AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ROAD TO SALVATION FERME SES PORTES APRES TROIS ANS D'AVENTURE ! N'oubliez pas de vous joindre à nous pour l'après-midi chatbox dimanche 18 novembre à partir de 13h ! svp et d'y laisser un commentaire de préférence.

Partagez | 
 

 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Dim 06 Mar 2011, 16:17

Casey était sur le cul. Figée à mi-chemin entre l’enclot et la grange, elle s’était immobilisée pour se retourner lentement et braquer sur Aidan un regard complètement incrédule. Les sourcils haussés, les yeux ronds, la bouche entrouverte, elle tombait des nues.
L’adolescente n’avait pas l’audace de prétendre qu’elle s’attendait à une réponse aimable de la part du garçon. C’est sur qu’elle avait été désagréable et injuste, mais elle avait lancé ça un peu comme ça, parce qu’elle s’était sentie blessée juste avant et qu’elle avait prit le premier sujet qui lui passait par la tête pour se venger.
Elle s’était attendue à ce qu’il se vexe, à ce qu’il ait l’air très embarrassé et se montre un peu lourd. Ou alors à ce qu’il s’en aille la tête haute. Par contre elle n’avait absolument pas vu venir une réaction aussi violente. De toute évidence, Aidan était beaucoup plus doué qu’elle en situation de conflit. D’ailleurs en général, Casey ne se retrouvait pas souvent aux prises avec ce genre de chose. La seule personne avec qui elle avait des disputes plus violentes était sa mère. Et encore, ça ne durait jamais bien longtemps. Elles restaient deux Fergusons qui n’aiment pas spécialement se donner en spectacle.

Avant Aidan, personne, personne au monde ne lui avait jamais parlé de la sorte. Même pas les petites pimbêches de sa classe qui se moquaient parfois de ses chemises à carreaux.
Personne ne l’avait jamais traité de belle garce, et on l’avait encore moins envoyé se faire foutre… du moins pas dans ces termes-là. Il arrivait que Joshua la remballe, mais jamais il n’utilisait ce genre de langage avec elle. Jamais. Personne avant Aidan.
Sans parler de sa conclusion qui était terriblement gênante ! Et elle ne parvenait même pas à savoir comme nier qu’elle était jalouse. C’était faux bien sûr ! Complètement faux ! Pas dans ce sens-là. Il y avait bel et bien de la jalousie mais ça ne concernait pas vraiment Aidan ou un quelconque sentiment amoureux. Seulement ça, Aidan ne pouvait pas le savoir, elle avait amené le sujet toute seule et maintenant elle s’en mordait cruellement les doigts.
Casey aurait voulu pouvoir se rendre invisible, ou s’enfoncer dans le sol pour disparaitre. Plus encore lorsqu’elle sentait poindre quelques larmes qui essayaient de se frayer un chemin sur ses joues. L’adolescente eut bien du mal à les ravaler. Sa gorge se serrait douloureusement, mais elle réussit à contrôler ses états d’âme et se contenta de rester figer, debout comme une idiote.

Le silence qui pesait autour d’eux était parfaitement affreux, et chaque nouvelle seconde semblait venir lui torturer le cerveau. Elle devait réagir… mais comment ? Elle n’avait aucune idée de réponse, et lorsqu’elle se visionnait entrain de tourner les talons, elle se sentait plus ridicule encore.
Elle ne pouvait pas s’échapper en le laissant croire qu’elle était amoureuse de lui ! C’était trop humiliant ! Seulement c’était tout aussi humiliant de s’en défendre.
Elle se sentait coincée, acculée, trop à découvert. Elle ne savait pas quoi faire de ses mains, ni de son regard qu’elle n’osait pas garder trop longtemps sur Aidan.
Comme elle aurait voulu pouvoir se téléporter, ou arrêter le temps…

Elle envisagea l’espace d’un instant de simplement ne rien faire, jusqu’à ce qu’il se lasse de son silence et ne s’en aille (dans le meilleurs des cas), ou qu’il reprenne la parole, même si elle n’y tenait pas plus que ça au fond.
Seulement le silence était une sorte de consentement muet pour la plus part des gens. Elle ne devait pas le laisser croire qu’elle était amoureuse de lui, sinon elle allait vivre un enfer par la suite. Autant vivre un enfer tout de suite…

« C’est pas vrai » nia-t-elle « t’as rien compris »

Et une fois cette phrase jetée avec tout son courage, elle se retourna, agrippa à nouveau la brouette et reprit sa marche vers la grange dans l’espoir qu’il la croit, s’en aille, et ne revienne plus jamais chez eux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Lun 07 Mar 2011, 11:29

    Rien compris ? Evidemment qu’il n’y comprenait rien ! Son attitude vis à vis de lui était en dents de scie. Un coup elle semblait l’apprécier, rigolait avec lui, prenait sa défense et le complimentait, pour devenir une véritable garce la seconde suivante et l’acculer.
    Aidan en avait déjà connu des filles de ce genre et chaque fois, les choses avaient terminées de la même manière : la fille lui volait un baiser ou lui avouait ses sentiments contradictoires à son égard avant d’essayer de l’embrasser. Ridicule ! Quand il aimait bien quelqu’un, lui, il le lui disait et ne passait pas par des chemins sinueux et tortueux pour que la personne comprenne qu’il voulait mettre sa main dans sa culotte ! C’était bien des trucs de fille tout ça ! Insupportablement compliqué !

    Une fois encore, le jeune homme emboita le pas à Casey, les sourcils froncés et les lèvres pincées dans une expression boudeuse. Cette fois, il ne chercha pas à l’arrêter et se contenta de marcher à ses côtés.

      « Bien sûr que j’ai rien compris ! » s’agaça le petit blond « T’es aussi claire que…qu’une équation super compliquée de maths ! »

    Bon, c’était débile comme remarque mais ça résumait assez bien les choses en fin de compte. Et faire des trucs alambiqués c’était pour les filles, pas pour lui.

      « Alors j’ai changé d’avis, j’veux que tu m’expliques maintenant ! J’veux essayer de comprendre c’que tu m’reproches parce que ça devient vraiment naze cette situation ! J’sais jamais sur quel pied danser avec toi et pourtant, j’suis très bon danseur ! »

    Casey lui adressa un rapide coup d’œil. Elle avait l’air furieuse. Elle ne ralentit cependant pas son allure et continua de s’avancer obstinément vers la grange avec sa brouette. Cela dit, il en fallait un peu plus pour décourager Aidan qui s’immobilisa. A quoi bon se fatiguer à lui courir après ?

      « Tu pourrais faire un effort quand même, merde ! Si tu crois que c’est FACILE pour moi ! » lui cria-t-il alors qu’elle ne décélérait pas « J’pourrai arrêter de venir ! C’est ça que tu voudrais ? Que j’arrête de venir ici !? Bah tu peux toujours COURIR ! »

    Et c'est ce qu'elle continua à faire ou presque. Casey ne réagit toujours pas et Aidan poussa une exclamation rageuse en roulant des yeux.
    Qu’est-ce qu’elle voulait à la fin ? Pourquoi est-ce qu’elle le torturait de cette manière ? Elle voyait bien que son attitude le blessait quand même ! Est-ce que ça l’amusait de faire enrager le petit citadin du village ? C’était ce qu’elle cherchait à faire ? Est-ce qu’elle le détestait réellement ou n’était-ce qu’une façade ? Se trompait-il vraiment en sous entendant qu’elle l’aimait un peu plus qu’elle l’aurait voulu ?
    Bordel, les filles étaient vraiment trop chiantes !

      « J’continuerai à venir tous les jours, que ça te plaise ou pas, Casey, parce que j’ai que ça ! J’ai que ce boulot stupide pour lequel j’suis même pas doué ! » la héla-t-il en écartant les bras, le visage rougi par la colère, et peut-être la honte aussi « Tout est POURRI ici et y a rien d’autre à faire ! J’en ai marre de tourner en rond chez moi à écouter Allie parler de ses jumelles qui lui donnent des coups et me demande de tripoter son ventre ! J’en ai marre d’entendre Isaac soupirer parce qu’il s’ennuie et de l’entendre provoquer Aahron qui préférerait baiser son ex-femme plutôt que d’être avec nous ! J’en ai marre de jouer la troisième roue de la putain de mobylette avec Charlie et Samuel ! J’en ai marre d’avoir rien d’autre à faire que penser à c’qui est arrivé à mes parents ! » s’exclama encore Aidan, ne se souciant même plus vraiment que l’adolescente l’écoute ou pas « J’ai besoin d’me changer les idées et j’pensais qu’ici ce serait possible ! J’pensais que Joshua était mon pote mais il m’a pas adressé plus de trois mots tout à l’heure ! Et plus j’y pense, plus j’me dis qu’il m’a jamais vraiment parlé ! Toi non plus tu m’parles jamais, ou alors c’est seulement pour te foutre de ma gueule et me faire sentir comme la dernière des merdes ! Putain, Casey ! J’ai pas tué ton chien ! J’adore tes chiens et je t’ai jamais rien fait ! J’m’excuserai pas pour quelque chose que j’ai pas fait ! Rah et puis allez vous faire VOIR ! J’en ai MARRE de ce bled MOISI ! J’veux rentrer chez moi et oublier tout ça mais j’suis bloqué ici parce que vous avez tué mes parents ! »

    Il y eut un silence immobile. Casey avait disparu dans la grange à présent et Aidan ne pouvait la voir. De toute façon, ses yeux étaient à présent brouillés par quelques larmes qu’il peinait à contenir et il n’y voyait plus clairement.
    Le petit blond se détourna, renifla bruyamment et essuya ses yeux entre on pouce et son index, avant de croiser les bras sur sa poitrine qui se soulevait de manière saccadée. Il fallait qu’il garde son calme et parvienne à se maitriser. Il ne ferait pas le plaisir à Casey de craquer devant elle.
    D’ailleurs, il allait partir. Voilà, il allait retourner chez lui, à Grayson. Dans cette grande bâtisse qui le terrifiait. Son nouveau chez lui…

    Pourtant, il ne bougea pas, son visage tourné vers les bois alentours qu’il ne voyait même pas vraiment, les mâchoires crispées et la gorge douloureusement nouée. Tout ça était trop nul ! Il était venu s’excuser auprès de William en caressant l’espoir qu’il accepte de le reprendre et c’était ce qu’il avait fait. Aidan s’en était senti soulagé, heureux, et Casey venait de tout gâcher gratuitement.
    Il la détestait.

    Alors qu’il reniflait une seconde fois, tournant toujours le dos à la grange où il avait vu l’adolescente s’échapper, une musique s’éleva, étouffée. Aidan fronça ses sourcils clairs, intrigué, et il lui fallut un bon moment pour comprendre qu’elle provenait de l’intérieur de sa poche. Il s’agissait de la musique du générique d’un vieux programme télévisé, Twilight Zone. C’était la sonnerie de son portable. Celle qu’il avait programmée quand Aahron cherchait à le joindre.
    C’était la première fois que l’appareil fonctionnait ici et Aidan en fut tellement surpris qu’il en oublia ses récents éclats de voix. Et en oublia également de répondre…

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mer 09 Mar 2011, 20:44

    C’était l’horreur totale…
    La brouette dans les mains, Casey s’était contenté de continuer à marcher droit devant elle sans se retourner, la nuque raide et les joues cramoisies, priant pour qu’il reste là où il était sans essayer de la poursuivre pour lui hurler toutes ces horribles choses à la face. Chaque geste qu’elle faisait lui donnait l’impression d’avoir l’air grotesque et déformées. Elle n’avait plus qu’une envie, c’était se cacher tout au fond d’un trou profond et de ne plus jamais en ressortir de toute sa vie. Alors durant le reste du discours atroce d’Aidan, c’était ce qu’elle avait fait. Elle avait délaissé cette stupide brouette qui n’avait été qu’une simple excuse pour se défiler le plus rapidement possible et l’avait abandonné dans un recoin de la grange. Puis elle était allée se coller contre le haut mur de planche non loin de l’entrée pour continuer d’écouter ce que braillait Aidan, tout souhaitant plus que tout qu’il se taise.

    Si elle s’était doutée une seule seconde que sa petite remarque certes désagréable mais sans réelle méchanceté les mènerait là où ils en étaient à présent, elle se serait sincèrement abstenue. Apparemment pour Aidan, c’était l’affreuse goûte d’eau qui faisait déborder un vase plein à craquer. Malheureusement c’était sur elle qu’il se déversait et elle n’avait aucun endroit ou moyen pour fuir ! Elle se sentait affreusement mal d’assister à une scène pareil, et de devoir entendre les choses qu’Aidan avait à dire. C’était trop personnel, trop intime pour qu’elle supporte l’idée de les entendre. Elle ne savait plus ni où, ni comment se mettre, ni quelle attitude adopter. Elle était rongée par l’angoisse, un peu de colère et de ressentiment aussi bien sûr, mais surtout une détresse cuisante et une trop grosse dose de culpabilité. Casey avait beau être sèche parfois, voir même un peu froide, à l’instar de ses parents et de son frère, elle n’en restait pas moins quelqu’un de foncièrement gentil. Elle détestait l’idée de passer pour la méchante qui réveillait en lui d’horrible souvenirs et pensées, d’être celle qui avait appuyé là où ça faisait mal.
    L’adolescente en était persuadée, plus jamais elle ne pourrait le regarder en face maintenant qu’il avait dit toutes ses choses en sa présence ! Il allait la détester et elle de son côté, n’oserait plus jamais aborder le sujet et s’excuser. Elle n’oserait jamais non plus en parler à qui que ce soit sur terre. Si Joshua n’avait pas été aussi étrange avec elle ces temps-ci, peut-être aurait-elle osé lui en toucher un mot, mais maintenant qu’ils étaient en froid, il était à retirer de l’équation et il ne lui restait donc plus personne à qui confier ce qui la pesait. Suz n’était pas vraiment un choix, elle avait la langue trop bien pendue. Jamais Casey n’allait pouvoir lui raconter qu’Aidan venait d’hurler qu’ils avaient tués ses parents ! C’était impensable. Elle adorait Suz mais elle la voyait mal garder une telle chose pour elle.

    Le soulagement fut grand lorsque la sonnerie du portable du blondinet se mit à retentir dans l’affreux silence qui régnait à présent. Durant quelques instants, Casey cru qu’il n’allait finalement jamais décrocher et répondre, pourtant après plusieurs longues sonneries, la voix d’Aidan s’éleva enfin en un « allo » un peu dubitatif.
    Casey poussa un faible soupir et porta ses deux mains un peu tremblantes à ses joues en feu et son front légèrement humide, histoire de retrouver un peu de contenance.
    Elle espérait qu’Aidan s’en aille après sa conversation au téléphone, et d’un autre côté, elle aurait préféré qu’il reste. Elle aurait souhaité qu’ils se réconcilient, même si elle se sentait totalement incapable d’avoir la moindre discussion pour le moment. Aucune idée de quoi dire, ni de quoi faire, pourtant l’idée de le voir partir et qu’il en reste là lui paraissait plus affreux encore.

    Discrètement, la jeune fille se déplaça de quelques centimètres afin de jeter un œil vers l’extérieur. Aidan était de profil, les sourcils crispés en une étrange expression.
    De son côté, Casey priait pour qu’il la voit et la rejoigne, et priait aussi pour qu’il ne la voit pas et s’en aille…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Jeu 10 Mar 2011, 22:25

    Les mains un peu tremblantes et la gorge sèche, Aidan tira le mobile de sa poche en vitesse après avoir assimilé l’information. Aahron n’avait encore jamais cherché à le joindre depuis leur arrivée, en grande partie parce que son cellulaire refusait de fonctionner à Grayson. Ce que tous ses « nouveaux voisins » semblaient trouver curieux, eux qui pouvaient capter le réseau n’importe où.
    Aidan ne pouvait s’empêcher de songer au pire alors qu’il portait l’appareil à son oreille. Pourquoi son frère l’appelait-il alors qu’il l’avait prévenu quelques heures auparavant qu’il resterait tout l’après-midi à la ferme et ne rentrerait que pour souper ? Il s’était forcément passer quelque chose. Quelque chose de grave.
    C’était d’ailleurs pour ça que son portable fonctionnait après plus d’un mois d’inutilité et de silence. Pour qu’il puisse recevoir la terrible nouvelle qui l’attendait…
    Est-ce que c’était Allie ? Les jumelles ? Est-ce qu’un de ses frères s’étaient fait agresser suite à cette sombre affaire d’incendie ?
    Aidan ne s’étonnerait plus de rien après tout ce qu’il avait vécu ces dernières semaines...

      « Allô ? » parvient-il à prononcer après un raclement de gorge plein d’appréhensions, toujours sous le coup de la surprise
      « Aidan ? Tu m’entends ? »
      « O-oui… »
      « …C’est Aahron »

    Son frère avait l’air bizarre. Il pouvait l’entendre au son de sa voix. Il lui paraissait hésitant, comme s’il cherchait ses mots. Bien qu’il n’en ai prononcé qu’un petit nombre, Aidan le sentait. Ou du moins s’en était-il persuader pour coller aux scénarios catastrophes qu’il venait de s’inventer.

      « Qu’est-ce que tu veux ? » demanda-t-il après un silence suppurant d’angoisse « Il…il s’est passé quelque chose… »

    Voilà, ils y étaient. Il avait raison sur toute la ligne. Quelqu’un était mort. Un de ses frères avaient été massacré à coup de pèche par un malade du coin. Par Nathaniel. Il s’était vengé. Ce fils de pute avait tué son frère ! C’était sûr et certain !!
    Le cœur de l’adolescent semblait vouloir s’échapper de sa poitrine qu’il martelait férocement alors qu’une pierre venait de tomber au fond de son estomac, faisant remonter son contenu vers sa gorge nouée. Ses jambes allaient céder quand il entendrait le nom de celui qui ils devraient enterrer. Quand il entendrait Aahron prononcer le nom du nouveau membre de sa famille que Grayson lui avait arraché…

      « …a dit qu’elle te connaissait alors on l’a laissé entrer »
      « Quoi ? »

    Trop absorbé par ses sombres pensées, Aidan n’avait pas entendu l’explication que commençait à lui donner son frère. Ses oreilles qui bourdonnaient ne l’aidaient évidemment en rien et la réception était mauvaise. Qui était le connard qui s’amusait à faire durer cet abominable suspense ??

      « Cette fille ! Julie ! Elle a dit qu’elle te connaissait ! »

    Aidan écarquilla les yeux. Julie ? Ce prénom fit remonter une foule de souvenirs à la surface. Des souvenirs qu’il avait enfouit à son arrivée à Grayson et semblaient tout droit sorti d’absolument nulle part, d’une autre vie, une autre époque. Julie lui paraissait à des années lumières de là. Et en un sens c’était vrai, elle était loin, mais quelques milliers de kilomètres les séparaient seulement.

      « Julie ? »
      « Oui, Julie, c’est ce qu’elle nous a dit » reprit Aahron qui paraissait agacé à présent « Une petite blonde plutôt mignonne et vraiment très bavarde »
      « Ju… Elle est morte ? » s’étrangla Aidan sans comprendre
      « Quoi ? Non ! Mais tu m’écoutes au moins ? Qu’est-ce que tu fabriques ? »
      « Je…je comprends rien. Oui, je t’écoute. Pourquoi tu parles de Julie ? »
      « Elle dit que tu lui donnes pas de nouvelles et qu’elle devenait folle à Cleveland »
      « Comment elle a eu le numéro de la maison ? » demanda Aidan qui se demandait toujours QUI était mort et avait un mal fou à ce concentrer
      « Quel numéro ? »
      « Le numéro de téléphone ! J’lui ai jamais donné ! »
      « …Mais j’te dis qu’elle est LA ! A Grayson ! Elle est dans le salon en ce moment ! Je suis sorti pour te dire de ramener tes fesses tout de suite ! »

    C’était à n’y rien comprendre. Et d’ailleurs, Aidan n’y comprenait toujours rien du tout !
    Que ferait Julie à Grayson ? C’était impossible ! Il ne lui avait même pas donné sa nouvelle adresse, elle savait juste qu’ils allaient louer une maison dans le patelin, c’était tout ce qu’il lui avait dit.

      « Comment elle m’a trouvé ? » questionna-t-il son frère d’une voix blanche
      « Elle dit qu’elle a demandé en ville et qu’on lui a dit où nous trouver. Mais tu lui poseras des questions toi-même quand tu seras rentré ! » s’agaça Aahron avant de marquer une courte pause et de reprendre d’une voix chargée de doute « C’est bien ta copine ? C’est pas une hystérique qui te harcèle ou quelque chose du genre ? »
      « Non ! Non, pas du tout c’est… Oui c’est ma copine » abrégea-t-il « Mais alors…personne n’est mort ? »
      « …Pourquoi tu voudrais que quelqu’un meurt ? »
      « Je sais pas…Je pensais…Pour rien… »

    Il y eut un silence perplexe avant que son frère reprenne la parole.

      « Bon, tu rentres alors ? Tu veux que je vienne te chercher en voiture ? Oui ce sera sans doute plus rapide comme ça » marmonna-t-il, plus pour lui-même qu’autre chose
      « Je…je sais pas, j’étais en train… Et puis Casey… »
      « Écoute, c’est ton problème, ta copine, alors c’est à toi de gérer ça ! Dis à William que tu dois filer et rejoint moi au bout du chemin, je te récupères en voiture »
      « O…ok… »

    Et avant qu’il ait pu ajouter quoi que ce soit, son ainé raccrocha. Aidan écarta le combiné pour observer son portable d’un air ahuri. Personne n’était mort alors ? Oui, c’était ce qu’Aahron lui avait dit, ça devait être vrai…
    Julie… Mais qu’est-ce qu’elle fichait ici ? Qu’est-ce que c’était que cette journée ??
    Et pourquoi est-ce qu’il n’avait jamais de réseau dans ce bled paumé et nul !

    D’un geste mécanique, Aidan fourra l’appareil dans sa poche à nouveau, sans chercher à savoir comment il avait pu recevoir cet appel. Sans que l’idée même que ce phénomène était étrange ne vienne traverser son esprit embrumé.
    Comme s’il venait de passer en mode automatique, il fit volte face, se tournant en direction de la grange où avait disparue Casey un moment plus tôt. Il ne pouvait quand même pas partir sans la prévenir, si ? Ils s’étaient disputé alors ça ne valait peut-être pas le coup… Et en même temps, il fallait qu’il lui dise que Julie était là. De toute façon, il n’avait plus vraiment le choix puisque ses jambes cotonneuses étaient déjà en mouvement et le portaient vers la bâtisse.

    Il la trouva juste derrière la porte, ses joues habituellement pâles empourprée. Elle replaça une mèche de ses longs cheveux en désordre derrière son oreille puis fourra ses deux mains dans les poches arrières de son pantalon, mal à l’aise. Elle chercha tout de même à soutenir son regard quelques instants d’un air digne, avant de les détourner avec gêne.
    Ils restèrent silencieux un petit moment avant qu’Aidan prenne enfin la parole d’une voix blanche.

      « Aahron va venir me chercher au bout du chemin parce qu’il y a un problème. Mais personne n’est mort, c’est juste Julie alors je peux pas rester parce que c’est mon problème » débita-t-il comme un robot

    …ou un attardé mental drogué, commotionné, sous l’emprise de l’alcool et complètement incohérent.

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Dim 13 Mar 2011, 03:55

    La conversation téléphonique d’Aidan avait semblé duré des heures, et son interlocuteur semblait avoir tout une foule de chose à lui confier car, de là où elle était, Casey n’avait assisté qu’a une majorité de longs blancs attentifs. Par-dessus-ça, difficile d’interpréter la tête que tirait le blondinet. Elle était un peu loin, et surtout, c’était plutôt indéchiffrable comme expression, elle ne l’avait encore jamais vu faire une telle tête depuis qu’ils se connaissaient. Elle avait captés quelques mots par-ci par-là, mais pas assez pour comprendre de quoi il retournait ni s’il s’agissait d’une situation problématique. Elle n’aurait pas le cran de supporter une nouvelle crise en plus de celle qu’elle venait de se prendre en pleine face.

    Si seulement elle avait eut la tête moins vide, elle n’aurait pas eut à se cacher dans cette fichue grange comme une gamine, avant de faire dépasser la moitié de sa tête dans l’espoir qu’il fasse lui-même l’effort d’aller vers elle et pas l’inverse. C’était lâche et relativement puérile et elle le savait très bien, seulement elle n’avait pas le cran d’être plus courageuse. Elle se sentait incapable d’affronter le moindre face à face après une dispute.
    Pourtant, son truc, c’était l’écriture, et il lui arrivait sans arrêt de mettre en scène toute une batterie de personnages extrêmes en plein conflit de toutes sortes. Pourquoi y arrivait-elle lorsqu’il s’agissait de la fiction et pas lorsqu’il était question de la réalité ? Elle connaissait la théorie, et se trouvait être complètement nulle en pratique. Elle était terriblement vulnérable à la pression et aux regards extérieurs, c’était son grand problème et elle le savait. Toute sa belle théorie s’évaporait comme une flaque d’eau au soleil lorsqu’elle devait affronter une situation de la vie courante. Joshua avait prit toute l’assurance, et ne lui avait laissé que l’imagination.

    Du coup, lorsqu’Aidan eut raccroché et rangé son téléphone, elle pâli de le voir venir dans sa direction. Elle n’attendait pas mieux et en même temps, elle avait envie de se planquer comme une débile. Elle avait envie de courir et de piétiner en cherchant une cachette, puis de finalement sauter dans le foin comme dans les films. Ridicule.
    Mais au lieu de ça, elle resta dans son parfait petit rôle de gourde, et se contenta de rester figer sur place en se maudissant elle-même de toutes ses maigres petites forces.
    Et elle ne fut pas plus avancée lorsque le jeune homme déboucha enfin dans la grange pour se planter devant elle et lui débiter une phrase qui n’avait absolument aucun sens. Ou alors était-ce elle qui n’avait pas reçu les mots dans le bon ordre, toute retournée qu’elle était ?
    Non, ça venait de lui car il avait vraisemblablement l’air tout aussi largué qu’elle, ce qui ne fit qu’accroitre ce désagréable sentiment de culpabilité mêlé de malaise et d’agacement profond.
    Indécise sur le ton a employé, ou la posture à adopté, Casey se contenta de rester bras ballants, la bouche déformée par une petite grimace angoissée.
    Le cœur battant un rien trop fort, les mains moites, elle du s’y reprendre à trois fois au moins avant de répliquer enfin.

    « … Oh… » lança-t-elle en se grattant la tête à travers sa casquette « ok »

    Elle n’avait pas tout comprit, certes, mais elle avait tout de même saisi qu’Aidan s’en allait. La bienséance poussait à lui demander pourquoi, elle s’exécuta donc plus ou moins…

    « … c’est rien de… rien de grave j’espère ? Julie c’est… c’est la femme de ton frère nan ? »

    Était-ce vraiment Julie ? Non maintenant qu’elle le prononçait tout haut elle savait que Julie n’était pas la métisse mariée à son aîné, c’était une autre fille, mais qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Dim 13 Mar 2011, 14:14

    Est-ce qu’il avait déjà eu aussi chaud ? La réponse était oui, évidemment, lors de ses entrainements. Il avait l’impression de sortir d’une salle de sport et se sentait poisseux, fébrile, épuisé. Son cœur cognait avec force dans sa poitrine et sa respiration était restée saccadée depuis qu’il avait décroché le téléphone.
    Julie était en ville. Sa Julie était à Grayson, actuellement en compagnie d’Aaron et certainement du restant de sa famille. Famille qui n’avait pas la moindre petite idée de qui elle pouvait bien être. Aidan se sentait ridicule à présent de ne jamais l’avoir mentionnée à ses frères. Enfin il y avait bien eu cet échange avec Samuel qui avait tourné en dispute. Ca avait d’ailleurs été la seule autre fois où son téléphone avait bien voulu fonctionner. Sa petite amie avait cherché à le joindre mais il avait refusé son appel et avait été incapable de la joindre par la suite. Mais quand Sammy lui avait demandé qui était cette fameuse Julie, il avait détourné la conversation et noyé le poisson. C’était stupide ! Pourquoi avait-il fait ça ?

    Et pourquoi était-elle là ?
    Bien sûr, il connaissait la réponse à cette question aussi stupide que l’avait été con comportement envers elle. Julie voulait de ses nouvelles. Il avait bien tenté de la joindre grâce aux ordinateurs de la bibliothèque mais ils avaient toujours refusés de fonctionner. Il avait voulu lui écrire une lettre pour répondre à celle qu’elle lui avait faite parvenir, mais n’avait pas su trouver les mots. Ce qui tait un comble pour un auteur comme lui…
    Qu’est-ce qu’i lallait pouvoir lui dire maintenant qu’elle allait se présenter devant lui, en chair et en os ? Qu’allait-il dire à ses frères ? Est-ce qu’ils allaient être vexés ou se moquer qu’il leur ait cachée son existence et la nature de sa relation avec elle ?
    Pendant des années, il les avait laissé penser qu’il avait peut-être des tendances homosexuelles, du moins, il ne prenait plus vraiment la peine de démentir. Il n’avait jamais utilisée la jeune femme pour se justifier et ne la leur avait jamais présentée. Sans vraiment savoir pourquoi…
    Encore que, si, quelque part, il le savait bien mais refusait de l’admettre.

    Mais la voix de Casey le raccrocha un peu à la réalité et l’arracha au tourbillon de pensées qui le traversaient. La femme de son frère ? Décidément, l’adolescente n’écoutait jamais un traitre mot de ce qu’il pouvait dire…

      « Non, Julie c’est… Enfin c’est pas la femme de mon frère » finit-il par répondre dans un raclement de gorge nerveux « En fait, aucun de mes frères est marié parce qu’Aahron a divorcé et Allie et Isaac sont juste fiancés. Ils devaient se marier mais on venait d’enterrer mes parents alors ils se sont dit que c’était pas trop le moment mais maintenant je crois qu’Allie aimerait bien le faire avant la naissance des jumelles. Je crois qu’Isaac aussi veut ça mais j’ai pas encore pris le temps d’en parler avec eux, parce que franchement, ça me regarde pas et toi non plus »

    C’était n’importe quoi. Aidan avait parfaitement conscience que les propos qu’il tenait, bien que censé dans le fond, n’étaient pas à leur place dans cette conversation. Et il savait aussi qu’il évitait de répondre à la véritable question de Casey à savoir : qui était cette fameuse Julie.
    Pourquoi était-il toujours incapable de formuler cette phrase à voix haute ? Pourquoi ne pouvait-il pas simplement dire : c’est ma petite amie, elle voulait m’accompagner à Grayson mais j’ai refusé. Pourquoi ? Oh parce que ça aurait été compliqué d’expliquer à tout le monde pour quelle obscure raison je la leur cache depuis près d’un an maintenant…

    Peut-être que Casey se contenterait de ça. Peut-être qu’elle se contenterait d’acquiescer et alors il pourrait faire demi-tour et retrouver Julie dans la vieille baraque qu’ils louaient pour l’été. Sauf que c’était bine la dernière chose qu’il avait envie de faire et ses jambes pourtant cotonneuses lui paraissaient soudain être en plomb. Elles refusaient de lui obéir et restaient enfoncées dans le sol.
    Il fallait bien qu’il fasse quelque chose pourtant ! Il ne pouvait pas rester là, planté comme un imbécile devant Casey qui le fixait. Mais quoi alors ?
    Et puis ils étaient censés être fâchés tous les deux, non ? Alors pourquoi est-ce qu’il n’arrivait pas à bouger et ne ressentait aucune colère envers elle ? Pourquoi est-ce qu’il avait au contraire envie de rester à ses côtés, même si c’était pour simplement la regarder en silence ?

    Et avant qu’Aidan comprenne comment son cerveau avait fait pour arriver à la conclusion que c’était la meilleure des choses à faire dans sa situation, le petit blond tendit ses mains pour saisir le visage de Casey. Il l’attira vers lui en s’avançant également pour plaquer ses lèvres sur les siennes avec fougue. Il n’avait aucune idée de ce qu’il faisait, ce n’était ni particulièrement agréable, ni prémédité, il était simplement en train de le faire et n’envisageait pas d’arrêter. Casey ne réagissait pas vraiment mais il s’en moquait. Tout ce qui comptait, c’était de ne pas avoir à répondre à sa question et de ne pas avoir à partir pour affronter la suite de cette éprouvante journée.

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Lun 14 Mar 2011, 00:07

    Tout ça ne lui expliquait absolument pas qui était Julie. Il lui avait expliqué qui elle n’était pas, mais en réalité c’était l’inverse qu’elle attendait. Bien qu’en réalité elle n’attendait pas spécialement de réponse en fait. Elle avait dit ça plus pour montrer pate blanche. Elle avait prit soin de s’adresser à lui d’un ton où l’animosité avait complètement disparu, pour qu’il comprenne qu’elle n’avait pas l’intention de lui faire la tronche (juste de l’éviter pour la nuit des temps). C’était aussi un excellent moyen de changer de sujet. Seulement au fond elle s’en fichait pas mal. Elle n’eut pas non plus le temps de se mettre à s’y intéresser pour de vrai. Peut-être qu’avec quelques petites secondes de réflexions en plus, histoire de se ressaisir un peu mieux encore, la jeune fille aurait fini par se poser de vraies questions sur l’identité de la fille dont parlait Aidan. Seulement le jeune homme l’avait interrompu. Avec sa bouche, mais en restant silencieux.

    Jamais, de toute sa vie, ce genre de situation ne lui était arrivé.
    Jamais.
    Aucun garçon ne l’avait jamais embrassé de cette manière.
    Peu de garçons l’avaient embrassés tout court d’ailleurs, et ce, peu importe la situation. Elle n’était pas vraiment le genre de fille à avoir du succès, elle était trop passe-partout pour ça, trop timide et trop taiseuse.
    C’était carrément trop irréel pour être vrai. Aidan était beau, grand, chanteur, danseur et musicien, troublé par un passé douloureux et la perte de ses parents, venu tout droit de sa grande ville pour y retourner après l’été. Il ressemblait à un personnage de roman.
    Elle ne l’avait jamais vu sous cet angle avant qu’il ne l’embrasse évidemment, tout ça ne lui apparaissait que maintenant. Avec ce baiser fougueux échangé dans une grange après une dispute plutôt affreuse. Elle avait écrit ce genre de scène un bon millier de fois déjà, en rêvant secrètement qu’un truc comme ça lui arrive un jour, tout en sachant pertinemment que ça ne serait jamais le cas.

    Et pourtant…

    C’était tellement irréel que l’adolescente ignorait même comment répondre à tout ça. Pourquoi est-ce qu’il l’embrassait ? Comment devait-elle réagir ? Est-ce qu’elle devait rentrer dans son jeu et lui rendre son baiser ? Peut-être que d’un côté, elle en avait envie, sauf qu’elle n’avait pas le cran d’assumer ce genre d’audace. Si elle passait ses bras autour de son cou, si elle donnait l’impression d’aimer ça, alors… et bien, forcément, Aidan allait le savoir et elle en tremblait d’avance. Jamais elle n’oserait passer le pas, pas de cette manière en tout cas.

    Elle ne pouvait décemment pas rester planter là comme enracinée dans le sol, les bras ballants. Si elle ne rompait pas le contacte, son cœur allait exploser de toute façon.

    Casey choisi donc la troisième option, et au bout de quelques longues secondes de ce baiser étrange, elle réagit enfin et le repoussa avec rudesse.
    Le geste avait été dur, pourtant son expression était plutôt interloquée. Elle essuya vivement sa bouche d’un revers de main et poussa un long soupir, les joues brûlantes, la respiration courte et l’estomac papillotant.

    Un silence bizarre chercha à se taper l’incruste, seulement elle l’en empêcha en se forçant à prendre la parole.

    « … tu… mais… ça… ça va pas ou quoi ? » prononça-t-elle d’une voix fébrile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Lun 14 Mar 2011, 12:01

    Aidan avait sans doute l’air encore plus surpris que Casey par ce baiser très peu torride qu’il venait d’échanger avec elle. Ca avait été plutôt lamentable en fait et il n’était pas certain qu’on puisse qualifier ce qu’il venait de faire de baiser…
    Les yeux écarquillés, le cœur battant, il soutint le regard accusateur de la jeune femme qui tremblait de colère ou d’il ne savait quoi face à lui. Une fois encore, les mots lui manquèrent pour lui expliquer ce qui venait de se passer et justifier son acte désespéré, puisque c’était de cela qu’il s’agissait. Un acte stupide et désespéré. Et en même temps, il devait bine avouer qu’il y avait pensé une ou deux fois par le passé… Des pensées toujours fugaces qu’il écartait sans vraiment se poser plus de questions. C’était une fille et c’était ce que faisait les garçons quand ils voyaient des filles : ils pensaient à ce genre de choses, il n’y avait rien d’anormal là-dedans, même si on considérait que le garçon y songeait toujours au moment où elle se montrait désagréable avec lui.

    Le silence qui s’était installé depuis la réplique prononcée à voix basse par Casey se prolongea encore un peu, suppurant d’attente et de tension. Il aurait aimé pouvoir simplement tourner les talons et se détourner d’elle sans une explication, juste comme ça, mais c’était impossible. Il lui devait bien ça et surtout, Aidan était toujours incapable du moindre mouvement.
    En revanche, il réussit enfin à prendre la parole. Et ce n’était pas peu dire, c’était comme si quelqu’un venait d’ouvrir les vannes d’un réservoir de mots qui s’écoulaient maintenant librement, en un flot incontrôlable, et s’échappaient dans toutes les directions possibles…

      « J’suis vraiment désolé, je voulais pas faire ça ! Je sais pas ce qui m’a pris, j’étais là et t’étais là et alors j’ai trouvé que c’était la seule chose à faire ! Ca m’paraissait être la meilleure option sur le coup, j’en sais rien ! Je sais que c’était stupide ! J’ai même pas réfléchi, je voulais pas faire ça ! Si j’avais réfléchi j’aurai pas fait ça, tu l’sais bien ! »

    Le jeune homme leva ses bras et les croisa sur sa tête, fixant toujours Casey de ses yeux exorbités par la panique. Quiconque les aurait surpris à cet instant aurait pu penser que c’était Casey qui venait de faire quelque chose de terrible et incongru. Quelque chose comme se jeter sur sa bouche pour essayer de l’embrasser…

      « C’est pas contre toi, j’te jure ! C’est juste que j’ai paniqué, d’accord ? Ca arrive à tout el monde de paniquer, non ? Ca t’est jamais arrivé à toi peut-être ? J’oubliais que tu étais un modèle de perfection ! » l’accusa-t-il, changeant de ton et d’attitude

    Casey ouvrit la bouche pour répliquer, visiblement scandalisé par ses sous entendus. Mais il se reprit bien vite, réalisant l’énormité de ses propos.

      « Excuse-moi, c’est pas ce que je voulais dire, j’ai…Rah ! » ragea-t-il en se détournant enfin, frustré au plus haut point. Après un instant, il refit volte face, les mains sur ses hanches et l’air contrarié « J’sais vraiment pas ce qui m’a pris, ok ? On a qu’à dire que…que j’ai… que j’ai eu une insolation ! Parce que c’est clair que si j’avais pas eu d’insolation j’t’aurai jamais embrassée ! C’est logique ! …Enfin j’dis pas que t’es pas embrassable hein, c’est pas du tout ce que je dis parce que tu sais bien que tu es jolie et tout ça, mais j’m’y serai pas pris comme ça ! Enfin j’m’y serai pas pris du tout parce qu’on est même pas amis alors ça aurait été trop bizarre ! Enfin non parce que des gens qui sont pas amis peuvent d’aimer et s’embrasser ! C’est pas interdit, c’est même normal mais nous c’est différent parce que tu m’détestes » tenta de s’expliquer Aidan avant de laisser échapper une exclamation ennuyée, son regard désespéré braqué vers Casey qui se demandait sans doute à quel moment elle pourrait en placer une et l’incendier

    Parce que c’était ce qu’elle prévoyait de faire, il en était certain. Et qui aurait pu la blâmer après ce qui venait de se passer ? Surement pas lui… C’était presque un viol ! Il avait violé l’entré des lèvres de Casey, c’était un crime odieux. Mon Dieu, il avait violé Casey… William et Joshua allaient le tuer. Chacun leur tour.

      « Je voulais pas faire ça, d’accord ? C’était stupide mais je savais pas quoi faire d’autre, j’ai paniqué » répéta-t-il, au cas où elle n’aurait pas entendu les cinq premières fois « C’est la faute de Julie tout ça ! ….Oh non, Julie… Qu’est-ce que j’ai fais ? » réalisa-t-il en pensant à sa petite amie qu’il allait retrouver dans moins d’une quinzaine de minutes « Pourquoi est-ce qu’il faut toujours que je fasse ça ? »

    Et sans plus vraiment accorder d’attention à Casey, il se recula jusqu’à la parois boisée de la grande la plus proche et se laissa tomber, gardant ses genoux relevés devant lui.

      « C’est n’importe quoi ! » s’exclama-t-il avant d’enfin se taire

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mar 15 Mar 2011, 22:02

    L’avantage de cette situation, si on pouvait appeler ça un avantage évidemment, c’est que maintenant qu’Aidan l’avait embrassé, il était plus gêné qu’elle.
    Ca avait été son idée, c’est lui qui était passé à l’action comme un sauvage, elle n’avait rien à se reprocher dans ce cas-ci ! … Du moins, elle en était quasiment persuadée.
    Du coup, maintenant qu’Aidan était ‘prit en faute’, du moins en quelques sortes, son propre malaise se faisait moins cuisant. Doucement mais sûrement, Casey reprenait un peu ses esprits et le contrôle d’elle-même. Son cœur commençait enfin à se calmer, ses pensées s’apaisaient et la chaleur intense et insupportable qu’elle avait ressentit s’atténuait un rien, laissant le soleil cuisant faire le travail tout seul.
    Une ou deux respirations bien profondes là-dessus, et on n’y verrait plus que du feu. Du coup, tandis qu’Aidan se perdait en un interminable monologue d’excuses confuses et même un peu agressives par moment, elle s’employait à se calmer le plus rapidement possible.

    La dernière exclamation courroucée d’Aidan termina de la ramener sur terre, la faisant même un peu sursauter. Elle cligna des yeux plusieurs fois et poussa un dernier soupir. Sourcils froncés, elle secoua la tête de droite à gauche, son regard chargé d’incompréhension braqué sur le blondinet qui bouillonnait devant elle.

    Elle avait tout de même écouté tout ce qu’il venait de déblatérer évidemment, et la conclusion, c’était qu’il était totalement paumé. Ca, elle n’avait pas besoin qu’il le lui explique, franchement, elle le constatait très bien toute seule.

    « C’est bon Aidan, c’est bon » grimaça la jeune femme d’un ton contrarié « N’en fais pas tout un drame »

    Elle se racla la gorge et croisa les bras sur sa poitrine. Elle prit quelques secondes pour l’observer encore un peu.
    Il avait beau tenir un discours complètement décousu, s’être montré grossier plus souvent qu’à son tour, avoir fait preuve d’un culot sans limite en l’embrassant comme ça, et avant ça, en hurlant comme un possédé, Casey devait bien avouer qu’elle avait du mal à lui en vouloir.

    Elle ne savait pas vraiment pourquoi d’ailleurs. D’un côté, elle était agacée, et elle avait très envie de se montrer froide et de profiter de la faiblesse d’Aidan pour se venger de l’avoir insulté un peu plus tôt. D’un autre côté, le plus gros côté manifestement, elle devait bien avouer qu’elle se sentait un peu désolée pour lui. Dans sa colère, il s’était finalement montré très honnête sur sa vie, et l’adolescente avait constaté que c’était une sacrée mauvaise période pour lui. La mort de ses parents, les difficultés avec ses frères, sa présence ici, puis cette Julie qui semblait le chambouler maintenant, bref, Casey était quelqu’un de gentil, elle ne pouvait décemment pas se montrer insensible face à tout ça. C’était plus fort qu’elle. Alors même s’il avait une manière plutôt affreuse d’exprimer sa détresse, elle partait du principe qu’on ne frappait pas un homme à terre.
    Surtout que contrairement à ce qu’il pensait, elle ne le détestait pas du tout, mais il n’était pas encore assez au fond du gouffre pour qu’elle le lui dise. Pas maintenant en tout cas. Il venait tout de même de l’embrasser sans permission, c’était du jamais vu pour elle !

    « Ecoute, c’est pas grave, ok ? » reprit-elle sur un ton plus doux « … on n'a cas dire… on n'a cas rien dire du tout. C’est pas grave. On… on en parle plus et … juste, voilà »

    Elle avait ponctué sa phrase d’un bref rictus qu’elle avait essayé de rendre rassurant et détendu. Ca n’était pas tout à fait ça, mais elle avait fait son maximum pour lui faire comprendre qu’ils passaient l’éponge. Le mieux serait qu’a l’avenir, ils fassent comme si rien de tout ça n’était arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mer 16 Mar 2011, 11:05

    Il avait envie de pleurer. Pas seulement parce qu’Aidan se sentait rongé par la culpabilité (pas vraiment à cause du baiser mais plutôt vis à vis de Julie), que sa vie était nulle et qu’il était un sombre crétin. Non, même s’il était à pleurer, c’était l’attitude de Casey qui lui donnait envie de se laisser aller et d’évacuer toutes ces larmes qui brûlaient ses yeux déjà rougis. C’était ridicule, d’autant qu’elle n’était pas si gentille que ça, ni si compréhensive. Elle passait juste l’éponge sur le baiser qu’ils venaient d’échanger et il voulait pleurer de reconnaissance.
    Du grand n’importe quoi.
    Tout ça, c’était la faute de son père qui avait dépourvu ses frères de sensibilité et avait relâché sa vigilance au moment de sa conception ! Il lui avait refilé toutes les larmes qu’il avait épargnées au restant de la fratrie et le plus jeune se les tapait toutes à présent ! Et il fallait bien qu’il les évacue, non ?

    Aidan renifla discrètement et tamponna furtivement ses yeux humides des paumes de ses mains, le regard fuyant. Il demeura silencieux un moment, entourant ses genoux de ses bras en fixant le sol de la grange sans vraiment le voir.
    Après un nouveau reniflement un peu moins discret et un soupir qui fit gonfler ses joues, il parvint à se ressaisir. L’adolescent leva ses yeux vers Casey qui guettait toujours ses réactions, visiblement embêtée pour lui. C’était pire que tout, elle le trouvait sûrement débile et avait pitié de lui ! Le petit citadin désespéré qui embrasse la seule fille du village qui ne s’intéresse pas à lui… Enfin il n’était pas certain que ce soit vrai. De là à dire qu’elle était certainement folle amoureuse de lui il y avait un monde, mais à présent il était certain de ne pas la laisser totalement indifférente.
    Et c’était une très mauvaise chose. Parce qu’il y avait Julie. Julie qu’il oubliait constamment et dont il n’arrivait même pas à se rappeler l’odeur.

      « Ce serait bien… J’aimerai bien ça » finit-il par répondre

    Il resta immobile un moment, avant de pousser un nouveau soupir et d’entreprendre de se remettre debout. Exercice qui se révéla plus difficile qu’il ne l’avait escompté mais il y parvint tout de même, laissant échapper quelques grognement d’effort. Une fois sur ses pieds, il refit face à Casey, grimaçant d’un air mal à l’aise en triturant nerveusement ses mains qu’il faisait mine de débarrasser de quelques saletés.

      « Tu…tu l’diras pas à Joshua non plus, d’accord ? Parce qu’il aimerait vraiment pas ça et…et enfin ton frère me faire un peu peur »

    Il venait de l’embrasser, il pouvait bien s’adonner à quelques confessions, non ? Enfin la véritable confession aurait été de lui parler de Julie en des termes un rien plus clairs que ce qu’il avait fournis jusque là, mais il n’en était franchement pas capable pour l’instant.
    La jeune femme consentit à sa demande d’un signe de tête avant que le silence ne reprenne ses droits.

      « Et tu…tu voudrais pas me raccompagner jusqu’à la route aussi ? On n’est pas obligé de parler ni rien, mais j’aime pas trop tes bois non plus alors… »

    La jeune femme haussa une épaule pour lui signifier que ça lui était égal et, après un court moment d’hésitation, Aidan en tête, ils se mirent en route d’un pas tranquille. Aucun d’eux ne chercha à faire la conversation pendant le trajet. Ils se contentèrent de marcher côte à côte et d’échanger quelques regards gênés de temps à autre.
    La Volvo de location était déjà garée sur le bord de la route 169, Aahron à son bord. Il n’avait vraisemblablement pas perdu une seconde pour se mettre en route… Et avait l’air furieux.

    Ils se saluèrent rapidement et Casey reparti en direction de la ferme après avoir échangé un signe de la main et un sourire avec son frère. Prenant une grande inspiration, sans vraiment savoir ce qu’il faisait et redoutant ce qui l’attendait, Aidan s’avança pour monter dans la voiture qui le conduirait jusqu’à Julie… Sa petite amie.
    Il avait plus que jamais envie de pleurer sur son propre sort.


Arrow to be continued

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   

Revenir en haut Aller en bas
 

03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation  :: GRAYSON :: WASHINGTON STREET :: ferme des Ferguson-
Sauter vers: