AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ROAD TO SALVATION FERME SES PORTES APRES TROIS ANS D'AVENTURE ! N'oubliez pas de vous joindre à nous pour l'après-midi chatbox dimanche 18 novembre à partir de 13h ! svp et d'y laisser un commentaire de préférence.

Partagez | 
 

 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Mer 26 Jan 2011, 17:52

    Logan était encore chez elle quand la brunette avait réussi à se lever et à mettre de l'ordre dans ses idées pour la dure journée à venir. Parce que comme elle l'avait décidé la veille, en ce beau jour déjà brulant, la postière allait se pointer devant chez Charlie pour pleurer comme la stupide demoiselle qu'elle était.

    Pas besoin de préparer quoi que ce soit, tout allait se déverser en flot continu sans qu'elle ne comprenne d'où ça venait. C'était toujours comme ça de toute manière dès qu'elle se disputait. Mais là la dispute avait duré pas mal de temps et personne n'avait vraiment baissé les armes. Alors ce serait elle, Colleen Patricia Jefferson qui le ferait.

    C'était aussi sa faute en quelque sort puisqu'elle avait dit elle même à Charlie qu'elle ne voulait plus la voir, Charlie n'avait rien dit... ou alors Colleen avait déjà prit la poudre d'escampette. Le fait est que sa meilleure amie lui manquait à mourir et qu'elle avait des tonnes de choses à lui raconter.

    Il y avait eu la rupture avec Grif, la rencontre avec Logan et puis Logan, Logan et encore Logan. Et le feu et ses problèmes avec l'alcool et les pétards qu'elle fumait tout le temps. En gros une sorte de joie de vivre bizarre qui l'empêchait de déprimer et d'éclater une nouvelle fois. Peut-être même qu'elle allait lui raconter la fois où elle avait prit tout les médicaments de sa pharmacie pour se tuer et avait fini la tête dans les toilettes du Redd.

    Alors la jeune femme sortit de chez elle, un foulard taupe dans les cheveux et une longue robe blanche ample enfilé à la va vite comme c'était si souvent le cas. Et alors la marche rapide en direction de sa presque voisine était engagée. Ce n'était pas loin du tout et pourtant le trajet lui parut terriblement long.

    Enfin arrivée, Colleen s'éclaircit la gorge et appuya sur la sonnette pour voir la vieille Doyle se pointer à la porte, un grand sourire aux lèvres. Merde, c'était pas la bonne Doyle.

      « Bonjour Mère-Grand, est-ce que Charlie est dans le coin ? »

    La vieille se contenta se sourire sans bouger un cil... ah les vieux.

      « C'est Colleen ! La copine de Charlie ! »

    Enfin avant c'était le cas, il fallait maintenant voir si cela allait rester ou non. A la mention de son nom, Louise sembla s'éveiller et s'écarta de la porte pour laisser passer la demoiselle qui l'embrassa sur la joue en lui murmurant un rapide merci.

    Direction la cuisine vu le bruit qu'il y avait. Elle n'était pas annoncée, peut-être que cela lui permettrait d'avoir un train d'avance si Charlie voulait la virer.

      « Hey... Ne parle pas, écoute moi ok ? Je suis désolée pour tout, j'ai été une vraie crétine, j'aurais du savoir que Grif était amoureux de toi et c'est pas vraiment de ta faute si t'es aussi canon. Tout ça pour dire c'est que je veux qu'on se remette ensemble parce nos parties de jambes en l'air me manque trop. Je t'aime Charlie, tu veux bien m'épouser de nouveau ? »

    Et elle sourit, attendant une réponse qui n'allait pas tarder à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Ven 28 Jan 2011, 03:01

    Complètement interdite, Charlie restait figé dans sa cuisine, sur sa chaise, une biscotte à mi chemin entre son bol de cacao et sa bouche. Ses prunelles d’un brun doré restaient fixées sur la demoiselle qui venait de faire irruption dans sa cuisine.
    Pour une surprise, c’était une surprise. La petite caissière s’était imaginé que le coup de sonnette qui avait retentit dans la maison n’était autre que Samuel. La veille, le feu avait fait rage dans le parc, la nuit avait été sacrément mouvementée, et lorsqu’elle était rentrée chez les Donnelly, l’ambiance n’avait pas été meilleure. La jeune femme et les deux cadets de la fratrie avaient passé un moment tous les trois dans la chambre des garçons, puis le couple s’était finalement éclipsé pour rentrer en tête à tête chez la brunette.
    Sam avait passé la nuit chez elle, et ils s’étaient réveillé un peu moins d’une heure plus tôt. Le temps d’une rapide tasse de café et le grand blond s’en était retourné chez lui. La jeune femme s’était figuré l’espace d’un instant qu’il avait simplement oublié quelque chose chez elle. Ca n’avait pas été le cas.
    Charlie était donc désormais seule dans sa cuisine, enfin, plus tant que ça maintenant, parce que ces boucles brunes et cette langue trop bien pendue, c’étaient assurément à Colleen qu’elles appartenaient. Colleen qui se trouvait là, debout, de l’autre côté de la table, juste devant elle. Après une éternité sans un seul mot, sans vouloir la voir ou lui parler, sans lui donner de nouvelles, sans daigner garder un minimum de contacte, la voilà qui faisait irruption et lui déballait tout son truc sans qu’elle n’ait eut le temps de réaliser ce qui était entrain de se passer.

    Lentement, la main de la jeune femme s’abaissa pour venir reposer sur la table. Le moment de flottement était passé. Il lui avait fallut quelques instants pour analyser la situation, réaliser ce qui était entrain de se passer et retomber sur ses pieds. Cela fait, elle pouvait maintenant répondre.

      « Typique Jefferson ! Typique ! » s’exclama-t-elle en pointant son amie d’un index accusateur « Et très injuste aussi, sache-le. J’ai frappé à ta porte plusieurs fois et tu m’as jamais ouvert. Et toi du premier coup tu déboule dans ma cuisine ! »


    Elle prit une pause, le temps d’un soupir, puis ses fins sourcils foncés se crispèrent tandis que ses épaules s’affaissaient. Son expression était maintenant bien moins sérieuse, mais plutôt boudeuse.

      « Puis j’suis bien d’accord avec toi… t’es une vraie crétine. T’aurais jamais du m’éviter aussi longtemps et effectivement, je suis canon. »


    Ca n’était pas vrai bien entendu, Colleen le savait certainement. Au fond Charlie comprenait assez bien le comportement de sa meilleure amie. Se sentir rejeté de cette manière n’était pas facile pour une femme. Pour personne d’ailleurs. Charlie en avait elle-même fait l’expérience dans d’autres circonstances, et elle se sentait encore coupable des sentiments que Grifith continuait d’éprouver pour elle. Cela dit, ressasser cette histoire ne les mènerait nulle part. Du moins ça n’était pas de ça dont elles avaient besoin ce matin. Le problème méritaient d’être abordé à nouveau, d’être débattu, mais pas tout de suite. Maintenant, elles avaient surtout besoin de se retrouver, et même si Charlie avait beaucoup de chose à dire à son amie, elle ne pouvait nier cette enivrante bouffée de soulagement qui lui chatouillait l’estomac depuis que la postière était présente.
    Elle esquissa donc un petit sourire un peu triste et vint poser son menton au creux de sa main. Un lourd soupir et quelques hochements de têtes résignés plus tard, Charlie désignait d’un signe de tête la chaise en face de la sienne.

      « Tu veux manger du cacao et des biscottes avec moi ? »


    Le ton était calme et un peu tristounet. Maintenant que la surprise de la voir là était passée, et qu’elle avait renoncé à se sentir en colère, elle devait bien avouer qu’elle avait un peu le cœur gros. Toute cette histoire l’avait secoué et elle était bien heureuse que cette affreuse période prenne fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Ven 28 Jan 2011, 18:56

      « Ouai, je viens de me lever et j'ai rien mangé depuis le chili de cette nuit. J'ai l'impression que mon estomac est en train de pourrir avec tout le piment que j'ai ingurgité. C'est le seul truc qui ait du goût quand je suis vraiment très bourrée. »

    Et c'était plus que fréquent depuis sa rupture et son but de ne voir personne mis à part sa mère et Logan. Si Charlie avait été avec elle alors tout aurait été différent. Elle aurait bien moins bu, bien moins fumé et n'aurait pas tenté de se foutre en l'air en vidant sa pharmacie de tout ce qu'elle possédait pour les ingurgiter avec de la tequila.

    Mais Charlie n'avait pas été là parce que la postière en avait décidé ainsi, il y avait eu Logan pour limiter la casse mais c'était bien tout. Colleen s'en voulait mortellement d'ailleurs. Jamais elle n'aurait du se renfermer comme ça dans son coin sans rien dire. Mais tout allait aller mieux désormais, elle et Charlie c'était du solide !

    Colleen bailla un grand coup avant de se laisser tomber sur la chaise à côté de Charlie pour lui prendre la biscotte qu'elle avait à la main pour la tremper dans son bol. Et elle enfourna le tout dans un soupir de bien être.

      « C'est vachement bon ton truc, j'ai pas prit ça depuis des années j'ai l'impression. T'as vu que je peux pas vivre sans toi ! Tu es la meilleure cuisinière du monde entier. Ce que je veux dire c'est que c'est inouï de mettre du beurre sur des biscottes ! Qui fait ce genre de trucs sérieux ? »

    Colleen ouvrit grands ses yeux encore rougis par la nuit précédente... c'est à dire le manque de sommeil et attrapa une biscotte de nouveau. N'ayant aucune patience pour beurrer quoi que ce soit, la bête plongea telle qu'elle dans le bol de la pauvre Charlie qui la regardait d'un oeil quelque peut critique.

      « Alors t'es de nouveau avec ton Donnelly d'après ce que j'ai entendu ? C'est les vieilles qui en parlaient quand je suis allée chercher mon courrier. J'essaie de reprendre le boulot doucement parce que c'est quand même chiant de rester à la maison à la journée... »

    Un nouveau soupir et un nouveau plongeon dan le bol. C'est vrai que c'était chiant, même Logan bossait la journée et c'était nul, la télévision ne montrait rien d'intéressant. Les dvd de kung fu ne la branchait plus trop pour le moment. Alors elle buvait ou fumait en dansant dans son salon jusqu'à ce qu'elle s'endorme et qu'elle se réveille à une heure indécente. Pas vraiment réjouissant en somme.

    Et quand elle se réveillait et qu'elle avait assez de courage pour se trainer, alors elle allait voir Logan pour passer du bon temps. Et cela n'incluait pas QUE du sexe, ils parlaient un peu, elle le regardait dessiner, elle tentait de ranger sans qu'il s'en rende compte. C'était une drôle de vie mais c'était comme ça...

      « Et hier ça c'est fini comment ? Y'a pas eu de mort quand même ? On est rentré en vitesse parce que c'était assez chiant et on servait à rien. On était assez déchiré... »

    Colleen sourit doucement avant de fixer Charlie du coin de l'oeil.

      « Je couche avec Logan Redd au fait. Mais c'est juste un pote. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Dim 30 Jan 2011, 02:58

    C’était au moment ou Colleen lui avait chipé sa biscotte que Charlie s’était mise à pleinement réaliser qu’elle et sa meilleure amie étaient enfin réconciliées. Ca avait prit vingt seconde en tout, mais ça avait été vingt seconde intenses et surtout, vingt secondes qu’elle avait attendu plus encore qu’elle ne l’avait réalisé. Maintenant que la petite postière était là avec elle, la brunette prenait conscience d’à quelle point elle lui avait manqué ces dernières semaines. Sa manière d’être sans gène, de déballer tout ce qu’elle avait sur le cœur en une fois sans épargner personne et sans même prendre de pause pour respirer. Charlie était à la fois étonnée et ravie. En d’autre temps, la caissière se serait peut-être agacée qu’on lui arrache sa biscotte des mains de cette manière, pourtant cette fois-ci c’était presque un plaisir.

    Avant de lui répondre, la jeune femme esquissa un sourire et secoua la tête, légèrement incrédule. Elle agrippa une biscotte à son tour et y planta les dents avant d’enchainer :

      « Tu m’as manqué tu sais » lança Charlie avec un amusement un peu moqueur.


    Cependant elle ne laissa pas sa meilleure amie reprendre la parole, Dieu seul sait quant elle aurait à nouveau l’occasion d’ouvrir la bouche si elle la laissait faire.

      « Hier ça a été la catastrophe » reprit-t-elle d’un ton nettement plus morne « Je sais pas si t’as entendu mais les feux d’artifice étaient coincés à l’intérieur du cabanon de projection. Avec le fils du Maire. Dieu merci ils ont réussit à le sortir de là avant que ça explose. J’étais avec les Donnelly quand ça s’est passé. On était en recule aux abords du parc mais… quand ça péter on avait une vue imprenable, c’était un truc de malade. C’est le truc le plus dingue que j’ai jamais vu, j’te jure… J’dois dire que… j’sais vraiment pas quoi penser de tout ça. C’est de plus en plus bizarre et Sam… j’suis toujours avec lui, ouais. D’ailleurs c’était son anniversaire hier… tu parle d’une fête » grogna la jeune femme en haussant les sourcils, le regard noir « Bref,… après tout ça j’ai eu l’occasion de croiser sa charmante famille, et je remets le couvert ce soir. On va au Susan’s pour l’anniversaire… seulement, franchement ça m’enchante pas. Je dis pas qu’ils sont louche, juste… tu sais, y’a vraiment quelque chose de bizarre qui se passe ces temps-ci. J’ai l’impression que tout le monde devient fou. Que… que le village part en couille. Tout le monde pète les plombs depuis qu’ils sont là. Toutes ces histoires sur leurs parents, les accidents pendant les séances cinéma, puis ce qui s’est passé à l’épicerie quand… tu sais… quand t’as appris pour Grifith… »


    Elle laissa passer quelques secondes méditatives. Le sujet était lourd et tout emprunt de mystère. Il y avait à la fois beaucoup à dire, et pas grand-chose de tangible à raconter. Seulement toute une orgie d’impressions bizarres et de mauvais feeling à propos de tout ça. Charlie était heureuse que Colleen soit de retour à ses côtés, elle avait enfin quelqu’un avec qui partager toutes ces pensées dérangeantes. Le soulagement de cette réconciliation n’en n’était que plus fort.

      « Sans oublier le truc le plus… bizarre et le plus malsain du lot… tu…. Tu couche avec Logan Redd. Je pense que c’est la preuve qu’un truc vraiment barge est en train de se passer ici à Grayson. Une sorte de… de distorsion ou… une malédiction qui fait faire n’importe quoi aux gens parce que… franchement Colleen, … » Charlie plissa les yeux, délaissant sa biscotte, trop absorbée par ses propos « … t’es consciente qu’il à sûrement des poux ? »


    Sans rire. Il avait certainement des poux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Dim 30 Jan 2011, 18:20

    Colleen leva des yeux hagards sur sa voisine de ptit dej' avant de soupirer longuement comme si elle s'ennuyait terriblement ici. Ce n'était pas le cas bien entendu mais la réaction de sa meilleure amie par rapport à Logan était... totalement ce qu'elle avait espéré.

      « Il a pas de poux, j'ai vérifié la deuxième fois qu'on a couché ensemble chez lui. Je suis quand même pas folle... Bon, la première fois j'étais bourrée, en mode nymphomane tu vois... genre pas moi du tout. Et on s'est croisé à l'extérieur dans les champs, et je crois bien que je l'ai violé. »

    Un instant de méditation en trempant les biscottes dans le chocolat qui s'amenuisait à vue d'oeil. La postière se remémora tout ce qu'il s'était passé avec le garagiste depuis de longues semaines; C'est vrai que c'était dingue. Elle avait du lui parler trois fois dans sa vie avant ça. Et quand il passait prendre son courrier, il ne parlait pas, se contentant d'un signe de tête.

    Il était le poirot du village, l'idiot qui ne savait pas parler, l'alcoolique qui usait de ses poings pour se faire comprendre. Et Colleen se demandait comment et surtout pourquoi elle avait à ce point pousser pour apprendre à le connaître doucement. Parce qu'ils faisaient autre chose que s'envoyer en l'air aussi des fois.

      « Tout ça pour dire qu'il est pas con du tout et qu'il est même plutôt sympa. Il est surprenant je t'assure, et pas qu'au lit... »

    Devant le regard sceptique de la caissière, Colleen soupira avant de laissa tomber sa biscotte dans le bol. Rien que pour l'embêter. Parce que ça aussi, elle savait très bien faire.

      « Oups, j'ai bousillé ton chocolat... tu m'en veux pas, pas vrai ? »

    Un grand sourire et Colleen posa alors son regard sur le visage de son amie. Elle semblait fatiguée mais plutôt de bonne humeur, peut-être un peu plus bronzée que quelques semaines plut tôt mais c'était tout. Rien n'avait fondamentalement changé si ce n'était son histoire avec Sam, le Donnelly, les persona non grata de Grayson.

    La brune ne connaissait que le plus jeune qu'elle avait trouvé étrange, les autres étaient des inconnus. Elle les avait vu bien entendu mais c'était tout.

      « Toi aussi tu t'envoies en l'air je vois... tout le monde doit parler de nous. Logan et moi et toi et Sam... on est des stars à Grayson, j'ai toujours su qu'on avait un destin incroyable qui nous attendait dans cette ville de cinglés... Et si tu veux savoir, tu m'as horriblement manqué aussi. J'étais toute seule, j'arrivais pas à sortir de chez moi pour venir te voir, j'étais paralysée et je sais pas... j'avais pas envie d'entendre la voix de la sagesse. J'ai passé mon temps à boire et à fumer et je passais mes nuits chez Logan parce que comme ça je faisais autre chose. Mais j'ai pas réussi à venir te voir parce que je me sentais trop conne. Je suis désolée pour tout si tu savais..."

    Colleen sourit tristement avant de respirer un bon coup et de reprendre sa bonne humeur si naturelle d'habitude.

      « Et ouai, on a entendu les feux d'artifice avant d'arriver à la maison, je savais pas qu'il y avait le ptit cinglé dedans, j'espère qu'il va bien... En tout cas, on va avoir la paix, tout le monde ne parlera que de ça pendant plusieurs jours alors on peut faire toutes les conneries qu'on veut. Il faut absolument que tu abandonnes ton mec une nuit pour venir dormir avec moi cette semaine ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Mar 01 Fév 2011, 16:20

    Bon, d’accord, Logan n’avait pas de poux, l’une des légendes les plus connues de Grayson venait de s’effondrer pour elle mais Charlie s’en remettrait bien vite. Il y avait trop de chose à dire et de sujet à aborder avec sa meilleure amie pour qu’elle sache par quel bout commencer. Leur petite vie si tranquille prenait des allures totalement romanesques ces derniers temps.
    Un million d’idées et de répliques passaient dans la tête de la jeune caissière, mais contrairement à Colleen qui balançait tout ce qui lui traversait l’esprit dans le désordre, Charlie était plus du genre à structurer son récit. Il y avait tout un tas de chose à éclaircir et à vrai dire, Colleen allait peut-être lui éclairer une ou deux lanternes en chemins…

      « Oui oui, le fils du Maire va bien, ils l’ont emmené à l’hôpital hier soir dès qu’ils l’ont sortit de ce brasier. Mais il est passé à ça de faire le grand voyage » grogna Charlie en délimitant un petit centimètre entre son pouce et son index pleins de miettes de biscottes « Ca aurait été horrible s’il était mort. Le plus grave c’est que pas mal de gens pensent que c’est un incendie criminel… parce que la porte du cabanon de projection était bloquée. Personne à vraiment eut le temps de voir comment c’est arrivé, tout s’est passé trop vite mais… avec ce qui s’est passé le mois dernier, puis ce qui s’est passé hier, j’pense qu’on peut carrément dire adieu aux séances cinés du mois prochain. Voir pour toujours. D’ailleurs personnes nous à jamais vraiment dit qui avait saccagé la maison des Donnelly. J’suis presque certaine que Sam en sais rien, sinon je pense qu’il me l’aurait dit… enfin… ouais, je crois qu’il me l’aurait dit »


    Difficile à dire en vérité avec les Donnelly. Ils étaient tellement secrets, tous autant qu’il étaient. En fait plus Charlie y pensait plus elle avait des doutes sur ce qu’elle était en train d’affirmer. Cela dit elle ne revint pas sur sa parole et préféra continuer.

      « Le problème avec eux c’est qu’ils sont… je sais pas. Même entre eux ils sont bizarres. Pas bizarre, c’est pas le bon mot. Mais ils cachent pas mal de truc, ça c’est certains. Tu savais que Allie était enceinte de jumelles ? Tu sais, la black. Elle est plutôt normale et sympa de son côté. Sam et Aidan aussi sont vraiment cool… c’est plutôt les deux autres que j’ai du mal à cerner. Je pense qu’ils se méfient de moi en fait, c’est ça qui est dingue. Ils agissent comme si… comme si ils étaient menacés et traqués en permanence. Tu me suis ? Ils pensent sérieusement que quelqu’un ici à Grayson à tué leurs parents. Et moi au début… bon c’est pas que j’y croyais pas, ça me semblait juste… un peu farfelu. Je veux dire… c’est Grayson ici, à part quelques accidents de voiture, il ne se passe jamais rien. Mais depuis qu’ils sont là, tu dois bien avoué qu’il s’est passé des trucs vraiment louches. Genre comme hier. Depuis quelques semaines ça n’arrête plus ! J’adore Sam mais… ça commence à devenir un rien trop bizarre pour moi. J’suis assez proche du plus jeune, Aidan, et j’ai pas encore eu l’occasion de lui parler seul à seul, mais hier matin, pendant la construction de la piscine, il s’est jeté sur Nathaniel Redd et ils se sont battus et… Pietsky m’a raconté que tu étais là alors… je sais pas. Est-ce que Logan t’as raconté quelque chose ? Parce que depuis le début, c’est clairement aux Redd que les Donnelly s’en prennent. »


    Machinalement, Charlie plongea une main dans le paquet de biscotte pour en reprendre une et la grignoter compulsivement. Son esprit tout entier était plongé dans ce sac de nœud qu’était devenu leur village pourtant si tranquille. C’était surtout du soulagement qu’elle ressentait. Depuis des semaines elle était là, toute seule, au prise avec toutes ces constations, et elle n’avait personne avec qui les partager. Colleen était en réalité la seule personne avec qui Charlie se sentait assez à l’aise pour le faire. Elle avait confiance et elle était certaine qu’ensemble, elles pourraient y voir plus clair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Mar 01 Fév 2011, 21:24

    Colleen écouta tout ce qu'avait Charlie sur le coeur dans l'interrompre une seule fois et pourtant elle avait eu une envie immense de lever le doigt au ciel pour lui demander la permission de parler. Au lieu de ça, la postière s'était concentré sur les jolies lèvres de sa meilleure amie, hochant la tête à intervalles réguliers pour montrer qu'elle suivait bel et bien.

    C'est vrai qu'elle était carrément brouillon comparé à Miss Doyle mais c'était sa façon d'agir et de penser à deux mille à l'heure à chaque instant. Et là encore, des tonnes de choses lui passaient par la tête. Surtout qu'elle savait qui avait saccagé la maison des Donnelly mais plus elle y pensait et plus elle commençait à douter. Grifith lui avait vendu la mèche et elle savait aussi que les Donnelly étaient au courant.. alors ça voulait dire que Sam n'avait rien dit à sa copine. Il allait donc falloir zapper cette partie.

      « Bon... tu le répètes pas à tes Donnelly mais c'est soi disant Logan pour la maison... il se serait dénoncé, c'est Grif qui me l'a raconté. Mais je commence à le connaître et c'est vraiment pas son genre. Ce que je veux dire c'est qu'il est à la ramasse presque constamment ! Comment aurait-il pu faire ça tout seul comme ça ? En plus les Donnelly rôde toujours, moi je te dis que j'y crois pas, il doit couvrir son cousin, c'est obligé ! »

    Un hochement de tête pour appuyer ce qu'elle disait et elle se reconcentra quelques secondes dans le trempage de biscottes. Elle devrait faire ça plus souvent parce que c'était quand même pas mal comme petit dej', peut-être qu'elles devraient se mettre en coloc' ! Ou alors pas, parce qu'elle aimait s'envoyer en l'air avec Logan n'importe où et en plus, elle n'avait pas spécialement envie d'entendre une nouvelle fois Charlie s'envoyer en l'air avec un mec. C'était fini cette période !

    La jeune femme releva ses cheveux d'une main et les attacha avec l'élastique qu'elle avait au poignet. Il commençait à faire vraiment chaud malgré le fait qu'il ne soit pas encore midi. Et dire qu'elle rêvait de partir à Hawaï... enfin c'était surtout pour les types bronzés et les cocotiers. Ils ont des cocotiers là-bas, pas vrai ?

      « Et cette salope de Pietsky ! J'en reviens pas qu'elle parle de ça à tout le monde, c'est vraiment une fouille merde cette vieille, faudrait l'euthanasier ! Et dire que je l'aimais bien avant... Si tu savais ce qu'elle a dit à ma mère quand elle passait prendre ses saloperies de colis. Elle a demandé si c'était vrai que je me faisais Logan et que si je continuais, j'irai droit en enfer.... non mais je rêve ! »

    Sa main s'abattit à plat sur la table alors qu'elle grognait comme une sauvage. Ah Pietsky... qu'elle vienne la voir et elle verrait la vioque !

      « Mais oui, au moins elle a pas menti, j'étais là. On s'occupait de la piscine et là d'un coup, t'as Aidan qui a sauté sur Nathaniel, comme un fou furieux ! On déteste tous ce type mais quand même ! C'était trop fou ! Alors après, Logan s'est ramené et a frappé le gamin pour qu'il lâche son cousin. Je crois que c'est ça le plus bizarre avec lui, il a vraiment l'air d'aimer son cousin garagiste. Donc Logan lui a sauté dessus et le maire s'est interposé et j'ai frappé Logan parce que j'ai trouvé sa réaction un tantinet trop forte mais tu as raison.... c'est quoi le souci des Donnelly avec les Redd ? »

    Quelques secondes de concentration et la brune laissa tomber sa reflexion pour poser ses yeux sur son amie.

      « En bref, j'ai plus d'infos que toi mais j'en suis au même point. C'est carrément bizarre leur truc. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Mar 01 Fév 2011, 22:09

    Tiens, tiens, alors comme ça c’était Logan qui avait mit à sac la maison des Donnelly. Charlie avait décidemment bien fait d’en parler à sa meilleure amie. Même si Colleen affirmait avec plus ou moins d’assurance qu’il ne s’agissait en fait pas de la vérité, Charlie était tout de même tenté d’y croire. Comme elle l’avait dit elle-même, depuis le départ, cette histoire avait surtout lieu entre les deux familles : Les Donnelly et les Redd. Si Logan était réellement responsable, et même s’il s’était accusé pour protéger son cousin, ça n’allait pas à l’encontre de ses constatations.
    La caissière trouvait même Colleen un rien naïve sur ce coup-là. Qui d’autres de toute manière ? Qui d’autre qu’un Redd ?

      « Est-ce que tu poses des questions à Logan de temps en temps ? J’veux dire, est-ce que t’as parlé avec lui de cette histoire du mois dernier où est-ce que vous faites que jouer à touche-pipi ? » sourit la jeune femme en levant une main au ciel pour souligner la question « Parce que d’après c’que t’as l’air de me dire, tu le connais assez bien, alors… si il est près à sauter sur Aidan au quart de tour pour le frapper et protéger Nathaniel, devant tout le monde, au beau milieu de la matinée,… tu crois pas que si une bande d’étranger se ramenait à Grayson en accusant son précieux cousin de meurtre, il serait capable d’aller saccager leur maison un soir où ils sont pas là ? … c’est dans la même lignée non ? Je suis pas entrain d’affirmer que c’est lui Colleen et… j’suis pas non plus du genre à prendre trop vite parti. Je suis avec Sam pour le moment mais… je sais pas encore quoi penser de tout ça. Alors, justement, j’essaye de piger, tu comprends ? »


    Elle baissa ses yeux noisette sur son bol de cacao dans l’intention d’y plonger sa biscotte, mais sa bouche expressive se déforma alors en une expression blasée et dégoûtée. En trois minutes, Colleen lui avait ruiné son repas. Typique.
    D’un geste vif, elle repoussa le bol vers sa meilleure amie et se contenta de sa biscotte où elle s’employa à étalé un peu de beurre. Se faisant, elle reprit la parole :

      « J’veux pas blâmer les Redd parce qu’ils ont une réputation bizarre, et j’veux pas donner raison aux Donnelly parce que Sam est sexy et monté comme un cheval. J’veux que les choses soient clairs, j’voudrais surtout que le mec avec qui je sors soit normal pour une fois. Le souci, … c’est que j’ai l’impression que c’est pas juste… un malentendu et de fausses rumeurs. J’ai l’impression qu’il y a vraiment quelque chose. Je sais pas quoi, j’espère que ce n’est pas vraiment une histoire de meurtre. Mais je sors avec Samuel et toi… et bien… je sais pas trop c’que tu fais avec Logan mais ça à l’air de te convenir, je pense que si on voulait pas y être mêlée de toute manière c’est un peu trop tard. Alors… tu pense que c’est sérieux ou pas ? Si on tiens compte de l’effraction chez les Donnelly, de ce qui s’est passé à l’épicerie juste avant qu’on se parle plus, la bagarre entre Aidan et Nathaniel, le feu de cette nuit… est-ce que tu savais que c’était les Redd qui étaient chargés des feux d’artifices ? … tu trouve pas que ça fait beaucoup de coïncidences ? »


    Elle mordit dans son toast avec hésitation et attendit la réponse de la jeune postière. Même si l’idée de se mêler d’affaires aussi sordide la rebutait, une petite voix continuait de murmurer à l’oreille de Charlie que des gens étaient morts et que c’était le cœur de cette histoire. Par respect pour les parents Donnelly, le mystère méritait qu’on s’y penche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Mer 02 Fév 2011, 19:18

    Colleen écouta une fois encore religieusement pour se préparer à répondre. Bon dieu, elle lui avait manqué à mourir en fait, à part qu'elle n'était pas morte. Mais les complots elle adorait ça, et surtout comploter avec Charlie Doyle, ça c'était clair.

    Fini le déjeuner tardif, la postière repoussa tout loin devant elle et posa ses mains bien à plat sur ses genoux. Une vraie enquêtrice prête à divulguer ce qu'elle pensait. Bien entendu, elle serait Sherlock Jefferson et Charlie serait Professeur Watsoyle.

      « Ecoute ma poule, ca fait peut-être des tas de coïncidences, et c'est ptêtre Logan qui a saccagé leur baraque. N'empêche qu'hier on a passé la soirée ensemble à boire, et à fumer des joints. Enfin lui même pas un mais moi plusieurs. Et quand le cabanon explosait, et bien il était en train de me baiser sur le tapis. Alors c'est logique que ce soit pas lui ! »

    Elementaire n'est-ce pas ? Et tout avait été prononcé avec le plus grand sérieux parce que ce genre de conversation était totalement normal entre les deux amies. Pourquoi avoir des faux semblants et prendre des pincettes ? La vérité crue était quand même plus sympa.

      « Et puis Logan est carrément géant au lit. En coup comme ça je parle parce que c'est bestial, c'est passionnel... c'est tout ce que t'attend pour te remonter le moral. En petit ami je dis pas parce que ça doit être lassant à force. C'est vrai que ça manque carrément de tendresse mais c'est ce qu'il me faut pour le moment. Il fait ça très bien. Et il est monté comme un éléphant alors que ton Sam c'est juste un cheval... »

    Elle sourit de toutes ses dents avant d'éclater de rire pour planter ses yeux dans ceux de la caissière.

      « Bon il est monté normal, j'avoue tout mais il a une dextérité impressionnante pour un type mort pilo toute la sainte journée. Enfin pas tout le temps. En fait si, tout le temps. Donc oui, on parle pas tant que ça en fait mais je sais pas. Y'a un truc tu vois ? Je l'adore et je sais même pas comment l'expliquer, c'est pas que sexuel tu vois ? Y'a plus que ça et je te dis pas que je suis en train de tomber amoureuse hein... C'est juste que ses silences je les comprends parfois comme s'il me parlait. Mais pas de commentaires, t'as pas intérêt à te foutre de ma gueule ! »

    Un bâillement sonore sortit de sa bouche avant qu'elle ne s'étire comme une chatte se réveillant à peine.

      « Mais pour les Donnelly jsais pas, c'est juste la merde depuis qu'ils sont là et avant eux, tout allait très bien... Donc j'en sais rien, je poserai peut-être une question à Logan mais je veux pas aller plus loin. Ce sont leurs emmerdes et j'espère qu'ils vont vite trouvé ce qu'ils veulent et se barrer sans Sam, comme ça tu le gardes et moi on me trouve un autre Donnelly monté comme un éléphant ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Mer 09 Fév 2011, 19:47

    Charlie était partagée entre l’amusement et l’agacement, cela dit son visage hâlé ne reflétait qu’une expression pensive et un petit peu figée. Elle méditait trop intensément pour penser à afficher la moindre expression. La jeune caissière constatait que Colleen n’avait absolument pas changé d’un poil. Normal après tout, pourquoi l’aurait-elle fait ? Et bien peut-être parce qu’elle-même se sentait un peu changée en dedans. Difficile de vraiment se l’expliquer, mais son instinct lui dictait clairement que le vent était entrain de tourner. Les signes étaient là, et la grande mystique qu’elle était ne manquait pas de les interpréter de manière significative. Colleen aussi était une grande mystique mais elle était aussi beaucoup plus légère et naïve, ça avait toujours été.

      « Ecoute, déjà, y’a aucun des Donnelly qui voudraient de toi. Et surtout, toi tu voudrais pas d’eux, j’peux te le jurer. J’doute pas qu’ils sont tous aussi bien monté que Sam, mais les deux plus vieux, c’est pas des rigolos »


    Cela dit, aux dernières nouvelles, Logan non plus n’était pas un rigolo. Ca ne refroidissait pas sa meilleure amie pour autant. Elle était hermétique au doute, et bien trop peu méfiante.

      « Ensuite… » elle poussa un faible soupir, agacé et plein d’interrogations « C’que j’essaye de te dire, et que t’as pas l’air de percuter à 100% espèce de sale trainée, c’est qu’un vrai truc louche est entrain de se passer. Au départ j’y croyais pas. Maintenant j’en suis certaine. J’aurai l’air conne si jamais rien ne se passe, j’suis d’accord » avoua-t-elle « Mais si jamais y’a vraiment quelque chose de grave qui couve entre ces deux bandes de types louches, alors je pense que tu devrais être plus attentive, et surtout, un peu plus sur tes gardes. J’suis proche de Sam, des fois j’oublie un peu tout c’qu’il y a derrière quand on est tous les deux. Pareil quand je suis avec Aidan. On rigole, on fait de la musique, on écoute des CD, on matte des films d’horreur et PAF ! J’oublie que ces gars sont là pour faire justice eux-mêmes. Comme si on était encore au far west. C’est dangereux Colleen. Faut jamais sous estimer ce genre d’histoire. Des drames dans le genre il s’en passe tous les jours. Ca s’est même déjà passé à Grayson. Tu te souviens quand même de l’histoire de ce type qui a péter un plomb et a tué toute sa famille à la hache ? D’ailleurs c’est dans cette même maison que vivent les Donnelly. A chaque fois que j’y vais j’me sens trop mal. J’suis même pas sûre qu’ils sont au courant »


    Elle s’interrompit enfin pour se lever brusquement et se dirigea vers l’une des chaises voisines pour fouiller dans les poches de sa veste.

      « Merde, j’ai plus de clope. T’as rien sur toi ? »


    Elle n’attendit pourtant pas la réponse et se remit à ses réflexions soucieuses.

      « J’suis pas entrain de dire que tu dois plus voir Logan, ok ? J’ai juste pas envie qu’il pète un plomb et te plante une hache dans le crâne. Ou que tu sois là au mauvais endroit au mauvais moment. Tu le sais comme moi, c’est des vrais plouques ici, ils sortent leurs foutues carabines pour un oui et pour un non. Alors si ils se mettent en tête de faire une vendetta idiote et se la joue Ok Coral, j’ai pas envie qu’on en pâtisse. On a déjà eu notre dose de mec fouteur de merde, tu crois pas ? »


    C’était peut-être un brin paranoïaque comme manière de penser, mais est-ce qu’on pouvait vraiment lui reprocher d’être prudente ? Faire confiance aveuglément c’était idiot. Ca prenait du temps pour connaître totalement une personne et avant ce stade, il était bien impossible de prévoir vraiment les réactions de quelqu’un. Surtout face à la douleur d’une perte aussi lourde que des parents. L’esprit humain n’était pas à toutes épreuves, et surtout pas toujours très fiable. Charlie voulait se rapprocher des Donnelly, d’accord, mais pas a n’importe quel prix. C’était pareil du côté des Redd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Sam 12 Fév 2011, 00:55

      « Alors premièrement, je suis pas une sale traînée. Par définition une traînée ça va baiser avec des tas de mecs différents de préférence sans protection pour choper des maladies dégueulasses. Moi je fais ça mais j'ai eu seulement deux types en plus de trois ans... tu parles d'une histoire. Depuis trois ans, si on fait le compte, la traînée c'est toi mon amour. »

    Et là, quelque chose fit tilt dans sa tête alors qu'elle s'apprêtait à continuer d'étaler sa science sur les filles de petites vertus. Ce qu'elle n'était pas, ça allait de soi.

      « Et si j'étais enceinte de Logan ? J'ai zappé mes pilules pendant que j'essayais de me tuer en me noyant dans les bouteilles les dernières semaines. Charlie !!! Peut-être que je suis enceinte de Logan Redd et je le sais même pas. C'est la catastrophe ! Remarque avec tout ce que je bois et tout ce que je fume, ça aurait du le tuer de toute manière. T'as pas des capotes du coup ? Parce qu'il dort encore à la maison là donc si jamais... enfin tu vois quoi. Je vais pas te faire un dessin... »

    Elles en étaient où d'ailleurs les deux monstresses comploteuses contre le monde entier. Enfin surtout contre Grayson, pas vraiment contre Grayson d'ailleurs. La vérité était que tout était bien flippant si on y réflechissait, Charlie avait raison sur toute la ligne. Elles étaient bel et bien entourées de cinglés. Et les Donnelly avaient beau être sacrément canons, ce que disait sa meilleure amie était tout aussi vrai. Leurs parents étaient morts et ils voulaient des comptes. Ils voulaient des coupables et la logique voulait qu'ils soient après les Redd.

      « Et deuxièmement, je ne suis pas stupide, je te suis complètement mon chou. C'est juste que c'est Grayson ici, on est un village perdu qui n'a rien de bien fou à part les soirées cinéma foireuses. Alors je veux bien qu'on soit tous des rednecks accros aux flingues mais y'a jamais de soucis, ça va jamais plus loin. Je vois pas pourquoi ils pèteraient soudainement tous un plomb. C'est vrai que Logan est bizarre parfois mais il me plantera pas une hache dans le crâne... ptêtre un coup de couteau bien placé... fais pas cette tête, je rigole ! Et crois moi j'ai besoin de rire ! »

    Rien n'était plus vrai que ça, Colleen se remettait doucement de sa rupture, se remettait en selle. Il y avait juste eu cette soirée merdique la veille et ils allaient tous finir au poste mais ça n'irait pas plus loin. Comme d'habitude en gros.

      « Tout ça pour te dire que j'ai pas de clopes sur moi mais j'en voudrais bien une et que tu devrais leur dire pour la maison. Peut-être que ça ferait partir les plus âgés pour que tu gardes Sam. Je sais pas moi ! Mais c'est le genre de truc qu'on dit aux gens ! Moi je voudrais savoir et avoir le choix de me barrer parce que je me connais, je ressens tout puissance mille. C'est comme quand on passe vers la vieille maison, j'ai toujours des tas de frissons même s'il fait beau. Moi jte dis que des crétins de gamins ont du faire des conneries là-bas... Enfin bref. On reste sur nos gardes, ok. Mais je compte pas devenir parano. Si on en a vraiment trop marre, on peut toujours filer chez ma cousine un week-end. C'est qu'à deux heures de route. Je piquerai la voiture de Grif histoire de le rendre dingue et voilà ! »

    Ah Grifith... à peine entrevu la veille et encore tellement de choses à la maison. Logan lui avait rappelé tout ça quand elle s'était surprise à regarder si tout était à peu près rangé.*

    Ses bouquins anglais dans un coin, son yoyo à côté de la télévision, ses vêtements secs depuis des semaines toujours posés sur une chaise. Il fallait qu'elle s'en débarrasse. Tout mettre dans des sacs plastiques et tout déposer au commissariat. Elle s'en foutait du regard en biais de la petite nonne brune et du shérif.

      « Je sais que c'est tôt mais t'as pas de la téquila par hasard ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Dim 13 Fév 2011, 22:35

    Bien sûr que non, Colleen n’était pas une traînée. Elle avait raison sur ce point, n’empêche qu’elle restait carrément blonde dans l’âme. Enceinte ?! Ca aurait été la meilleure de l’année. Colleen qui tombe enceinte de Logan, quelques semaines seulement après sa séparation d’avec Grifith… le tableau était tellement effrayant que Charlie avait peine à se l’imaginer… surtout que Charlie doute que Colleen ait le courage d’avorter. Elle était sensible et c’était une épreuve qu’aucune femme n’aimait vivre. Du moins pas une femme de bon sens.

      « Putain, t’imagine si t’es enceinte ? Ca serait… cataclysmique ! Au minimum ! Pietsky en ferait une crise cardiaque… ou alors elle aurait un putain d’orgasme à chaque fois qu’elle le raconterai… Yuw ! C’est immonde ! Puis j’te raconte pas Lucy Redd cette pimbêche de catho. Nan, vraiment, y’a pas moyen Colleen. Ce soir j’te rapporte un teste de grossesse et une boîte de capote. Je prendrai médium ça devrait aller. Puis retourne voir Clyde pour la pilule. Nous pond pas un alien hybride sinon j’te jure que ça va barder ! » fit-elle avec tout le sérieux dont elle était capable, avant de reprendre un air plus neutre d’un soupir un peu las « Bon… il me reste un fond de bouteille et du vieux tabac dans ma piaule, j’arrive »


    Elle se mit sur ses jambes et sortit de la cuisine, traversa le couloir pour pénétrer dans le salon et rejoindre sa chambre, ancien bureau de son grand-père qu’elle n’avait jamais connu.
    Quelques instants plus tard elle était de retour près de sa meilleure amie. C’est seulement en pénétrant à nouveau dans la cuisine que la caissière réalisa pleinement que Colleen était chez elle pour la première fois depuis cet horrible jour à l’épicerie où tout avait dérapé. C’était trop bien qu’elle soit là, alors même si, effectivement, 11h du matin c’était un rien tôt pour boire de la tequila, ça méritait tout de même qu’elles trinquent.

    Un sourire plus détendu aux lèvres, la jeune femme observa encore son amie quelques secondes à son insu, puis se détourna enfin pour aller prendre deux verres.

      « Tu viens ? On va cuver au soleil » lança-t-elle à la jeune femme aux longs cheveux bouclés.


    Charlie fit coulisser la porte-fenêtre et elles débarquèrent sur la petite terrasse encadrée d’un large jardin à l’herbe grillée de soleil. Il faisait beau, l’atmosphère était plaisante, la compagnie était classieuse. Il était difficile à croire que leur discussion par contre, était loin d’être aussi positive que l’environnement et l’ambiance.
    Seulement ça faisait des semaines que Charlie gardait toutes ces constatations et pensées nuisibles pour elle, et elle ne pouvait plus s’empêcher de tout déballer à Colleen.

      « T’as raison pour la maison. Ce soir pendant la fête d’anniversaire, je trouverai un moment pour le glisser à l’un d’entre eux… genre ‘hey, Aahron ? je t’avais déjà dis qu’une famille entière avait été massacrés sauvagement à la hache dans ta maison ? Non ? Tiens c’est bizarre !’. J’suis pas sûre que le moment soit très bien choisi mais en même temps, le reste du temps j’vois pas les deux autres, ni Allie. Sauf quand elle vient faire les courses. Le plus souvent c’est Sam et Aidan qui viennent passer du temps ici »


    Cela dit, elle déposa les deux verres sur le carrelage de la terrasse après avoir prit place sur l’une des chaises longues en bois vieilles de trois mille ans qui moisissait là depuis leur enfance. Le bois craqua sous le poids de la jeune femme mais elles y étaient habituées. Ces chaises avaient vu passer leurs plus belles années et leurs plus belles cuites à toutes les deux. Une fois les verres remplis du liquide translucide, Charlie fit teinter le sien contre celui de Colleen et elles avalèrent la tequila d’un même mouvement. Les habituels frissons et grognements des premières gorgées se firent entendre, puis le silence revint.
    Charlie prit ses aises sur la chaise longue pour profiter du soleil qui brillait de plus en plus fort à mesure que midi approchait.

      « Qu’est-ce que tu crois qu’il s’est passé l’autre fois à l’épicerie exactement ? »


    C’était de loin la question qui turlupinait le plus Charlie, parce qu’elle l’avait vécut et que ça n’était pas seulement quelque chose dont elle avait été témoin comme l’incendie de la veille. Elle l’avait vécut avec Colleen surtout, alors pouvoir échanger des idées sur cet étrange évènement avec sa meilleure amie lui faisait du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Lun 14 Fév 2011, 22:03

    Elles étaient sorties toutes les deux pour s'affaler en plein cagnard, comme à leur habitude, c'était comme ça qu'elles fonctionnaient depuis toujours. Le soleil servait à les réchauffer, décuver, bronzer, cuver et tout ça à la fois. La tradition que voulez-vous.

    Et cela servait aussi à Colleen à cogiter sur ce que lui disait sa meilleure amie. Enceinte ? De Logan ? Et puis elle avait pas de retard en plus donc pas la peine de faire un test de grossesse, elle verrait ça d'ici deux semaines. Pas la peine d'en faire tout un plat, elle était peut-être stérile donc bon... Et la postière était persuadée que si un être (aussi dégénéré soit-il) poussait dans son ventre, alors elle le saurait. Une sorte d'instinct en somme.

      « Je suis persuadée que tu devrais tout leur balancer sur la baraque mais peut-être pas ce soir. Plutôt le lendemain... ou post orgasme, si du moins il t'en file des orgasmes parce que l'instrument magique taille équidé ça fait pas tout... Juste pour les prévenir quoi, même si c'est pas top. Et pour leur démontrer pour de bon qu'on est une ville tout ce qu'il y a de plus normal. Toute bonne ville paumée des Etats Unis doit avoir un truc du genre Amityville ! C'est ça la classe ! »

    Comment pouvait-on en arriver au point de planter une hache dans la tête à quelqu'un ? C'était quand même dingue ou alors la personne était dingue, ce qui devait surement être le cas. Mais Colleen n'avait pas plus de détails sur ce truc sordide, elle préférait ne pas y penser, et puis c'était le passé... c'est pas comme si c'était hanté ou quoi que ce soit. Juste bourré de sales ondes merdiques.

      « Moi je suis d'avis qu'il faut buter la vieille Pietsky, au début je l'aimais bien mais vu les saloperies qu'elle balance sur moi, c'est fini, elle a cassé l'amour qu'il y avait entre nous. Tu vois le genre ! »

    Restait la question délicate de l'épicerie qui pouvait être interprétée de deux manières. Et la postière ne pensait point que Charlie attende un :

    'Oh ben tu m'as dit que Grif t'avait embrassé démontrant qu'il avait des doutes quant à notre couple donc du coup je l'ai quitté et ça a été la tornade et la catastrophe, l'engrenage infernale me forçant à me jeter dans les bras de Logan Redd. Tout ça pour dire que Grifith Armstrong est un gros salopard à qui j'ai rendu sa bague. D'ailleurs je me demande qui sera la prochaine vu qu'on dit jamais deux sans trois. Peut-être qu'il demander Pietsky en mariage et qu'elle va le quitter parce qu'elle préfèrera son chat... qui sait ?'

    Non, la caissière voulait parler des trucs louches du genre tremblement de terre localisé et objets qui volent en pleine tête. Elle avait vu ça tout comme les autres, et même qu'elle préférait ne plus y penser. C'était bien trop flippant. Bien entendu, elle avait vu l'exorciste et tout ça mais là c'était réel et c'était chez elles.

      « Bon, on croit aux énergies et tout, ça a toujours été le cas. Donc peut-être qu'il y avait trop de mauvaises ondes et que ça a fait dérailler le système. Tu vois ce que je veux dire ? En tout cas c'était pas... naturel. C'est pas le genre de chose qu'on voit tous les jours et c'est flippant, pour pas dire improbable. Mais j'en sais rien, je suis pas une pro dans le domaine et je préfère me dire que si les esprits existent... car oui, on pense toutes les deux à ça, et bien ce ne sont que des esprits cools de la nature. Alors je sais pas moi, ptêtre bien que c'était une fuite de gaz qui nous a rendu dingue quelques instants et qu'on s'est balancé les objets à la tête nous même comme dans Fight Club, tu sais Edward Norton et Brad Pitt qui sont la même personne tout du long. Ben voilà ! »

    Oui, en gros c'était du n'importe quoi et Colleen n'était pas certaine de vouloir la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Ven 18 Fév 2011, 01:51

    « On croit aux énergies ». Oui, effectivement, elles y avaient toujours cru. Elles avaient toujours été à fond dans ce genre de délire pseudo mystique, pseudo hippie sur le retour. Ca faisait partie de leur éducations un peu à part. Colleen avec sa mère baba cool et Charlie avec sa mère rockeuse psychédélique. Et c’était aussi pour ça qu’elles avaient toujours un peu été mises à part et regardé de travers. Charlie plus que Colleen parce qu’elle avait eut l’audace de partir… au moins cinq fois déjà.
    N’empêche qu’elles y avaient quand même toujours cru dans le vent. Elles n’avaient jamais eut la moindre petite preuve que leurs croyances étaient vraies. Comme la plus part des gens d’ailleurs !
    Petites, elles avaient parcourus les bois environnants à la recherche de fées où de Leprechaunes, au lycée, elles avaient bien entendu tenté quelques séances de spiritismes qui n’avaient abouties à rien du tout. Elles avaient entendus beaucoup d’histoire sur la région aussi, et c’était un fait récurant que la maison des Black étaient hantée. Sans oublier les meurtres à la hache dans la maison des Mercer, où des Donnelly maintenant. Du coup, elles avaient toujours baignées dans une atmosphère de mystère que les plus vieux du village adoraient entretenir. Ca faisait presque partie du folklor du village, et ses allures un peu macabres parfois attiraient même les touristes. Tellement « typique », tellement « comme dans les films ». Comme Amityville, Colleen avait raison.
    Seulement, il avait été démontré que cette histoire d’Amityville était un fake commercial. Un piège a touriste. Peut-être qu’au fond, Charlie avait toujours un peu pensé la même chose à propos de Grayson. Elle y croyait sans vraiment y croire.

    Après ce qui s’était passé à l’épicerie… tout avait changé. Et Charlie remettait en cause les fondements de ses croyances. Ca avait toujours été sincère, mais aussi un style qu’elle se donnait peut-être. Une identité pour se démarquer des autres qui ne voulaient de toute façon pas d’elle.
    Maintenant pourtant, elle avait vu de ses propres yeux des évènements scientifiquement et totalement inexplicable. Elle avait retourné tout ça dans son crâne pleins de fois, elle ne voyait rien pour rationnellement expliqué ce qu’elles avaient vu.

      « Ouais on y a toujours cru » admit-elle après quelques instants de réflexions profondes « Mais… c’était différent. C’était… je sais pas, un peu comme Dieu. Beaucoup de gens croient en lui mais il descend jamais pour dire bonjour. Faut y croire sans rien voir. Nous c’était un peu ce qu’on faisait. On a toujours voulu que ce genre de choses soient réels… sauf que maintenant que ça arrive pour du vrai, j’sais pas toi mais moi j’ai carrément changé d’avis. Y’a quelques années j’aurai rêvé… je sais pas, voir un fantôme, ou voir une soucoupe volante, un truc du genre. Pour avoir une preuve ! … là, j’me suis prit une boîte de conserve en pleine tronche. C’était pas exactement la manifestation innocente que j’espérais » grogna-t-elle en échangeant un regard appuyé avec sa meilleure amie.


    Car oui, elles avaient bel et bien été témoins d’une vraie manifestation, aussi incroyable que cela puisse paraitre. Mais ça n’était pas le pire, le pire c’était indéniablement que cette manifestation avait été d’une agressivité rare. Loin des petits elfes et des lutins qu’elles chassaient dans leur jeunesse.

    Pourtant, malgré toute cette peur et ces questionnements, Charlie devait avouer qu’il y avait également un peu d’excitation. Tout ça ouvrait des portes dans son esprit. Si les manifestations de ce genre étaient possibles alors… quoi d’autre ?

      « Putain Colleen tu t’imagine ? Si… si ce genre de truc peu arriver alors… peut-être que y’a pleins d’autres trucs qui existent vraiment » la jeune femme arrondit son regard chocolat et se redressa légèrement sur sa chaise « genre… j’sais pas, les esprits, les vampires, les loups-garous, les trolls, peut-être même des elfes ! Tu sais quoi ? Peut-être qu’on a construit le village sur un vieux cimetière indien ! … c’est trop flippant, j’ai besoin d’un verre » souffla la brunette avant de se pencher vers la bouteilles pour se resservir et resservir la jeune postière par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Mer 23 Fév 2011, 22:22

      « Sur un cimetière indien ? »

    Colleen attrapa la bouteille d'une main et en but une longue gorgée qui ne lui fit presque aucun effet. C'est qu'elle commençait à être sur-entraînée avec Logan, il fallait qu'elle pense à le remercier pour cela d'ailleurs. Mais désormais elle devrait moins boire, la journée devait stopper et l'alcool resterait donc un alcool de soirée et plus d'alcool bon marché car ça foutait un mal de crâne du tonnerre le lendemain.

      « Non mais y'avait pas d'indiens dans le coin y'a des centaines d'années, c'est juste pas possible. Mais j'avoue que c'est flippant. J'pense pas qu'on ait rêvé, c'est juste pas possible et puis ce qu'il s'est passé aussi c'est pas possible. Mais c'est arrivé donc bon, faut se rendre à l'évidence que y'a vraiment des trucs bizarres qui se passent ici. Et je suis pas certaine d'être trop contente. Moi je veux des jolis petits elfes comme Legolas pour qu'on puisse se marier avec et tout. Enfin oublie... »

    Une nouvelle bonne rasade et la postière tendit de nouveau la bouteille à sa meilleure amie. En quelques minutes à peine, tout se passait comme si elles ne s'étaient jamais quittées. C'était comme ça que ça marchait entre elle. Mise à part la fois où Charlie était revenue après avoir laissé Grifith sur le carreau... là, la tension avait été bien plus longue à disparaître. Mais les choses étaient aussi fortement différentes, Colleen avait quelque peu sauté sur Grifith après le départ de sa fiancée et désormais, elle aussi l'avait quitté. Comme quoi, toutes choses revenaient à leur place : Colleen éternelle célibataire... et Charlie avec un beau gosse sexy monté comme un cheval. Bon, la brune couchait avec Logan mais rien de plus, juste un moyen de passer le temps entre amis. Et de toute manière, il n'y avait que ça à faire entre eux.

      « Les vampires ça existe pas, sinon on en entendrait parler dans les journaux. Les exorcismes et tout ça passe souvent sur le net, c'est pas comme si c'était carrément impossible... Ce qui voudrait dire que notre épicerie est hantée donc il faut l'exorciser. Je suis sure qu'on peut trouver un prêtre exorciste ou je sais pas quoi. Ca marche ce genre de truc, c'est obligatoire parce que chaque chose mauvaise doit disparaître, c'est pas possible autrement. D'ailleurs j'y pense, si les vampires existaient ça donnerait quoi ? J'espère pas des tapettes à la Twilight hein... sinon faudra tous les descendre mais si c'est comme dans entretien avec un vampire, c'est terriblement sex... jme ferai bien mordre d'un coup... »

    Elle sourit grandement à Charlie pour détendre un peu l'atmosphère parce qu'elles étaient d'accord, l'esprit était bel et bien là, mais autant en rire un peu. Et puis imaginer le reste était plutôt pas mal... Un elfe avec le corps et visage d'Eomer serait le pied parce qu'il est quand même plus viril que le petit ami de Gimli.

      « Par contre j'aime pas les loups garous, ça aussi je suis pas certaine que ça existe, c'est tiré d'une vieille légende sans fondements ça. Tout ça pour dire qu'à part trouver un exorciste et bien on peut rien faire alors on a intérêt à sa tenir à carreaux quand on fait nos courses quoi... tu crois que c'est la blonde qui lui a mit les nerfs ? Je la trouve super bizarre celle-la, c'est une Donnelly ? Ou alors c'était les mauvaises ondes parce que Grif a tenté de te sauter et que j'avais légèrement les boules... »

    Un boule se forma dans sa gorge alors qu'elle repensait à ce qu'il s'était passé. Il aurait du l'épouser, lui faire deux beaux gamins et point final. Ils seraient partis en vacances dans la forêt avec Charlie et ses mômes et tout aurait été parfait. Saupoudrons tout ça d'une bonne dose de sexe et sa vie était toute tracée, mais ça c'était avant.

      « Enfin bref, c'est fini avec le shérif donc passons. Tu préfèrerais quoi toi ? Loup garou ou vampire ou autre chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Dim 06 Mar 2011, 22:51

    Comment ça ce qu’elle préférait ? La réponse était évidente et tombait sous le sens, Charlie ne préférait ni les vampires, ni les loups-garous, et encore moins les fantômes qui semblaient habiter sur son lieu de travail. Car apparemment, Colleen n’avait pas l’air de faire la connexion, mais ‘faire attention en faisant ses courses’, ça n’était pas assez pour la petite brunette puisqu’elle y passait toutes ses journées ! C’était facile à dire pour Colleen, elle n’avait pas à passer des heures entières enfermés dans cet endroit de malheur avec la hantise qu’une nouvelle manifestation ne lui apparaisse et qu’elle soit seule dans le magasin à ce moment-là.
    L’exorcisme, oui elle y avait pensé elle aussi, mais tout ça lui semblait encore trop surréaliste pour qu’elle ose faire un pas de ce genre. Chercher une ou un exorciste revenait à dire qu’elle acceptait le caractère surnaturel de la chose, hors elle n’en n’était pas encore à ce stade. Loin de là…

      « Tu dis n’importe quoi espèce de blonde. Ma théorie tiens carrément la route, y’avait pleins d’indiens dans le Missouri avant que les colons ne débarquent. Tu te souviens pas de ce qu’on nous apprenait à l’école ou quoi ? C’était les… Mandan ou quelque chose comme ça, j’sais plus trop, mais bref, ils habitaient la région, donc mon histoire de cimetière est plausible. J’emmerde tes loups-garous, ils me dérangent pas tant qu’ils se mettent pas en tête de venir squatter l’épicerie où je boss ! » lança-t-elle avec un brin de cynisme en songeant qu’il était tant de reprendre un petit verre.


    Et lorsqu’elle avala le liquide brûlant, elle su directement que ce serait le dernier avant un long moment. Il était encore trop tôt, et il faisait bien trop chaud pour se bitturer.

      « De toute façon plus personne ne veut en entendre parler de cette histoire. J’ai essayé d’en discuter avec Elizabeth » commenta la jeune femme en faisant référence à sa jeune patronne qui avait plus ou moins leur âge mais de qui elles n’avaient jamais été très proche « Elle m’a pas vraiment envoyé chier mais c’est tout comme. Elle à minimiser le truc en parlant de tremblement de terre mais je voyais bien qu’elle était entrain de me mythonner un peu. Elle veut juste pas voir la vérité en face et faire ce qu’il faut. Non, ça c’est pour ma pomme bien sûr. Après on viendra encore me traité de psychotique. J’en ai marre j’te jure, y’a pas que Pietsky qu’on devrait zigouiller. Plus j’y pense et plus je les trouve louche, tous autant qu’ils sont. J’sais pas si c’est cette histoire de fantôme fou, ou toute cette affaire avec les Donnelly qui me rend un brin parano, mais des fois j’me dis que ce village est pas net » balança Charlie.


    Et ça faisait du bien d’ailleurs. Même si Colleen avait cette fâcheuse habitude de ne rien prendre au sérieux, c’était le pied pour sa meilleure amie d’enfin avoir une oreille attentive qui se souciais de son cas.

      « Pfff… j’suis contente que tu sois là » avoua-t-elle, les quelques léger effet de l’alcool agissant surement sur sa franchise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    Dim 20 Mar 2011, 23:24

      « Moi aussi je t'aime d'amour même si t'es qu'une brune trop intelligente pour mes neurones inexistants... »

    Elle lorgna sur sa meilleure amie dans un sourire et porta la bouteille à ses lèvres. Pas trop tôt pour elle, elle était une professionnelle de la bouteille grace à un superbe entrainement avec Logan Redd. Oh Logan, il dormait toujours et avec un peu de chance, la postière rentrerait pour le lever en demandant une belle partie de jambes en l'air.

      « Moi je sais pas, je dis que c'était carrément plein d'ondes négatives ce jour la à l'épicerie. Y'avait la blonde Donnelly là, Grif et ce qu'il m'a fait, toi qui était en colère. Enfin je veux dire que le karma était tellement pourrave que la nature s'est défendue, mais elle a pas du piger que c'était pas toi tu vois ? Logiquement, Grif aurait du en prendre plein la gueule parce que c'est lui le karma de merde mais y'a eu un bug dans la matrice. Mais là tout va bien, c'est fini. Y'a plus de lézard dans notre super épicerie donc ça rock our world ! »

    Positive alors qu'elle tentait de se foutre en l'air deux semaines plus tôt, charmant. Elle était une bonne actrice car parler de son envie de crever à Charlie dès leurs retrouvailles c'était pas dans ses plans. Mais l'avoir de nouveau dans sa vie lui donnait l'espoir d'oublier enfin son connard d'ex' fiancé et de voir quelqu'un de plus 'vivant' que Logan. Même si celui-la savait parfois se montrer très actif.

      « Je vais rentrer moi, je veux réveiller Logan et je ne veux pas te mettre en retard pour ton anniversaire avec la famille de ton âne... Tu m'envoies des textos si c'est trop merdique hein ? Je veux savoir tous les potins possibles et inimaginables sur cette famille de beaux gosses. Et c'est trop con qu'il n'y en ai pas un de dispo pour moi. On s'est jamais tapé deux frères je crois... »

    Retour sur sa mémoire... non jamais. Des cousins d'Edgerton oui mais jamais de frangins, ça aurait pu être sympathique.

    Colleen but une nouvelle très longue gorgée et tendit la bouteille à Charlie dans un sourire. QU'elle la finisse et ce serait son héroine. Ou elle pourrait la lui donner, ce serait bien aussi. La postière en aurait un très bon usage à n'en pas douter.

      « Je passe demain sauf si c'est t'es avec ton homme, fais moi signe quand t'es dispo, j'ai trouvé la version uncut des zombies de Romero oh yeahhhhh ! Je suis sure que ça va être trop bon, tu pourras venir à la maison, pour te déchirer avec moi devant des monstres bouffeurs d'humains. Avoue que ça te branche. Bon, je prends ta tronche pour un 'oui' et je file. A demain, me laisse pas tomber et profite de ton nez. »

    Tel un ressort, elle sauta sur Charlie pour l'embrasser avec un bruit de succion avant de filer aussi vite qu'elle était venue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]    

Revenir en haut Aller en bas
 

03.2. I know... I was a bitch... well, maybe I still am [Charlie & Colleen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation  :: GRAYSON :: EAST JEFFERSON STREET :: Doyle's-
Sauter vers: