AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ROAD TO SALVATION FERME SES PORTES APRES TROIS ANS D'AVENTURE ! N'oubliez pas de vous joindre à nous pour l'après-midi chatbox dimanche 18 novembre à partir de 13h ! svp et d'y laisser un commentaire de préférence.

Partagez | 
 

 04. We are family [Elizabeth & Dakota]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: 04. We are family [Elizabeth & Dakota]   Lun 15 Aoû 2011, 01:13

    Ironique. Oui, elle trouvait tout ceci assez ironique. Dakota avait passé son temps à fuir ce village et tout ce qu’il impliquait, et elle n’avait jamais passé autant de temps ici que depuis quelques mois. Même quand on ne faisait pas appel à elle, cette dernière trouvait le moyen de proposer son aide en bonne samaritaine qu’elle n’avait jamais été. Il fallait vraiment qu’elle se reprenne, sans quoi d’ici peu elle de verrait reprendre une location dans le coin et travailler en tant qu’adjointe de l’adjoint du sheriff. Et il était hors de question qu’elle porte cette étoile ridicule, tout comme il était ridicule qu’elle ait ce genre de pensées.
    Profitant d’être sur place et parce qu’il fallait qu’elle soit une femme normale de temps en temps, elle prit la direction de l’épicerie en abandonnant son véhicule sur la place principale. Manger était une option facultative pour la trentenaire depuis un moment déjà mais perdre sept kilos en quelques mois n’était pas un signe de bonne santé et elle se forçait à grignoter de temps à autres. Sans compter qu’avaler des anti-dépresseurs sans rien dans l’estomac la conduirait fatalement dans le dernier endroit où elle souhaitait se retrouver, l’hôpital.

    Pénétrant dans la petite boutique, elle salua Charlie, la caissière, sans s’attarder et s’engouffra dans les rayons pour remplir son panier de conserves qu’il suffisait de réchauffer. Depuis qu’elle vivait seule, elle ne cuisinait plus. Elle était douée à ça pourtant, mais la jeune femme n’en voyait plus l’utilité et surtout n’en avait plus envie. Sa maison ressemblait à un palais de glace et aucune odeur de bons petits plats n’auraient réchauffer l’ambiance qu’il s’en dégageait. Passant d’un rayon à l’autre, elle poussait d’un geste gauche les boîtes qui tombaient les unes à la suite des autres dans le panier, sans même se préoccuper de la nature de ses achats. D’aucun y aurait vue une femme seule et pathétique, elle préférait se dire qu’elle donnait l’image de la femme active qui n’avait pas le temps pour ce genre de fioritures. Se voiler la face était parfois plus gratifiant que d’affronter la réalité.

    Ce n’est qu’au détour d’un rayonnage qu’elle sortit de ses pensées, alors qu’elle faillit percuter de plein fouet la gérante des lieux, autrement dit sa cousine, chose qu’elle avait tendance à oublier trois cent cinquante jours par an. D’ordinaire, elle prenait soin de l’éviter, mais elle ne pouvait éviter une confrontation maintenant.

    • « Lizzie » lança-t-elle sur un ton joyeux qui sonnait cruellement faux, mais qui était involontaire.


    Dakota n’y pouvait rien, elle n’était pas douée pour faire semblant. La jeune femme n’avait rien contre Elizabeth, bien au contraire, c’était sûrement une des habitantes de Grayson les plus appréciables. Mais le simple fait qu’elles appartiennent à la même famille rendait leur lien plus intimiste et ça la rendait mal à l’aise. Elle passait sa vie à mettre des barrières avec les gens, à se forger une carapace inébranlable, et la jeune femme qui se trouvait face à elle en connaissait déjà trop à son goût. Elle savait qui étaient parents, elle avait connu Patrick et Mimi, et surtout elle savait pour la perte de son fils. En dehors des enquêtes officielles en ville, c’était sans doute la dernière fois qu’elles s’étaient vues de façon personnelle, à l’hôpital, autrement dit Dakota n’avait pas vraiment envie de s’en souvenir.

    • « Ça va comme tu veux? » questionna-t-elle en tentant d’être courtoise et d’appliquer les bases de politesse qu’elle avait retenu.


Dernière édition par Dakota Sallander le Mer 19 Oct 2011, 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 04. We are family [Elizabeth & Dakota]   Jeu 18 Aoû 2011, 09:22

La journée d'Elizabeth avait pourtant bien commencé. Réveil le sourire aux lèvres, elle avait écouté la radio locale qui diffusait quelques chansons très entrainantes pour se mettre dans l'ambiance de la journée. Oh bien sur, à peine le soleil levé que la chaleur était déja étouffante. Mais pour inquiétante qu'elle soit, Elizabeth n'était pas trop d'humeur à s'en soucier, pour une fois. Ce matin là, Grayson et ses petites contrariétés étaient bien loin de ses pensées. Elle se sentait plutôt portée par l'optimisme. Il n'y avait pourtant pas vraiment de quoi... Il y avait Nathaniel, Charlie, les Donnelly... toutes ces choses avaient de quoi rendre l'horizon plutôt chargé. Pourtant l'esprt d'Elizabeth se refusait à dramatiser. Après tout, il y avait toujours une solution, même si pour l'instant... Elle ne voyait pas vraiment laquelle...

Elle quitta sa villa pour rejoindre l'épicerie, vêtue d'une tenue légère - robe blanche qui la drapait harmonieusement - elle traversa Grayson le sourire au lèvres, mais n'en passa pas moins le pas de la porte trempée de sueur et couverte de la poussière soulevée de la terre sèche comme du bois.

" Franchement, on fait de notre mieux... C'n'est pas de notre faute s'ils s'accrochent a Grayson comme des huitres à un rocher... Ca ne vaut pas la peine de nous punir comme ca... " marmonna-t-elle en ouvrant la porte de la boutique.
Refermant derrière elle, elle balaya la surface de vente du regard avec un petit sourire néanmoins. Les étalages étaient bien alignés et bien pleins. Comme d'habitude. Il y avait tout ce qu'il fallait à la ménagère la plus exigeante, et Il savait que Pietsky n'était pas facile à contenter. Elle parcourait la boutique, vérifiant tout par acquis de conscience - l'expérience lui disait que dans 100 % des cas, sa tournée de vérification était inutile, tout était toujours impeccable et approvisionné. Pourtant son sourire disparu face à une sorte de catastrophe : le rayon du chou-fleur était vide.... Elizabeth s'approcha de la panière, la toucha comme pour vérifier que ses yeux ne la trompaient pas. Mais vide. Pas l'ombre d'un chou au fond du bac. Même pas une feuille. A dire vrai, le rayon semblait neuf...

" Ok ! Non ! J'ai rien dit ! Tout va pour le mieux ! Merci beaucoup, le temps est idéal pour bronzer et les Donnelly sont très très très méchants ! " Elle ferma les yeux et les rouvrit 10 secondes plus tard, mais le bac de choux était toujours vide. Et elle était certaine que ce jour serait celui où la moitié de la ville réclamerait du chou en quantités industrielles...
Alors qu'elle entendit Charlie ouvrir la porte, hurlant un "bonjour" à la cantonnade et auquel Elizabeth répondit machinalement, l'épiciere se précipita dans la réserve en priant pour qu'une tonne de choux l'attende en frétillant. Mais rien...

" eh ben on est pas dans la mouise... " Son optimisme était balayé pour les siècles à venir. Une rupture de stock de cette ampleur ne pouvait pas être un bon présage.

" Charlie ! Je fais un saut chez les Ferguson chercher du chou-fleur ! "

Il lui fallut une heure pour rejoindre la ferme, récupérer des choux et demander à William de lui en livrer dès que possible et revenir à l'épicerie. Elle était soulagée que le chou-fleur ne soit pas devenu un produit de luxe, mais elle se demandait néanmoins ce que cela pouvait bien signifier, et elle était quelque peu inquiete.

De retour dans la boutique avec son cageot de choux, elle se dirigea vers le rayon après un sourire de compassion à Charlie, aux prises avec Mme Pietsky. Cette dernière brandissait une boite de Tampax sous le nez de la caissière, et Elizabeth préférait ignorer ce que la vieille dame voulait en faire. Elle souhaitait néanmoins que cette boite ne serait pas le nouvel ingrédient surprise des tourtes à la viande de la commère en chef. En tout cas, il était certain que Mme Pietsky n'allait pas en faire un usage conventionnel...

Elizabeth était donc le nez plongé dans les choux quand elle se retrouva nez à nez avec sa cousine. Un chou dans chaque main, l'épicière resta comme deux ronds de flan dans un premier temps. La dernière fois qu'elle avait vu sa parente, elle n'était pas au mieux de sa forme, et au vu de ses joues creuses, les choses ne semblaient pas aller vraiment mieux. Néanmoins Elizabeth se plaqua un sourire sympathique sur le visage et reprit une certaine contenance en placant ses choux dans leur panière.

" Dakota ! Je vais très bien ! Comme tu vois, la boutique tourne, que demander de plus ? " Elle balaya sa boutique d'un geste, englobant notamment Charlie et Mme Pietsky qui avait ouvert une boite de tampons et s'employait à se les mettre dans les oreilles. Elizabeth soupconnait que Charlie devait être en train de s'épuiser à la convaincre que les tampons ne feraient pas de meilleures boules Qies que les boules en question...

" Et toi ? Co... " lui demander comment elle allait relevait de l'idiotie. Dakota semblait sortir d'un mois en Somalie, et il semblait évident qu'elle souffrait encore. " ... -oi de neuf ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 04. We are family [Elizabeth & Dakota]   Jeu 18 Aoû 2011, 23:31

    La jeune femme baissa les yeux vers les deux choux que tenait sa cousine, perplexe, heureuse néanmoins d’apprendre que tout allait pour le mieux pour elle. C’était un sentiment assez étrange à définir au fond. Elle ne se sentait pas proche de la brunette, n’avait pas réellement l’impression d’avoir une quelconque appartenance à la même famille, ne prenait jamais de ses nouvelles, se contentant de ce qu’elle entendait par ci par là mais l’inspectrice avait la certitude qu’elle préférait la savoir en bonne santé et heureuse. Oui, elle ne comprenait pas vraiment ce qui la liait à cette femme mais c’était comme ça, et elle oublierait tous ces questionnements sitôt qu’elle ne lui ferait plus face, comme à chaque fois. Son ex mari avait bien tenté de la convaincre de se rapprocher d’elle il y a quelques années, parce que ce dernier pensait bien faire. Il n’avait jamais approuvé le fait que Dakota ai coupé les ponts avec ses parents et se soit volontairement éloigné de ses racines. Mais la trentenaire avait à chaque fois trouvé des excuses, son boulot entre autre. Non pas qu’elle ait quoi que ce soit contre fréquenter le seul membre de sa famille convenable, mais elle préférait rester le plus loin possible de Grayson et de tout ce qui appartenait à son enfance et à son adolescence.

    Les choses avaient évolué depuis et sa vie n’était plus vraiment la même. Elle n’était plus une épouse aimante, elle n’était même plus une mère, ou seulement pendant les vacances scolaires quelques fois par an et le temps de quelques conversations téléphoniques et vidéos. Mais Dakota s’évertuait à convaincre les autres que tout allait bien et ne parlait jamais de sa vie privée à qui que ce soit. Les gens avaient fini par s’habituer et ne posaient même plus de questions. Ils bossaient avec elle, la côtoyaient et c’était tout. Élizabeth connaissait toutes les parties d’elle-même que la jeune femme cherchait justement à cacher, exceptées les meilleures sans doute. Elle ne connaissait probablement le côté maternel de l’inspectrice, sa façon d’être avec sa famille, avec les gens qu’elle portait dans son cœur et se contentait de la vision générale que tous voyaient, ce qui lui convenait très bien.
    Mais le fait que la gérante hésite à lui retourner sa question prouvait que ses pensées restaient orientées sur les mauvaises choses.

    • « Oh tu sais la routine. J’ai du boulot par-dessus la tête » répondit-elle en replaçant nerveusement une mèche de cheveux derrière son oreille. Il faut dire qu’elle pouvait difficilement lui parler d’autre chose vu que sa vie sociale se résumait à un grand zéro pointé.


    Voilà. Que devait-elle ajouter à cela? Devait-elle la complimenter sur son look? Lui dire qu’elle avait l’air en forme? Lui dire que ses choux avaient l’air appétissants? Heureusement elle suivit le regard de sa parente et sourit légèrement face à la scène qui se jouait un peu plus loin. Elle plaignait la caissière face à Mme. Pietsky.

    • « Cette vieille chouette est encore en vie? » interrogea Dakota en grimaçant de dégoût, prenant conscience réellement de ce qui se jouait devant ses yeux. « Elle est vraiment en train de… » mais elle n’osa terminer sa phrase tellement ça lui semblait comique, pointant juste son oreille du doigt. « Je me souviens quand j’étais ado, elle passait son temps à chercher son chat entre deux critiques à mon égard » se remémora la jeune femme, mais avec des jeans troués, des Doc Martens et du vernis noir sur les ongles, elle avait un peu cherché il fallait l’avouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 04. We are family [Elizabeth & Dakota]   Jeu 25 Aoû 2011, 09:20

Aaah le boulot. Echappatoire universelle permettant d'esquiver toute considération personnelle. Elle-même pouvait y avoir recours si on la questionnait trop sur sa vie privée : Mme Pietsky ne manquait pas une occasion de lui rappeler qu'elle n'était toujours pas mariée et qu'elle finirait vieille fille comme la pauvre Thomasina Conner qu'on avait retrouvée morte 2 mois après ladite mort, tout ca parce qu'elle vivait seule, qu'elle ne s'était jamais mariée et n'avait jamais eu d'enfant, et que sa collection de serins n'avait rien pu faire pour elle. D'ailleurs, les oiseaux l'avaient suivie dans la tombe : 2 mois sans eau ni nourriture, c'est long pour des oiseaux de la taille d'une balle de golf.
Elizabeth répondait systématiquement que la boutique lui prenait trop de temps pour y penser vraiment, mais que les choses viendraient en leur temps. Ceee qui n'était pas entièrement faux...

Elle eut un sourire pour Dakota.

" C'est une bonne chose. " Puis elle eut l'air de réaliser qu'elle venait de dire une énormité. Elle ouvrit de grands yeux et balbutia : " Enfin pas... pas pour les gens qui... meurent, qui se font voler ou... ou... pire et que tu dois enquêter pour... enfin résoudre leur affaire. Pour eux c'est triste. Je veux dire... ce serait mieux sans. Mais au moins tu as du travail... C'est une bonne chose... Avec tout ce chomage et tout... "

Ahem... Changeons de sujet, vite fait bien fait. Elle suivit le regard de Dakota sur Mme Pietsky qui avait renoncé à utiliser les tampons comme bouchons d'oreille, mais, l'index pointé sour le nez de Charlie, elle semblait avoir décidé de faire la morale à la jeune caissière, illustrant parfaitement les problèmes que Dakota avait eu quelques années plus tôt. Elizabeth secoua la tête d'un air navré.

" Oui, je m'en souviens. Elle n'a pas changé d'habitude, elle a simplement changé de victime. Elle mène la vie dure à certains ici, à Charlie surtout. Toutes les raisons sont bonnes pour lui faire des remarques désobligeantes. " Elle revint à sa cousine. " Enfin, tu sais ce que c'est. Et elle cherche toujours son chat, et fait toujours des tourtes à la viande... " Elle accompagna sa remarque d'un regard entendu. " Note bien que cela me serait égal si elle ne tenait pas autant à m'en offrir une à chaque fournée... Et qu'en plus elle espère à chaque fois que j'en devinerai l'ingrédient secret du jour. La dernière fois, elle a été très fière de m'annoncer qu'elle avait utilisé de la cendre de cerisier... Il parait que ca donne un goût fabuleux et que ca fait ressembler sa tourte à du fromage francais... Ce qui n'est pas forcément une référence... "

Elizabeth, en bonne américaine, était très suspicieuse lorsqu'il s'agissait de gastronomie étrangère, et en bonne Graysonnienne, méfiante de tout ce qui ne venait pas du village lui-même.

Elle changea de sujet.

" Tu séjournes ici, à Grayson, pour le temps de l'enquete ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 04. We are family [Elizabeth & Dakota]   Sam 03 Sep 2011, 02:35

    L’inspectrice se perdit un peu dans la réponse de sa cousine, attendant qu’elle trouve les bons mots pour enfin acquiescer à sa réponse. Il est sûr que dans un monde utopique, elle ne servirait pas à grand-chose et que dans cette même hypothèse, se réjouir et s’épanouir dans sa vie professionnelle pouvait s’apparenter à trouver un plaisir malsain dans la souffrance des autres. Ce qui bien sûr n’était pas le cas au vu de l’empathie que la jeune femme ressentait avec les victimes des affaires qu’on lui confiait, ce qui ne faisait qu’alimenter sa rage vis-à-vis des coupables et sa vivacité dans ses investigations. Mais une épicerie perdue au fond de la campagne américaine n’était sans doute pas le meilleur endroit pour s’adonner à des questions philosophiques. C’est pourquoi cette dernière se concentra de nouveau sur sa parente et les choux qu’elle rangeait, ce qui avait le mérite de la faire revenir de plein pied dans la routine du quotidien.

    • « Oui il est évident qu’il vaudrait mieux qu’on n’ai pas à faire à mes services mais ce n’est pas demain la veille » répondit la jeune femme en haussant les épaules négligemment. « Malheureusement » se sentit-elle obligée d’ajouter pour ne pas paraître trop pessimiste.


    Le détour de conversation sur Mme Pietsky eut le mérite d’alimenter le dialogue, et ce ne fut pas pour déplaire à la trentenaire qui sentit ses lèvres s’étirer en un sourire en jetant un nouveau regard à la vieille dame qui continuait d’enquiquiner Charlie. Elle en aurait presque eu de l’admiration pour la jeune caissière, sachant qu’elle-même aurait déjà rembarrer la vieille avant de la pousser vers la sortie, son neuf millimètres pointer entre ses deux frêles omoplates.
    Mimiques de dégoûts et demi-sourires vinrent alimenter le discours de la gérante des lieux alors qu’elle reportait son attention sur elle. Il était finalement assez révélateur que cette vieille harpie soit tout de même au final l’un des piliers de cette communauté, simplement par sa bizarrerie avancée et sa folie inquiétante. Et à bien y réfléchir, elle devrait sans aucun doute, après avoir entendu tout ça, demander à Samuel s’il n’avait pas eu la mauvaise idée de manger l’une des fameuses tourtes de cette bonne femme. S’il avait eu la gourmandise de goûter à des muffins préparés en collaboration avec Lucy, c’était une possibilité tout à fait envisageable.

    • « J’aurai une excuse pour ne pas manger ce soir, merci » lança la jeune femme dans un sourire, en référence aux plats peu appétissants dont elle venait de lui faire l’éloge. « Quant à ma présence ici, elle se résume à une simple visite. L’enquête a été close et je pense que Declan est assez soulagé que je quitte son bureau et que je lui rende son espace » affirma la jeune femme. Ce qu’elle comprenait parfaitement puisqu’elle n’aurait pas supporté qu’on vienne piétiner sur son terrain de chasse. « Et toi alors le travail, la vie à Grayson? » demanda-t-elle dans la première question qui lui venait à l’esprit, se retenant de la complimenter sur la qualité de ses choux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 04. We are family [Elizabeth & Dakota]   Lun 05 Sep 2011, 09:26

Elizabeth se sentait très bête dans son rayon, les choux à ses pieds, face à sa cousine qui elle avait réussi à vivre une vie en dehors de Grayson. Cela étant, il semblait que ca ne lui avait pas tellement porté bonheur, au vu des malheurs qui lui étaient arrivé. Dakota était née à Grayson, cela expliquait peut être ses déboires. Et si c'était le cas, alors l'épicière en fut désolée pour elle : sa cousine se retrouvait victime d'une circonstance qu'elle ne pouvait pas comprendre ni appréhender dans son entier.

Elizabeth termina de ranger ses choux dans leur rayons pendant que Dakota lui répondait. Discuter en travaillant, c'était le genre de chose qu'elle appréciait. C'était l'avantage de son métier : récupérer des tas d'informations, qui se révélaient souvent intéressantes, croustillantes, voire utiles. Ou parfois juste plaisantes, comme une discussion banale avec... Sa cousine. Elles n'avaient jamais été vraiment proches, et quand on voit la superficialité de leur badinage, Elizabeth doutait que cela change un jour. Peut être que leur héritage différent participait au fossé qui les séparait...

Pendant qu'elle rangeait ses choux, l'évocation de Declan amena un sourire sur ses lèvres. C'était plus fort qu'elle : parler ou entendre parler du sheriff la faisait toujours se comporter comme une ado, et aujourd'hui ne ferait pas exception. En prime, elle comprenait parfaitement que Declan puisse apprécier le départ de Dakota, et le retour à un certain calme. A dire vrai, pour d'autres raisons, tous les habitants du village aspirait à retrouver leur normalité.

" Oh tu sais... la routine... " dit-elle en brandissant les deux derniers choux avant de les poser sur la pile avec leurs camarades déja rangés. " Gérer la boutique est un travail à plein temps, si on doit s'occuper des rayons et des clients. Heureusement que Charlie m'aide. " Quand elle est là... ajouta Elizabeth in petto. " Et puis Grayson est une petite communauté. On vit dans le calme. Enfin... normalement ! " Elle eut un petit rire nerveux. Les derniers évênements lui donnaient tort. Tout cela à cause des Donnelly. Si seulement ils pouvaient partir... C'était la seule solution qu'Elizabeth pouvait envisager - à part les plus radicales, celles que Nathaniel appréciait tellement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 04. We are family [Elizabeth & Dakota]   Mer 14 Sep 2011, 16:07

    Un dernier coup d’œil sur la mégère lui donna un soudain sentiment d’angoisse. D’aussi loin que Dakota s’en souvenait, cette vieille folle avait toujours été plus ou moins dérangée, mais le fait est que la jeune femme ne l’avait jamais connu de son bon temps. Et si Mme Pietsky avait un jour été une femme active et pleine de bon sens? Et si dans quelques années, elle finissait par lui ressembler? La solitude forcée qu’elle s’imposait et la dépression dans laquelle elle s’enfonçait risquaient-elles de la faire devenir comme ça?
    Elle préféra pour toute réponse se concentrer de nouveau sur Élizabeth. Et si la fatalité la rattrapait, elle gardait toujours l’option de se coller une balle dans le crâne.

    Acquiesçant aux paroles de sa cousine, elle eut du mal à s’imaginer à sa place. L’inspectrice avait trop besoin d’action, d’être sur le terrain et de sans cesse bouger. Le manque d’adrénaline aurait été fatal pour sa petite personne, et c’est une des raisons majeures qui l’avait poussé à quitter ladite communauté dont parlait sa parente. Pour ça, elle lui donnait entièrement raison. Une communauté si petite qu’à peine on s‘en éloignait, et on devenait un étranger. Un sentiment qui ne la chagrinait pas réellement, puisque la jeune femme avait souvent l’impression que Grayson appartenait à un autre espace temps.

    • « Il est vrai que ces derniers temps, votre petit train-train a été plus que perturbé » répondit la trentenaire sans évoquer d’évènement précis.


    Il faut dire qu’entre l’arrivée des quatre grands blonds et leur petit famille, les querelles et bagarres qui en avaient découlé, le coup du mur tagué, l’incendie, l’empoisonnement, et les autres choses qu’elle oubliait, la liste commençait à devenir trop longue pour être citée dans son intégralité. Et pour le village, il était rare qu’il se passe autant d’évènements en une année complète, alors sur une période de quelques mois…

    • « Enfin je suppose que les choses vont retrouver leur calme à présent » ajouta-t-elle dans un mince sourire.


    Elle en doutait sincèrement de par les dernières conversations qu’elle avait pu entretenir avec l’aîné des frères mais il était bon de calmer le jeu, même dans une conversation aussi badine que celle-ci. Inutile de jeter de l’huile sur le feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 04. We are family [Elizabeth & Dakota]   Jeu 15 Sep 2011, 23:17

Un train-train perturbé... La pauvre Dakota ne croyait pas si bien dire. Pourtant ils n'aspiraient qu'à une seule chose : vivre en paix. Techniquement, ils n'avaient rien contre les étrangers. Ils en avaient après les gachettes faciles qui les agressaient d'entrée sans preuve. Si encore les Donnelly avaient des éléments concrets à faire valoir... Mais ce n'était pas le cas. Ils n'étaient que doute et suspicion envers tout le monde... et semaient le trouble sur leur passage, dans un village de fermiers, ca faisait désordre.

Elizabeth posa son dernier chou sur l'étal et ramassa son cageot avec un léger soupir.

" Malheureusement oui... J'aurais préféré que l'arrivée de cette famille se fasse plus posément... Ce n'est pas qu'ils ne sont pas les bienvenus... Mais la seule fois où je suis allée leur rendre visite, j'ai été plutôt mal accueillie... Je t'avoue que ca n'encourage pas à leur offrir le café lorsqu'ils viennent faire leurs courses... "

Elizabeth poussa un nouveau soupir pour bien souligner l'état de déprime relatif dans lequel la situation la plongeait. Relatif parce que bon... Faut pas déconner non plus, ca ne l'empêche pas de dormir la nuit. En tout cas, pas le fait que les Donnelly ne soient pas devenus ses meilleurs amis, qu'elle ne pouvait pas imaginer faire des dîners à 4, elle, Declan, et l'un ou l'autre des couples composés d'un des frères et leurs compagnes respectives. Deja qu'il n'était pas encore temps d'imaginer recevoir du monde à la maison en parfaite épouse du shériff... Epouse ? Heu... bah apparemment... Ca avait beau être dans ses pensées, c'était sorti tout seul dites donc !
L'idée lui amena un sourire rêveur et mystérieux sur les lèvres.

Elle se reprit néanmoins et se reconcentra sur Dakota.

" Je ne sais pas si les choses vont s'apaiser... " Elle plissa le front d'un air soucieux. " L'accident qui est arrivé à Samuel va probablement les rendre plus compliquées, au contraire... D'après Charlie, ils croient que c'était volontaire... J'ai du mal à le croire, mais vu la haute opinion qu'ils se font de nous, je ne suis pas étonnée qu'ils s'imaginent qu'on a tenté de l'empoisonner... " Elle secoua la tête, toujours aussi navrée. " C'est bien dommage... "

Elle finit par jeter un coup d'oeil au panier de Dakota.

" Te manque-t-il quelque chose ? " lui demanda-t-elle avec un sourire un peu plus enjoué, dans l'intention très sincère de l'aider à finir ses courses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 04. We are family [Elizabeth & Dakota]   Ven 16 Sep 2011, 23:25

    En tant qu’inspectrice, l’un des aspects de sa fonction l’amenait assez régulièrement à soumettre des suspects à des interrogatoires, et en règle générale, la jeune femme était assez douée pour obtenir ce qu’elle désirait savoir. Elle convenait néanmoins qu’on en apprenait plus sur les gens dans des situations banales du quotidien, comme effectuer le ravitaillement de son réfrigérateur dans l’épicerie de sa cousine. Une simple phrase lancée au hasard de la conversation sans terme précis et la trentenaire obtenait quelques informations gratuites sur le point de vue de sa parente sur l’un des sujets qui l’intéressait.
    Élizabeth semblait moins indécise qu’elle ne le pensait sur le cas Donnelly, leur présence ici, et la suite des évènements mais elle se garda bien de faire un quelconque commentaire. Bien qu’elle ne prenne pas encore réellement de parti, Dakota pouvait comprendre que leur présence ici perturbait le quotidien de bien des citoyens de Grayson et agaçait, mais tant que personne ne commettait de bévues et qu’on ne faisait pas appel à ses services, elle n’était pas censée s’intéresser à cette affaire plus que ça.

    • « Je suis sûre que si tu les accueillais avec de la Guinness ils te feraient invitée d’honneur pour le prochain repas de famille » lança-t-elle en préférence au café et par rapport au physique d’irlandais des quatre frères. Elle reprit cependant assez vite un ton plus sérieux pour poursuivre. « Je comprends que leur arrivée ne vous ai pas enchanté, il faut dire qu’ils ne font pas dans la délicatesse » consentit cette dernière en la fixant dans les yeux. « D’un autre côté, il n’est jamais facile de faire son deuil, en particulier quand on reste sur des questions sans réponses » ajouta la jeune femme en baissant les yeux, parce que ces paroles pouvaient se confondre avec sa propre situation. « Bref, je ne sais pas vraiment où me positionner mais ce n’est pas mon rôle »


    Changer de sujet pour ne pas tomber dans le mélodrame et surtout ne pas trop en dire. Difficile de faire celle qui ne savait rien pourtant alors que c’était elle-même en personne qui avait conduit les muffins dans un laboratoire afin qu’ils soient testés. Et que ce n’était même pas une demande de la famille mais bel et bien sa seule entreprise.

    • « Tu sais dans ce village plus rien ne me surprend réellement » souffla-t-elle sans pointer du doigt personne mais sans prendre le parti de sa cousine ni son assurance pour désigner tout le monde comme innocent. « Mais Declan devrait arriver à gérer ça » assura l’habitante de Gower, en pensant que lorsque la rumeur d’accusation de Lucy aurait fait le tour des habitants, il lui serait difficile de paraître impartial.


    Bien qu’en quête d’informations, la fliquette ne fut pas mécontente que toute l’attention de la conversation se porte sur le contenu de son panier. Elle baissa son regard sur les cartons de plats cuisinés qui le remplissaient, puis adressa un sourire gêné à Élizabeth.

    • « Je suppose que quelques fruits et légumes ne me feraient pas défaut » ronchonna-t-elle peu encline à suivre les conseils nutritionnels des grands slogans publicitaires. « Excepté le chou » affirma-t-elle cependant, n’ayant jamais apprécié l’aliment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 04. We are family [Elizabeth & Dakota]   Sam 01 Oct 2011, 16:58

Elizabeth se mit à rire. Un rire qui pouvait sonner un peu faux, à dire vrai. Il n'y avait pourtant aucune raison : la suggestion de Dakota était plutôt bienvenue.

" D'accord, je note ! La prochaine fois que j'irai les voir, je le ferai avec quelques bières ! Avec un peu de chance, ca permettra effectivement de les détendre... " Elle se reprit et secoua la tête. " J'aimerais que ce soit aussi simple, en tout cas. Mais qu'ils puissent accuser quelqu'un d'ici de s'en être pris volontairement à Sam... Pourquoi quelqu'un aurait-il fait ca ? Enfin... Tu me diras, s'ils pensent qu'on s'en est pris à leurs parents, ils peuvent effectivement croire qu'on a tenté d'empoisonner Sam, j'imagine... "

Elle conclut avec une petite moue qui ressemblait à un sourire contraint, encore une fois. Elle aurait vraiment aimé que les Donnelly aillent faire réparer leur voiture dans une autre ville. Ils vivaient plutôt sereinement avant leur passage, pourquoi avaient-il fallut qu'ils passent par chez eux ? Ils avaient tous d'autres chats à fouetter que de gérer la famille Donnelly. Elle-même aurait bien voulu pouvoir se concentrer sur sa vie privée, plutôt que de devoir marcher sur des oeufs avec une fratrie pour le moins turbulente. Mais elle se contenta de soupirer légèrement. Peut être qu'un jour, ils en seront débarrassé. Ne serait-ce que le jour où ils auront frit sur place : avec la chaleur ambiante, elle se demandait même pourquoi tout le monde ne désertait pas la ville en 4eme vitesse. Après tout, il faisait meilleur ailleurs...

" Oui, de ce côté là, je ne m'inquiete pas trop. Declan est tout à faire capable de se débrouiller seul. " Elle marqua un silence, réprimant le sourire un peu rêveur qui s'attardait sur ses lèvres, avant de jeter un coup d'oeil à Dakota en rougissant un peu. " Enfin, sans mettre en doute tes capacités... "

Des légumes... Voila qui serait moins dangereux comme discussion. Elle lui fit un sourire empressé, et contourna les choux pour attraper quelques belles tomates.

" Tiens, avec ca, tu ne devrait pas avoir de soucis, ca va avec tout. " Elle déposa un concombre sur son panier. " Et ca aussi ! " Elle ajouta une aubergine et deux poivrons. " Et voila ! " Puis elle partit du côté des fruits et attrapa au vol un pamplemousse, deux pommes, trois poires et des pêches. " Et voila ! " Elle posa les mains sur les hanches en contemplant le panier de Dakota. " Ca ira ? "

[et désolée pour le retard Embarassed ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 33
Logement : Gower
Emploi : inspectrice
Nombre de messages : 328

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly
MessageSujet: Re: 04. We are family [Elizabeth & Dakota]   Mer 19 Oct 2011, 18:45

    L’inspectrice préféra prendre le parti du silence quant aux affirmations de sa cousine. Il est vrai qu’elle ne partageait pas son avis à propos des habitants de la ville et le lui faire remarquer à voix haute n’était pas le meilleur moyen de clore cette conversation sur une note joyeuse. Comment lui avouer qu’elle avait volontiers cru qu’effectivement, l’un d’entre eux avait pu tenter d’empoisonner Sam et que, comble de la « traîtrise » elle avait mené officieusement une enquête dans ce sens. Même si les villageois avaient été dotés d’une immense ouverture d’esprit, elle aurait préféré se taire, et ce n’était définitivement pas le cas.

    • « Oui de quoi mettre les nerfs à tout le monde » souffla cette dernière dans une belle hypocrisie, sans s’attarder d’avantage sur la pente savonneuse qu’elles empruntaient.


    Elle suivit donc Élizabeth dans les rayons de la petite épicerie, souriant jaune à la nouvelle réplique de la jeune femme. Si sa seule parente ne voyait pas d’un très bon œil sa venue ici pour des enquêtes officielles, il était certain qu’elle ne se ferait jamais accepter de façon professionnelle par la communauté. Une idée qui ne la fâcha pas vraiment, sans doute parce qu’elle s’était résignée depuis longtemps.
    La trentenaire la regarda remplir son panier de produits sains qui ne lui faisaient pas envie et qui avaient de grandes chances de pourrir dans son réfrigérateur avant qu’elle ne se décide à les cuisiner sans protester, sentant le tout s’alourdir désagréablement. Dakota fixa le tout quelques secondes avant de reporter son attention sur la jolie brune qui lui faisait face, visiblement satisfaite d’elle-même.

    • « Je devrais penser à m’acheter un lapin sur le chemin du retour pour m’aider à engloutir tout ça mais oui, ça ira » plaisanta-t-elle dans un large sourire. « Je te remercie et mon médecin aussi probablement » souffla la jeune femme, marquant un temps d’arrêt. « Ça …ça m’a fait…plaisir…de te voir » lâcha l’inspectrice avec plus de difficultés, bien que ce soit sincère. Elle se tourna ensuite vers la caisse, où la vieille folle trônait toujours en reine, avant d’ajouter. « Je vais aller sortir Charlie de cet enfer. Prend soin de toi Lizzie. Au plaisir » souffla-t-elle en lui adressant un petit signe de la main, avant de s’éloigner pour une confrontation qu’elle espérait distrayante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 04. We are family [Elizabeth & Dakota]   

Revenir en haut Aller en bas
 

04. We are family [Elizabeth & Dakota]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation  :: GRAYSON :: EAST JEFFERSON STREET :: épicerie Pryde-
Sauter vers: