AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ROAD TO SALVATION FERME SES PORTES APRES TROIS ANS D'AVENTURE ! N'oubliez pas de vous joindre à nous pour l'après-midi chatbox dimanche 18 novembre à partir de 13h ! svp et d'y laisser un commentaire de préférence.

Partagez | 
 

 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mer 16 Fév 2011, 11:47

    Aidan expira longuement tout l’air qu’i lavait emmagasiné dans ses poumons, les paupières closent et la tête entre ses genoux relevés. Il en était déjà à sa deuxième pause forcée depuis qu’il s’était mis en route pour la ferme des Ferguson. Le jeune homme se sentait ridicule et en même temps, il fallait qu’il fasse avec ses vertiges… Il aurait préféré que la chaleur soit responsable de son état mais ce n’était pas le cas. C’était la pression qu’il se mettait depuis le matin qui l’avait obligé par deux fois à s’arrêter au bord du chemin en attendant que les battements affolés de son cœur ralentissent et que son souffle se régule pour que les petites lucioles noires qui voletaient devant ses yeux se dispersent enfin.
    Le petit blond agrippa quelques brindilles d’une herbe épargnée par le soleil pour les jeter rageusement sur le chemin de terre qu’il empruntait, à l’abri des arbres du bois entourant la ferme des Ferguson.

    Prenant une dernière inspiration pour se donner du courage, le garçon se remit sur ses pieds prudemment puis recommença à marcher d’un pas tout sauf décidé vers la propriété qu’il apercevait au loin. A vrai dire, s’il avait progressé plus lentement, il serait probablement revenu sur ses pas…

      « Ce sera pas si terrible » se répéta-t-il pour la troisième fois « Tout c’que t’as à faire, c’est dire bonjour, t’excuser et puis dire au revoir. Et arrêter de parler tout seul parce que c’est vraiment très bizarre… voire complètement flippant. T’as l’air d’un dingue ! Tu veux avoir l’air dingue devant Willam Ferguson ? Non ? Alors la ferme ! T’entends ? »

    Un petit sourire amusé vient étirer les lèvres encore pâles du jeune homme mais n’y demeura pas bine longtemps. Son estomac ne se dénouait pas malgré les insultes qu’il pouvait s’adresser pour se raisonner. Il avait l’impression désagréable d’être sur le point de passer le casting de ses rêves, de jouer son destin tout entier alors qu’il voulait simplement s’excuser auprès du maire de Grayson pour l’attitude qu’il avait eu le matin du montage de la piscine. Rien de bien dramatique. Pourtant avec Aidan, tout prenait des proportions…eh bien disproportionnées ! Lamentable.

    Un soupir mêlant lassitude et énervement lui échappa tandis qu’il quittait l’orée des bois pour s’engager sur le large chemin de terre qui menait à la ferme. Cela dit, il n’aurait pas à pousser jusqu’à la bâtisse puisque de là où il était, le petit blond pouvait déjà apercevoir la silhouette familière de William. Bien entendu, ses joues s’empourprèrent immédiatement, la température sembla grimper en flèche et son cœur s’accéléra… Ridicule.
    Aidan ne savait même pas vraiment pourquoi il venait s’excuser. Enfin si… il le faisait parce qu’il s’était attaché aux Ferguson et que trainer avec Joshua (mais surtout Casey) lui manquait un peu et qu’il en avait déjà marre de tourner en rond. Encore que ses derniers jours avaient été bien remplis, mais c’était une autre histoire et ses occupations n’avaient absolument rien eu de fun. Trainer avec des gens de son âge en revanche, ça c’était fun !
    Et puis le maire avait toujours été réglo avec lui et le minimum qu’il lui devait, c’était une explication, voire des excuses.

    Fort de cette pensée, Aidan gonfla sa poitrine de courage et s’avança vers William qui venait de le repérer et s’immobilisa pour le laisser venir à lui. Essayant de canaliser son stress, le garçon avala les derniers mètres qui les séparaient, les mains enfoncées dans les poches de son jean, le regard fuyant. Une fois à sa hauteur, il laissa passer un silence avant de prendre la parole d’un ton plus ou moins assuré. Plus ou moins…

      « Hem…J’espère que je vous dérange pas, j’passais juste… enfin dire bonjour et tout ça. Alors… bonjour… »

    C’était un bon début. Commencer par le saluer était une très bonne chose et il ne lui avait ni vomi dessus, ni ne s’était évanoui. Youhou…

      « C’était aussi pour savoir comment ça allait… et tout ça… »


....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mer 16 Fév 2011, 16:57


    La température était restée clémente durant de longues heures après que le Maire de Grayson se soit levé à l’aube. Maintenant que midi approchait doucement, le soleil se faisait brûlant.
    Pourtant la simple idée de s’arrêter de travailler agaçait William. Depuis ce fichu incendie, c’était plus fort que lui. Sa tête était prise par tellement de pensées angoissantes et compliquées que seul le travail physique réussissait à l’apaiser. Une sorte de rage intérieure bouillonnait sans discontinuer dans sa poitrine et si il n’avait pas eut le boulot à la ferme pour s’occuper les mains et la tête, William étai près à parier qu’il aurait perdu son légendaire calme, et aurait certainement fait quelque chose d’idiot et d’irréfléchi. Car c’était bien de la vengeance qu’il ressentait s’agiter et lui nouer l’estomac. S’attaquer à un enfant c’était méprisable. Si méprisable que le Maire avait bien envie d’envoyer tout balader pour rentrer dans le tas. Un peu à la manière des Donnelly.
    D’ailleurs pour ce qui les concernait, il avait eut bien du mal à ne pas tomber dans la facilité. Il avait eut bien du mal a ne pas les blâmer pour ce qui s’était passé dans le parc. Car après tout il savait pertinemment que tout cela était en rapport avec eux et leur présence.
    Mais il avait tant bien que mal réussit à dépasser cela, et a voir la situation dans son ensemble. Ca n’était pas les Donnelly non, c’était eux les coupables. Encore et toujours, depuis des décennies. Plus encore, c’était Lui.
    William avait dédié sa vie à cet endroit, aujourd’hui c’était terminé. Et s’Il avait voulu le dissuader de le trahir, Il s’était fourvoyé. Maintenant plus que jamais, Will était intimement persuadé d’avoir fait le bon choix.
    Ce qu’il devait réussit à faire maintenant, c’était l’assumer, et assumer cette peur dévorante qui le consumait. La peur d’être responsable de plus de morts encore. La peur de perdre un membre de sa famille car la preuve était faite désormais que le risque était réel.
    William se fichait de cette stupide enquête menée par le shérif et l’inspectrice Sallander, ça n’allait aboutir à rien. Lui, il savait qui était coupable.
    C’était Lui. Ce menteur. Ce lâche. Ce gros lâche qui s’attaquait aux enfants au lieu de se montrer, de se dévoiler et de lui faire face.

    Alors, épuisé mentalement par toutes ces pensées, William exorcisait sa rage dans le travail. A la ferme de toute façon, il y en avait toujours, c’était un cycle sans fin. Tant mieux.
    Pour l’heure, la chaleur de l’été avait desséchée la terre. Résultat : les piquets qui délimitaient l’enclos des chevaux s’étaient déchaussés et certains étaient tombés. Maintenant qu’il faisait bien trop chaud, Will avait conduit les trois animaux à l’intérieur de la grange, dans leurs box respectifs. Puis il avait démonté le quart de la clôture pour remplacer les piquets et les fixer convenablement dans le sol. La dernière chose dont il avait besoin en ce moment, c’était d’un cheval dans la nature, perdu dans les bois.

    Dans un soupir, l’homme essuya d’un révère de main quelques perles de sueurs sur son front. Se redressant pour agripper sa bouteille d’eau qu’il avait mit à l’ombre, il distingua une silhouette.
    Il reconnu directement Aidan. Et il fallut un court moment à William pour chasser ce léger tintement d’agacement qui vibrait sournoisement dans sa poitrine. Ne pas se laisser aveugler par la facilité. Ca n’était pas la faute de ces garçons. Il poussa donc un nouveau soupir, histoire de remettre ses idées en place et d’adopter un visage neutre.
    Ses yeux délavés plissés par le soleil, il laissa le jeune homme venir à lui, un pied sur sa fourche, sa bouteille d’eau dans les mains. Une chose était certaine, Aidan était mal à l’aise. William ne put s’empêcher d’être légèrement attendrit par cette constatation.

    Il baissa la tête pour dissimuler un très faible rictus amusé, puis se racla la gorge et jeta sa bouteille d’eau dans la brouette qui reposait à un mètre de lui.


    « … En tout cas … ça ne va pas mal je suppose » répliqua-t-il d’un ton monocorde comme à son habitude « On a… évité le pire. Donc je ne vais pas me plaindre »

    C’était loin d’être vrai. Mais c’était Aidan qu’il avait devant lui, pas Aahron. Aidan était encore un enfant, il n’avait donc pas à être mêlé à ce genre de chose. Tout comme Joshua et Casey. Par contre, William pensait de plus en plus à croiser son aîné. Il n’avait pas encore osé aller à sa rencontre de peur des représailles, mais il méditait déjà son discours… encore et encore. Tout ce dont il manquait c’était d’un peu de cran. De beaucoup de cran même.

    « Tu ne me dérange pas non. Tiens moi ça mon garçon. » reprit le Maire un ton plus haut avant de tendre au jeune homme sa bèche et l’ancien piquet de bois qu’il venait de ramasser.

    Il se dirigea ensuite vers la brouette pour en prendre un nouveau qu’il s’acharna ensuite à enfoncer le plus profondément possible dans le trou précédemment creusé.


    « On ne t’as plus vu ici depuis un moment… » reprit le fermier entre deux grondements d’effort.

    Il n’y avait ni jugement ni agacement dans sa voix, c’était juste une constatation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mer 16 Fév 2011, 18:48

    Aidan se sentit idiot avec son piquet et l’outil dont il avait oublié le nom dans les mains. Est-ce que William s’attendait à ce qu’il l’aide ? Non pas que ça le dérange en soit mais il n’était pas venu pour cela et s’il était déconcentré, il n’était pas certain de réussir à lâcher ce qu’il était venu dire. Et après le chemin de croix qu’il venait d’accomplir, c’était inacceptable, il fallait que les mots sortent enfin de sa gorge.
    Le jeune homme se sentait coupable mais surtout très gêné par les paroles qu’il avait eu le jour du montage de la piscine. Lui qui avait toujours aimé se donner en spectacle et être le centre de l’attention préférait l’être parce qu’il était en train de chanter, danser, jouer ou faire n’importe quoi de sensationnel. Se battre, insulter tout le monde et menacer une population entière de mort juste avant qu’un incendie éclate qui plus est n’était pas vraiment le genre de publicité qu’il appréciait. Il fallait s’appeler Nathaniel Redd pour être satisfait de ce genre de prestation…

    Alors qu’il restait planté là, silencieux et méditatif, les mains occupées, William reprit a parole d’un ton parfaitement neutre. Si au début cet air un peu nonchalant et le manque de regards du fermier à son égard l’avait un peu dérangé, il s’y était fait et trouvait même qu’il était plus facile de s’exprimer face à ce genre d’audience. Supporter le regard pesant de son interlocuteur alors qu’on vient se trainer à ses pieds n’est jamais très agréable…
    Aidan se racla nerveusement la gorge et reprit la parole.

      « Mon frère a dit qu’il vous avait expliqué que…enfin que j’reviendrai plus trop travailler parce que…voilà… Enfin c’est un peu…la honte »

    S’il avait eu les mains libres, Aidan se serait probablement asséné une claque de la paume de la main en plein front. « C’est un peu la honte »… c’était maintenant surtout « la honte » ! Quel gros débile !

      « Enfin c’est juste que... vous voyez… Enfin non vous voyez pas et il fait très chaud alors c’est pas facile » marmonna-t-il entre ses mâchoires crispées

    Tiquant d’agacement, il se détourna pour envoyer le vieux piquet rejoindre les quelques autres qui trainaient déjà sur l’herbe brûlée. Le jeune homme revint ensuite sur ses pas et prit une grande inspiration.

      « J’pensais pas tout ce que j’ai dis l’autre fois, vous devez vous en douter. J’étais juste énervé et… et tout le monde était agglutiné autour de nous, ça m’a énervé ! Ils me regardaient tous comme si j’étais un malade et…et j’sais bien que ce que j’ai dis à rien arrangé mais… C’est juste que j’étais énervé, ça arrive à tout le monde d’accord ? » l’agressa presque Aidan avant de lever les yeux au ciel dans un soupir irrité « J’trouve pas que vous êtes un hypocrite, Monsieur Ferguson » conclut-il, ne trouvant plus ses mots


....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mer 16 Fév 2011, 20:11


    Malgré le petit discours éloquent d’Aidan, le plus vieux n’avait pas cessé de s’acharner sur son piquet, et il ne tourna pas son regard ni ne répondit au jeune homme avant que le bout de boit ne soit convenablement enfoncé à sa place, dans la terre sèche et récalcitrante.
    Maintenant qu’il avait presque fini cette harassante besogne, il songea qu’il aurait été bien plus facile pour lui de prendre un arrosoir pour mouiller la terre et la rendre plus meuble et docile. Au lieu de s’acharner et de se faire des ampoules sur les mains…
    Il aurait surtout souhaité que cet enclot en reconstruction soit son seul et unique problème de la journée. C’était ça qu’il aimait faire, le reste était une corvée insoutenable qu’il soutenait quand même, Dieu seul savait comment. De temps en temps, lui aussi aurait aimé prendre une pause, prendre congé de Grayson. Mais c’était impossible. Il ne pouvait prendre congé de Grayson, ni de ses responsabilités en tant que Maire de la ville. En tant que père de famille. En tant que bourreau en quête de rédemption non plus…

    Le cœur battant la chamade sous l’effort, William avala quelques nouvelles gorgées d’eau avant d’enfin se tourner vers le garçon.
    Il continua cela dit de garder le silence. De ses pupilles d’un bleu pur, il sonda l’adolescent d’un air pensif. Quelles étaient les motivations de ce garçon exactement ?
    Pas celles de sa famille, les siennes. Lui aussi était là pour trouver des réponses aux questions morbides qui se posaient à Grayson. Lui aussi voulait savoir ce qui était arrivé à ses parents. Alors pourquoi ne sentait-il pas de méfiance envers lui chez Aidan ? Pourquoi le jeune homme aux cheveux de paille revenait vers lui de cette manière ?

    Après tout ce qui s’était passé dans ce village depuis leur présence, continuait-il à croire que les Redd étaient les seuls responsables de la mort de leurs parents ?
    Dans les quelques discussions qu’il avait eut avec Aahron, William avait clairement sentit de la méfiance. Il n’avait pas sentit que ça bien entendu, mais il sentait qu’Aahron était loin de vouloir lui céder le bon Dieu sans confession.
    Parce que si William s’était mit à se confesser, c’était en enfer que l’aurait envoyé Aahron.
    Et vu la colère qu’avait piqué Aidan durant le montage de la piscine, il aurait été de même pour lui. Alors d’où sortait cette apparente confiance dont il le gratifiait ?
    Les Redd n’étaient pas beaucoup plus coupable que lui pourtant. Rien ne les pointait plus du doigt que les autres si l’on prenait du recule.

    Dans l’autre sens, William se sentait l’envie d’accorder à Aidan le bénéfice du doute. Encore fallait-il qu’il détermine si ses doutes étaient fondés ou pas. Donc cette réponse, il ne l’aurait que lorsqu’il aurait dissipés ces doutes en question. Soit Aidan jouait un jeu, soit il était sincère. C’était aussi simple que ça. Soit il appréciait réellement se trouver dans cette ferme en leur compagnie, soit il était là pour l’espionner et trouver ses propres réponses.


    « … l’hypocrisie peut prendre bien des formes Aidan, et elle peut être causée par bien des choses. »

    C’était un peu énigmatique comme réponse. Mais le plus jeune finirait bien par comprendre le moment venu…

    « Ce qui s’est passé au parc… tout ce qui s’y est passé… » ajouta William en faisant aussi bien référence à la bagarre qu’à l’incendie « … c’est inacceptable. Ce sont surtout des conséquences, et c’est ça qui est important. Les conséquences Aidan. Alors réfléchis-y la prochaine fois que tu croise Nathaniel Redd. Parce que tu ne prends peut-être pas le temps de penser aux conséquences de tes actes, mais lui, si. Et tout ce que tu fais lorsque tu perds tes moyens de cette manière, c’est jouer son jeu. Est-ce que tu t’en rends seulement compte ? »

    Aidan s’apprêtait à répondre mais William ne le laissa pas faire, il s’approcha d’un pas tout en reprenant la parole de ce ton neutre et calme qui lui était typique :

    « Ce que j’essaye de te dire mon garçon, c’est que je t’aime bien, mais qu’il va falloir que toi et très frères, vous commenciez à la jouer un peu plus fine. Tant que vous régissez avec vos testostérones, vous n’obtiendrez rien de bon. Et certainement pas la confiance des gens »

    Et par ‘gens’, il voulait aussi un peu dire ‘moi’.

    « Cela dit je te crois, je sais que tu as réagis sur le tas, et que tu ne pensais pas vraiment tout ce que tu as dis. Tu étais sous pression, je le comprends. Mais toi de ton côté, tu dois comprendre que je suis le Maire de cette ville, et que si un tel évènement devait se reproduire, je serais obligé de réviser mon jugement sur toi »

    Ca n’était pas tendre, non, mais après tout la situation ne laissait pas de place pour la douceur. Il fallait que les choses soient claires. Il fallait surtout que les frères Donnelly gardent profil bas et arrête de jouer aux cow boy dés maintenant si ils voulaient voir le bout de leur tunnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Jeu 17 Fév 2011, 00:39

    Le silence prolongé de William ne fit qu’accentuer encore un peu plus l’angoisse d’Aidan qui, malgré ses tentatives de se raisonner, peinait à se détendre. Il faut dire que l’attitude désinvolte du fermier ne l’aidait pas tellement à anticiper ses réactions et à savoir si oui ou non il s’y prenait correctement.
    Et finalement, l’homme mit fin à sa torture mentale pour lui répondre et se lancer dans un discours quelque peu moralisateur. L’espace d’une seconde, Aidan se sentit comme face à l’un de ses frères et son anxiété laissa place à de la révolte. Il ne le connaissait même pas, comment pouvait-il se permettre de le juger ? Il avait agi comme un homme, pour défendre son frère ! Voilà ce qu’il avait fait ! Et si ça ne lui plaisait pas, qu’il le poursuive en justice si ça lui chantait ! Si c’était à refaire il le referait sans une once d’hésitation !
    C’était faux évidemment et, fort heureusement, William l’interrompit avant qu’il réplique quoi que ce soit. Incapable cela dit de dissimuler ses émotions, Aidan arbora durant quelques instants une moue un peu boudeuse. Il la fit disparaître lorsqu’il réalisa qu’il s’apprêtait à lui dire qu’il n’était plus un gamin, alors qu’il se comportait exactement de cette manière. Comme un gosse qui doit rendre des comptes à son paternel…

    Son visage resta fermé tandis que le maire enchainait, tenant pratiquement le même discours qu’Aahron leur avait tenu après le désastreux cinéma plein air.

      « Mon frère m’a tenu le même genre de discours l’autre soir » répondit-il une fois le silence revenu « Tiens-toi tranquille, nous fiche pas dans la merde, refais plus ça, blablabla j’peux te faire confiance ? blablabla renvoyé à Cleveland blablabl... »

    Aidan se figea, réalisant soudain à qui il était en train de parler. Ses frères avaient l’habitude de ce genre de moqueries ouvertes mais William n’était pas un de ses frères… Il était le maire de Grayson et il était ouvertement en train de lui faire comprendre que son discours dégoulinant de conseils, menaces et autres remarques moralistes le faisait vraiment chier et ne l’avançait à rien.

      « C’est pas vraiment ce que je voulais dire, monsieur… Enfin, ce que je veux dire, c’est que je sais déjà tout ça et ça ne se reproduira plus, vous avez ma parole ! Mes frères et moi on est là pour avoir des réponses, pas pour mettre le bazar. C’que je veux dire c’est que si on avait eu une preuve concrète dès notre arrivée que c’était bien un accident de voiture, on serait déjà plus là… »

    Le sous-entendu était très clair et William était assez intelligent pour le percevoir. Mais Aidan ne comptait pas s’appesantir sur le sujet. Pas pour le moment et même si le maire l’avait lui-même introduit.

      « Enfin bref, je voulais venir vous présenter mes excuses en personne, même si Aahron vous avait déjà parlé »

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Jeu 17 Fév 2011, 19:33


    William avait sentit une brève pointe de malaise lorsqu’Aidan avait prononcé les mots « accident de voiture ». Une sorte de pincement désagréable lui avait noué l’estomac l’espace de quelques instants. Il avait ce réflexe de tabou concernant ce genre de sujet, un réflexe qu’on lui avait inculqué à avoir depuis toujours. Ne pas en parler, éviter d’évoquer tous les sujets pouvant se rapporter à ce qui se passait entre eux au village. Si à l’âge d’Aidan, Will s’était mit à parler aussi franchement de la chose, il aurait eut droit au regard cinglant de son père. Les Ferguson avaient toujours adoptés la politique de l’autruche une fois les sales besognes effectuées. Il ne s’est rien passé, c’était ce qu’on lui avait rentré dans le crâne. Il fallait même éviter d’y penser.
    Aujourd’hui, William apprenait tant bien que mal à remettre tous ces vieux acquis en cause, à se détacher de cette éducation viciée par le mensonge et les péchés.
    Il y avait cru dur comme fer toute sa vie, tout en sachant au fond que tout était faux. Peut-être qu’au fond, il avait toujours projeté et espéré ce qui était entrain de se passer avec les Donnelly.

    M’enfin tout ça n’arrangeait rien en ce qui concernait Aidan. La preuve était faite qu’il était bien trop jeune pour appréhender toutes les subtilités de la situation. Sa réaction le prouvait.
    William tiqua avant de reprendre la bèche des mains du jeune homme.


    « Peut-être que si deux personnes différentes te tiennent le même discours Aidan, c’est parce que c’est vrai » suggéra le Maire d’un ton pleins de sous entendus « C’est très bien de me promettre que ça n’arrivera plus, maintenant… le plus dur c’est de s’y tenir. C’est facile de donner sa parole, surtout lorsqu’on est calme et soumis à aucune pression. Maintenant, en situation, c’est une autre histoire. Si en repartant d’ici, tu venais à croiser Nathaniel, je continue à avoir des doutes sur ta réaction… cela dit… je ne pourrais pas vraiment t’en vouloir » marmonna-t-il trèsvite, plus pour lui-même, puisque leur garagiste était un sale type complètement cinglé…

    Et il se retint d’ajouter qu’il n’aurait pas eut moins de doutes concernant n’importe le quel des Donnelly. Ils étaient bien trop impétueux, et cette constatation agaçait William. Lui qui doutait déjà de ce qu’il tentait d’entreprendre, de cette rébellion presque impossible, et très certainement mortelle, il avait besoin d’assurance. Il avait besoin de pouvoir être sûr d’eux.

    D’un autre côté, lors de l’incendie, Aahron avait clairement prouvé qu’il était un homme bien. Il avait été le premier à lui venir en aide. Le premier à bondir à ses côtés pour lui prêter main forte et sortir son fils de cet enfer. Difficile de faire mieux. Alors quoi ? Peut-être qu’il se cherchait des excuses pour reculer l’échéance. Peut-être qu’il s’acharnait à leur trouver trop de défauts pour être fiable parce qu’il craignait le moment où il ne pourrait plus faire marche arrière.


    « Ce qu’a fait ton frère lors de l’incendie, c’était très courageux » commenta le Maire.

    C’était un peu sortit de nulle part, sans réel rapport avec ce qu’il avait dit quelques secondes avant, pourtant c’était sortit quand même. Repenser à cette soirée le rendait terriblement nerveux.


    « En tout cas » reprit-il dans un raclement de gorge « Je suis content que tu ais pris la peine de venir me voir en personne. Je dois finir cet enclos avant ce soir et David est partit changer les vaches de champs. Il en a pour la journée. Tu as quelque chose de prévu aujourd’hui ? Tu peux appeler ton frère pour lui dire que tu manges avec nous » décréta le Maire avant de commencer à rassembler tous son matériel pour la pause de midi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Jeu 17 Fév 2011, 20:45

    Ils étaient drôles tous autant qu’ils étaient, avec leurs regards haineux et plein de sous entendus. Oui, lui était passé à l’action et avait tenté de supprimer quelques unes des dents monstrueuses de Nathaniel Redd l’autre jour et il l’avait payé. Peut-être que ça avait été stupide mais se contenter de lui jeter un regard « qui en disait soi disant long » n’était pas suffisant pour lui ! Si ses frères avaient été là, ils auraient réagi de la même manière. Il suffisait d’avoir en tête la manière dont Isaac s’en était pris à lui il y a près d’un mois… Ils ne valaient pas mieux que lui mais chacun d’eux se permettait de lui faire la leçon. Alors ouais, ils étaient nombreux et ce qu’ils disaient était véridique : il valait mieux réfléchir avant d’agir. Mais par moment, la situation exigeait une autre réponse que l’activation de ses méninges. Et puis William n’avait pas hésité non plus à s’en prendre à Logan. Evidemment ce n’était pas comparable puisqu’il avait plutôt essayé de le calmer, mais… tout de même ! Pourquoi n’avait-il pas essayé de le raisonner à distance plutôt ? Parce que ce n’était pas la réaction attendue, voilà tout. Aidan pensait avoir eu la réaction appropriée en frappant Nath. Là où il avait dépassé les bornes, c’était quand il avait menacé le restant des habitants et manqué de respect à William. C’était pour ça uniquement qu’il était venu s’excuser.
    Mais il ne fit aucun commentaire à ce sujet. Le fermier trouverait encore à redire et il ne voulait pas débattre de la meilleure position à adopter face au garagiste du village.

    Il se garda également de répliquer lorsque William parla du comportement héroïque de son frère. Il était entièrement d’accord avec lui sur ce point. Mais avec du recule, il trouvait aussi que cette réaction avait été débile et dangereuse et qu’il aurait dû réfléchir un peu plus d’un quart de seconde avant de se jeter tête baisser vers les flammes. Seulement comme il l’avait fait pour sauver son fils, le maire ne trouvait pas ça déplacé du tout… Evidemment.

    Le jeune homme sursauta presque lorsque son interlocuteur lui proposa de rester déjeuné chez lui. Ce n’était pas la première fois qu’il passerait une pause midi ici, mais en général, Aidan se faisait un sandwich qu’il mangeait en extérieur, dans les bois aux alentours. Il n’avait jamais vraiment osé se mêler à la famille Ferguson et prétextait qu’un de ses frères l’attendait avec la voiture de l’autre côté des bois le ramener manger.
    Il appréciait ce long moment de solitude à l’abri du soleil. Il en avait parfois profité pour fermer un peu les yeux et se reposer. Cela dit, ses siestes n’étaient jamais vraiment relaxantes…

      « Bah c’est que… Enfin oui, d’accord. J’suis sûr que votre femme peut pas être pire cuisinière qu’Allie alors j’vous avoue que ça m’arrange bien. Si je dois encore manger un de ses ragout infâmes… Elle arrive même à rater des salades, c'est vous dire ! » lança-t-il dans un sourire amusé, avant d’hocher la tête et de couper court à ses élucubrations « Oui, c’est d’accord. J’veux bien vous aider »

    Il laissa passer un silence avant de venir prêter main forte à William dans sa tâche. Il se débrouillerait sans doute très mal mais ça n'avait que peu d'importance et jusque là, le fermier avait toujours été très patient avec lui. il faut dire qu'il ne manquait pas de bonne volonté et, même s'il n'était pas vraiment dans son élément, il avait toujours fait de son mieux. Du moins en la présence de William. Quand il était en compagnie de Joshua et surtout de Casey, il ne se donnait pas autant de mal.

      « Joshua et Casey sont pas là ? J'les ai pas revu depuis... enfin depuis un moment. Charlie m'a dit que Joshua allait mieux mais... enfin j'ai pas trop osé venir avant aujourd'hui alors... Mais il va bien donc ? Et Casey aussi ? »


....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 39
Logement : Washington Street
Emploi : Maire et Fermier
Nombre de messages : 277

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's all our fault...
Autres comptes: Logan, Charlie, Casey
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Ven 18 Fév 2011, 19:45


Aidan parlait beaucoup de cuisine mais n’avait pas vraiment répliqué quoi que ce soit concernant l’enclos et le travail à faire une fois le dîner terminé. William s’était contenté d’y penser sans pour autant faire de remarque. De toute façon, si Aidan prenait la peine de venir jusqu’ici pour s’excuser c’était certainement dans l’espoir de récupérer son emploi. Du moins c’était ce que le Maire se disait, et accepter son invitation à dîner revenait aussi à dire qu’il était réembauché. Il se fichait de savoir si c’était aussi clair dans l’esprit du garçon que dans le sien. Aidan finirait bien par le comprendre après deux heures passées à porter de lourds piquets en bois de pin.

« Alicia est une excellente cuisinière » commenta simplement le plus âgé dans un faible sourir, avant d’ôter sa paire de gants de protection et de la jeter dans la brouette avec le reste de ses outils.

Il agrippa les deux poignées et poussa la brouette en question vers la haute grange qui s’élevait à quelques distances de là. Il ne fallait surtout pas laisser tout son matériel cuire au soleil pendant qu’ils mangeaient. Il fit signe au blondinet de le suivre et celui-ci s’exécuta docilement, dans l’attente d’une réponse à ses dernières questions.

Si William ne lui avait toujours pas dit comment allait Joshua et Casey, c’était surtout parce qu’il ne savait pas vraiment bien quoi répondre. Joshua n’avait jamais été du genre à se confier, surtout pas à lui. Et même cet évènement ne réussissait apparemment pas à les rapprocher. William avait espéré, et même essayé, à sa manière bien sûr. Mais Joshua n’avait absolument pas changé. Pourquoi l’aurait-il fait au fond ? Il restait cet adolescent silencieux et imprévisible, un vrai mystère pour lui. Un mystère agressif en plus de cela.
Les choses étaient bien plus simples avec Casey, sauf que sa fille avait plutôt tendance à s’isoler en cas de crise, plutôt que d’aller vers sa famille. Elle aussi était plutôt silencieuse. Parfois, elle venait lui faire la discussion tout de même, et lorsque William tentait d’aborder des sujets plus épineux, elle feignait d’aller parfaitement bien et évitait la discussion.
En bref, il n’était pas très doué, et eux pas coopératifs pour un sous. Même l’incendie n’avait pas réussit à briser ce cercle vicieux.


« Joshua va effectivement mieux oui » finit-il par répondre « Il sera complètement rétabli d’ici quelques jours seulement. Ce sont surtout ses poumons qui ont le plus souffert. Heureusement les médecins ont assurés qu’aussi étonnant que cela puisse paraitre, il n’aura aucunes séquelles. Tant mieux »

Pour le coup, il ne valait pas mieux que sa fille, à feindre la rémission pour cacher le reste.

« Et Casey et bien… ça va. Compte tenu des circonstances. Elle ne s’étale pas beaucoup. C’est de famille. Allez viens, rentrons »

Et il se détourna pour à nouveau quitter la grange. Il longea celle-ci, dépassa l’un de ses tracteurs garé dans un coin ombragé, et grimpa les quelques marches qui menaient au perron, Aidan sur ses talons.

« Est-ce que tu étais déjà rentré à l’intérieur de la maison Aidan ? » questionna distraitement William avant de prendre la direction de la cuisine.

Le hall au planché grinçant débouchait sur une grande cage d’escalier qui longeait un large couloir. Au bout du couloir, en face de la porte d’entrée qu’ils venaient de franchir, se dressait un bout du salon qu’on pouvait apercevoir par l’embrasure de la porte restée ouverte.
Des deux côtés s’élevaient de larges ouvertures qui donnaient à gauche sur une cuisine équipée, à droite sur une grande salle à mangée aux teintes vernies, où la table avait déjà été dressée pour quatre.


« Alicia ? » appela l’homme.
« Elle est à la cave » répondit la voix de Casey depuis le salon.
« Qu’est-ce qu’on mange ? » questionna le Maire en venant se pencher sur une casserole.
« Poulet, purée, haricot »
« Encore ? »
Pas de réponse.
« Rajoute un couvert » vint lui dire son père en passant par une porte au fond de la cuisine qui donnait également sur le salon « Aidan Donnelly mange avec nous »

Le Maire fit le tour pour réapparaître dans le large hall et faire face à leur invité.

« Rentre Aidan, viens t’installer dans le salon. Ca sera bientôt près. Casey, sert-lui à boire. Tu es encore trop jeune pour une bière » dit-il au jeune homme « Il y a de la limonade dans le frigo. Viens t’assoir mon garçon. Tu peux t’installer dans la véranda si tu préfère, mais seulement si tu aime les chiens » l’incita-t-il en remarquant parfaitement le regard assassin de sa fille.

Il songea que c’était certainement par paresse et ne se posa pas plus de question avant de partir à la recherche de sa femme, délaissant les deux adolescents pour se retirer à la cave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Dim 20 Fév 2011, 12:24

      « Ouais, une ou deux fois pour… aider à…faire des trucs » bredouilla-t-il, satisfait que William ne fasse pas réellement attention à sa réponse

    Bien sûr qu’il était entré au moins une fois ! Il était humain et avait des besoins tout à fait naturels à assouvir. Et parfois, la nature ne suffisait plus. Et puis au fond c’était vrai, il avait quelques fois pointé son nez dans la cuisine pour recevoir quelques cookies ou un soda de la part d’Alicia. Cela dit, il n’était jamais entré par ici.
    Le jeune homme emboita le pas du propriétaire des lieux, la tête rentrée dans les épaules et les mains toujours enfoncées dans ses poches. Aidan avait beau avoir déjà mis les pieds ici, il n’était pas très à l’aise de pénétrer dans l’antre des Ferguson en compagnie du mâle Alpha... Surtout quand il tirait une tronche comme celle-ci.

    Aidan resta dans l’entrée pendant que William voyageait au rez-de-chaussée, profitant de ces quelques instants de pesante solitude pour observer le décor. Il entendit vaguement la voix de Casey s’élevant du salon par lequel il était quelques fois passé, et jeta un rapide coup d’œil dans cette direction avant que William ne se représente à lui. Il lui adressa un sourire encore un peu intimidé et acquiesça.

      « Vous savez bien que j’aime vos chiens » lança-t-il avant que William ne s’éclipse, accompagné dans sa fuite par le regard azuré du jeune homme

    Une fois seul, il se tourna vers Casey et se racla nerveusement la gorge. Si être seul avec William était quelque peu déstabilisant, être seul face à sa fille était purement et simplement terrifiant.
    Les choses commençaient à peine à s’arranger entre eux avant l’incendie qui avait failli coûter la vie à son jumeau et depuis, près d’une semaine que c’était arrivé, ils ne s’étaient pas encore recroisés. Peut-être qu’il aurait dû se pointer plus tôt, ne serait-ce que pour prendre des nouvelles de Joshua… Mais il y avait cette stupide histoire avec les Redd et sa honte face au comportement puéril qu’il avait eu ce matin-là. Et puisque son portable ne marchait pas, il n’avait pas pu donner signe de vie autrement… Du moins, pas à Joshua puisque Casey n’avait pas vu l’intérêt de lui donner son numéro quand il le lui avait demandé.

    Prenant son courage à deux mains, Aidan se décida enfin à lui adresser un sourire. Elle paraissait aussi heureuse qu’un gosse privé de cadeaux de Noël de le voir, mais il ne se démonta pas pour autant.

      « Hey… »

    Pourquoi est-ce que sa voix avait sonné si bizarre ? Pourquoi est-ce qu’il sentait si stupide chaque fois qu’il était avec Casey ? Non, la question était à poser autrement : pourquoi s’évertuait-elle constamment à le faire sentir stupide et à lui jeter le genre de regard qu’elle posait actuellement sur lui ?

      « T’as besoin d’aide ? »

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Lun 21 Fév 2011, 03:27

    Honnêtement ? Ca n’était pas tant qu’il s’agissait d’Aidan. Casey aurait certainement tiré la même tronche, peu importe l’invité. La seule différence, c’est que comme il s’agissait effectivement d’Aidan, elle ne prenait même pas la peine de faire semblant et de dissimuler son agacement derrière ce petit air ingénu qu’elle arborait la plus part du temps.
    Bref, que ce soit lui où un autre, elle se sentait envahie par cette présence étrangère. Même traîner avec Suzanna lui courait sur le système ces jours-ci. Depuis l’incendie en vérité.
    C’était toujours comme ça lorsqu’une situation de crise survenait. Elle ressentait toujours le besoin de s’isoler et de faire des choses seule. Peut-être que c’est parce qu’elle avait toujours été comprise dans un binôme. Elle avait toujours été « deux » puisqu’elle avait un jumeau. Alors lorsqu’elle se sentait sous pression, c’était l’isolement qu’elle choisissait.
    Surtout que dans ce cas-ci, c’était délicat. Son frère avait failli mourir, et juste avant ça ils s’étaient disputés. Du coup elle était partagée. Elle avait envie de continuer à le nier, mais elle avait aussi envie de le soutenir après tout ça.
    Lorsqu’ils étaient ensemble, elle évitait de se montrer désagréable, seulement Joshua devait bien sentir qu’elle était aussi un peu froide, même si elle était heureuse que rien de grave ne lui soit arrivé.

    Ses parents n’arrangeaient en rien les choses. Sa mère était plus survoltée que jamais. Elle courrait dans tous les sens comme si avoir un salon bien propre allait aider. Son père ne faisait guère mieux et semblait plus à côté de la plaque que jamais. Et elle ne pouvait pas non plus se changer les idées avec qui que ce soit puisque chaque fois qu’elle parlait à quelqu’un, c’était parce qu’on lui demandait des nouvelles de son frère, ou qu’on l’interrogeait à propos de l’incendie.
    Seulement, comme d’habitude, on s’était bien gardé de lui raconter le moindre détail. L’enquête était déjà lancée depuis quelques jours, seulement lorsque les rôles étaient échangés, et que c’était elle qui se mettait à poser des questions, personne n’était là pour y répondre. Ses parents faisaient exactement comme d’habitude. Ils échangeaient ce regard typique, puis son père lâchait un « ce n’est pas le moment Casey » et embrayait sur une stupide histoire de tracteur en panne ou de veau à naître.

    Bref, elle n’avait pas envie d’être sociable, seulement elle allait être obligée d’y passer. Alors après un léger soupir, elle se détourna pour servir à boire au jeune homme.

    « Non ça va aller » répliqua-t-elle en lui sortant un verre qu’elle posa sur le plan de travail central.

    Puis elle farfouilla quelques instants dans le réfrigérateur avant de dénicher la bonne bouteille et de remplir son verre de limonade bien fraiche. Elle eut envie de lancer un « tu veux des glaçons peut-être ? » sur un ton acerbe, mais elle se retint de justesse.
    Ca aurait été vachement primaire comme réaction. S’en prendre à lui parce qu’elle se sentait frustrée. Aidan n’avait rien à voir avec tout ça, alors même si il avait un petit côté « tête à claque », il ne fallait pas qu’elle s’abaisse à ce genre de réaction puérile.

    Il lui fallut une petite minute pour sortir une assiette et des couverts pour le grand blond qui la regardait faire sans trop savoir où se mettre. Puis une fois disposé à table dans la grande salle à manger, elle revint vers le jeune homme et lui fit signe de le suivre.
    Ils passèrent devant la porte de la cave restée ouverte et elle put percevoir les voix calfeutrée de ses parents. Qu’étaient-ils encore entrain de se murmurer dans cette cave qu’elle était soit disant trop jeune pour entendre ? Un nouveau frisson d’agacement vint la titiller mais elle l’ignora. Tant pis, ça n’était pas le bon moment de révolutionner cet état de fait.
    A la place, l’adolescente revint s’affaler dans le divan, devant l’immense télé à écran plat qui trônait au centre d’un large meuble-bibliothèque.

    « J’ai entendu dire que tu t’es battu avec Logan Redd »

    Elle préférait aborder ce sujet d’entrée de jeu plutôt que de le laisser ouvrir la bouche en premier pour lui poser des questions sur l’incendie. Puis d’ailleurs, juste avant l’incendie, c’était de ça qu’elle et Suz avaient discuté. Casey n’avait rien vu et avait tenté d’obtenir plus d’info de sa meilleure amie seulement avec Suz, ça n’était pas simple. Elle profitait aussi d’être un peu contrarié pour avoir le cran de poser la question. Elle avait tout de même évité son regard en faisant cela, préférant le reporter sur les bêtises que lui montrait MTV.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Lun 21 Fév 2011, 19:52

    Aidan frissonna alors que le liquide glacé passait sa gorge un peu nouée par le stresse. Les températures extérieures tournaient autour des 30°C alors qu’ils n’avaient pas encore tout à fait atteint les douze coups de midi, mais c’était surtout son anxiété qui maintenait le baromètre interne du jeune homme à un degré anormalement élevé... Et il était certain à présent que Casey pouvait le voir. C’était sûr ! Il devait être rouge écarlate (ou blanc comme un linge en fait). En tout cas il avait chaud… et il allait se mettre à transpirer. Casey allait le trouver dégoutant et le chasser de son salon, c’était sûr ! Heureusement, la limonade était avec lui. Il pouvait vaincre.
    Fort de cette pensée, le petit blond porta le verre rafraichissant à ses lèvres pour avaler une gorgée.
    Gorgée qui faillit bien lui être fatale.

    « J’ai entendu dire que tu t’es battu avec Logan Redd »
    Aidan toussota quelques instants puis retrouva contenance, la gorge enflammée, les joues plus empourprées que jamais, écrasé par un profond sentiment de mortification à l’égard de sa propre personne.
    Restant dos à Casey qui semblait fasciné par ce qui se passait à l’écran, il se racla la gorge et fit mine de regarder la télé lui aussi et d’avoir l’air parfaitement détendu.

      « Bah techniquement c’est faux, on t’a mal renseignée » expliqua-t-il en avalant une nouvelle gorgée de limonade, avec prudence cette fois « En fait c’est avec Nathaniel que j’me suis battu. Et c’est un bien grand mot parce qu’il se faisait dessus et qu’il osait plus trop bouger. J’lui mettait une vraie raclée ! Et puis alors son stupide cousin s’est ramené et m’a attaqué par derrière – c’qui m’étonne pas tellement de lui parce que… enfin ça a l’air d’être son genre ! Aahron, mon grand frère, il a dit aussi que c’était bien son genre et il sait de quoi il parle parce qu’il s’est souvent battu ! Enfin moi aussi je sais de quoi je parle parce que j’me suis battu plein de fois alors après quelques combats on commence à repérer les types qui vont attaquer comme des filles et faire des coups bas. Faut s’méfier d’ceux là, c’est les pires ! Et Logan c’est le genre de type qui fait ça… Enfin ça se voit quoi… Tu l’avais vu toi ? » demanda Aidan en relevant son regard azuré vers la jeune femme qui daignait enfin poser son regard (sceptique) vers lui

    Il se racla une nouvelle fois la gorge et reprit.

      « Enfin il m’a attaqué dans le dos et il m’a mis quelques coups, mais j’me suis pas laissé faire ! D’ailleurs il tape vraiment comme une gonzesse parce que tu vois, on remarque presque plus qu’on m’a tapé » lui montra-t-il en désignant son œil près duquel apparaissait une vague tâche jaunâtre « Alors que lui, j’l’ai vu de loin l’autre fois et il est encore bien amoché ! »

    Ce qui était d’ailleurs très bizarre puisqu’Aidan ne se souvenait absolument pas avoir infligé ce genre de dégâts au garagiste… Il avait dû être possédé ou un truc comme ça. La colère décuplait les forces alors voilà.

      « Enfin voilà, après ton père est intervenu. Mais il a dû te raconter… J’suis pas fier de ce que j’ai fais bien sûr » ajouta-t-il un ton plus haut, au cas où William serait en train de l’écouter faire le récit de ses exploits… « Et toi…quoi de neuf ? » conclut-il en avalant une gorgée bruyante de sa limonade fraiche

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mar 22 Fév 2011, 03:15

    En tant qu’aspirante écrivain, Casey ne pouvait s’empêcher de remarquer les très évidentes lacunes de syntaxe de son interlocuteur…. D’ailleurs s’il n’y avait eu que la syntaxe, la pilule serait certainement mieux passée. Seulement elle avait l’impression de parler avec un petit garçon misogyne. Lorsque sa mère lui disait que les filles étaient matures bien avant les garçons, elle ne rigolait pas. Casey avait du mal à juger par rapport à son frère parce que déjà, c’était son frère et qu’ensuite, il n’était pas exactement dans la norme. Pour quoi que ce soit. Elle ne cottoyait pas non plus beaucoup de garçon à l’Université. Du coup Aidan lui paraissait comme tout droit sortit d’une dimension parallèle particulièrement étrange et bruyante.
    Cela dit ça n’était pas de l’agacement qu’elle ressentait. Il avait même réussit à lui faire oublier ce sentiment durant son long et étrange discours si mal construit. Non, c’était plutôt une sorte de fascination stoïque, et si elle avait dû la traduire en mot, seul l’alternative des trois-petits-points lui paraissait comme envisageable. Bref, en d’autres termes, elle était perplexe.

    Dire qu’elle s’était creusé la tête concernant cette histoire de bagarre dans le parc ! Dire que Suz et elle en avaient fait leur principal sujet de conversation pendant plusieurs jours, comme deux stupides groupies. Dans la bouche d’Aidan, ça sonnait tout de suite bien moins énigmatique. On aurait dit le récit d’une embrouille dans la cours de récré avec des phrases telles que « Aahron, mon grand frère, il a dit aussi que c’était bien son genre et il sait de quoi il parle parce qu’il s’est souvent battu ! » ou « on commence à repérer les types qui vont attaquer comme des filles et faire des coups bas ».

    Casey décida cependant de ne pas relever tout haut ces constatations. Elle savait bien au fond, qu’Aidan était un peu plus sensé que ça, enfin du moins elle avait de gros doutes à ce sujet. Et surtout, elle commençait à voir lorsqu’il se sentait stressé. Elle avait bien l’impression que c’était le cas pour le moment. Après tout, maintenant qu’elle y pensait, c’était normal, elle venait de poser une question un peu embarrassante et elle ne l’avait pas vraiment vu de cette manière avant de poser un coup d’œil sur Aidan. Il avait les joues rouges et se noyait dans son verre de limonade. Même une naïve dans son genre savait reconnaitre qu’il s’agissait du comportement de quelqu’un d’intimidé. Et elle pouvait parfaitement comprendre parce qu’elle-même était de nature réservée. Elle rougissait vite, même lorsqu’il n’y avait pas de quoi, et n’osait pas souvent ramener son grain de sel même lorsqu’elle le devait.

    De plus, elle était en même temps bien consciente qu’Aidan était sans doute entrain de minimiser la chose. Ca n’avait l’air que d’une histoire idiote lorsqu’il le racontait de cette manière, d’une brouille sans trop de conséquences, mais si ça avait été le cas, il n’aurait pas rougit. Logique.

    « Mais ça ne me dit pas pourquoi tu t’es battus tout ça » répliqua-t-elle donc sur un ton légèrement plus concerné, ses sourcils clairs froncés par l’intérêt.

    Elle s’était tournée vers lui, un coude sur le dossier du divan. C’est vrai qu’il avait finalement plutôt bien noyé le poisson…

    Seulement Aidan fut sauvé juste à temps par le retour de Ferguson père et mère. Leurs voix s’étaient soudainement faites plus clairs, et la porte de la cave avait claqué.
    Alicia débarqua dans le salon armé d’un sourire accueillant.

    « Bonjour Aidan » dit-elle en se rapprochant pour venir le saluer « J’ai cru comprendre que tu te joignais à nous pour le dîner. Ca sera près dans une petite minute. Casey ? Tu vas chercher ton frère ? »
    « Ouep ! » répliqua la jeune fille en s’extirpant du divan.

    Se faisant, elle lança un bref regard vers Aidan qui l’observait lui aussi. Elle ne savait pas exactement ce qu’avait voulu dire son propre regard au moment où elle l’avait lancé, seulement elle avait bien capté un peu de malaise chez le grand blond, et maintenant que cette histoire était revenue sur le tapis, son intérêt refaisait surface par la même occasion.
    Puis elle s’éclipsa vers le hall pour gravir les escaliers qui la menaient à l’étage, la tête pleine de question tandis qu’au rez-de-chaussée, elle entendait sa mère inciter Aidan à prendre place à table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mar 22 Fév 2011, 13:42

    Sauvé par le gong, personnifié par Alicia Ferguson. Pratiquement sa seule véritable alliée ici en réalité, puisque Joshua était aux abonnés absents (même lorsqu’il était présent d’ailleurs), que William n’était jamais tellement loquace et que Casey paraissait le détester. Il adressa donc son plus beau sourire à la mère de famille alors qu’elle les rejoignait, l’air avenant.
    Ses traits étaient cela dit un peu tirés et c’était la première fois qu’il la croisait non maquillée. Pas qu’elle se soit du genre « pot de peinture » mais elle mettait toujours une petite touche de crayon pour souligner son regard émeraude dont avait hérité sa fille. Aujourd’hui, elle avait l’air fatiguée, son sourire était un peu éteint et ses cheveux étaient également négligés. Si ses frères savaient qu’il remarquait ce genre de détails, ils l’auraient assurément traité de gay, mais Aidan s’en moquait et trouvait son sens de l’observation très pratique. Et ça plaisait à la gente féminine...

      « Installe-toi Aidan, j’en ai pour une minute » se répéta Alicia en se dirigeant déjà vers la cuisine où s’était dirigé son époux
      « D’accord. J’dois juste passer un coup de fil à mes frères pour les prévenir »

    Alicia approuva avant de disparaitre. Une fois seule, Aidan alla s’isoler dans la véranda où se trouvaient les trois chiens de la famille. Ils n’avaient vraisemblablement attendu que ça et le petit blond eut bien du mal à garder son équilibre face aux assauts des trois bêtes. Cela dit, ce n’était pas vraiment pour lui déplaire et il avait toujours apprécié la compagnie des animaux et regrettait de n’avoir jamais eu de chien à lui.
    Abandonnant l’idée de rester camper sur ses deux pieds, il finit par se laisser tomber pour laisser les Border Collie faire de lui ce qu’ils voulaient, distribuant des caresses et recevant des coups de langues mouillés.
    Après un moment, il se redressa enfin, les cheveux en bataille, les joues humides et un large sourire aux lèvres.

      « Allez, ça suffit. Attendez que j’ai mangé avant d’me dévorer, mes beaux » les réprimanda-t-il d’un ton faussement réprobateur, relevant son tee-shirt pour essuyer le bas de son visage dedans

    Il repoussa les trois chiens de ferme et se remit debout, attrapant son portable dans la poche arrière de son jean qui lui tenait déjà affreusement chaud. Il allait falloir qu’il mette son plan diabolique à exécution pour trainer Allie au Macy’s qui venait d’ouvrir pour qu’il revoit un peu sa garde robe.

      « Silence les gars, je téléphone » les prévint-il en leur présentant son cellulaire qui failli terminer dans l’estomac de l’un des trois Border

    Il composa le numéro d’Aahron et porta l’appareil à ses oreilles, mais comme il s’y était attendu, rien ne se produisit. Son portable refusait de marcher la plupart du temps depuis qu’il était arrivé à Grayson, ce qui ne l’étonnait pas vraiment puisqu’il n’avait vu aucune antenne relai nulle part dans les environs… Le garçon tiqua d’agacement et fit une nouvelle tentative qui se solda une fois encore par un échec.

      « Fais chier » pesta-t-il en fourrant le mobile dans sa poche. C’est ce moment qu’Alicia choisit pour revenir au salon et le chercher du regard

    Aidan poussa un soupir et retourna à l’intérieur en faisant attention de ne pas laisser les trois chiens le suivre. Refermant la baie vitrée sur son passage, il adressa un sourire emprunt de gêne à la maitresse des lieux.

      « Ils sont d’accord ? » l’interrogea-t-elle, fronçant les sourcils devant sa mine contrariée
      « Bah en fait j’arrive pas à les joindre. J’ai jamais de réseau ici – à Grayson j’veux dire – alors je voulais savoir si ça vous dérangerait que j’utilise votre téléphone pour les prévenir que je reviendrai que ce soir »

    Un voile sombre passa sur le visage d'Alicia qui déglutit péniblement avant de lui adresser un sourire un peu crispé.

      « Bien sûr ! » s’exclama-t-elle en se levant pour lui tendre le téléphone posé sur le bureau près d'elle « Tiens, tu peux rester ici si tu veux être tranquille. Tu n'auras qu'à nous rejoindre dans la salle à manger quand tu auras terminé »
      « Merci » acquiesça-t-il au moment où Casey redescendait les escaliers d'un pas lourd

    Alicia s'éclipsa alors de nouveau et il l'entendit interroger sa fille à propos de Joshua. Au même moment, les premières sonneries s’élevaient dans l’appareil qui fonctionnait parfaitement. Allie décrocha après la cinquième sonnerie et Aidan lui expliqua sa situation alors qu’une conversation à peine audible se poursuivait dans la salle à manger, à l'autre bout du couloir.

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Jeu 24 Fév 2011, 19:57

    La tête encore plongée dans ses réflexions, Casey n’avait même pas prit la peine de frapper à la porte de la chambre de son frère. Lui-même ne se gênait pas pour faire pareil lorsqu’il en avait l’occasion de toute manière. Le grand jeune homme aux cheveux bruns était allongé sur son lit, une revue quelconque entre les mains, dressée devant son nez, dissimulant son visage aux verts de sa jumelle.

    « Joshua, on mange » lança-t-elle un peu mécaniquement, avec la force de l’habitude.
    « J’vais arriver » marmonna son frère sans grand entrain, sa voix un peu plus rauque depuis l’incendie.
    « Grouille-toi de descendre, tu vas être sacrément content »
    « … pourquoi ? » questionna Joshua sur le ton de la méfiance.

    Il fallait dire que sa sœur avait dit cela avec naturel, mais en laissant transpercer une pointe de moquerie tout de même. C’était du fait exprès bien entendu, juste pour l’agacer et le faire maronner.

    « Viens voir par toi-même » minauda-t-elle dans un sourire légèrement ingénu.
    Il n’eut pas besoin de répondre, il se contenta de baisser sa revue, et d’adresse à sa sœur un regard plein d’agacement.
    « On a un invité »
    « Qui ? »
    « Ton meilleur ami ! »

    Il adopta une mine pensive, tandis qu’il essayait de déterminer de qui parlait Casey. Celle-ci vit clairement le moment où la pièce tombait à l’intérieur du cerveau de son frère. Ses sourcils sombres et droits se haussèrent légèrement dans une expression difficilement interprétable.

    « Aidan en personne » confirma-t-elle « T’es pas content ? »
    « … j’ai surtout pas très faim de toute manière » conclut-il d’un ton plus morne encore que d’habitude.

    Et il replaça son magazine devant son visage.

    « … quoi tu viens pas manger ? »
    Quel culot !
    « Je te dis que je n’ai pas faim »

    Profondément agacée, Casey fronça le nez et les sourcils pour se détourner vivement et refermer la porte dans un grand claquement sec. Il se fichait vraiment d’elle ! Il refusait de lui dire ce qui clochait avec Aidan mais ne prenait même pas la peine d’être discret ! C’était comme lui dire « oui j’ai un secret, mais tu ne seras pas mise au courant ».
    Tant pis, au moins elle n’aurait pas à subir sa tête de bois pendant le repas, ses parents et Aidan c’était déjà bien assez comme ça.

    Sans demander son reste, l’adolescente retourna d’où elle venait et descendit les escaliers pour rejoindre ses parents dans la salle à manger. Jetant un coup d’œil par l’ouverture qui donnait sur la cuisine, elle remarqua qu’Aidan était au téléphone et en profita pour informer ses parents que son frère ne daignerait pas se joindre à eux ce midi.

    « Il dit qu’il à pas faim. Il veut rester dans sa chambre »
    Son père ne fit aucun commentaire, il était du genre à voir les repas comme des moments importants, et même si l’on ne mangeait pas, il fallait au moins venir se présenter à table, c’était ses règles. Seulement avec l’incendie, les entorses aux règles étaient autorisées en ce moment. Surtout qu’Alicia était aux petits soins et laissait tout passer à Joshua.
    « Le pauvre chéri » soupira-t-elle, soucieuse « Il m’a dit ce matin qu’il se sentait un peu patraque aujourd’hui. Je vais lui servir une assiette et la monter dans sa chambre »

    Elle s’activa, remplit l’une des assiettes, et un verre d’eau et s’éclipsa comme la parfaite petite maîtresse de maison qu’elle était.
    « Patraque, tu parle » marmonna la jeune fille.
    « Casey… » fit simplement son père, accompagné d’un mouvement de tête qui voulait dire « évite donc les commentaires ».

    Elle ouvrit la bouche pour protester un peu mais Aidan réapparut à ce moment-là, avec l’air de ne pas savoir où se mettre. Dans un sourire confiant, William lui désigna une chaise, celle qui trônait entre lui et Casey, et le garçon vint prendre place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Jeu 24 Fév 2011, 23:00

      « T’as qu’à m’passer la voisine, je vais lui expliquer à elle aussi… »
      « Ne commence pas, Aidan ! Je pose juste la question ! » s’agaça Aahron à l’autre bout du fil
      « Oui bah j’ai déjà répondu à Allie, à Sammy et à Isaac »
      « Oui bah c’est bon écoute, toute façon j’m’en fiche tu fais ce que tu veux »
      « Sois pas vexé, c’est juste… »

    Mais son frère avait déjà raccroché, vraisemblablement vexé. Aidan laissa échapper une exclamation agacée avant de faire mine de mettre le téléphone du domicile Ferguson en bouche, l’air hargneux.
    Ce n’était pas sa faute quand même s’ils étaient tous persuadé qu’il était en sucre glace et s’il était obligé de devenir mauvais pour remettre les choses à leur place. Oui, il avait eu des problèmes mais maintenant, tout allait bien. Et puis William n’avait jamais été très exigeant avec lui, ni même méchant. Alors il n’avait rien à craindre ici. Du moins pas grand chose…

    Le petit blond soupira, déposa le téléphone fixe sur son support puis se dirigea vers la salle à manger où était installée la petite famille. Encore tout à ses pensées, il manqua de bousculer Alicia qui venait de quitter la pièce et se dirigeait vers les escaliers, une assiette fumante et un verre d’eau à la main. Elle lui adressa un sourire un peu crispé puis gravit les marches prudemment. Les sourcils froncés, il pénétra dans la salle à manger où se tenaient Casey et William.
    Les mains toujours enfoncées dans les poches de son pantalon, les épaules un peu voûtées, il observa les places disponibles sans savoir où se mettre. Heureusement, comme souvent, le maire vint à son secours et lui indiqua où s’asseoir dans un sourire rassurant. Le jeune le lui rendit, soulagé, et vint s’installer auprès de Casey.

    « Mes…hem, mes frères sont d’accord pour que je reste » lança-t-il pour combler le silence qui commençait à s’installer

    Il ne savait pas vraiment s’il pouvait ou non commencer à se servir. Sans doute devait-il attendre que la maitresse de maison soit revenue s’asseoir. Et peut-être qu’il devrait attendre que la famille dise le bénédicité… Oh bon sang, ils étaient peut-être du genre à bénir le repas… Qu’est-ce qu’il allait faire s’ils se mettaient à se prendre les mains pour prier un Dieu auquel lui-même ne croyait pas vraiment ? Est-ce qu’ils accepteraient qu’il ne joigne pas ses mains aux leurs ? Sa propre mère, très croyante, avait été horriblement déçue le jour où Aidan lui avait annoncé qu’il ne croyait pas en toutes ses bondieuseries…

      « Je…Moi je suis pas croyant alors je me contente de manger ce que les gens ont préparés... J'voulais le dire au cas où...enfin... » laissa-t-il échappé, le cœur battant et les joues rouges

    Réalisant ce qu’il venait de dire, Aidan baissa les yeux sur son assiette, mortifié par ses mots. Il retint son souffle quelques secondes, le temps de jeter des coups d’œil affolés autour de lui à la recherche d’une façon d’enchainer. C’était trop monstrueux… Il était lamentable !

      « Jo…Joshua mange pas avec nous ? » déglutit-il avant de tendre la main pour attraper son verre de limonade et en avaler une longue gorgée qui manque de le tuer

    Pourquoi est-ce qu'il n'y avait pas de ventilation ici ? Il faisait affreusement chaud ici...

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Sam 26 Fév 2011, 03:49

Le nez plongé dans son verre d’eau, la tête plongée dans ses petites pensées contrariées du jour, Casey eut pourtant bien du mal à réfréner un fou rire. Elle s’était contentée de faire quelques bulles dans son eau minérale, et s’était bien gardée de faire le moindre commentaire.
Une chose était certaine, ce garçon était vraiment trop hors contexte. Il avait l’air d’être découpé dans un magazine, et collé sur le vrai décor. Ou tout droit sortit d’une petite série pour les jeunes, diffusée à midi sur MTV. Le genre de truc qu’elle détestait. D’ailleurs c’était sans doute pour cela qu’elle avait eut tant de mal avec lui au début. En plus de tout le reste bien entendu.
Casey n’avait jusque là jamais été confrontée à ce genre de phénomène et lorsqu’il avait débarqué devant elle pour la première fois, le contacte était mal passé. Il lui avait semblé faux, un peu trop plastique.

Aujourd’hui, elle avait parfaitement comprit que cette apparente sureté de lui était effectivement et uniquement apparente. Il assumait bien les regards braqués sur lui, ça c’était certains, mais c’était aussi une personne normale. Du genre qui parlait trop vite, et qui rougissait lorsqu’il sortait des bêtises. Et comme aujourd’hui Casey avait comprit cela à son propos, elle évitait de se moquer trop ouvertement de lui, parce que ça n’était vraiment pas dans sa nature de pointer du doigt les manquements. Elle était au contraire plutôt du genre empathique, à rougir pour les autres, à partager leur malaise au lieu d’en être simplement spectatrice.

Du coup, pour ne pas le gêner plus qu’il ne l’était déjà, elle s’était empêchée de rire et avait étouffé son début de gloussement dans un petit raclement de gorge.

« Non » soupira-t-elle bien fort pour faire complètement passer cette affreuse envie de rire qui lui tirait presque les larmes aux yeux « Non, il se sent patraque le pauvre petit chat »

Elle adopta une moue fataliste et leva les mains au ciel. Puis dans une nouvelle gorgée d’eau, elle leva ses yeux verts vers le bleu de ceux de William. Il l’observait fixement, avec pleins de choses dans les yeux qu’elle seule pouvait décrypter correctement.
Déjà, lui aussi avait été amusé par la remarque d’Aidan, et lui aussi avait évité de relever pour ne pas mettre le blondinet plus mal à l’aise. Elle pouvait aussi remarquer qu’il avait parfaitement capté la très légère pointe de cynisme qui planait dans sa réponse à propos de son jumeau.
Peut-être qu’Aidan l’avait ratée, et que ce soit le cas où pas, elle s’en fichait de toute manière.

Alicia vint rompre le silence, ses pas se rapprochant dans le couloir de l’étage puis dans les escaliers. Elle réapparut enfin et vint s’assoir à leurs côtés, la mine encore concentrée de son entrevue avec Joshua. Immédiatement, elle se chargea de faire le service, agrippa l’assiette d’Aidan et la remplit entièrement sans lui demander son avis.

« Il dit que les migraines continuent. Le Docteur avait pourtant assuré que ça serait terminé dans les trois jours. Je vais l’appeler cet après-midi » lança tout aussi distraitement Alicia tandis qu’elle servait maintenant son mari.
« Tu devrais peut-être attendre encore un peu »
« Ce n’est pas normal Will, tu le sais » trancha la mère de famille en échangeant avec son époux ce genre de regard bien particulier, un regard pleins de sous entendus qu’elle ne captait jamais et qui l’agaçait au plus profond.

Ils étaient crétins ou quoi ? Il faisait semblant c’était évident ! Ca arrangeait bien Joshua d’avoir failli frire, maintenant il avait la parfaite excuse pour ne rien faire, et elle, elle se tapait tout le boulot, comme toujours. Sauf que cette fois, elle n’avait pas de droit de râler à ce propos.
Fâchée par la naïveté de sa mère, Casey retint son assiette lorsque celle-ci voulu la servir à son tour.

« J’peux le faire toute seule »

Casey savait très bien que ça agaçait sa mère, mais œil pour œil, comme disait l’adage.

« Bien, comme tu veux. Bon appétit Aidan, j’espère que tu aimes les haricots » reprit sa mère en s’assaillant enfin pour se servir elle-même.
« Pourquoi tout spécialement les haricots ? Pourquoi pas la purée ? Il pourrait être mortellement allergique au lactose et adorer les haricots »
« Bon appétit Casey » intervint son père en lui lançant un nouveau regard.

Il la voyait venir à dix kilomètres. Alors comme d’habitude, il tentait d’enrayer le processus ‘dispute mère-fille’ avant que la soupape n’explose. C’était une toute petite soupape, très fragile de surcroit.
Casey haussa une épaule et se concentra sur son poulet.

« Au fait Aidan, je n’ai jamais pris le temps de te demander : est-ce que tu suis encore des études ? »

L’adolescente se retint de lever les yeux au ciel. Toujours les mêmes questions qui revenaient sans cesse à tout ceux qui franchissaient le pas de cette maison et qui avaient leurs âges. Elle adorait les comparer aux autres, pour mieux les critiquer ensuite. Du moins, c’en était la vision de Casey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Sam 26 Fév 2011, 14:48

    Aidan avait toujours eu un détecteur pour ce genre de choses… Les tensions intrafamiliales. Il en flairait une à l’horizon mais pourtant, quelque chose lui échappait. La cause de cette pesanteur. Est-ce que c’était Joshua ? C’était vraisemblablement le sujet de conversation en cours mais ça ne prouvait absolument rien. Il avait vu son père et sa mère se parler comme les Ferguson le faisaient aujourd’hui à cause d’un cure-dent posé sur une nappe le jour où Isaac avait passé sa première nuit en détention. Ça avait été affreux même si au fond, il ne s’était rien passé. Mais Aidan, du haut de ses huit ans, s’en souvenait encore parfaitement.
    Le jeune homme préféra garder le nez dans son assiette en attendant que les choses se tassent d’elle-même. Casey semblait sur les nerfs, Alicia paraissait ailleurs et William… paraissait être un mec perdu entre deux nanas pleines de tensions. Terrible.

    Alors qu’il tentait de se projeter dans un décor paradisiaque et d’oublier qu’il était un imbécile et qu’il se passait quelque chose ici, Alicia s’adressa à lui une première fois. Aidan ouvrit la bouche mais Casey le devança et en profita pour relancer les hostilités. Finalement, les repas d’Allie, aussi infâmes soient-ils, étaient peut-être… Non, c’était faux. Et les tensions chez lui étaient sûrement pires que celles-ci. Parce que si les choses dégénéraient ici, les deux filles se mettraient simplement à crier avant de pleurer et de s’enfermer dans la chambre sous le regard impuissant et dépité de William. Eux, ils se jetaient les uns les autres en essayant d’atteindre les yeux et autres points sensibles pour se faire le plus mal possible…

    « Au fait Aidan, je n’ai jamais pris le temps de te demander : est-ce que tu suis encore des études ? »

      « Oh… eh bien en fait non » répondit-il en avalant sa bouchée de purée (à laquelle il n’était pas allergique, soit dit en passant) « C’était pas trop mon truc les études, j’étais plutôt du genre sportif ! …En fait non, non plus, j’étais pas du genre très sportif »

    Un idiot maladroit. Voilà comment il venait de se décrire… Il y avait les têtes, il y avait les jambes et lui n’était ni l’un ni l’autre.

      « Enfin si, je faisais du sport mais pas au lycée… Juste chez moi » se dépatouilla-t-il

    La voix de son père s’éleva dans son esprit malgré lui, l’embrouillant encore un peu plus : la danse ce n’est pas un sport, Aidan, c’est plutôt un genre de hobby. Comme… la collection de timbre d’Isaac, tu vois ?

      « En fait c’est parce que je suis chanteur. Enfin j’le suis pas encore mais j’essaie de le devenir. C’est plus physique qu’on l’imagine de chanter et jouer en même temps. Et il fait presque aussi chaud que maintenant avec tous les projecteurs braqués sur vous et les milliers de regards qui vous déshabillent ! C’est assez horrible en fait, parfois on a l’impression qu’ils veulent nous manger… C’est même épuisant de pas se laisser manger » tenta de s’expliquer le petit blond en observant tour à tour les Ferguson attablés « Je cherchais du travail avant de venir ici. Mon frère connait du monde et il devait me présenter sauf qu’il m’a emmené au cinéma et on a bu et bu et encore bu et il m’a fait monter dans un caddie avant de me pousser sur une pente très pentue. C’est comme ça que j’me suis cassé le poignet. C’était très moche à voir, mon os essayait de ressortir ! » ajouta-t-il en levant son poignet comme pour illustrer ses propos « Alors j’pouvais plus jouer d’aucun instrument et le casting que je devais passer s’est… pas passé du coup alors… bah je fais plus rien. Et je suis pas d’études… Voilà… Ils sont très bons vos haricots, Madame Ferguson » déglutit-il en portant sa fourchette à sa bouche
      « M-merci Aidan… Tu peux m’appeler Alicia tu sais » lui sourit-elle gentiment « C’est une branche risquée la musique, non ? »
      « Oui, c’est pas évident et si je m’y mets pas très vite, j’aurai plus aucune chance avant même de m’être lancé. Mais mon oncle m’a promis un boulot dans son bar si jamais ça donnait rien, comme pour Samuel »
      « Samuel… c’est celui qui fréquente Charlie Doyle, c'est bien ça ? »
      « Oui c’est lui ! Il était pas trop fait pour les études non plus. Il a arrêté le lycée. Ça a mis un sale coup à mes parents quand il leur annoncé qu’il s’était trouvé un job » grimaça-t-il en se remémorant cette sombre période « Mais mon frère, Isaac, il est médecin ! Enfin plus trop pour le moment parce qu’il s’est fait virer ou je sais pas quoi pour avoir tué un patient, mais c’était pas sa faute, c’était juste après…juste après… enfin après le passage de mes parents à Grayson » résuma-t-il en fuyant les regards qu’il sentait peser sur lui « Et Aahron il est ouvrier et il gagne bien sa vie… Même s’il a pas vraiment fait d’études non plus parce qu’il s’est sauvé de la maison à dix-sept ans »

    Alicia semblait avoir pâlit depuis qu’il s’était lancé dans son monologue et son regard n’avait cessé de dévier vers sa fille d’un air un peu anxieux. Ce repas était décidément très nul et humiliant...

      « Je crois qu’il vaut mieux que je mange. Parce qu’il fait vraiment très chaud et que votre salle à manger à l’air d’être un carrousel » lâcha-t-il en s’essayant à sourire avant de s’enfourner de nouveaux haricots qu’il avait trempés dans sa purée

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Dim 27 Fév 2011, 18:54

C’était presque du soulagement que ressentait Casey en écoutant leur invité débiter son CV pas très glorieux, et celui de ses frères, pire encore. Du soulagement car Alicia n’allait rien trouver à lui redire après ça. Pour Alicia et William Ferguson, les études étaient un genre de passage obligatoire si l’on voulait devenir « un vrai être humain », où tout du moins : quelqu’un de respectable à leurs yeux. C’était d’ailleurs certainement pour cette raison que Joshua avait décidé de glander. Pourtant, Dieu seul savait qu’il était intelligent et qu’avec un peu de motivation, il aurait pu entreprendre et réussir à peu près tout ce qu’il voulait. Ce qui n’était pas le cas de Casey qui s’était pourtant retrouvée avec l’obligation de devoir poursuivre ses études en supérieur pour deux. Et encore, la branche qu’elle avait choisie, ses parents n’en n’étaient pas fan. Surtout sa mère. Pas de débouchés assez sûrs dans le monde de la littérature. Au fond, tout au fond, Casey n’avait absolument pas envie de poursuivre quoi que ce soit, pourtant elle le faisait tout de même, avec cette passivité qui lui était propre.
Secrètement, elle en voulait à son frère d’avoir fait le choix d’arrêter sans la consulter ou penser aux conséquences que cette décision allait avoir pour elle. Et lorsqu’elle entendait Aidan débiter ses ânerie, c’était presque de la jalousie qui pointait le boit de son nez quelque part dans sa poitrine.

Pourtant, la jeune fille préféra le soulagement et l’amusement à la rancœur et la jalousie. Mieux valait laisser ce genre de ressentiment dormir quelque part à l’intérieur de son crâne car les ressasser n’allait servir à rien. Elle était contrainte de continuer ses études, si elle arrêtait en cours d’année comme elle le voulait au fond, elle allait se retrouver avec une valise insuportablement lourde de culpabilité envers ses parents. Même si elle désapprouvait sa situation, elle aimait ses parents, et elle voulait leur donner le sentiment d’en avoir réussi au moins une sur deux, puisque réussite était ‘= étude’ dans cette maison.

Bref, au lieu de se laisser ronger par les contrariétés, Casey préférait tenter de se retenir de rire, la tête penchée vers son assiette, le nez presque plongé dans sa purée.
Personne ne remarquerait rien, elle avait toujours tendance à s’affaler sur son assiette, et elle était passée maître dans l’art de la dissimulation. Lorsque Joshua se mettait à être cinglant et à sortir leurs quatre vérités à leurs parents durant l’heure du repas, elle avait tout intérêt à ne marquer aucune approbation, et surtout pas le moindre sourire. Elle avait donc développé la méthode de ‘l’amusement furtif’.

Elle était aussi un peu étonnée d’en apprendre autant sur les Donnelly. Elle ne s’était jamais posé autant de question il fallait l’avouer, du moins pas sur les autres Donnelly puisqu’elle ne les connaissait pas du tout. Cela dit elle les avait croisés de loin, et elle avait été sacrément dupée par leurs airs sérieux ! Parce qu’au vue de ce que leur racontait le cadet de la fratrie, c’était carrément un leurre. Ils n’étaient pas très sérieux. Ca leur enlevait un peu de ce voile de mystère intense qui les entourait, pour les rendre ‘plus humain’. Façon de parler.

A part ça, Casey dégustait la tête que faisait sa mère tout autant qu’elle dégustait son poulet. C’est pourquoi, le visage totalement neutre qui dissimulait un fou rire intérieur tonitruant, elle décida qu’il serait bon d’en remettre une petite couche.

« C’est pas si risqué que ça quant on a un peu de talent tu sais maman » intervint donc l’adolescente sur le ton de la conversation « Aidan à chanté pour nous l’autre jour. Tu te souviens Aidan ? Dans la grange ? » lança-t-elle au grand blond « Il chante bien. A mon avis ça pourrait marcher s’il évite les caddies pendant quelques années »

Elle agrippa la bouteille d’eau et en proposa poliment aux trois autres, tout en se faisant, elle reprit :

« Charlie Doyle aussi est chanteuse, il me semble. Elle m’a raconté qu’elle s’était déjà produite dans des clubs et dans des cafés-théâtres, ce genre d’endroit. On n’est pas obligé de devenir aussi célèbre que Sting ou Madonna pour réussir dans la chanson »

Elle savait que sa mère n’avait rien de spéciale contre Charlie Doyle, mais que les cheveux courts et les tatouages, c’était limite. Elle savait aussi qu’Aidan ne jurait que par elle. D’ailleurs elle soupçonnait le garçon d’en pincer un peu pour la caissière et de jalouser son frère aîné, mais ça n’était qu’une vague impression, et elle s’en fichait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Lun 28 Fév 2011, 15:42

    Est-ce que c’était vraiment ce que Casey avait dit ? Qu’il chantait bien ? C’était le plus beau compliment qu’elle lui ait fait depuis qu’ils se connaissaient. Au bien entendu, le jour J, elle le lui avait signalé aussi mais là, elle l’expliquait à ses parents et défendait sa cause. Le jeune homme laissa un large sourire éclairé son visage pâle avant d’avaler quelques nouveaux haricots avec un appétit retrouvé.

      « Non on n’est pas obligé, c’est certain » confirma-t-il avec entrain « Je préfère d’ailleurs les petites salles intimistes aux grandes scènes. C’est trop intimidant et puis j’ai plus l’habitude de trainer dans les bars ! Je préfère être payé en alcool ! » ricana Aidan avant de réaliser qu’il venait de ruiner tous les efforts de Casey pour redorer son image entâchée

    Alicia gardait le nez obstinément plongé dans son assiette qui se vidait avec une lenteur incroyable, alors que William fixait sa fille d’un air indéchiffrable. Le silence devenait affreusement pesant dans la salle à manger et le petit blond décida qu’il était plus que temps de suivre les habitudes du foyer et de fermer sa trop grande bouche…

    Le reste du repas se déroula dans le calme. Aidan se contenta de féliciter Alicia pour sa cuisine à plusieurs reprises et William fit quelques commentaires sur les travaux qui les attendaient et l’avancement qu’il avait déjà pris dans la matinée. Une fois le repas terminé, alors qu’ils débarrassaient la table, Aidan se proposa pour aller chercher le plateau de Joshua et lui tenir un peu compagnie. Casey voulu l’accompagner ma sa mère l’incita vivement à rester avec elle en cuisine pour l’aider à faire la vaisselle, ajoutant qu’il valait mieux laisser les garçons entre eux…

    Le jeune homme passa donc un petit moment avec Joshua à l’étage. C’était la première fois qu’il gravissait l’escalier et il en était tout intimidé. Il voulu faire une petite embardée vers la chambre de Casey, juste pour voir à quoi ressemblait son petit univers, mais se fit violence et s’en abstint. Elle le prendrait assurément très mal et la dernière chose que voulais Aidan, s’était risqué de compromettre la relation plutôt stable qu’ils étaient en train de créer.
    Il eut l’impression étrange que sa présence dérangeait Joshua mais ne s’en offusqua pas. Après ce qu’il venait de traverser, il était sans doute normal que l’adolescent soit sur ses gardes de cette façon et qu’il n’ait pas beaucoup de conversation. Il n’en avait jamais vraiment eu beaucoup au fond et le petit blond se chargeait souvent de parler pour deux à l’époque où ils travaillaient ensemble.
    Une dizaine de minutes plus tard, Aidan lui souhaita un bon rétablissement et se chargea de redescendre son assiette et son verre vidés de leur contenu.

    Au rez-de-chaussée, il dû faire un rapport détaillé à Alicia sur l’état de son fils, bien qu’elle ne cessa de lui répéter en riant nerveusement que de toute façon, ça en la regardait pas vraiment. Elle lui rappelait un peu sa mère et c’était aussi agréable que douloureux. Voir sa mère s’inquiéter pour lui au moindre rhume lui manquait. Recevoir son déjeuner au lit et être chouchouté par elle également…

    La mine déconfite après cet échange, il se rendit dans le salon où Casey s’était réinstallée, devant la télévision qui tournait. Poussant un soupir, il se laissa tomber à ses côtés et lui adressa un petit sourire qu’elle lui rendit vaguement.

      « Tu regardes quoi ? »

    Mais alors qu’elle allait répondre, William pénétra à son tour dans le salon, frottant ses mains d’un air quelque peu impatient. C’était sans doute l’heure pour Aidan de reprendre les outils et d’aller accomplir son devoir…

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mar 01 Mar 2011, 04:53

    Casey avait purement et simplement détesté sa mère lorsque celle-ci lui avait interdit de suivre Aidan à l’étage. Les savoir tous les deux seuls la rendait presque malade. Ils allaient avoir tout le loisir d’être ‘entre garçons’ et de s’échanger leurs petits secrets loin de ses oreilles indiscrètes de fille. Joshua cachait quelque chose et elle était la seule à le voir. Pire encore, sa gourde de mère permettait à la situation de s’envenimer en les laissant s’entretenir seul dans la chambre de son frère.
    Le souci de Casey, c’était qu’elle ignorait encore quoi penser d’Aidan. Chose avérée : il n’était pas le petit prétentieux de la ville qu’elle avait cru qu’il était au départ. Il avait ses bons côtés. Seulement ça ne voulait pas dire qu’elle le connaissait. Pas du tout même. Du coup, elle ignorait quoi penser à son égard et surtout, ignorait où le positionner par rapport aux soupçons qu’elle entretenait.
    Par contre, elle connaissait son jumeau par cœur, et pour l’instant, elle ne lui faisait absolument pas confiance. Et ce sale petit traitre faisait semblant d’être à l’agonie pour obtenir absolument tout ce qu’il voulait. Ses parents étaient aveugle et aggravait les choses.
    Seulement, comment leur dire ? Alicia n’était pas en mesure de capter la moindre chose en ce moment, elle était trop obnubilé par l’accident dans le par cette idée d’avoir presque perdu son fils. Son père lui… difficile à dire comme toujours. Mais il était borné et de toute manière, l’adolescente n’avait que de vagues soupçons, pas assez pour commencer à se révolter.
    Alors comme toujours, elle avait simplement soupiré et gardé sa colère bien cachée sous son masque impassible habituel.

    Heureusement, Aidan n’était pas resté à l’étage bien longtemps. Et une fois redescendu, c’était son père qui avait mit le grappin sur lui. Au bout de quelques minutes seulement, ils étaient sortit pour retourner a cet enclot délabré qui attendait qu’on le répare.
    Peu après, sa mère s’était éclipsée aussi. Des animaux à nourrir, un passage à la pharmacie, à l’épicerie, bref, bon débarra. Elle avait proposé à sa fille de l’accompagner mais celle-ci avait bien entendu décliné. Alors une fois Alicia partie, Casey avait passé quelques minutes sur le divan, observant l’écran du téléviseur sans vraiment le voir. Au bout d’un moment, elle en avait eut assez de rester là, prostrée au milieu de pensées pesantes que la présence d’Aidan avait ravivé dans son esprit.

    Elle avait d’abord laissé sortir les chiens, puis, toujours aussi pensive, s’était dirigée vers la porte d’entrée de la maison restée grande ouverte dans l’espoir vain de ventiler un peu l’air chaud de l’été.
    Casey avait alors passé de longues minutes à observer son père et Aidan s’acharner sur leur enclot, et ce spectacle avait presque contre son gré fait fuir la majorité des pensées négatives qui l’habitait.
    Une chose qu’on ne pourrait jamais enlevé à son cher papa, c’était son indéfectible patience. Parce que travailler avec Aidan en demandait tout un trésor. Généralement, sa première pulsion était la bonne, mais il semblait systématiquement retenu par l’hésitation et le doute. Comme persuadé qu’il faisait obligatoirement fausse route et que ses gestes n’étaient pas bons. Ca le rendait maladroit alors qu’en vérité, il aurait pu ne pas l’être, voir même, être plutôt efficace.
    Un peu comme elle au fond, à toujours douter d’elle-même, à choisir de ne pas faire, pour être certaine de ne pas se tromper.

    Mais bientôt, la place de spectatrice ne lui suffit plus. Elle noua ses longs cheveux châtain en une queue de cheval qu’elle fit passer par le trou à l’arrière de sa casquette de baseball fétiche. Une fois celle-ci vissée sur sa tête une et une paire de petites chaussures légères aux pieds, elle s’éclipsa de la maison pour rejoindre les garçons. Elle joua les assistantes durant un moment tout en taquinant un peu son père qui le lui rendait bien. Ils passèrent en tout et pour tout près d’une heure et demi en plein cagnard, mais l’ambiance légère et les blagues d’Aidan avaient semblés faire passer le temps plus vite. Lorsque le dernier piquet fut enfin fixé, ils fuirent l’endroit sans prendre la peine de ranger en quête désespérée pour un peu d’ombre. Ils échouèrent dans la cuisine, en nage, poisseux et poussiéreux, mais satisfait. Son père adorait le travail manuel, ça le rendait heureux de pouvoir contempler quelque chose qu’il avait construit de ses mains. Casey comprenait tout à fait cela.
    Après plusieurs verres de limonade bien fraiche, un changement de tee-shirt et un passage éclaire dans la salle de bain, William était déjà prêt pour la suite du programme.

    « Bien, je vous remercie les jeunes, je suis en avance sur mon planning, c’est rare » avait-il soupiré en revenant dans la cuisine où se trouvaient encore les deux adolescents « Je vais rapidement ranger le matériel et retrouver David. Le pauvre est là-bas tout seul depuis l’aube. Casey, tu vérifie l’abreuvoir des chevaux ? »
    « Ok. On peut ranger aussi si tu veux »
    « Oh… et bien, oui, d’accord, je te remercie »



    William avait agrippé une bouteille d’eau, agrippé ses clé, puis s’était planté devant eux en les observant tour à tour. Casey savait exactement ce qui se passait dans son crâne, il était transparent pour elle. Il venait de réaliser qu’il était sur le point de partir, et de les laisser tout seul, tous les deux.

    « Hum… je suppose que vous irez tenir compagnie à ton frère après ça »
    « Peut-être oui »

    Certainement pas ! Mais elle ne voulait pas non plus retenir son père…
    « Bien… c’est bien »
    Silence.
    « Bon… »
    « Ouep »
    « …J’y vais »
    « A ce soir papa »
    « A ce soir oui… »


    Et il lui avait encore fallut 30 longues secondes pour quitter la maison, puis une bonne minute pour rejoindre son pick up, le démarrer, et s’en aller enfin.

    « J’ai mentis pour Joshua, j’te préviens tout de suite. J’sais que vous êtes amoureux mais franchement, s’il veut passer du temps avec moi, c’est lui qui sort. Un peu de bronzage lui ferait pas de mal, il est blanc comme un mort » marmonna la jeune fille en terminant rapidement le fond de son verre de limonade.

    Une fois cela fait, elle le déposa dans l’évier et se dirigea d’un bon pas vers la sortie afin de retourner près de l’enclot terminé afin d’y rassembler le matériel qu’ils avaient utilisé et le ranger dans la grange.
    Casey se permettait rarement d’être aussi crue et direct en présence d’un inconnu, seulement elle avait surtout dit cela pour tester un peu le grand blondinet et voir ses réactions qui, le connaissant, ne seraient pas longues à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mar 01 Mar 2011, 16:12

    La journée avait été absolument harassante. Il y avait d’abord eu sa nuit mouvementée et peu reposante, l’horrible trajet qu’il avait été contraint de faire à pied jusqu’à la ferme Ferguson, le repas ô combien stressant qu’il avait partagé avec la petite famille et l’avait fait éliminer au moins autant de calories qu’il en avait consommées puis ce travail épuisant sous le soleil de plomb que William lui avait fait exécuter. Aidan était vidé et ses jambes lui paraissaient cotonneuses.
    Il avait même hésité à demander au maire de le déposer sur East Jefferson en voiture, mais n’avait finalement pas osé. Sans compter qu’il était bien content de pouvoir enfin passer un peu de temps en compagnie de Casey...
    Il s’imaginait déjà se laisser tomber lourdement dans le sofa du salon avec elle pour regarder la télé durant des heures en parlant de tout et de rien. En sa qualité d’invité, il se serait fait servir une dizaine de verres de limonade pour se désaltérer jusqu’à la noyade.
    Bon il acceptait aussi que Joshua se joigne à eux.

    Mais la jeune femme avait vraisemblablement d’autres plans. Son père à peine partit, elle lui débita une longue phrase pleine de doubles sens que son cerveau épuisé eu bien du mal à décrypter. Pourquoi fallait-il toujours qu’elle le charrie de cette manière ? Et pourquoi quittait-elle la fraicheur très relative de la maison pour retourner s’afficher sous ce soleil insupportable lumineux et chaud ? C’était pour le TORTURER, c’est ça ??
    Ah non, elle s’était engagée à ranger le bazar à la place de son père. Et du coup, il était obligé de s’y mettre aussi… Encore qu’il pouvait toujours répliquer un truc du genre : non, je préfère rejoindre Joshua dans sa grotte et devenir aussi blanc qu’un mort, sale harpie amatrice d’UV !
    Sauf qu’il n’oserait jamais parler comme ça à Casey (elle lui faisait un peu peur en réalité…) et que de toute façon, elle n’était déjà plus à porter de voix et qu’il n’avait pas envie d’hurler.

    Levant les yeux au ciel, il poussa un lourd soupir et se décida à lui emboiter le pas. Il plissa les yeux une fois à l’extérieur et se maudit de n’avoir pensé à apporter ni des lunettes de soleil, ni quoi que ce soit pour couvrir son crâne en feu.
    Le silence se prolongea un moment tandis qu’ils se mettaient au travail, chacun dans son coin pour rassembler le matériel. Casey n’avait de cesse de lui jeter des regards lorsqu’elle pensait qu’il ne pouvait la voir. Elle avait l’air contrariée, impatiente, comme si elle attendait quelque chose de lui.
    Quoi au juste ? Il était censé lui faire la conversation ? Pourquoi c’était toujours à lui de le faire d’abord ? Qui avait décrété qu’Aidan Sean Donnelly était le bout en train, le clown bavard de la bande au juste, hm ?

      « Bon ça suffit. T’as un problème ou quoi ? » finit-il par laisser échapper, se tournant vers elle, les poings sur les hanches, une moue boudeuse sur son visage juvénile

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mer 02 Mar 2011, 03:11

    Toute plongée qu’elle était dans ses pensées contrariées et contrariantes, Casey était un peu tombée des nues lorsque finalement, Aidan l’avait sortie de son marasme intérieur d’une réplique un peu cinglante.
    Non cinglante n’était pas le mot pour décrire le ton qu’il avait utilisé, mais elle avait été tellement surprise que ça lui avait tout de même fait l’effet d’une claque.
    Son premier sentiment fut un agacement certain, offusqué qu’il la confronte de manière si abrupte et indélicate. Evidemment, elle n’avait pas l’intention de le lui faire remarquer. Elle se savait avoir beaucoup de défaut, mais elle n’était pas spécialement hypocrite, et elle savait surtout qu’elle était loin d’être très agréable elle-même. En général, et en particulier, aujourd’hui.

    Du coup, avant de répliquer quoi que ce soit, elle prit quelques instants. Elle avait d’abord haussé les sourcils de surprise, puis les avait froncés, contrariée. Maintenant, elle se contentait d’afficher un air un peu fermé, mais surtout pensif.
    Avait-elle un problème avec Aidan ? … la réponse était complexe. A la fois oui, et à la fois non. En tout cas, chose certaine, ça n’était pas lui qui était directement concerné. C’était plutôt les trois autres Ferguson qui lui posaient problème en ce moment. Mais Aidan était tout de même mêler à ce qui la contrariait, alors effectivement, elle avait du mal à se montrer ouverte. Plus encore qu’a l’accoutumée.

    De ses yeux verts, elle l’observa quelques instants lui faire face de sa moue boudeuse. Cette image la fit se dégonfler comme un ballon de baudruche. Mais qui était ce type à la fin ? Qui étaient CES types ? Que voulaient-ils exactement et pourquoi étaient-ils là ? Grayson partait en cacahuète depuis qu’ils étaient arrivés. Ils avaient même eut droit à du terrorisme la semaine dernière ! Et le mot n’était pas trop fort, bon Dieu, son frère avait failli mourir brûler vif et les feux d’artifices avaient explosés en calcinant leur parc et en blessant pleins de gens. Et autour d’elle, on agissait comme si elle n’était jamais concernée. Elle n’avait droit à aucune réponse à ses questions, de la part de personne et surtout pas de la part de ses parents. Et malheureusement, son propre jumeau s’y mettait. Elle se sentait à côté de la plaque et ses tripes lui hurlaient qu’elle était entrain de rater quelque chose d’énorme qui lui passait sous le nez. Mais non, elle était cantonnée à la vaisselle, à abreuver les chevaux. Marre !

    « T’as pas eu le temps de me répondre tout à l’heure… » finit-elle donc par répondre, camouflant ses contrariétés derrière son ton neutre habituel « Je t’ai demandé pourquoi tu t’étais battu avec Nathaniel Redd »

    C’était le moment où jamais pour Aidan de lui montrer qu’il ne la prenait pas pour une idiote…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Mer 02 Mar 2011, 12:43

    Alors c’était ça qui la contrariait et la rendait chiante ? Parce qu’il ne lui avait pas expliqué les raisons de sa bagarre ridicule avec Nathaniel Redd dans son explication précédente ? Pourtant elle n’avait pas paru en être si bouleversée tout à l’heure, elle avait même été plutôt cool avec lui au cours du repas et par la suite. Mais depuis que son père avait disparu, elle s’était murée dans son silence, ne cessant de lui jeter des regards en attendant qu’il dise quelque chose. En l’occurrence, qu’il lui dise pourquoi il s’était battu avec le garagiste de Grayson une bonne semaine plus tôt. Et il était censé le deviner ?
    Ou alors le problème était tout autre et c’était juste un moyen comme un autre de noyer le poisson.

    Le jeune homme tiqua et alla laisser tomber le piquet qu’il avait en main dans la brouette à disposition. Il lança ensuite un regard agacé à Casey qui le fixait toujours, dans l’attente d’une réponse à sa question d’apparence badine.

      « Peut-être que j’ai pas envie de te répondre et que ça m’a bien arrangé que ta mère débarque » rétorqua Aidan en se donnant un air mystérieux qu’il troqua rapidement pour une moue un peu boudeuse « Je vois pas en quoi ça te regarde tout ça de toute façon. Je te demande pas pourquoi toi et ton frère avez l’air de vous faire la tête moi ! »

    Il se détourna pour faire mine de reprendre le travail et d’en rester là, mais après quelques secondes, le petit blond refit face à Casey. Elle n’avait pas encore bougé et continuait de poser sur lui ce regard un peu éteint, le visage aussi fermé que pouvait l’être celui de son père. Ou même de Joshua.

      « Il m’a provoqué et c’est pas la première fois. Je l’avais prévenu que s’il recommençait à me chercher, il allait me trouver et il peut visiblement pas s’empêcher de le faire alors voilà ! Si c’était à refaire, j’essaierai de lui faire encore plus mal si tu veux tout savoir » cracha-t-il avec une colère mal contenue

    Malgré la promesse qu’il avait faite à ses frères et le père de la jeune fille, il ne pouvait contrôler ses petits nerfs à fleur de peau aussi facilement qu’il l’aurait souhaité. Evoquer Nathaniel Redd était toujours pénible pour lui puisque, jusqu’à preuve du contraire, ce nom faisait écho pour lui à la mort de ses parents. Ce n’était pas un sujet qu’il aimait aborder…

      « Et puis tu peux penser ce que tu veux, aller le répéter à qui tu veux, j’m’en fiche ! Si il revient faire son gros malin devant moi ou me frères, on le ratera pas et il aura que ce qu’il mérite ! » bougonna-t-il avant de se détourner pour retourner à sa tâche

    Comment arrivait-elle à le faire sortir de ses gonds à chaque fois ? C’était un don chez elle à ce stade ! Il pouvait passer du rire à la colère en un claquement de doigts en sa présence. Toujours sur le qui-vive, elle lui mettait les nerfs à rude épreuve et, plus il voulait bien faire, pire c’était…

      « Et j’reviendrai pas là-dessus. Si tu veux des détails plus croustillants, t'as qu'à aller demander directement à votre précieux Nathaniel » la prévint-il sans lui adresser un regard, les joues rougies par un affreux sentiment de honte

    Il aimait se donner en spectacle, mais pas dans ces conditions. Dès qu’il en aurait terminé avec ces maudits piquets à balancer, il rentrerait chez lui. Point.

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 19
Logement : 04, Washington Street
Emploi : Etudiante en Lettre
Nombre de messages : 271

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, Charlie, William
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Jeu 03 Mar 2011, 22:09

    « Ca ne te regarde pas »
    Elle connaissait cette réponse tellement par cœur que le simple fait d’entendre ces quelques mots la plongeait dans un sentiment de frustration intense. Elle y avait droit à toutes les sauces, et de la part d’a peu près tout le monde. Tout son entourage, proche ou pas, semblait passer tout son temps à faire des choses qui ne la regardaient pas. Elle ne devait pas s’en mêler, rester en dehors de tout ça, arrêter de poser des questions, parce que ça ne la regardait pas.
    Rien ne la regardait, et il ne fallait surtout pas qu’elle s’en plaigne, parce qu’en plus, c’était pour son bien. Aidan n’était pas allé jusque là, par contre ses parents ne se gênaient jamais.
    Ca n’avait tout de même pas empêché le garçon d’être sacrément blessant, et la première réaction de Casey fut de rougir, de se détourner et de s’empêcher de pleurer.
    Evidemment, il était difficile de lire quoi que ce soit sur son visage car elle avait l’habitude d’adopter une expression neutre. C’était un don qu’elle avait hérité de son paternel. Qu’il soit content ou pas, il tirait toujours la même tête.

    Bref, l’adolescente était déçue. Aidan avait certainement été bien moins déplaisant avec son jumeau, eux qui s’entendaient si bien. De toute manière, au fond, Casey se fichait des raisons qui avaient poussé le jeune homme à se battre avec « leur précieux Nathaniel ». Elle ignorait d’ailleurs d’où lui venait cette idée que Nathaniel était précieux à leur communauté. Ca n’était pas totalement faux, c’est vrai qu’il était présent, c’est surtout parce qu’il se mêlait de tout. D’un autre côté, seuls les plus vieux semblaient l’avoir à la bonne et le trouver bienveillant. Généralement, les gens sensés avec un peu d’instinct n’appréciaient pas particulièrement sa présence. En gros, il était important, ça ne voulait pas dire qu’il était aimé ! C’était certainement un préjugé venu tout droit de la ville que de croire que tous les gens de la campagne étaient soudés comme ‘au bon vieux temps’. Casey doutait que ça ait réellement existé ailleurs que chez les mormons m’enfin, là n’était pas la question.

    Elle n’avait pas fait d’énormes efforts dans ce sens d’accord, mais ce qu’avait espéré Casey au fond, c’était un peu d’aide. L’une ou l’autre petite information pour comprendre ce qui se passait autour d’elle. Elle n’avait pas été jusqu’à espérer de la complicité avec le garçon, mais un minimum de coopération aurait été la bienvenue. Seulement ça n’allait apparemment pas lui tomber tout cuit dans le bec, et elle était déjà découragée pour cette fois-ci. Maintenant elle avait plutôt envie de l’envoyer bouler plutôt que d’insister.

    Elle réussit donc à se raisonner rapidement et préféré se vexer plutôt que d’être blessée.
    Jetant un coup d’œil en biais au jeune homme, elle se redressa et agrippa les manches de la brouette bien chargée afin de la ramener vers la grange.

    « A vrai dire, j’men fiche d’avec qui tu te bats. En vérité j’espérais juste que tu m’avoue que tu sors avec mon frère. Je dirais rien à papa tu sais. Avec moi, votre secret est bien gardé » dit-elle dans un petit haussement d’épaule discret.

    Et sans même sourciller, elle se détourna du jeune homme pour se diriger vers la grande bâtisse de bois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   Ven 04 Mar 2011, 14:14

    Le menton d’Aidan tomba jusqu’à sa poitrine à la remarque de Casey. C’était une plaisanterie ? Est-ce qu’elle cherchait à le provoquer une fois encore ? C’était la seconde fois en l’espace de dix petites minutes qu’elle sous entendait que Joshua et lui étaient… qu’ils avaient une… Enfin qu’elle faisait ce genre de réflexions parfaitement infondées et fausses et dégradantes et tout ça.
    Mais il apparut soudainement évident au garçon qu’elle ne cherchait pas à le titiller pour se venger d’une quelconque maladresse dont il n’avait pas eu conscience : elle y croyait vraiment. Casey envisageait réellement la possibilité que lui et son frère jumeau étaient… gay. Comment est-ce qu’elle avait pu en arriver à cette conclusion délirante ?
    Non, la vrai question était définitivement : pourquoi tout le monde le pensait gay à un moment ou un autre ?

    La réponse était pourtant évidente. Il avait des traits fins, entretenait sa silhouette, aimait danser, chanter, jouer la comédie et voulait en faire son métier. Les vrais hommes (hétérosexuel donc selon une idée reçue débile…) devaient pratiquer uniquement des sports violents, se rentrer dans le lard en poussant des hurlements bestiaux et se démettre des épaules sur une pelouse.
    Qu’ils aillent tous se faire foutre ! Aidan s’était sûrement blessé autant de fois qu’un joueur de football américain au cours des entrainements intensifs qu’il s’imposait quotidiennement. Danser durant des heures était aussi épuisant que courir sur un terrain de foot et demandait autant voir plus de discipline encore.
    Chanter n’était pas un exercice facile non plus d’ailleurs ! Tout comme apprendre à jouer d’un instrument était éprouvant. Il se souvenait n’avoir pas pu utiliser ses mains pendant deux jours après avoir joué de la guitare jusqu’à s’en faire saigner les doigts.
    Les gens étaient stupides et ignorants. Pire, ils étaient mauvais.

    Casey n’avait jamais été tendre avec lui mais là, elle allait un peu trop loin. Il en avait marre de subir ce genre de remarques mais en avait l’habitude. En revanche, qu’elle parle comme ça de son propre frère… Il trouvait ça vraiment déplacé et cruel. Peut-être que c’était vrai. Peut-être que Joshua préférait les hommes, mais ça ne la regardait pas et elle n’avait pas à faire ce genre de remarques, d’autant qu’aucun d’eux n’avait jamais eu aucun geste ou aucune parole tendancieuse.
    Que cherchait-elle à prouver ? Pourquoi était-elle comme ça.

    Les mâchoires crispées par la colère, Aidan accéléra son pas pour la rejoindre et bloquer la route de la jeune femme qui n’eut d’autre choix que de s’immobiliser et de reposer la brouette devant elle.

      « Va t’faire foutre, Casey ! T’es vraiment une belle garce, tu le sais ça ? » l’agressa-t-il, furieux « Je sais pas ce que je t’ai fait pour mériter que tu me traites de cette manière et j’veux même pas l’savoir ! Parce que quoi que tu puisses dire, ce sera complètement débile et faux ! J’ai jamais rien fait contre toi ! Mais que tu viennes sous entendre ce genre de trucs sur ton frère, c’est vraiment moche et je m’attendais pas à ça de ta part ! » poursuivit Aidan, peinant à contrôler ses émotions « C’est vraiment naze de dire ça putain ! Alors si tu attends une réponse : non ! Non, je sors pas avec ton frère, c’est juste un pote. Un pote avec une sœur vraiment stupide dont il parle bêtement en bien ! »

    Il marqua une pause avant de reprendre d’un ton incisif, son regard clair braqué sur la jeune femme come s’il était en train de lire en elle.

      « Tu veux que j’te dise ? En vérité j’ai l’impression que ton gros problème, c’est que t’es jalouse ! En vérité, t’aimerais bien que ce soit avec TOI que je sorte ! C’est pour ça que t’es aussi mauvaise avec moi et avec ton frère »

    Il n’avait aucune idée d’où lui était venue cette réplique, mais il ne la regrettait absolument pas. C’était elle qui l’avait poussé vers cette pente glissante qu’il venait d’emprunter. Les bras à présent croisés sur sa poitrine, il continua de l’observer d’un air de défi.

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]   

Revenir en haut Aller en bas
 

03.2. Can we skip the part when I say I'm sorry ? [Aidan & William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation  :: GRAYSON :: WASHINGTON STREET :: ferme des Ferguson-
Sauter vers: