AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ROAD TO SALVATION FERME SES PORTES APRES TROIS ANS D'AVENTURE ! N'oubliez pas de vous joindre à nous pour l'après-midi chatbox dimanche 18 novembre à partir de 13h ! svp et d'y laisser un commentaire de préférence.

Partagez | 
 

 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Mer 20 Juil 2011, 09:09

Elizabeth s'était esquivée de l'épicerie dès qu'elle avait pu, c'est à dire rapidement : après tout, c'était elle la patronne, et Charlie était parfaitement capable de tenir la boutique sans elle. Penser à Charlie lui rappela la raison de sa visite à la ferme. Pas question cette fois de faire le plein de légumes ou de céréales. Non. Simplement faire le point sur les mises en garde du Maire et - elle l'espérait - prendre une décision moins extrémiste que celle que Nathaniel avait envisagée.
Elizabeth ne comprenait pas vraiment d'ailleurs les motivations du plus inquiétant des résidents de Grayson. Charlie ne faisait finalement rien de mal à proprement parlé. Elle ne trahissait personne, ne faisant pas partie de la ... confrérie ? des comploteurs ? Bref de ceux qui avaient voué leur vie à Grayson, quel qu'en soit le prix. Elle avait bien le droit de sortir avec qui elle voulait. En prime, le fait qu'Elizabeth l'ait sous la main était un ticket d'entrée dans le cercle des Donnelly. Et vu leur discussion, Elizabeth se disait que finalement, ce serait beaucoup plus facile que prévu. En tout cas, c'était ce qu'elle avait l'intention de dire à William.
Se confronter au Maire ne lui posait guère de difficulté. Elle ne craignait pas de réaction intempestive de sa part, et à dire vrai, elle comptait sur lui pour raisonner ensuite Nathaniel. Ce dernier n'écoutait pas grand monde, et certainement pas Elizabeth. En évoquant l'inquiétant frère Redd, la jeune femme ne put réprimer un frisson. Aussi imprévisible qu'une tornade, il était en prime mauvais et imbu de lui-même... Heureusement qu'il était unique en son genre... Mais sa capacité à s'imposer aux autres, comme son frère, le rendait plus dangereux encore. Elizabeth ne lui faisait pas confiance. A dire vrai, elle ne faisait vraiment confiance à personne à Grayson.

* Sauf Declan... *

Evoquer le sheriff lui amena un sourire aux lèvres. Même si ce n'était pas le moment de fantasmer, elle ne pouvait pas vraiment s'en empêcher. Pourtant, elle réprima ses pensées coquines en frappant à la porte des Ferguson. Réflexe idiot. Vu l'heure, William était sans doute en train de travailler quelque part dans la ferme, certainement pas en train de se prélasser dans son salon.
Elle fit donc le tour de la maison et s'avanca vers la grange.

" Il y a quelqu'un ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Ven 22 Juil 2011, 02:09

    Courbé en deux, William s’acharnait depuis une bonne heure déjà sous le capot relevé de son tracteur. Ce matin, à l’aube, lorsqu’il s’était mit en route pour une nouvelle journée de travail comme d’habitude, il avait remarqué que son véhicule agricole n’avait pas le même son de cloche que d’habitude. Le ronronnement s’était fait de plus en plus grinçant, et le Maire de Grayson avait finalement renoncé avant de quitter le champ à arroser pour revenir au bercail. Une fois rentré à la ferme, il avait rentré son tracteur à l’intérieur de la grange, et depuis, il s’acharnait à réparer le problème. Pour bien faire, c’est à Nathaniel qu’il aurait du s’adresser, car même s’il avait les base en mécanique, il était loin d’être un vrai spécialiste en la matière. Cela dit, William préférait perdre quelques heures en plus à essayer de comprendre lui-même ce qui clochait plutôt que de recourir aux services du garagiste du village.

    Il avait donc mit un petit moment avant de localiser le problème, et maintenant que c’était chose faite, il s’acharnait depuis un moment pour essayer d’y remédier. La chaleur ambiante n’aidait en rien à la concentration et à la patience, au contraire.
    Penché en avant depuis trop longtemps, les courbatures se faisaient déjà ressentir. C’était dans ces moments là que William se rappelait qu’il n’avait plus vingt ans, mais bel et bien quarante d’ici quelques mois. La vie n’allait cependant pas lui laisser le temps de faire sa petite crise comme tout homme de son âge. La preuve en était que son tracteur était à deux doigts de tomber en panne… hors ils étaient à Grayson, rien ne tombait en panne à Grayson. Ce tracteur avait toujours tourné comme un charme, et maintenant que la situation se dégradait, une espèce de vengeance planait dans l’air depuis quelques temps. Les instruments électro ménagés et le matériel tombaient en panne sans aucune raison apparente, et depuis quelques temps, certaines personnes commençaient même à tomber malade. L’heure était grave, et ce genre de pensée ne l’aidait pas à se concentrer sur sa basse besogne.

    Sans oublier les récents évènements. Il semblait qu’il ne se passait plus une semaine sans qu’un accident ou accro ne se déroule au village. Les dernières aventures liées à leurs nouveaux locataires étaient de plus en plus colorés. Le garage avait été fouillés, ils avaient mit la main sur une preuve, du moins possiblement, et hier, le Maire avait apprit l’admission de Samuel Donnelly au centre hospitalier de Trimble. Les rumeurs qui couraient n’étaient pas des plus folichonnes, surtout que tout ça avant conduit à l’arrestation du second de la fratrie : Isaac.
    L’ambiance était explosive en somme, et cette fichu chaleur leur tapait à tous sur le système. C’était intenable.

    Plongé dans ses tergiversations tourmentées, William n’entendit pas tout de suite qu’il avait de la visite. La voix d’Elizabeth le ramena enfin à la réalité, le faisant légèrement sursauter. Il s’extirpa du ventre de son véhicule, essuyant distraitement quelques perles de sueurs qui se frayaient un chemin sur ses tempes et ses joues. Le Maire braqua ses deux yeux d’un bleu de glace sur l’entrée de la grande restée grande ouverte pour y voir débarquer la petite silhouette de l’épicière de Grayson.
    William se saisit de l’essuie qui pendait à sa ceinture et y frotta ses mains noircies avant de descendre de son perchoir pour venir à l’encontre de la jeune femme.


    « Elizabeth ! » la salua-t-il dans un mouvement de tête courtois « Qu’est-ce qui me vaut le plaisir ? »

    Le fermier savait bien que ça n’était pas le jour de livraison des produits pour l’épicerie, c’était donc quelque chose d’autre qui amenait la petite brune et il espérait juste que ça ne soit pas une énième mauvaise nouvelle…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Sam 23 Juil 2011, 16:20

Il faisait bien trop chaud pour mettre le nez dehors. A bien y réfléchir, Elizabeth se dirait qu'elle aurait eu meilleur temps de revenir à la nuit tombante, histoire de profiter d'un peu de fraicheur. Il faisait beaucoup torp chaud pour la saison, beaucoup trop chaud pour Grayson, à dire vrai. Mais pourquoi pas ? Les journalistes tannaient assez leur monde avec le réchauffement planétaire. A moins qu'il n'y ait une autre raison... Elizabeth espérait que non : cela serait de mauvais augure pour le village.

Quoi qu'il en soit, debout à l'entrée de la grange, se demandant si elle n'allait pas frire comme un beignet, Elizabeth était à deux doigts de faire demi-tour et retourner à l'épicerie, bien que ca ne l'enchantait guère. Se retrouver face à Charlie avec ses questions légitimes mais qui n'avaient pas de réponse satisfaisante, avec en prime le devoir de lui dire des choses déplaisantes... ca n'avait rien de réjouissant. C'était en partie pour cela qu'elle avait bravé la chaleur étouffante pour se rendre immédiatement chez le maire. Mais apparemment, elle avait fait le chemin pour rien. En même temps, elle ne croulait pas sous le travail. A dire vrai, personne ne se tuait à la tache, ici, c'était un des avantages de Grayson. Elle s'apprêtait donc à faire demi tour et faire la promenade en sens inverse, quand elle repéra William.
Elizabeth oscillait entre le soulagement et le regret de l'avoir trouvé. La discussion qu'ils allaient avoir n'aurait sans doute rien de plaisant, contrairement à ce que semblait espérer William.

" Je ne sais pas si ce sera vraiment un plaisir... "

Elle fronca les sourcils en constatant qu'il avait du cambouis jusqu'aux coudes. C'était d'autant plus étrange que Nathaniel s'occupait habituellement de ce genre de choses. Certes, Elizabeth préférait éviter de se confronter à lui, mais dans un cas pareil, on n'avait guère le choix. Et puis pourquoi le tracteur était-il en panne ? Décidément, il y avait des choses bien étranges qui se passaient ces derniers temps...

" Tu as un soucis avec ta bête ? "

Elle haussa un sourcil interrogateur. Non qu'elle y connaisse grand chose en prime, mais autant commencer par faire la conversation, ca rendrait les choses plus facile, peut être... Mais une part d'elle-même en doutait franchement. Il lui faudrait trouver les mots pour faire entendre son idée, et elle n'était pas sure d'y arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Dim 24 Juil 2011, 15:19

    Lui qui espérait que ça ne soit pas une mauvaise nouvelle qui amène la jeune épicière jusqu’à sa ferme, il était quelque peu déçu de la phrase d’introduction lancée par son interlocutrice. Que se passait-il encore ? William dut se faire un peu violence pour ne pas lui poser la question de but en blanc et répondre d’abord à sa seconde question. Surtout que finalement, la réponse à cette question n’était pas plus légère à aborder. Tout en continuant d’essuyer ses mains sur la loque déjà noircie qui pendait entre ses doigts, il se racla la gorge avant de répondre, désignant son tracteur d’un bref mouvement de tête.

    « Moui… on peut dire ça » il hésita encore quelques instants puis enchaina « Le moteur faisait un bruit épouvantable ce matin et j’ai remarqué qu’il y avait une fuite dans le réservoir d’eau… ca faisait longtemps que ça n’était plus arrivé… tu te doute de ce que ça peut signifier » soupira-t-il, le visage fermé et son regard un peu vague pourtant braqué sur le véhicule agricole.

    Ceux qui faisaient partie de leur groupe savaient effectivement ce qu’une panne de ce genre pouvait signifier. Cela voulait dire qu’Il n’était pas très content de la tournure des évènements au village. Cela voulait dire qu’ils n’étaient pas dans ses bonnes grâces en ce moment, et ils savaient tous ce qu’une telle situation pouvait avoir comme retombée sur leur vie de tous les jours.

    A Grayson, tout fonctionnait toujours. La cafetière se mettait en route, même lorsque la prise n’était pas branchée, le moteur démarrait même lorsque le réservoir était à sec, le lait ne tournait pas et l’on ne tombait pas malade. Hors depuis quelques semaines, il semblait que le tout Grayson était déréglé. Certaines manifestations avaient été plus évidentes que d’autre, comme ce qui s’était justement passé à l’épicerie il y a quelque temps. Mais c’était surtout dans les petits choses du quotidien que l’on sentait la pression monter peu à peu. Et l’impacte de la présence des Donnelly n’allait pas aller en diminuant, c’était certain…


    « Enfin bref… et de ton côté, qu’est-ce qui cloche ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Lun 25 Juil 2011, 09:25

Elizabeth regarda à nouveau le tracteur, mais cette fois comme s'il était porteur de la lèpre, de la peste et du choléra tout à la fois. Effectivement, ce genre de choses n'arrivait pas. Jamais. Et pourtant, si on ajoutait cela à... la lumière qui s'était éteinte dans sa réserve quelques jours plus tôt, ou encore ce matin même, la caisse qui s'était prise pour une guirlande de Noël... Oui, elle savait ce que tout cela signifiait. Ca n'avait rien de bon, rien de plaisant.

" Oui je le sais. " Elle poussa un soupir de résignation. Si elle était inquiète, elle était aussi déterminée à faire son possible pour faire entendre son point de vue et proposer son idée. Et la faire accepter. Après tout, elle était raisonnable, et plus constructive que les menaces à peine voilées de Nathaniel. " C'est en quelque sorte ce qui m'amène ici. " Elle marqua un nouveau silence avant de poursuivre. " Je ne peux pas faire ce que tu m'as demandé à propos de Charlie. Elle... Je l'ai rarement vue aussi heureuse, et de toute facon, lorsque j'ai insisté, elle s'est fermée et la discussion a failli mal finir. Non. Elle A mal fini. En plus, elle a des soupcons sur ce qu'il se passe et se pose beaucoup de questions, notamment sur ce qu'il s'est passé dans l'épicerie ! Or son histoire avec le Samuel, ca l'occupe, elle pense à autre chose ! D'autre part... " Elizabeth leva une main, un doigt dressé pour souligné l'importance de ce qui allait suivre. " Avant qu'elle ne se ferme, elle a eu le temps de me parler d'eux, des détails qui pourraient nous servir. Et elle m'a proposé de me les présenter. " Elle ouvrit de grands yeux. " Nathaniel ne doit rien lui faire ! Qu'est-ce qu'on y gagnerait ? A part soulever encore plus de questions pour ces empêcheurs de tourner en rond ?! Ce n'est pas comme ca qu'on les convaincra qu'il n'y a rien à trouver ici !! "

Progressivement, le son de sa voix s'éleva et partait quelque peu dans les aigus. Elle s'enflammait. Pourtant de son point de vue, elle avait raison : toute atteinte à Charlie, si Samuel tenait effectivement à elle, soulèverait plus de problèmes que ca n'en résoudrait. C'était évident. Et même si Samuel voulait juste passer agréablement le temps, Charlie était de toute facon devenue amie avec certains membres de la famille, le résultat serait le même : attirer encore plus l'attention sur Grayson et faire rester les Donnelly dans le village. La manoeuvre était vouée à l'échec, dans tous les cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Mer 27 Juil 2011, 20:29

    Aïe, sujet délicat que celui du couple Charlie/Samuel. D’ailleurs, lorsque l’épicière débuta son discours, le Maire ne put s’empêcher d’esquisser une vague grimace crispée. Il semblait ne pas se passer un jour dans ce village sans que le sujet des Donnelly ne soit abordé. William en avait presque du mal à se souvenir de comment était la vie avant que toute cette marmaille n’envahisse Grayson.
    Ca n’était pas qu’il n’aimait pas les Donnelly, ça n’était pas non plus qu’il les adorait. C’était juste que le poids de tout ça, et le double jeu qu’il s’amusait à jouer depuis leur arrivée pesait lourd sur ses épaules. Il aurait aimé pouvoir de temps en temps déposé sa charge dans un recoin et savourer un peu de paix. La paix de l’esprit. Mais ça, c’était impossible à faire lorsque tout leur petit monde si fermé était en crise.

    William laissa la jeune femme aller au bout de son explication sans même chercher à l’interrompre ou à faire le moindre commentaire. Une fois qu’elle eu terminé, il poussa un long soupir méditatif et croisa les bras d’un air pensif.
    Apparemment, Charlie était déjà bien trop accroché à son grand blond pour que sa patronne puisse la dissuader de continuer dans cette voie. D’un côté, le Maire du village se sentait coupable d’avoir demandé une telle chose à Elizabeth, et d’un autre, il trouvait cela contrariant. Car au fond, il était bien d’accord avec la petite brune, aucun mal ne devait être fait à la jeune caissière. Sauf que ça, ça n’était pas à lui qu’il fallait le dire ! Ca n’était pas lui le danger dans l’histoire, c’était Nathaniel, et personne dans ce village n’avait le moindre contrôle sur les agissements du garagiste.
    Hors si Charlie s’entêtait à se frotter aux Donnelly, elle allait forcément avoir des problèmes, ça ne faisait pas l’ombre d’un doute malheureusement.

    « Je vois » finit-il par souffler.

    Il continua de se mordiller l’intérieur de la bouche tandis qu’il cherchait une solution à ce problème. Malheureusement il n’en voyait guère pour le moment…

    « Le problème Liz’, c’est que je n’ai aucune influence sur Nathaniel. Tu sais bien que je ne m’entend pas mieux que toi avec lui » dit-il en braquant sur elle un regard qui en disait long « S’il décide de s’en prendre à elle un de ces soirs, je ne pense pas qu’il prendra la peine de nous mettre au courant ou de nous demander notre avis avant »

    Façon de parler, car c’était même sûr et certain.

    « … je ne pense pas te l’apprendre… mais Nathaniel n’est pas vraiment de notre côté. Il est de son côté à lui et n’écoute rien ni personne. Et c’est ce foutu manque de cohésions qui nous perdra… parce que de leur côté, les Donnelly sont extrêmement soudés, j’ai déjà eu l’occasion de m’en apercevoir à plusieurs reprises. Ils font bloc. C’est ça qui les rend dangereux. Ca, et leur fichue détermination » soupira-t-il, son esprit continuant de fouiner à la recherche d’une solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Lun 08 Aoû 2011, 14:25

Elizabeth fixait William sans sourciller. Mais tout dans son attitude témoignait qu'elle attendait son avis avec une certaine anxiété : elle avait le front plissé et les bras croisés. Elle remarqua aussi la grimace du Maire. Bien sur que ses nouvelles venaient ternir sa journée, apparemment deja bien grise. Mais que pouvait-elle faire d'autre ? Parler directement avec Nathaniel lui donnait déja la nausée. Alors autant en parler d'abord à celui qui lui avait filé le bébé, pour qu'au pire... Ils aillent raisonner le garagiste à deux... Et puis peut être aurait-il une solution.

Mais quand il brisa ses illusions, elle ferma les yeux en soupirant. Evidemment. Qui pouvait espérer pouvoir parler à Nathaniel quand il avait décidé quelque chose avec sa tête de lard ? Nathaniel avec ses pulsions, son manichéisme, son machiavélisme, le seul à qui cela manquerait de ne plus s'en prendre aux passants, et qui serait sans doute prêt à s'en prendre à ses amis pour passer le temps. C'était sans doute le genre d'homme qui aurait fini par massacrer sa femme et ses enfants sur un coup de tête et plaider la folie passagère... Bref, un type dangereux. Le problème était qu'il était LEUR type dangereux. Celui avec lequel ils devaient vivre, et dont il fallait gérer les frasques.

" Je sais bien tout ca ! " D'impuissance, elle laissa retomber ses bras et commenca à faire les 100 pas autours de William. " Mais il doit bien y avoir un moyen de... de... le canaliser ! Il est le seul à ne pas co... cohé... à rouler pour lui ! On ne pourrait pas lui coller un tube de lexomil dans son café et le laisser pioncer pendant 1 mois, le temps de gérer les Donnelly ?! Voire plus... " Elle continuait à tourner autours du Maire - dans deux minutes, il finirait sans doute par avoir le mal de mer - et conclut en s'arrêtant devant lui, l'air désemparé. Elle se passa une main sur le front, et lui lacha quand même un pauvre sourire pour sa bêtise et soupira une nouvelle fois. Elle ferma une nouvelle fois les yeux en soupirant. Et puis...

Elle les rouvrit et fit un pas pour se rapprocher de William, un index levé.

" Et si... Si on trouvait un moyen de lui présenter les choses pour qu'au final, le fait de laisser Charlie tranquille et que j'utilise sa relation avec Samuel pour tirer des infos sur les Donnelly soit SON idée ? " Elle tapota la poitrine du Maire de ce même index. " Si on lui donnait l'impression que ca me donne de l'urticaire d'aller chez les Donnelly - quoique ca ne m'enchante pas des masses vu l'accueil qu'ils m'ont fait - tu crois que Nathaniel serait assez tordu pour me pousser à le faire juste pour m'ennuyer ? " Elle se remit à faire la ronde autours de William, les yeux dans le vague, toute concentrée sur son idée. " Et du coup laisser Charlie tranquille ? Puisqu'on aurait besoin d'elle, après tout c'est notre meilleure porte d'entrée chez les Donnelly " Elle s'arrêta à nouveau devant William, les yeux pleins d'espoir et posa une main sur son bras. " Tu crois que ca pourrait marcher ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Lun 08 Aoû 2011, 20:21

    Dans le fond, l’idée d’Elizabeth n’était pas mauvaise. Mettre le rôle de Charlie en valeur, donner l’impression au garagiste qu’il était derrière l’idée avec en prime le plaisir de torturer Elizabeth en lui faisant faire quelque chose qu’elle n’aime pas. Le profil était bon pourtant William n’était pas convaincu. Nathaniel s’était construit une espèce de carapace infranchissable qui empêchait qui que ce soit de savoir à quoi s’en tenir avec lui. Mais avec les années et une observation constante, William avait finit par vaguement cerner ce qui se cachait derrière ce sourire pimpant et cette jovialité trop exacerbée pour être honnête. Leur très cher garagiste cachait bien son jeu, mais William avait un très grand sens de l’observation et savait se montrer discret. Et le temps aidant, il avait réussit à entrevoir parfois, le vrai visage derrière le masque.
    Et ce qu’il avait vu le poussait à croire que Nathaniel ne possédait aucunes espèces de limites. C’était un sociopathe, ni plus ni moins.
    Mais une fois de plus, il cachait extrêmement bien son jeu, il était bon acteur et l’avait toujours été.

    De plus, Elizabeth avait tord sur un point. Nathaniel n’était pas le seul à ‘rouler pour lui’. EN réalité, William lui-même était dans ce cas. Son vrai bute dans cette histoire, ça n’était pas de faire partir les Donnelly, mais bien de les faire rester. Du moins s’ils se révélaient enfin plus professionnel et moins tête brûlé, car jusque là, leur efficacité avait été plus que douteuse. Cela dit, ils ignoraient encore à quel espèce de danger ils avaient affaire, et le Maire ne pouvait donc pas les blâmer de ne pas savoir adapter leur comportement. Il avait bien essayé de leur faire passer le message, mais pour l’instant, on ne lui avait pas accordé grand crédit.
    Quoi qu’il en soit, tout le monde ignorait ses réelles intentions. Tout le monde excepté David, donc garçon de ferme et personne de confiance. Il lui en fallait bien une dans tout ce marasme.

    Il doutait que mettre Elizabeth dans la confidence soit très judicieux. Il aurait aimé avoir une allié telle que l’épicière de son côté, mais il ignorait s’il pouvait lui faire confiance à ce point et où allait réellement son allégeance. C’était une entreprise dangereuse que de défier celui qui était au vrai cœur de cette affaire. Celui qui avait main mise sur leurs âmes. Personne n’avait encore osé le faire en plus de quatre générations…
    Cela dit, s’assurer que Nathaniel ne puisse pas monter les autres contre lui était toujours bon à prendre. Mieux valait donc ternir son image au maximum avant qu’il ne s’emploi à le ternir lui.

    « Je crois… je crois qu’avant de prendre la moindre décision à propos de cette histoire il faudrait que les choses soient bien claires à propos de Nathaniel » répondit le Maire après quelques longues secondes de réflexion.

    Il hésita encore quelques instants et d’un coup d’œil rapide, vérifia qu’aucune oreille indiscrète ne traine dans les environs.

    « Je ne sais pas si ça vaut vraiment le coup d’essayer d’échafauder un plan hasardeux pour le convaincre parce que… je ne pense pas qu’il puisse être convaincu par qui que ce soit, ou quoi que ce soit » une courte pause, et il enchaina, pesant chacun de ses mots : « Je crois… je n’ai pas de preuve pour l’assurer mais je crois bien que c’est lui qui à provoqué l’explosion des feux d’artifice le soir de la fête nationale » expliqua-t-il.

    Et il était sincère. Il y croyait même dur comme fer, mais en tant que père de la victime, il concevait que sa colère pouvait influencer son jugement et ne préférait pas le présenter avec trop de véhémence pour être prit plus au sérieux. Mais ce qu’il fallait surtout retenir, c’était qu’un esprit assez malade pour faire une telle chose n’avait plus rien d’abordable.
    Nathaniel n’avait effectivement pas de limites, et le raisonner était de ce fait impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Ven 12 Aoû 2011, 20:51

Elizabeth était restée devant William, guettant son approbation un peu à la manière dont un chiot guette en frétillant le moment où son maitre va lui lancer la balle : enthousiaste, prête à jaillir dans un éclat de joie.
Elle était sure que son idée était bonne, que cela résoudrait leur problème sans faire de mal à personne, et que pour une fois, POUR UNE FOIS ! Ce serait eux qui mèneraient le garagiste par le bout du nez - à défaut d'autre chose... enfin rien qu'à l'idée, Elizabeth se sentit prête à vomir.
Quoi qu'il en soit, elle ne doutait pas un seul instant que cela put marcher, et que William approuve son idée sans réserve, ou à peine. Mais ce ne fut pas le cas. A peine William eut-il exprimé sa réserve qu'elle perdit son air triomphant pour la déception et se recula d'un pas.

Pour qui la prenait-elle ? Evidemment qu'elle savait qu'on ne pouvait pas convaincre Nathaniel, raisonner avec lui revenait à convaincre une balle de foin de s'envoler à la seconde : cela relevait de l'impossible. La moutarde lui montait donc gentiment au nez, mais le condiment s'arrêta à mi-chemin quand elle entendit la suite : elle-même n'avait pas imaginé un tel scénario, mais pourquoi pas après tout ? Elle savait Nathaniel assez tordu pour ce genre de chose. Elle fronca les sourcils.

" Je sais bien qu'il n'est pas très sympathique - hem - et qu'il est parfaitement capable de ce genre de chose, mais si tu n'as rien pour prouver ca, qu'est-ce qui te fait penser cela ? " Elle avait beau être gentille, mignonne et tout ce que vous voulez, mais elle n'était pas non plus un lapereau de six semaines. A force de fomenter des tours pendables avec ses concitoyens, elle commencait à savoir ce dont chacun pouvait être capable pour parvenir à ses fins, et que chaque fin n'était pas forcément étalée à la vue de tous. Elle-même cachait suffisamment de choses pour savoir que tout n'était pas rose au pays du tournesol.

" Quant à convaincre Nathaniel, je sais bien qu'on ne pourra pas le convaincre d'être de notre avis. Je pensais à trouver une facon de présenter les choses pour qu'il arrive à la même conclusion que nous, mais qu'il pense qu'il est le seul à trouver cela génial ! " Même si elle croyait dur comme fer que c'était la seule facon d'arriver à protéger Charlie, elle avait néanmoins l'air bien désemparé : elle savait que William avait raison, et que même s'ils mettaient au point une stratégie convenable, Nathaniel était assez tordu pour trouver une voie à laquelle ils n'avaient pas pensé. Et même ! Même en imaginant que Nathaniel suive effectivement leur logique, il était aussi parfaitement capable de poursuivre son idée première dans son coin.
Non vraiment, le manque d'unité - et de confiance - entre les différents habitants de Grayson était une vraie faiblesse... Au moins Elizabeth était-elle rassurée en ce qui concernait Declan, et elle faisait confiance à William, ce dernier ne lui ayant jamais donné de raison de douter de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Sam 13 Aoû 2011, 03:47

    William écouta attentivement les réponses de la jeune épicière, puis passa une main lasse sur son front, pensif. Ses yeux clairs s’étaient perdus dans le vague et dérivaient maintenant sur la terre sèche qui s’étendait sous leurs pieds. Une terre trop sèche d’ailleurs, rendue poussiéreuse par ce soleil implacable qui n’en finissait plus de briller.
    William savait que cette chaleur n’était pas anodine. Tout comme l’état de santé de certains habitants ou les étranges phénomènes survenus un peu partout dans le village. Ce genre de chose était déjà arrivé par le passé, pour diverses raisons. Son père et son grand-père le lui avaient parfois raconté. Mais des raisons qui avaient toujours conduit celui qui se disait être leur maître à la colère.
    Et s’Il était en colère, alors des décisions radicales allaient devoir être prises, car il ne leur restait que peu de temps avant que le vrai shérif de cette ville ne revienne pour faire régner sa loi. Qui sait ce qui pourrait arriver à ce moment là ? …

    « Et bien ça va te paraitre idiot » reprit-il d’un ton ou pointait clairement l’amertume « Mais je sais que c’est Nathaniel qui à fait le coup parce qu’il me l’a dit lui-même »

    Il releva enfin son regard sur la jeune femme et haussa brièvement les sourcils l’air de dire « Eh oui, c’est aussi con que ça… »
    Mais il prit tout de même la peine de développer son argument.

    « Le matin du 4 juillet, Aidan, Nathaniel, Logan, Colleen Jefferson et moi-même nous sommes réunis au parc pour monter la piscine. J’avais besoin de quelques volontaires pour m’aider et le petit Donnelly s’est proposé… Etrangement, Nathaniel et son cousin aussi. Je ne sais pas si tu étais là ce matin là, il y avait du monde, mais bref, tu as forcément entendu parlé de la bagarre, cette histoire à fait au moins quinze fois le tour du village » précisa-t-il d’un regard sombre et blasé « Aidan s’est jeté sur notre brave garagiste et l’a menacé de mort. Bien fort ! Devant tout le monde. Mais j’ai passé un peu de temps avec ce gamin Elizabeth, et c’est tout le mal qu’il peut faire : piquer sa crise et crier bien fort. C’est juste un gamin de 19 ans dont les parents sont morts » s’agaça-t-il presque en trouvant cette évidence flagrante « Par contre ses deux ainés, Aahron et Isaac ? Ce sont ces deux là qui mènent la danse, indubitablement. Alors le soir même au parc, un peu avant la séance, j’ai été parler à l’aîné. Ils sont loin d’être idiot tu sais, ils savent que quelque chose se trame ici. Ils ne savent pas qui, ni quoi, mais ils sont sûre que leurs parents ne sont pas mort dans cet accident et ils ont décidé de rester ici jusqu’à ce qu’ils découvrent la vérité. Je ne pense pas qu’ils nous soupçonnent, ni toi, ni moi, juste les Redd » précisa tout de même William pour la rassurer « Mais pour combien de temps ? Quoi qu’il en soit, Nathaniel à remarqué que je parlais à Aahron et n’a évidemment pas manqué l’occasion de piquer une petite crise de jalousie. Je ne me suis pas laissé faire, j’ai répliqué, je l’ai piqué au vif, c’est à ce moment-là qu’il s’est vendu. Pendant quelques secondes il a perdu son sang froid et m’a fait des menaces. C’était à peine voilé, il a très nettement insinué que ma famille n’était pas en sécurité tant que je ‘sympathisais avec l’ennemi’… vingt minutes plus tard, mon fils suffoquait à l’intérieur de ce foutu brasier ! Et je ne pense pas que ça soit une coïncidence Liz’. Il était en charge des feux d’artifices, c’était son matériel, sa responsabilité, et mon fils à l’intérieur du cabanon. La police à affirmer que le feu était d’origine criminel, et je suis intimement convaincu que le criminel, c’est lui. Alors maintenant que tu sais ça : est-ce que tu crois que quelques petites intrigues et manigances vont l’empêcher d’un jour décider que Charlie devait être pendue au chêne devant ton magasin ? Et si un de ces matins tu la retrouvais morte dans ton épicerie, est-ce que tu ne regretterais pas de ne pas avoir été assez radicale lorsque tu avais l’opportunité de l’empêcher de lui faire du mal ? » conclut-il, prit dans son sujet.

    Mais il y avait de quoi après tout. Nathaniel avait presque réussi à tuer son fils, et Elizabeth avait réveillé sa rage envers le garagiste. Il allait falloir qu’il paye, car certains crimes étaient encore punis à Grayson, malgré ce que l’on pouvait penser…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Dim 14 Aoû 2011, 20:37

L'expression d'optimisme d'Elizabeth se décomposa à mesure que William parlait. Elle n'imaginait pas que les choses pouvaient aller aussi loin. Certes, que des éléments extérieurs amènent des troubles pouvait mener Grayson au bord du gouffre. Ca s'était deja vu, et ca arriverait sans doute encore. Mais que les problèmes puissent venir du petit groupe d'initiés qu'ils formaient était plus problématique. Les problèmes entre eux ne pouvaient pas se régler n'importe comment au risque de susciter une colère encore plus grande du maitre des lieux...
Pourtant, la révolte continuait à gronder pour Elizabeth. Il y avait forcément une issue, il fallait la trouver. Mais d'abord, ce sont les accusations de William qui la firent réagir : elle semblait bouleversée par l'hypothèse - plus que probable - évoquée par le maire de la ville.

" Oh William... A qui as-tu parlé de cela ? " Elle fronca les sourcils. Elle ne se souvenait pas que Declan lui ait faire part de cet version de l'histoire, ce qui la laissait penser qu'il n'était pas au courant non plus.
" On ne peut pas le laisser continuer, il faut ... Tu en as parlé à Declan ? "

C'était pourtant inutile, elle le savait. Nathaniel n'irait pas en prison, rien ne le prouvait. Elle imaginait mal comment ils parviendraient à le garder entre quatre murs de toute facon si le garagiste ne le voulait pas. Et il faudrait des éléments probants pour cela. Sans parler de sa colère après coup.
Elle soupira et se mit à faire les cents pas.

William avait raison. Elle ne voulait pas retrouver Charlie morte, de quelque facon que ce soit.

" Et tu crois que ca m'amuse ?! J'ai essayé de la prévenir, mais comment veux-tu que je lui dise ca ? "quitte ton Donnelly, sinon Nathaniel va te transformer en tourte à la viande" ?! Elle est trop accrochée pour envisager de le quitter, et lui faire quitter Grayson n'aura aucune chance d'aboutir ! Elle ne quittera pas le village sans son musicien ! Et de toute facon, c'est purement inutile ! Complètement ! Elle n'est pas une menace, personne... " Elle haussa les sourcils d'un air entendu, ne doutant pas que William comprenne de quoi elle parlait. " ... n'a demandé à ce qu'on lui fasse quoi que ce soit. Tu sais que je suis prête à faire ce qui est nécessaire. Mais ca, ca n'est qu'un caprice d'un idiot, comme lorsqu'il s'en prend à ton fils pour une idiotie ! " Elle bouillonnait elle aussi. Elle continuait à arpenter le hangar comme une lionne en cage. " Tu crois que je ne vois pas ce qu'il se passe ?! Charlie est au magasin à demander ce qu'il s'est passé ! Je n'ai aucune explication rationnelle à lui fournir pour qu'elle arrête de poser des questions - et franchement elle a de quoi ! Mais si tu crois que je n'ai pas compris le message, tu te trompes ! "

Elle reprit son souffle, le temps de repousser une mèche de cheveux qui lui tombait sur le front. Elle regarda elle aussi les champs secs comme du vieux pain en cherchant une solution, un échappatoire. Mais rien ne venait. Rien de plus en tout cas.

" La chance est mince, mais pourquoi pas ? " Elle refit face à William. " Ou tu penses qu'on aura plus de chance en exposant franchement les choses à Nathaniel ? juste pour le plaisir, il serait fichu d'aller contre notre avis. Et on n'est de toute facon pas à l'abri d'un tour pendable de sa part... "

Elle fronca les sourcils en dévisageant le maire : elle cherchait à comprendre depuis le début ce qu'avait voulu dire William avec ses derniers mots. Et elle n'était pas sure d'aimer ce qu'elle pensait saisir.

" A moins que tu n'aies une autre idée ? Parce que je t'avoue que là, je sèche. Alors vas-y, je suis tout ouïe... " Les mains sur les hanches, le regard inquisiteur, elle attendait la réponse de William, s'attendant au pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Lun 15 Aoû 2011, 21:28

    Bras croisés, mine fermée, l’esprit catalysé par la colère qu’il éprouvait à l’évocation de Nathaniel, William se contenta d’hocher la tête à la négative lorsque l’épicière lui demanda s’il en avait parlé à Declan. Ils n’en n’avaient de toute façon pas vraiment eu l’occasion. Il y avait toujours quelqu’un dans les parages, ou une oreille qui traine d’un petit peu trop près pour que William ne se risque à aborder le moindre sujet aussi épineux avec son ami lorsqu’ils se croisaient au village.
    Il y avait bien eu ce soir ou Declan et Suzanna étaient venu manger à la maison, mais avec les trois jeunes qui n’étaient au courant de rien, mieux valait ne pas aborder certains sujets.

    Puis d’un côté, il avait bien envie de mettre tout ça de côté. Y penser et envisager les solutions que toute cette situation lui laissait, c’était une réelle corvée qu’il préférait remettre à demain tant qu’il le pouvait encore. Seulement le temps ne l’attendait pas et continuait de passer. Bientôt il ne pourrait plus reculer l’échéance et devrait se forcer à prendre les mesures nécessaires. Il n’avait aucune envie d’être celui a qui incombait cette tâche ingrate, mais il ne fallait pas qu’il se voile la face non plus. Personne d’autre que lui ne ferait réellement quoi que ce soit, et de toute façon, rares étaient ceux qui en avaient vraiment les moyens. C’était bien ça le problème.

    Une autre idée ? William prit une profonde inspiration, sourcils crispés, les yeux pensifs. Avait-il la moindre autre idée ?
    Pour pouvoir se défendre contre Nathaniel, il allait falloir qu’il fasse preuve de rapidité et d’inventivité. Il allait falloir qu’il se mouille et s’implique, et qu’il ne reste pas statique. Il fallait voir large et emprunter les chemins les moins conventionnels.

    « Déjà… » débuta-t-il en sentant poindre quelques prémices d’idée « … je pense qu’après le coup de l’incendie il va vouloir se tenir tranquille un moment. Ta cousine et Declan on fait convoquer absolument tous les Redd durant l’enquête. Même Lucinda… » précisa-t-il d’un regard plus sombre.

    Puisque Lucy était la sœur de Declan, c’était assez étonnant qu’elle se retrouve sur le banc des accusés. Et d’après ce que lui avait confié Declan ça ne s’était effectivement pas très bien passé entre eux, puisqu’elle avait fini par gifler son frère…

    « Enfin bref, ils sont gardés à l’œil pour l’instant et j’ose espérer que Nathaniel sera assez intelligent pour attendre que ça se tasse avant de remettre le couvert. Ca nous laisse le temps de… de voir un peu ce qu’il en est. Mais discrètement. Je crois que le mieux c’est de ne pas le relancer à propos de Charlie pour le moment. Il faut éviter tout simplement de lui en parler… qui sait, peut-être qu’il va simplement être trop occupé à… terroriser d’autres gens pour se souvenir que Charlie est elle aussi sur sa liste » cracha-t-il avec dédain et rancœur « … peut-être qu’il faudrait prendre la température chez tous les Redd. Ils fonctionnent en huit clos et j’ai du mal à savoir où en sont les autres. Est-ce que tu t’entends bien avec Clyde ? Ou Logan peut-être, vous avez été à l’école ensemble si je ne me trompe » proposa-t-il.

    De son côté, il était inutile de penser à aller interroger le moindre Redd, même discrètement, il se sentait trop impliqué par rapport à son fils et l’incendie pour réussir à ne pas mettre les pieds dans le plat. Mais si Elizabeth était prête à l’aider, alors peut-être qu’il pourrait passer par elle pour aviser un peu mieux ce qu’il convenait de faire par rapport à leur psychopathe de garagiste…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Ven 19 Aoû 2011, 09:24

Elizabeth se retint de pousser un soupir exaspéré. Si William avait de sérieuses raisons de penser que Nathaniel était impliquer dans "l'accident" du 4 juillet, ne pas en avoir parler à Declan relevait de l'irresponsabilité, voire de l'imbécilité.

" Commence par là alors ! S'ils l'avaient su de suite, ils auraient peut être orienté l'enquête différemment... " Rien n'était moins sur. Mais ca valait le coup. Et au pire, Declan saurait au moins à quoi s'en tenir. Si ce n'était pas déja le cas.

Pour le reste, elle même avait bon dos de reprocher à William de ne pas trouver d'idée. Elizabeth ne savait pas vraiment quoi faire d'autre pour neutraliser Nathaniel. Elle en venait à penser que la manière forte, celle qu'utilisait Nathaniel, violente et déloyal, serait la seule que le garagiste prendrait en considération. Mais Elizabeth n'était pas de cette trempe, elle n'arrivait même pas à concevoir un plan de la sorte. Son caractère la poussait à croire encore que parlementer et convaincre par la raison était la meilleure facon d'obtenir de bons résultats. Ca et le fait qu'elle redoutait trop Nathaniel pour s'en prendre à lui directement. Les représailles seraient bien plus graves.

Concernant l'altercation entre Declan et sa soeur, elle était bien placée pour être au courant. Son amant avait été suffisamment perturbé par la situation pour se confier à Elizabeth. Cette derniere ne s'en plaignait cependant pas : si le frère et la soeur étaient fachés, alors peut être qu'ils n'auraient pas à manger à la même table que Nathaniel. Le jour sans doute encore lointain où ils officialiseraient leur relation.

" J'espère que tu as raison. Mais si aucun doute ne plane sur la culpabilité de Nathaniel, j'ai peur qu'il n'ait pas de scrupule à faire un autre coup d'éclat, en trouvant le moyen d'accuser quelqu'un d'autre en prime. Tu sais mieux que moi que son intelligence ne le pousse que trop rarement à la prudence. Et en tout cas, elle n'est jamais excessive. " Elle poussa un soupir d'impuissance. Décidément, leurs vies seraient beaucoup plus faciles sans la famille Redd. Mais d'un autre côté, encore une fois, il était probable que sans eux, leur village aurait disparu depuis longtemps. Il fallait composer avec eux. Heureusement, ils n'étaient pas tous pareils. A l'évocation de Clyde, son expression se décrispa quelque peu, et elle eut un regain d'espoir.

" Aller discuter avec Clyde ne posera aucun problème. On s'entend très bien. Cependant, il ne faudra pas compter sur lui pour avoir une quelconque influence sur Nathaniel : c'est son frère qui mène la danse, et Clyde ne s'est jamais vraiment élevé contre lui, que je sache... Quant à Logan " Elle fit une grimace." Je peux toujours essayer, mais je le trouve aussi imprévisible que son cousin... Enfin, ca vaudrait le coup d'essayer. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Ven 26 Aoû 2011, 16:19

    Bien sûr que non, Nathaniel n’aurait aucun scrupule à faire parler de lui une fois de plus, Elizabeth avait totalement raison. Alors justement, leur chance, c’était de trouver une échappatoir, une solution rapide avant qu’il en remettre le couvert. William comptait sur l’enquête récente et la présence plus soutenue de la police au sein du village pour retarder l’échéance, mais Dieu seul savait combien de temps dont ils disposaient pour agir. Il allait falloir se montrer rapide et plein de ressource, en somme, aussi vicieux qu’un Redd.

    William rechignait un peu à laisser Elizabeth faire la salle besogne. Il l’envoyait comploter avec Clyde et Logan, alors que lui restait terré dans sa ferme avec ses vaches et ses poules. Ca n’était pas ainsi qu’on lui avait apprit à agir, surtout pas vis-à-vis d’une femme. Mais il se sentait démuni, impossible de jouer franc jeu avec leur bien aimé garagiste. Il allait devoir prendre des chemins détournés pour s’assurer que la situation ne s’aggrave pas plus.
    Et la culpabilité qu’il ressentait face à l’épicière ne s’arrêtait pas là car en vérité, il ne jouait pas plus franc jeu avec elle que Nathaniel. Il lui mentait sur ses réelles intentions avec les Donnelly. Son but caché n’était pas de les mettre dehors sans trop de casse, mais bien de les dans sa poches pour qu’ils lui viennent en aide.

    Trop d’années que ce village était taché de sang, trop de générations vouées à la damnation à cause d’un pacte passé avec cette entité malfaisante, trop de temps à se voiler la face, à se trouver des excuses, à faire preuve de lâcheté, à museler sa conscience.
    Lorsqu’il regardait dans les yeux de ses enfants, la colère que provoquait cet héritage terrible lui retournait l’estomac. Il avait déjà entrainé sa femme dans cette vie qui n’était pas la sienne, et elle avait subit tout cela sans broncher, sans jamais le lui reprocher, comme un fardeau qu’elle l’aidait simplement à porter. Par amour.
    Alors, par amour, il les libérerait de cette emprise, quoi qu’il en coute. Et si pour cela, il fallait qu’il manigance, qu’il se salisse les mains plus encore, alors qu’il en soit ainsi.

    « Très bien » finit-il par soupirer, dissimulant le poids qu’il sentait peser sur ses épaules à la jeune femme « Lorsque tu leur auras parlé, préviens-moi. Nous agirons en conséquence. Sois prudente. Pose tes questions mais ne blâme pas directement Nathaniel, ils iraient tout lui répéter le jour même. Je te fais entièrement confiance » conclut-il d’un hochement de tête et d’un sourire encourageant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 27
Logement : 24, Madison Street
Emploi : Gérante de l'épicerie
Nombre de messages : 782

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I can keep a secret
Autres comptes:
MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   Lun 29 Aoû 2011, 14:11

S'il avait su que le même genre de révolte couvait chez Elizabeth, William aurait sans doute été plus bavard. Mais la jeune femme, si elle n'était pas enthousiaste quant à leur mode de vie, n'était pas arrivée à la même conclusion que le maire. Elle avait certes très envie de pouvoir vivre sa vie en laissant derrière elle leur croix. Vivre son histoire avec Declan - s'il le voulait vraiment - sans avoir à se soucier de cette culpabilité qui la minait depuis qu'elle avait pris la suite de ses parents. Mais elle ne voyait pas d'autre issue pour retrouver un semblant de paix que de faire en sorte d'apaiser la force qui détraquait tout à Grayson, et ce le plus longtemps possible, histoire de pouvoir à nouveau se convaincre qu'ils vivaient une vie normale. Et pour l'instant, la seule solution qu'elle voyait, c'était de faire partir les Donnelly, les convaincre qu'ils avaient tort, les faire retourner à Cleveland avec la conviction que la disparition de leurs parents était juste accidentelle. Et même si jusque là, ils n'avaient pas vraiment approché de cet objectif, ils devaient poursuivre dans ce sens.

Alors si pour cela il fallait passer outre la vigilance du garagiste, elle le ferait. Elle se savait capable de braver cet homme. Elle avait accepté la charge qui était la sienne avec un certain fatalisme, et était persuadée qu'ils ne pourraient jamais échapper à l'emprise qui s'exercait sur eux.

Elle eut néanmoins un sourire ironique pour William : faire entièrement confiance à quelqu'un était un contresens incongru dans l'univers qui était le leur. Peut être que si certains - et par certains, elle pensait surtout au chef de la famille Redd - étaient moins individualistes, la confiance pourrait-elle être de mise. Mais le chien fou qu'était Nathaniel incitait chacun à une prudence sans doute excessive, mais d'autant plus renforcée qu'ils vivaient en permanence dans le secret.

" Ne va pas dire des choses que tu pourrais regretter. Je ferai de mon mieux... Mais ils n'en restent pas moins des Redd, et s'ils ne sont pas Nathaniel, ils viennent du même arbre... " Elle poussa un soupir. " Bien... Je crois que je n'ai plus qu'à me mettre au travail alors... " Elle jeta un coup d'oeil au soleil de plomb qui pesait sur eux. " A moins que tu n'aies autre chose pour moi, je vais te laisser... Je n'aime pas l'idée d'avoir laissé Charlie seule si longtemps : Mme Pietsky rodait autours de la boutique avec l'air de chercher quelque chose, et elle lui rend vite la vie impossible... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]   

Revenir en haut Aller en bas
 

04. Can't kill the cat [Elizabeth & William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation  :: GRAYSON :: WASHINGTON STREET :: ferme des Ferguson-
Sauter vers: