tirer sans casse, j’me mange la manivelle en pleine poire » bougonna le petit blond « J’pensais vraiment pas que ça prendrait cette tournure avec le journal par exemple. Quand ton père m’a filé toutes les infos sur les trucs qu’il organisait à Grayson – le ramassage des vieux vêtements, les randonnées et tout ça – j’ai trouvé que c’était pro ! J’étais vraiment… presque fier de ce qu’on faisait ! J’ai jamais été très doué à l’école, mon truc à moi c’était le sport. Et quand j’ai relu mon article, même si… bon le sujet était un peu… enfin c’était vraiment difficile à faire et j’ai trouvé que je m’en étais bien sorti ! J’avais réussi à rester détaché à l’écrit alors que franchement j’étais remué en apprenant tout ça et… enfin tu sais, je VIS dans cette maison alors… Mais bref, j’étais content de moi et j’espérai que l’article te plairait » confia-t-il penaud, baissant les yeux pour fuir le regard de Casey

    A son tour (et ça ne lui arrivait pas si souvent que ça), Aidan sentit ses joues s’empourprer légèrement. Il savait quelles études poursuivaient Casey et à l’époque, il avait espéré qu’elle soit impressionnée par ses pseudos talents de journaliste. Il avait passé des heures sur son article, en avait lu plusieurs pour essayer d’adopter leur style et c’était de voir ces efforts réduits à néant par le reste du journal qui l’avait le plus agacé au final.
    Il avait espéré des compliments et il obtenait des remarques cinglantes et des regards réprobateurs. Génial.
    C’était peut-être égoïste de sa part, sachant qu’à cette époque déjà, il avait embrassé Casey et qu’elle avait rencontré Julie, mais il n’avait pas pu s’en empêcher. Un article sur le massacre d’une famille n’était pas forcément un cadeau d’excuse approprié ou courant, mais pour lui, l’intention y avait été tout de même.

    Non, le plus lâche était sûrement qu’il réponde en reprenant l’histoire du journal alors que c’était des conséquences du baiser qu’elle voulait parler. Mais c’était au-dessus de ses forces et il espérait qu’elle comprenne quand même le parallèle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Ven 21 Oct 2011, 21:32

    Un peu frustrée sans doute qu’il dévie le sujet et contourne habilement celui du baiser, Casey laissa échapper un bref soupir tout en portant son regard droit devant elle, sur un décor qu’elle ne voyait même pas vraiment. Elle le laissa pourtant aller jusqu’au bout de son idée. Elle avait eu l’impulsion de le confronter, et surtout, elle avait trouvé le courage de le faire. Maintenant son culot retombait déjà et elle n’osait pas remettre le sujet sur le tapis de peur de passer pour une idiote qui insiste. Surtout que si elle faisait ça, il allait la croire intéressée et jalouse, alors que ça n’était absolument pas le cas, il aurait été a des années lumières de la plaque en pensant ça. Casey préféra donc ne pas prendre le risque d’une nouvelle humiliation et laissa la conversation en revenir à ce stupide journal.

    Tellement stupide qu’à vrai dire, elle n’avait pas réellement prit la peine de juger la qualité de rédaction et les articles en eux-mêmes. Du moins n’avait-elle pas eu le loisir d’en arriver jusque là dans sa découverte. Elle avait d’abord été horrifiée, et très franchement elle en était restée là. Pas envie de faire l’effort d’être objective et critique vis-à-vis du contenu.

    Maintenant, si vraiment elle y était obligée, effectivement, dans ses souvenirs, l’article écrit par Aidan n’était pas trop mal. Mais ça n’était qu’un souvenir vague car tout ce qu’elle avait principalement retenu de cette expérience c’était le potin que ça avait fait au village et la colère de son père et de ses voisins.

    Et puis maintenant qu’il le disait, c’est vrai qu’Aidan vivait dans cette maison depuis des semaines maintenant. Et il ignorait ce qui s’y était passé avant d’écrire cet article et de se renseigner un peu plus explicitement. A Grayson tout le monde connaissait cette histoire, et il était étrange que personne ne le leur ait jamais raconté plus en détail. Le traitement réservé au Donnelly était toujours un peu étrange de toute façon.

    Et comme elle aurait détesté qu’une histoire aussi macabre ait eu lieu dans sa maison ! Elle n’était pas particulièrement superstitieuse, du moins pour quelqu’un qui vivait à Grayson. Mais au village il y avait tellement d’histoire de ce genre qui trainait dans la bouche des vieilles qu’en réalité il ne lui fallait plus grand-chose pour vraiment y croire.

    « J’suppose qu’il était pas trop mal » avoua-t-elle de son ton morose « … il faudrait que je le relise pour me faire une idée »

    Et franchement pour l’instant, elle allait passer son tour, histoire de digérer cette nouvelle confrontation avec Aidan. Mais d’ici trois ou quatre jours, pourquoi pas ?

    « J’ai pas dis que tout était bon à jeter dans ce journal Aidan » lui rappela-t-elle d’un regard appuyé.
    « Tiens donc » fit la voix de William dans son dos.

    C’était son tour d’arriver en traitre. Poings sur les hanches, il se tenait dans l’embrasure de la porte, un peu en recule, et posait sur eux deux un regard un rien soupçonneux, même si plus enclin que précédemment.

    « Ca fait largement cinq minutes »
    « On n’a pas fini ! »
    « Et bien j’ai décrété que si, alors ne me fâche pas Casey et rentre »
    lança-t-il d’un ton sans équivoque.

    Agacée, la jeune fille ne prit pas la peine de réellement saluer Aidan et se contenta de lui lancer un regard foudroyant de frustration avant de se détourner farouchement et de passer devant son père pour rentrer dans la maison. Elle ne lui adresserait plus la parole de toute la journée, de ça elle était sûre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Mer 26 Oct 2011, 13:32

    Le petit blond allait répondre à la remarque de Casey sur le contenu du journal quand son père refit surface. C’était sûrement la première fois depuis leur rencontre qu’Aidan était aussi agacé de le croiser. Il venait d’ouvrir la porte du four sans ménagement alors que son soufflé commençait enfin à ressembler à quelque chose et venait piétiner sans scrupule tous ses efforts de réconciliation. Génial…
    Il aurait aimé que son interlocutrice ait autant de caractère que lui et qu’elle l’envoi bouler comme lui-même le faisait avec ses frères. Aidan aurait voulu qu’elle lui prenne la main et qu’ils se sauvent en courant pour échapper à son tortionnaire de père, comme dans ces films débiles à l’eau de rose.
    Au lieu de ça, elle avait capitulé en lui lançant un dernier regard agacé qu’il espérait ne pas vraiment lui être destiné. Elle n’allait quand même pas lui reprocher l’arrivée de son père en plus du reste ?

    Mais le jeune homme ne s’attarda pas bien longtemps sur le sujet. Elle n’était plus là et il était planté comme un benêt sur le seuil de sa porte, face à son père peu commode et sans doute encore remonté contre lui. Aidan soutint d’ailleurs le regard intransigeant de William Ferguson avant de passer une main dans ses cheveux blonds, piétinant sur place.
    Il était partagé entre l’envie de s’enfuir en courant avant que le maire ne décide qu’il n’avait pas encore fini de régler ses comptes avec lui, et celle d’insister encore un peu et de régler cette affaire une bonne fois pour toute.
    Au fond, il savait que c’était son départ qu’attendait le père des jumeaux, plus que de débattre encore un peu sur le pourquoi du comment. Il en avait marre de ses justifications, des excuses larmoyantes et des discours plus ou moins branlants. Mais Aidan était si proche du but qu’il ne voulait pas encore lâché prise.

      « Je sais que c’est un peu… hem… abusé » commença-t-il à bredouiller, triturant nerveusement ses doigts en prenant un air penaud qui devrait convaincre William de ses bonnes intentions « mais il fait vraiment très chaud et j’ai beaucoup marché et…et je vais encore devoir marcher un moment pour rentrer chez moi alors… vous auriez pas un verre d’eau ? »

    C’était un moyen comme un autre de grappiller encore un peu de temps, possiblement avec Casey qui était à l’intérieur de la ferme. Et puis très honnêtement, sa gorge était aussi sèche que du parchemin et la chaleur étouffante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   Dim 06 Nov 2011, 01:12

    Il ne s’était pas laissé allé à espionner comme il en avait eu follement envie lorsque sa fille l’avait dégagé de l’entrée comme un malpropre. Farouchement tenté de laisser une oreille trainer dans les environs, il avait tout de même capté le début de l’échange entre les deux adolescents avant de se sentir trop coupable et de continuer son chemin jusque dans la cuisine.
    Comme la porte restait entrouverte, lui parvenait encore le bourdonnement régulier de leurs deux voix respectives. De temps en temps, les mots ou phrases prononcées plus fort lui arrivait tout de même, mais sorties du contexte il était un rien présomptueux de faire la moindre déduction.

    Vu l’humeur plutôt maussade de Casey ces derniers jours il avait tout de même imaginé l’échange plus houleux. Au contraire, le ton était plutôt posé et calme et les mots plus hauts que l’autre étaient rares. Soit c’était un signe de maturité qui démontrait qu’ils réussissaient à gérer leur colère de manière adulte, soit Casey se dégonflait et n’opposait aucune résistance. Il préférait la première solution à la première mais n’excluait pas non plus une troisième solution qui ne lui plaisait guère.

    Encore une fois, il ignorait avant aujourd’hui que Casey et Aidan s’étaient rapprochés à ce point-là. Seulement il espérait vivement que le rapprochement s’en tiendrai là et n’irai pas plus loin. Il pouvait gérer un début d’amitié avec l’un des frères Donnelly, mais une amourette estivale d’adolescent c’était tout bonnement hors de question. Il ne voulait pas que Casey se retrouve au même point que Charlie, sous la menace constante de Nathaniel qui prenait ça pour une véritable trahison.
    Cela ne servait pourtant à rien de s’emballer trop vite et de craindre le pire, simplement qu’il escomptait bien rester vigilent et ne pas leur laisser l’opportunité de faire la moindre erreur de ce genre.

    Fort de cette pensée il ne lui resta plus qu’à compter les secondes et en laisser défiler le nombre exact énoncé avant de revenir se poster sous le porche d’entrée. Casey se montrait décidemment bien véhémente et il eu tôt fait de la renvoyer à l’intérieur pour se retrouver à nouveau seul avec le jeune homme. Celui-ci semblait calmé, apparemment les choses s’étaient moyennement bien déroulées avec sa fille, le Maire décida donc de laisser tomber son masque de sévérité pour un visage plus neutre. Pas engageant non plus, mais rien de repoussant.

    Même s’il continuait de fulminer sur le principe, il devait avouer qu’Aidan était largement plus coopératif que le fils de Jimmy. Plus enclin à trouver un arrangement capable d’apaiser les esprits, et Dieu seul savait comme ils avaient besoin d’apaisement en ce moment. Et il en avait un lui, d’arrangement apaisant justement !
    Demitri l’avait envoyé paitre avec son histoire de lettre d’excuses, mais les auspices étaient meilleurs du côté du jeune Donnelly. Un verre d’eau ça n’était pas cher payé pour sa coopération.

    « Tu peux même avoir une limonade si tu veux » concéda William en ouvrant un peu plus la porte pour lui faire place « Rentre, j’ai peut-être une solution qui pourrait clôturer cette histoire sans trop de casse »

    Il laissa rentrer le jeune homme à l’intérieur puis après un dernier regard alentours, referma la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]   

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Cuz there's more than meets the ear [Aidan, Casey & William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation  :: GRAYSON :: WASHINGTON STREET :: ferme des Ferguson-
Sauter vers: