AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ROAD TO SALVATION FERME SES PORTES APRES TROIS ANS D'AVENTURE ! N'oubliez pas de vous joindre à nous pour l'après-midi chatbox dimanche 18 novembre à partir de 13h ! svp et d'y laisser un commentaire de préférence.

Partagez | 
 

 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Mer 07 Juil 2010, 18:22

      « I'm a poor lonesome donkey but it doesn't bother me 'cause this poor lonesome donkey prefers a nice Charlie for company. Got nothing against men but I wave them all goodbye my girl Charlie and me keep riding, we don't like being tied » conclut Aidan en faisant courir ses doigts sur les cordes de la guitare reposant sur ses jambes

    Assis en tailleur, il fixa l'instrument que Charlie lui confiait à chacune de ses visites et termina sa reprise sur un petit solo assez lamentable. La meilleure façon de ponctuer son ode au capitaine qui vivait dans le jardin de la jeune caissière. Il s'agissait d'un vieil âne adorable qui se lâchait assez souvent et venait d'ailleurs de le remercier en les gazant.
    Le petit blond se laissa alors tomber dans l'herbe sous lui dans un grognement dégouté et resta dans cette position, la guitare sèche étendue au travers de son corps mince.

    Un sourire étira ses lèvres alors qu'il venait joindre ses mains derrière sa nuque nouée par quelques courbatures. Il était à peu près dans cette position lorsque Charlie était venue à sa rencontre dans le parc il y a des semaines de cela. Cet après-midi là, il avait bu plus que de raison et c'était retrouvé affalé par terre sans pouvoir se relever (ce qui ne l'avait cela dit pas tellement dérangé). Quand madame Pietsky était arrivée, la caissière l'avait obligé à se remettre sur se pieds et elle l'avait conduit chez elle. I avait sans doute fait connaissance avec sa grand-mère ce jour-là mais elle ne lui avait pas fait grande impression et il n'en avait gardé absolument aucun souvenir.
    Ce dont il se souvenait en revanche, c'était de la gentillesse de la brune aux cheveux court qui avait pris soin de lui avant de le confier aux bons soins de son ainé. Ainé qu'elle fréquentait depuis un moment maintenant.
    Le jeune homme à peine sorti de l'adolescence trouvait parfois cette situation étrange. Venir visiter ainsi la copine de son frère après son boulot lui paraissait bizarre, surtout qu'il avait eu des vues sur elle dès qu'il avait posé ses yeux clairs sur sa silhouette le jour de leur arrivée à Grayson. Evidemment, depuis, ses sentiments pour elle avait changé et elle n'était qu'une très bonne amie et confidente, mais tout de même.

    Aidan tourna la tête vers la brune à ses côtés, son sourire toujours étalé sur son visage pâle.

      « Tu t'souviens de cette fois mémorable où j'avais vomi dans ton évier ? » demanda-t-il, sachant pertinemment que c'était le cas

    Si lui s'en souvenait après une demi-bouteille de vodka, elle devait bien en avoir quelques souvenirs.
    Il marqua une pause, le temps qu'elle acquiesce, cherchant comment formuler sa pensée sans paraître trop aux aboies. Charlie lui avait plusieurs fois reproché d'être un nombriliste et il savait qu'elle avait raison. N'empêche qu'il n'y avait plus qu'à elle qu'il pouvait parler maintenant qu'il avait repoussé Allie, qu'Aahron et Isaac ne lui parlaient plus vraiment, que Julie était à des milliers de kilomètres et que... non, il ne pouvait décemment pas aborder ce genre de sujets avec Samuel. Il se serait fichu de lui.

      « C'jour-là tu m'as dis que ça pourrait être cool de parler de mes parents avec mes frères. T'sais, d'évoquer des souvenirs et tout ça... Sauf qu'en fait, ils veulent plus trop m'parler avec... enfin cette histoire. J'sais pas si Sam t'en a causé, j'suppose que oui parce que vous parlez j'imagine, mais bref, j'voulais savoir si un jour tu voudrais bien... tu sais, m'écouter. Encore plus que d'habitude j'veux dire » ajouta-t-il en élargissant son sourire « Ce serait une bonne manière de me remercier d'illuminer tes mornes journées en plus. J'sais bien que ça te gêne de ne pas pouvoir me rendre tout c'que je t'offre ! J'le lis dans vos grands yeux émerveillé, ma douce Charlie Doyle » minauda le blond avant de fermer les yeux et de grimacer d'un air gêné « Merde ça sonnait vachement moins désespéré quand même dans ma tête. Trouve vite un autre sujet avant que je n'm'ouvre les veines avec des brins d'herbes »

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Jeu 08 Juil 2010, 02:19

    Allongée de tout son long dans l’herbe de son jardin jaunie et grillée par trop de soleil, Charlie écoutait d’une oreille l’adorable chanson qu’interprétait son jeune ami pour son très cher âne Capitaine. Il avait de l’imagination et il était doué. Il avait surtout trop d’humour pour le garder pour lui-même. Et c’était tant mieux.
    Charlie savait qu’Aidan était du genre à sourire même lorsqu’il avait envie de pleurer et de se rouler en boule. Pourtant, ça avait quelque chose de communicatif.
    Même si Samuel faisait pas mal d’effort ces derniers temps, après l’avoir nié plusieurs semaines, il n’en restait pas moins valable qu’elle se sentait atrocement seule.
    Toute cette putain d’histoire avec Grifith et Colleen lui pourrissait complètement la vie.
    Sa meilleure amie se moisissait, seule et torturée dans sa maison, et refusait de voir qui que ce soit, même pas sa mère qui se faisait un vrai sang d’encre. La connaissant, Colleen devait déprimer, et être arrivée depuis longtemps au trente sixièmes dessous, pour creuser encore après ça.
    Elle savait de source sûre que Grifith avait été mit dehors comme un mal propre et ne savait même pas ou celui-ci logeait la nuit. Et le connaissant, lui aussi, devait creuser…
    Charlie se sentait affreusement coupable, et en colère aussi. Contre elle-même, contre Grifith, et même contre Colleen, qui refusait de la laisser s’expliquer. Elles n’avaient même pas discuté une seule fois, sa postière de meilleure amie l’avait nié en bloc et laissé sur le pas de sa porte à chaque fois qu’elle était allée la voir.
    Sans parler, bien entendu, des rumeurs qui commençaient déjà à se répandre… comme d’hab.

    Sam et Aidan avaient donc été ses bouées de secoure, surtout après ce qui s’était passé à l’épicerie. Et d’ailleurs que s’était-il passé exactement. Aucune idée, au fond, juste la certirude que ça n’avait rien de naturel, et justement, c’était bien ça le problème. Charlie le sentait dans ses tripes, le coup qu’elle avait reçu à la tête lui avait été destiné. Et la simple idée de se retrouver seule trop longtemps la terrorisait. Elle appréciait plus que tout le bruit de quelques coups donnés contre la porte désormais. Une visite, n’importe qui, même les vieux amis très chiant de sa grand-mère, la rassurait un peu. Le plus cool était lorsqu’elle trouvait un grand blond sur le pas de sa porte.
    Cette fois-ci, ça avait été Aidan. Ils avaient bu une limonade bien fraiche, ils avaient écouté un CD, puis avaient agrippés la guitare de la jeune femme pour sortir sous le soleil cuisant.
    Depuis, ils papotaient par intermittence, entre deux improvisations douteuses du plus jeune.
    La jeune femme savourait ces moments, avec, par moment, quelques bouffées d’angoisse à l’idée que ces instants auraient une fin, et qu’une fois cette fin arrivée, elle serait de nouveau seule. Pourtant elle ne se laissait jamais débordée par ce sentiment avilissant, et préférait pleinement goûté le moment, comme maintenant.

    A l’évocation du vomi dans l’évier, Charlie avait sourit, gardant ses grands yeux fermés pour ne pas souffrir du soleil qui rougissait ses paupières closes. Comme oublier ?
    Elle se rappelait très bien de cette fameuse fois dont il parlait. C’était ce jour-là où elle en avait apprit un peu plus sur la mystérieuse famille Donnelly.
    Depuis, elle n’en avait pas vraiment encore parlé avec Sam, d’ailleurs, Aidan se trompait, ils passaient beaucoup de temps ensemble, parlaient beaucoup, mais ils ne discutaient pas tant que ça. Jamais le genre de vraie discussion, comme celle que lui proposait Aidan à l’instant.

    La jeune femme rouvrit les yeux, et tourna sur elle-même pour se retrouver sur le ventre et faire face au garçon. Elle arracha un brin d’herbe sec et le porta à sa bouche d’un air pensif.

      « Tu sais, Aidan… » commença-t-elle avant de s’interrompre.


    Et elle resta d’ailleurs muette une longue poignée de seconde, ses grands yeux sombres et pensifs posé sur le visage harmonieux de son ami.

      « Ecoute. Y’a deux semaines, mon ex-petit ami m’a embrassé. Et mon ex-petit ami est le petit ami actuel de ma meilleure amie d’enfance. Enfin, … ‘était’, parce qu’a cause de moi maintenant, ils sont séparés et ma meilleure amie ne me parle plus depuis, et reste cloitrée chez elle sans voir personne » elle baissa les yeux, étonnées de pouvoir ainsi énoncer les faits sans avoir de tremblements dans la voix « Et en plus de ça, il s’est passé des trucs… des trucs bizarres à mon boulot. Tout ça, ça me prend la tête, vraiment. Et j’ai beaucoup de choses à dire, à beaucoup de monde. Et je sais aussi que je pourrais t’en parler à toi, et que tu m’écouterais, sans que j’ai à te demandé l’autorisation. Et je sais que je pourrais en parler à Sam aussi. Je pense que ça se passerait bien. Pourtant je ne l’ai pas encore fait parce que… parce que y’a une personne en particulier avec qui je dois en parler avant. Parce que j’ai l’impression que si je n’en parle pas avec Colleen avant c’est comme… ‘pas fini’. » elle soupira, se redressa en position assise, ses bras fins passés autour de ses genoux « Tu vois ce que je veux dire ?... ce que je veux dire c’est que… le problème ne vient jamais que d’une seule personne, et en parler, ça fait du bien, mais en parler avec les personnes concernées par le problèmes, ça fait du bien à tout le monde, et y’a plus de personne qui en ressortent gagnant. Et ça… c’est le plus important, parce que ça veut dire que le problème est réglé. Tu me suis ? »


    Posant ses mains dans son dos, elle redressa son regard vers le ciel d’un bleu cuisant, sans aucun nuage.

      « Enfin bref, tout ça pour dire que… si tu veux m’en parler, je suis là. Mais seulement si c’est dans l’idée d’en parler avec tes frères après. Pour arranger les choses. Parler du problème c’est bien. Pas de problème, c’est mieux »


    Charlie tourna sa tête pour jeté un œil au garçon, l’autre œil fermés pour le protéger des rayons.

      « Et quand tout ça sera fini, je t’autorise à écrire une chanson avec tout ce que je viens de dire » ajouta-t-elle avec un trop grand sérieux pour qu’il ne soit pas feint.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Ven 09 Juil 2010, 11:07

    Les yeux du blond se rouvrir et se posèrent vers la silhouette rassurante de Charlie à ses côtés. Un silence s'installa avant qu'elle ne se décide à enchainer pour changer de sujet et lui parler de ses affaires de coeur. Le petit blond se redressa sur ses coudes, incapable de cacher sa surprise et sa colère, dirigée à l'encontre de l'ex-petit ami de la brune. Il lui semblait bien avoir entendu des rumeurs sur l'adjoint du shérif et la postière, mais il ignoraient qu'ils étaient les amis de Charlie. Et pour cause, ils ne se parlaient plus et il n'avait pas pu les voir ensemble...
    Cet enfoiré ne perdait rien pour attendre ! Est-ce que Samuel était au courant ? C'était peu probable sinon ils seraient déjà parti en mission commando pour crever ses pneus, chier sur son paillasson et casser ses carreaux en y balançant des briques et espérant le toucher. Non mais qu'es-ce que c'était qu'ces manières !
    Le visage bougon, les sourcils froncés, Aidan écouta le reste du récit de son amie. Jusque là, elle ne s'était jamais vraiment confiée à lui. Bien sûr, ils avaient parlé de ses espérances (quelques peu ruinés...), de musique, un peu de Samuel et avait surtout partagé un bon nombre de fous rires.
    Il sentait bien qu'elle avait quelque chose sur le coeur évidemment mais il n'avait jamais été capable de mettre le doigt dessus et n'avait jamais osé lui poser de questions. Après tout, c'était à Sam qu'elle devait parler, c'était lui son petit ami. Non, en l'occurrence, c'était à Colleen qu'elle souhaitait parler. Parlons-en d'elle aussi ! Pourquoi est-ce qu'elle faisait la tête à Charlie sans même avoir pris le temps d'écouter sa version ? C'était injuste !

    La discussion revint bientôt sur lui, et Aidan termina de se redresser, entourant ses genoux relevés de ses bras, l'air pensif. Il lui adressa un vague sourire lorsqu'elle aborda le sujet de la musique.

      « A vrai dire, j'espérai vraiment que tu dises ça parce que je crois que je tiens un tube déjà » la taquina-t-il « Ca commencerait comme ça : The roof, the roof, the roof is on fire, but we don't need no water let the motherfucker burn, burn motherfucker, buuuurn » chanta-t-il en se saisissant un instant dela guitare pour s'accompagner « Ca c'est le morceau pour ton ex, ta version viendra plus tard »

    Il déposa la guitare près de lui cette fois et se réinstalla sur le sol, les paupières closes. Il laissa passer un silence, profitant de ce moment de répit et des rayons du soleil déclinant éclairant son visage.
    Une ombre passa pourtant bientôt sur ce dernier et il reprit la parole.

      « Sam m'a dit que t'étais dans l'épicerie quand s'est arrivé mais j'ai jamais osé te poser de questions... ce qui ne me ressemble pas du tout, tu le constateras » ajouta-t-il dans un rire un peu forcé « Ma belle so... ex-belle soeur y était aussi et d'après Sam, elle était plutôt secouée... Mais j'en sais pas plus, personne veut trop m'raconter ce qui s'est tramé ce jour-là. J'ai essayé d'aller jeter un oeil sur place y a quelques jours mais tout était déjà rentré dans l'ordre presque. Ca m'a fait marrer d'ailleurs parce que nous, on a été vandalisé y a des semaines et on nous a juste apporté des gâteaux secs. A l'épicerie, en une semaine tout avait retrouvé sa place.... C'était comme si rien ne s'était passé »

    Aidan ne pu empêcher ses souvenirs de l'emporter vers les évènements qu'il avait vécu sur le pont avec ses frères et Allie quelques temps après leur arrivée. Le pont était impeccable et ils en avaient conclu que l'accident ne pouvait pas avoir eu lieu ici.
    Le jeune homme pensait cette hypothèse exacte mais pour de toutes autres raisons...

      « Vous n'aimez pas trop que votre charmant p'tit village ne paraisse pas aussi charmant qu'il le devrait, pas vrai ? » demanda-t-il finalement, la tête tourné vers elle à nouveau « A Cleveland, on n'se donne pas autant de mal. L'épicerie en bas de chez nous se fait souvent vandaliser et le proprio s'emmerde pas à tout réparer tout de suite. Quant au restant de la communauté... bah ils se contentent d'aller ailleurs mais ça viendrait à l'esprit de personne de venir donner un coup de main »

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Sam 10 Juil 2010, 22:35

    Charlie avait gardé ses pupilles chocolat fixées devant elle tandis que le jeune garçon parlait, et ce ne fut que lorsqu’il eut terminé qu’elle pivota pour lui faire face, ses mains fines parcourant l’herbe desséchée sous eux, sans vraiment s’en rendre compte.

      « T’sais Aidan, tu dis ‘vous’ quand tu parle de Grayson, mais tu devrais plutôt dire ‘ils’. C’est pas comme si j’avais jamais été intégrée ou quelque chose comme ça » dit-elle en haussant une épaule.


    Elle avait prit soin de prendre un air détaché, même si en réalité, le sujet la pesait un peu. Après tout c’était bien là tout son problème. Elle ne s’était jamais sentie intégrée à la population de Grayson, et ne le serait probablement jamais. Elle s’y était faite depuis le temps, pourtant ce sentiment avait tout de même provoqué beaucoup de chose et avait eut beaucoup de conséquences sur sa vie.
    Peut-être que cela venait du fait qu’elle n’était pas née ici. Mais ça n’était pas le cas de Colleen non plus, et pourtant sa meilleure amie n’avait pas eut tous les problèmes qu’elle-même avait rencontré. Colleen, même si ‘extérieure’ à Grayson, avait réussi à se faire une place, ainsi que sa mère, qui avait reprit la poste. Peut-être que cet état de fait avait joué en leur faveur. De toute façon, Charlie n’avait pas vraiment de parent, et c’était plutôt mal vu ici. Si on rajoutait à ça ses coiffures un peu bizarres, ses centres d’intérêts et ses ambitions décalés par rapport aux habitants de Grayson, et sa fâcheuse tendance à aller et venir périodiquement, on comprenait pourquoi elle n’avait jamais fait partie du ‘package Grayson’.

      « Enfin bref. Ici c’est un petit village, c’est normal que ça soit pas pareille que dans une grosse ville du genre de Cleveland. Les gens se serrent les coudes ici… parfois même un peu trop d’ailleurs » ajouta-t-elle, pensive.


    Il était vrai que les populations rurales et urbaines étaient différentes, ça n’était pas une légende, c’était un fait établi depuis longtemps, et pas seulement par elle qui avait eut l’occasion d’expérimenter ces deux styles de vie différents.
    Il n’en restait pas moins que Grayson avait quelque chose de différent encore. Quelque chose en plus. Lorsqu’elle était enfant, Charlie ne s’en rendait pas vraiment compte. Puis avec l’adolescence, elle avait commencé à remarquer certaine choses sans pour autant que celles-ci ne soient réellement tangible. Puis elle s’était échappé du village une première fois pour rejoindre sa mère, et après quelques années de galère, elle était revenue pour la première fois se terrer chez sa grand-mère, faute d’un quelconque autre endroit où aller.
    Plus âgée, avec une meilleure expérience de vie, et des champs d’horizons élargis par cette période passée loin du village, elle avait commencé à distinguer l’anormal du normal.
    Et l’anormal avait une grande place dans les meurs de Grayson, a n’en pas douter.

    La jeune femme l’avait compris, mais ne s’était jamais donné la peine de chercher plus loin et d’essayer de vraiment comprendre de quoi il retournait. Ca n’était que quelques constatations isolées. Elle ne tenait pas vraiment à faire de recoupements. Premièrement parce qu’elle avait toujours été certaine que sa vie n’était pas ici, et qu’elle ne se donnait pas la peine d’un tel investissement, et ensuite, parce qu’elle n’avait pas vraiment envie d’avoir le fin mot…
    Charlie avait toujours fonctionné au feeling, et depuis des années maintenant, elle sentait qu’il y avait pas mal de pourriture au royaume de l’apparente tranquillité Graysonnienne.

      « Et puis tu oublie David ! C’est un chouette type tu sais. Il a autant de conversation qu’une carpe morte, mais je pense que si il était moins… maladivement timide, j’aurai essayé de le draguer il y a longtemps déjà ! » sourit Charlie


    David était son pendant masculin au village, tout le monde le regardait généralement de travers. Surtout cet enfoiré de garagiste.

      « Et puis, M’sieur le Maire est un type bien. Ses gosses sont un peu bizarres, mais lui et sa femme m’ont jamais fait d’emmerdes. »


    Elle médita quelques instants, déviant son regard et le laissant se perdre dans le flou.

      « C’est le shérif que j’aime pas beaucoup. Je sais pas vraiment pourquoi. Sa fille est une vraie cruche, et puis, sa femme est morte de manière un peu bizarre. Je me souviens plus trop de l’histoire en fait, un accident de voiture ou quelque chose du genre, mais je me souviens que quand ma grand-mère avait ses amies à la maison le soir, elles en parlaient et elles chuchotaient. Enfin c’était bizarre. Et puis il reluque sans arrêt Elizabeth. Ma patronne. Il est vraiment pas discret. » commenta la caissière en levant les yeux au ciel « sans oublié que sa sœur est une vraie cinglé ! Catho à mort, complètement barrée. Avec un air de vicieuse caché derrière son grand sourire parfait et ses grandes dents parfaites. Quand on la regarde on dirait un film des années 60. ‘Ma sorcière bien aimée’, mais sans l’humour. » puis lançant un regard entendu au garçon « Et elle fait encore plus peur quand on sait qu’elle est mariée au croquemitaine. Elizabeth passe beaucoup plus de temps au magasin depuis ce qui s’y est passé, et l’autre jour on à passé bien une heure à le critiquer. Nathaniel je parle. Au cas où tu savais pas que Nathaniel Redd avait épousé la frigide sœur du shérif. Toute cette bande, c’est une vraie mafia » lança-t-elle avant de tendre la main sur le côté pour se saisir de son petit paquet de cigarette à moitié vide et d’en allumer une.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Dim 11 Juil 2010, 11:44

    Ce n'était pas la première fois que Charlie lui parlait de la manière dont elle était exclue de la petite communauté de Grayson. Selon lui, c'était une excellente chose mais chaque fois qu'elle évoquait le sujet, la caissière paressait un peu amère. Même si sans cela ils ne seraient probablement jamais devenu amis, il comprenait qu'elle regrette parfois de ne pas se sentir intégrée.
    Lui même n'avait jamais réussi à appartenir à un autre groupe que celui des frères Donnelly, et encore, il avait reçu sa carte de membre dès la naissance et n'avait pas eu son mot à dire là-dedans. Contrairement à ce qu'il avait toujours avancé, il n'avait jamais vraiment eu d'amis à l'école, au contraire. Il se plaisait parfois à penser que c'était parce qu'ils étaient tous stupides, immatures et que lui était différent, dans le bon sens du terme. Mais ce mensonge ne l'avait pas convaincu longtemps. Il était effectivement différent et c'était un problème. Problème qu'il était incapable de résoudre et l'avait fait souffrir. Et il comprenait que Charlie en souffre tout autant.
    Mais alors qu'il allait lui servir un discours plein de bons sentiments, elle enchaina en lui parlant de David.

    Puisqu'ils avaient échangés leurs places, Aidan n'avait pas vraiment eu l'occasion de croiser l'employé de ferme qui bossait avec son frère chez eux. Avec du recul, il trouvait d'ailleurs cet échange de bon procédé assez étrange, voir complètement stupide... mais c'était une autre histoire. Toujours est-il qu'à part avoir constaté que l'homme n'était effectivement pas très loquace, il ignorait tout de lui. D'après ce qu'il avait capté des conversations entre ses frères (auxquelles il n'était pas convié puisqu'Aahron refusait de lui adresser la parole) c'était un brave gars volontaire et consciencieux. Un bon paysan quoi...
    Mais une fois encore, Charlie ne lui laissa pas vraiment le temps de répondre et enchaina en parlant du maire et de ses enfants.

    Puisqu'ils travaillaient en leur compagnie depuis un moment maintenant, Aidan avait cette fois un avis sur la question. Effectivement, il appréciait cette famille et trouvait William très sympa. Pour un vieux. Il lui rappelait un peu son père par moment et le fermier faisait preuve d'une grande patience avec lui, ce qui mettait parfois le jeune homme mal à l'aise. Il avait pleinement conscience d'être gauche, de paraître un peu lent par moment. Il ne connaissait rien aux travaux de ferme et n'avait jamais effectué ce genre de travaux auparavant. Il partait donc de zéro et se sentait comme un affreux boulet accroché à leurs jambes... mais seul Casey le lui faisait ressentir.
    William lui expliquait toujours longuement ce qu'il attendait de lui, Alicia lui adressait de nombreux sourire compréhensif avant de reprendre les explications de son mari et Joshua... et bien il lui montrait ce qu'il devait faire ou bien le remplaçait tout simplement. Il n'y avait que Casey pour lui dire qu'il était nul, feignant et abruti. Peut-être pas aussi crument mais le message était clair.

      « Ils sont chouettes, oui » confirma-t-il simplement alors que Charlie semblait perdue dans ses pensées un instant

    Il aurait aimé aborder le sujet plus en profondeur avec elle, pouvoir lui poser des questions sur Casey et la meilleure manière de gagner sa confiance mais sa fierté (la honte ?) l'avait arrêté à temps. Il se contenta de laisser son regard clair se porter vers le lointain jusqu'à ce que la caissière reprenne la parole.
    Un sourire étira ses lèvres lorsqu'elle commença à critiquer le shérif, sa fille et Elizabeth. Il avait de nombreuses fois rencontré Suzanna et la soupçonnait de craquer un peu pour lui. Elle était mignonne, gentille mais effectivement un peu... naïve. Il appréciait pourtant sa compagnie, son sens de l'humour un peu décalé et son petit caractère.
    Mais il réprima presque immédiatement son sourire. Il n'avait effectivement jamais vue la femme du shérif mais il s'était imaginé qu'elle était peut-être simplement... occupée. Mais Charlie venait de confirmer ses doutes : la mère de Suzie était belle et bien morte.
    Cette annonce assombri un peu son humeur, le replongeant dans son propre deuil.
    Aidan sursauta presque lorsqu'il l'entendit prononcer le prénom de Nathaniel. Un frisson le parcouru t malgré lui et il se remit sur ses jambes avec prudence pour venir caresser distraitement le vieil âne de son amie.

    Derrière lui, il entendit Charlie s'allumer une cigarette mais ne lui accorda plus un regard.
    Il détestait que le sujet Nathaniel Redd soit évoqué. Chez eux, il l'avait été à mainte reprises évidemment. A leur retour du garage lors de leur première confrontation, après la soirée de cinéma quand ils l'avaient soupçonnés d'être à l'origine du saccage de leur rez de chaussée et puis quand il avait retrouvé Petey. Aidan ne l'avait encore jamais recroisé depuis leur premier échange et espérait vivement que les choses continuent ainsi.
    Il avait détesté le regard que le garagiste avait posé sur lui, ce qu'il y avait lu...

      « Tu crois... » commença-t-il d'une voix à peine audible

    Il se tu pendant de longues secondes et Charlie ne le relança pas, ne l'ayant même probablement pas entendu.

      « Ca fait beaucoup d'accidents de voiture tout ça... » finit-il par se lancer, caressant toujours distraitement l'animal, l'estomac comme sa gorge noués « Tu t'es jamais demandé si... enfin s'il pouvait avoir quelque chose à voir là-dedans... ? Nathaniel j'veux dire. Il a jamais été accusé de quoi que ce soit avant... enfin avant qu'on l'fasse ? »

    il ignorait ce que Samuel avait pu lui raconter ou non, s'il lui avait fait part de leurs nombreux soupçons ou s'il préférait aborder d'autres sujets que la mort de leurs parents avec elle...

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Mer 14 Juil 2010, 03:42

    Charlie s’était un peu attendu à ce que la conversation dérive sur le sujet de leur présence à Grayson. Bon, le garçon ne venait pas de l’évoquer aussi clairement, mais avec du recule c’était tout de même bien de cela qu’ils parlaient. Et à vrai dire, Charlie ne connaissait que très peu de choses sur les raisons de la présence des quatre frères à Grayson, mise à part que leur parents étaient morts ici, d’un accident de voiture durant un voyage, et qu’ils étaient venu fouiner pour en savoir plus.
    De quelle manière, elle l’ignorait également, elle savait juste que Nathaniel et eux avaient eut des mots au début de leur séjour… et qu’effectivement ils l’avaient accusés de meurtre. Elle n’avait jamais été trop sûre de tout ça, n’avait jamais abordé le sujet d’elle-même avec Sam, et bien entendu, celui-ci ne lui avait absolument pas raconté les détails, de quoi que ce soit.

    C’était d’ailleurs le moment de se mettre un peu plus au parfum et de comprendre un peu mieux tout les tenants et les aboutissants de cette histoire. Depuis des lustres, elle sentait quelque chose couver, comme l’on couve un secret, mais elle ne connaissait que trop peu de chose pour comprendre, pour mieux observer et pour mettre le doigt sur ce qu’elle ratait.

    Charlie tira sur sa cigarette, observant le dos du garçon qui se tenait près de l’âne. Elle poussa un bref soupir méditatif tandis qu’elle cogitait sur la réponse à lui donner. Elle remonta dans ses souvenirs, y farfouilla un peu, mais en sortit bredouille.

      « Pas que j’me souvienne nan. Mais je ne me tiens pas toujours au courant de tout. Ce que je sais des rumeurs de village c’est Colleen qui me le raconte. Et sa mère parfois. Avant il y avait ma grand-mère aussi, mais depuis qu’elle perd la boule, les nouvelles qu’elles racontent son toujours les mêmes. Bref. Vous êtes les premiers qui… enfin c’est vrai qu’il y a beaucoup d’accidents mais… »


    Visiblement elle n’avait pas assez cogité. Elle prit une pause, tiquant d’agacement de chercher ainsi ses mots. Le sujet était tellement délicat, et elle pouvait être si maladroite parfois, elle ne voulait surtout pas froisser Aidan alors qu’il semblait enclin à lui parler de tous ces sujets qu’elle se languissait de savoir mais qu’elle n’osait jamais aborder. Et puis surtout, il s’agissait de ses parents, le sujet était on ne peut plus glissant pour le jeune garçon. Elle ne voulait pas tout remuer avec une bêtise sortie de sa bouche.

      « Tu sais, si c’était Nathaniel qui… qui provoquait tout ces accidents… je suppose qu’il lui faudrait un mobile vraiment solide. On ne fait pas ça juste… je ne sais pas, on ne fait pas ça comme ça. C’est tellement… Je sais qu’il y a des tueurs en séries qui tuent sans motifs valables, et de toute façon il n’y a jamais de motifs valables qui justifient un meurtre mais tu vois ce que je veux dire. Sauf que, si c’était le cas, si Nathaniel était vraiment un tueur, je pense que quelqu’un s’en serait aperçu avant vous. Vous n’êtes pas détectives après tout… non ? » elle ne lui laissa pourtant pas vraiment le temps de répondre et enchaina pour préciser ses dires « Je ne suis pas entrain de le défendre, c’est pas ça, c’est juste que… il faudrait une raison ! Pourquoi provoquer lui-même des accidents ? Ca n’a pas de sens ! Il n’y gagne rien, il ne touche pas d’argent, il n’a aucun avantages alors… j’en sais rien, ça serait complètement dingue de faire ça »


    Cette idée la laissait elle-même pensive. Après tout, était-il possible à leur niveau de comprendre les motivations d’un esprit peut-être très malade ? Non ! Faire des suppositions, c’était tout ce qu’ils pouvaient faire. Et c’était à la fois grisant et terrifiant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Ven 16 Juil 2010, 16:16

    Les propos de Charlie ne suffirent pas à calmer les angoisses d'Aidan qui se rejouait depuis quelques instants la scène de sa rencontre avec Nathaniel Redd. Son regard l'avait comme transpercé et il avait tout de suite senti que quelque chose ne tournait pas rond chez lui.
    Il était coupable. C'était une certitude pour le benjamin des frères Donnelly. Mais de quoi ? Quel rôle avait-il joué dans la disparition de ses parents ? Les avaient-t-ils tués lui-même ou n'était-il qu'un intermédiaire ?
    Une chose était certaine, il était satisfait de la place qu'il avait et c'était de la fierté qu'il avait perçu au fond de ses yeux lors de leur échange. Il se réjouissait de leurs malheurs malgré ce qu'il avait pu en dire et se délectait de les voir tourner en rond à présent.
    Et même s'il n'était pas coupable, le garagiste savait assurément quelque chose.

      « Justement, Charlie : il est dingue » grinça Aidan pour toute réponse

    Comme souvent, une vague de colère avait déferlé en lui, réchauffant son corps affaibli par le manque de sommeil. Des images sanglantes lui vinrent sans grandes difficultés. Ces temps-ci, avec ses cauchemars, il avait assisté à pas moins d'une trentaine de meurtres sanglants et avait un tas d'idée de tortures à faire subir à Nathaniel...
    Agaça, Aidan se retourna vers la caissière.

    Il avait une tonne de questions à lui poser mais il avait peur qu'elles sonnent comme des reproches. Il avait une fois accusée Charlie de les avoir trahis et ne voulait plus avoir à le faire. Mais comment être certain qu'elle était aussi blanche qu'il l'imaginait ?
    Nathaniel aussi savait sourire et pourtant, c'était un enfoiré de première. Aidan avait toujours été un peu naïf et il avait très souvent mal jugé les gens, leur accordant sa confiance un peu trop aisément.
    Pourquoi lui faire confiance à elle et pas à Declan, le shérif ? Il ressentait une certaine affection pour le maire, devenu son employeur récemment, mais comment être sûr qu'il soit digne de sa confiance ?
    Comment ces gens aussi bons paraissent-ils puissent supporter la présence d'un être aussi abject que le garagiste ? Pourquoi n'avaient-ils rien fait pour empêcher la mort de leurs parents ? Ignoraient-ils que quelque chose de vraiment bizarre se tramait ici ? Non, assurément, ils ne pouvaient pas l'ignorer... Alors quoi ? Pourquoi restaient-ils ?

      « Pourquoi tu t'en va pas ? » la questionna-t-il soudain « Enfin j'veux dire, tu m'as déjà raconté tes voyages et tout ça mais... est-ce que ça ne valait pas MIEUX qu'être ici ? Enfin j'veux dire... tout est bizarre ici ! Les gens sont bizarres et tu l'dis toi-même, ils ne t'acceptent pas. Ce qui entre nous, est une excellente chose, quoi que t'en dise. Y a une sale ambiance, c'est... »

    Mais il fut incapable de mettre des mots sur ce qu'il ressentait dans l'enceinte du petit village.

      « On s'croirait dans Amityville ! » finit-il par conclure

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Dim 18 Juil 2010, 00:53

    Charlie, toujours assise dans l’herbe, sa cigarette fumant au bout de ses doigts fins, méditait silencieusement, partagée entre deux sentiments contradictoires.
    D’un côté, elle comprenait où voulait en venir Aidan, et elle était même bien d’accord avec lui. Elle en avait toujours eu envie : partir d’ici. Faire sa vie ailleurs, pour ne plus jamais revenir. C’était ce dont elle rêvait la plus part du temps, lorsqu’elle n’essayait pas d’oublier ces pensées aventureuses qui rendait son quotidien invivable.
    Et ça n’était pas faute d’avoir essayé ! Elle avait tenté le coup pas mal de fois et à chaque fois, l’expérience s’était soldée par une perte financière énorme, couplé d’un coup bas amoureux et d’une guigne surnaturelle. Et la jeune femme n’avait d’autre choix que de revenir, la honte eu ventre, dans ce petit patelin perdu et merdique où personne ne pouvait vraiment la voir en peinture, mais où elle avait un toit.
    Et d’un autre côté, même si elle n’avait jamais été acceptée, même si elle savait que les gens y étaient bizarres, même si elle n’avait pas grand-chose ni grand monde pour la retenir ici, ce petit patelin perdu et merdique restait l’endroit où elle avait grandit, et l’endroit où elle pouvait toujours revenir lorsque sa malchance la rattrapait, ce qui arrivait finalement toujours…

      « Si c’était aussi simple Aidan, je serai loin à l’heure qu’il est. T’as déjà essayé de vivre tout seul ? Ce n’est pas aussi facile qu’on veut bien te faire croire. Et c’est cher aussi. Surtout quand les gens s’obstinent à se faire la mal avec tes économies ou ta voiture… » marmonna-t-elle, morne « Enfin c’que je veux dire c’est que… j’ai essayé de partir et j’suis revenue parce que c’était ça, où la rue… a chaque fois. Et c’est sur qu’ici… c’est… » elle haussa une épaule « Je sais pas. J’ai toujours vécut dans cet endroit, et même si je suis aussi allé vivre ailleurs, le fait est que j’ai toujours connu le village comme ça et du coup… c’est comme ça. Tu vois ce que je veux dire ? »


    Elle n’attendit pas la réponse pour se relever et rejoindre le jeune homme près de l’âne.

      « Et en même temps peut-être que je me trouve des excuses, j’en sais rien… p’tètre qu’il aurait mieux valu que je finisse à la rue, et que ça se serait arrangé tout seul au bout d’un moment. Mais j’ai préféré rentrer à chaque fois… c’est comme ça »


    Elle tiqua sur ce qu’elle venait de dire elle-même. Elle avait utilisé le mot « rentrer », pour parler de ses multiples retours a Grayson. Ce qui prouvait bien que même si elle se sentait à l’écart, elle se sentait tout de même chez elle en même temps. C’était bien là le grand drame de sa vie d’ailleurs. Grayson semblait relié à elle par une chaîne incassable qui l’empêchait d’avancer. Elle se sentait lié à ce petit village de rien d’une manière incompréhensible puisqu’en même temps, elle s’était aussi toujours vue comme différente des gens d’ici.

      « Enfin bref. Amityville, qu’est ce que tu veux dire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Dim 18 Juil 2010, 20:11

*Je veux parler des voix qui me propose de tuer l’entièreté de ma famille, de cette impression que l’air me manque et qu’on m’observe dès que je franchis la porte de la maison que j’habite. Je te parle de la mort de mes parents et des cauchemars la mettant en scène que je fais chaque nuit, Charlie*

    Il ne pouvait décemment pas lui répondre une chose pareille. Elle aurait certainement pris la fuite en emportant son âne pétoman et sa grand-mère sous le bras pour rejoindre son connard d’ex fiancé qui était accessoirement le shérif de cette ville maudite.
    Ou bien elle aurait éclaté de rire et lui aurait conseillé de s’en tenir aux vidéos de « Mon petit poney »…
    Se détournant donc, Aidan reprit la parole dans un haussement d’épaules négligé.

      « Nan mais j’disais ça comme ça. Tu sais le petit village tranquille qui devient le théâtre d’une série de meurtres sanglants »

    Il marqua une pause, le temps de reprendre ses esprits et de faire disparaître cet air torturé de ses traits. Il n’était pas très bon comédien malheureusement, mais il espérait que son sourire crispé donnerait le change.
    De toute manière, Charlie ne lui en voudrait pas, sachant pertinemment que le sujet qu’il venait d’aborder l’avait touché. Et puis il était resté très généraliste et n’avait pas fait que parler de lui, lui-même et sa personne, ainsi, elle ne pourrait pas une fois encore l’accuser d’être un sale nombriliste.

      « J’ai entendu le maire parler d’installer une piscine dans le parc » enchaina-t-il comme si de rien était « Il paraît que le mois de juillet va être intenable et que c’est la première fois que vous avez un mois de juin aussi chaud ! Nous à Cleveland, on a jamais vraiment eu à souffrir de la chaleur. Enfin j’me souviens pas d’avoir déjà failli dépérir… enfin toute façon, j’aime bien le soleil. Ma mère disait souvent que je fonctionnait à ça. A l’énergie solaire quoi » sourit-il, nostalgique « J’étais toujours debout à l’aube et je tombais de fatigue une fois qu’il était couché. Entre les deux, on pouvait pas m’arrêter. Mes parents ont cru que j’étais… comment on dit déjà… pas autiste mais… enfin tu sais quand t’es ac…hyper actif ! Voilà ! Ils m’ont emmené faire des tests et tout ça puis j’ai du prendre des médicaments pour me calmer un peu. Toi aussi t’es une fille du soleil, j’le sens » s’exclama-t-il en venant se coucher près d’elle sur le ventre, appuyant son menton sur ses mains en la fixant « You could be my sunshine girl » entama-t-il sur un air improvisé, reprendant les paroles d’une chanson niaise qui passait sur les ondes il y a quelques temps « When you show up does everybody smile and wave or look away ? Are you feeling beautiful or is this a bad hair day ? Maybe you're falling so in love or your heart is about to break, will this be a good or a bad day ? Well either way, you could be my sunshine girl »

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Lun 19 Juil 2010, 13:32

    La jeune caissière commençait à connaître Aidan et à savoir décrypter ce que celui-ci refusait généralement de dire tout haut. Elle avait sentit un certain malaise par rapport à sa dernière question, quelque chose caché derrière les mots. Sauf que comme bien souvent, le blondinet se rétractait toujours à la dernière minute. Il débutait un sujet sérieux, et lorsque le sujet en question prenait des accents qui lui déplaisait, il en trouvait un autre, plus léger, ou éludait carrément. Ou bien il se mettait à chanter une chanson. Cette fois-ci il avait choisi les trois en même temps.

    Lorsque la brunette avait sentit l’hésitation de son jeune ami, elle s’était détournée l’air de rien pour retourner se vautrer dans l’herbe sèche. Elle détestait qu’on l’observe de trop près lorsqu’elle se sentait mal à l’aise dans un sujet, et estimait donc qu’il serait mal venu de le fixer alors qu’il semblait vulnérable.
    Il n’avait pas fallut longtemps a l’adolescent pour venir la rejoindre et se recoucher à nouveau à ses côtés. Charlie aimait bien lorsqu’Aidan évoquait ses souvenirs. Elle en apprenait un peu plus sur leur famille à chaque fois, et du coup, apprenait à mieux les comprendre.
    Elle ne devait pas vraiment compter sur Samuel pour lui parler de son enfance, de sa vie d’avant, de ses souvenirs ou de sa famille. Ils avaient pas mal de discussions tous les deux, mais jamais sur ce genre de sujet. Ils parlaient rarement du passé. D’ailleurs Aidan en savait plus sur son passé à elle que son petit-ami. Si on pouvait vraiment appeler ça un petit ami, puisqu’ils ne savaient pas grand-chose l’un de l’autre et ne savaient pas vraiment vers quoi ils allaient.

    Souvent, Charlie songeait à questionner Aidan sur son frère, mais elle se retenait de toutes ses forces pour ne pas le faire. Si elle avait des questions sur Sam, c’était à Sam qu’elle devait les poser. Pas à son cadet qui avait apparemment bien d’autres choses à penser. Pourtant elle avait toujours été un peu lâche, le regrettait sincèrement, mais n’essayait jamais de dépasser ça. Du moins presque jamais.
    Car de temps en temps elle essayait tout de même de le faire, par des voix détournées.

    L’épicière avait sourit durant tout le petit discours d’Aidan. Une piscine dans le parc, bien entendu. C’était tout à fait le genre du Maire Ferguson ce type d’idée ! La chose aurait été terriblement cool, mais elle n’y croyait pas une seconde. Chose vraie par contre, il faisait effectivement très chaud cette année, plus chaud que jamais, et comme Aidan était un petit blondinet perspicace, il avait aussi raison lorsqu’il affirmait qu’elle aussi fonctionnait à l’énergie solaire. Plus il y en avait, mieux elle se portait, et son humeur avec. Elle détestait l’hiver et ses grisailles qui étaient forcément synonyme de grosses déprimes. Et comme en ce moment, c’était plutôt une période d’énorme déprime, elle était plutôt heureuse que le soleil s’en donne à cœur joie et abattre sur les campagnes ses rayons féroces et cuisants.
    Après avoir éclaté de rire, comme elle le faisait souvent lorsqu’Aidan se mettait à improviser des chansons, le silence retomba sur le jardin de la maison des Doyle.
    Seuls les bruits de mastication d’herbe du Capitaine se faisaient encore entendre, tandis qu’une odeur de barbecue planait dans l’air, en provenance d’un jardin voisin.

      « Si tu parle du mois de juillet ça veut dire que vous allez rester ici ? » finit-elle par questionner en priant pour que la réponse soit positive.


    C’était sans doute la question qui lui brûlait le plus les lèvres, qu’elle se trouve avec Sam ou avec Aidan. Elle redoutait toujours que l’un ou l’autre ne lui annonce leur prochain départ.
    Que se passerait-il pour elle et Sam ? Elle ne doutait pas qu’Aidan lui propose de rester en contacte, et encore… Grayson semblait lui inspirer une telle peur qu’elle redoutait qu’une fois éloigné, il ne boycott tout ce qui pouvait évoquer l’endroit où ses parents étaient mort.
    Et pour Sam… qu’allait-il faire ? Une relation à distance ? Elle en doutait bien fort, pas avec ce genre de garçon… La plaquer alors ? … ou lui demander de venir avec eux ?
    Non, certainement pas. Mais l’idée que le prince charmant qu’elle avait été cherché si loin sans jamais le trouver puisse en fait être celui qui viendrait la chercher ici, dans son donjon terrifiant, lui plaisait tellement qu’elle ne pouvait s’empêche de se raconter des histoires et de faire des plans sur la comète. Elle verrait bien le moment venu, car chose certaine, un jour, ils allaient partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Lun 19 Juil 2010, 22:09

Son improvisation fut presque courronnée du succès. A défaut de l’applaudir et de saluer la justesse de sa voix ou la beauté de son timbre, elle rit à gorge déployée. C’était toujours ça de prit !
Il voulu lui faire une remarque à ce sujet mais se contenta de fermer les yeux, croisant ses bras sous lui pour faire reposer sa tête lourde dans le creux formés. Un œil fermé et l’autre braqué sur Charlie, il laisse le silence s’installer.
Même s’il était content de pouvoir s’aérer le corps et l’esprit à la ferme des Ferguson - et, même s’il ne faisait pas grand chose, il fallait être honnête – ses journées l’épuisaient. Rester debout en plein soleil toute le jour durant, porter des charges, jardiner ou faire Dieu sait qu’elle autre tâche n’était pas vraiment la meilleure façon de se garder en forme quand on dormait vingt minute par nuit. Ce qui n’était pas complètement vrai puisqu’en général, ses micro-siestes survenaient en plein jour en général.
Si le soleil avait jadis été son moteur, à présent, ses rayons un peu trop lumineux le tuait à petit feu.
Puisqu’il n’avait plus besoin de parler, il décida d’ailleurs de se laisser aller à fermer les yeux une seconde, se laissant bercer par les ruminements du Cap’taine.
La voix de Charlie ne tarda cependant pas à s’élever à nouveau, le tirant de la torpeur dans laquelle il s’enfonçait.

    « Bah j’sais pas… Sûrement » soupira-t-il en relevant la tête pour la poser de l’autre côté, perdant ainsi la caissière de vue

Il referma les yeux et soupira à nouveau avant de se racler la gorge nerveusement.

    « En fait, on va p’têtre rester tout l’été » ajouta Aidan « Personne le dit clairement mais j’pense que c’est ce qu’ils ont en tête. Genre… comme si Grayson était not’ destination de vacances, tu saisis »

Les vacances les plus pourries de l’histoire des vacances vraiment très pourries…

    « Aahron avait plus posé d’journées depuis des lustres et il bosse à son compte. Enfin j’crois… c’est le genre de trucs qui m’intéressent absolument pas alors voilà. Samuel bosse avec notre oncle et il lui laissera prendre autant de jours qu’il veut. Isaac s’est fait mettre à pied parce qu’il a tué un patient, j’t’en avais déjà parlé je crois. Et puis Allie… et bah Allie va être en congé maternité donc voilà… c’est comme si elle était en vacances. Et puis moi, j’fais rien d’ma vie alors… On est tous libre comme l’air et j’vois pas comment on pourrait s’occuper ailleurs » marmonna-t-il, la bouche comme engourdie « Enfin j’pense que Sam va s’tirer avant la fin d’l’été » lâcha le jeune homme, ne pensant pas une seconde à sa relation avec Charlie et à ses sentiments en disant cela « Il voulait pas venir. Il est là juste parce qu’il a des problèmes à Cleveland. Des dettes de jeu ou chais pas quoi… i’ s’fou toujours dans la merde t’façon. Si les gars étaient pas là, j’pense qu’il se serait déjà fait planter ou un truc du genre. Un jour j’lai vu s’faire péter un genou alors j’ai demandé à Aahron d’aller lui sauver les miches. Sans lui dire tu vois. Ca aurait été bizarre. Enfin c’est l’seul qui pense qu’nos parents sont bien morts dans un accident d’voiture… Sam j’parle. Moi j’sais bien qu’c’est pas ça. Les autres ils savent pas quoi penser j’crois, alors i’ cherchent. Sauf qu’i’ savent pas c’qu’i’ cherchent et j’pense qu’i’ vont pas aimer c’qu’i’ vont trouver » baragouina-t-il en savourant le contact chaud de son propre bras contre son visage

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Sam 24 Juil 2010, 13:32

    Gloups.
    Voilà à peu près ce qu’avait ressentit Charlie en écoutant Aidan. Un bon gros gloups, le gloups qui reste coincé au niveau de la gorge pendant un moment, avant d’enfin glisser le long de l’œsophage et de sournoisement peser sur son estomac.
    Au début pourtant, ça avait bien commencé. Le jeune homme lui avait affirmé qu’ils resteraient tout l’été. Tout l’été, ça paraissait une éternité, ils n’étaient que fin juin, et ça leur laissait donc deux autres très longs mois ensemble, et ça c’était génial. Charlie aurait préféré qu’Aidan s’arrête là et n’ajoute pas le reste. Mais elle était bien placée pour savoir qu’on n’avait pas toujours ce qu’on voulait.
    Alors comme ça, Samuel allait se tirer avant les autres. Son cadet n’avait même pas fait mention d’elle dans son discours. Elle brûlait de lui poser plus de question et en même temps elle n’en avait pas vraiment envie. Question de fierté, et puis surtout, peur des réponses que pourrait lui fournir l’adolescent affalé a ses côtés dans l’herbe sèche.
    Et elle ne voulait pas non plus avoir l’air d’une mégère. Elle ne voulait pas retenir Sam de force à Grayson, elle voulait qu’il reste pour elle et de son plein gré.
    Apparemment c’était un peu trop demandé.

    Et pour le coup elle se sentait idiote et terriblement triste. Charlie savait bien que ça n’était que quelques paroles en l’air et qu’Aidan était un spécialiste des bourdes verbales, pourtant son humeur du moment, déjà si fragile, faisait qu’elle prenait ça ne pleine tête et qu’elle allait avoir du mal à ne pas penser à tout ça a l’avenir.

    Essayant de dépasser ses propres petites angoisses égoïstes pour enchainer dans la conversation, Charlie déglutit pour essayer de faire passer cette affreuse boule qu’elle avait dans la gorge.
    De toute façon, les Donnelly n’étaient là que pour découvrir ce qui était arrivé à leurs parents, rien de plus, et si la réponse arrivait demain, ils partiraient après ça. Elle était juste terriblement déçue de ne pas peser du tout dans la balance. Mais au fond, elle ne pouvait pas leur en vouloir.

      « Et toi alors ? Tu ne cherches pas c’qui est arrivé à tes parents ? »


    De la manière dont l’avait tourné Aidan, il semblait que lui savait déjà. Hors, si il savait déjà… que fichaient-ils encore à Grayson ? Pourquoi ça n’était pas le cas des trois autres ? Quatre en comptant Allie. Toute cette histoire était sacrément nébuleuse, et plus la jeune caissière en apprenait, moins tout ça avait de sens.
    Elle prenait toujours garde aux questions qu’elle posait, par respect pour eux, pour leur vie et leur deuil, pourtant elle arrivait au stade ou la lassitude se faisait sentir. Elle avait besoin de concret, d’information solide pour savoir à quoi s’attendre. Elle détestait être laissée dans le vague de cette manière, et elle y avait déjà passé assez de temps. Si ils ne voulaient pas le lui raconter de leur propre chef il allait falloir qu’elle se mette en tête d’aller chercher l’information elle-même. En commençant par Aidan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Dim 25 Juil 2010, 11:40

Aidan soupira lorsque la voix de Charlie s’éleva à nouveau près de lui. IL avait pensé qu’avec le discours qu’il venait de lui sortir, elle lui laisserait au moins trois bonnes minutes de répit. Cela dit, vu qu’il avait du mal à émerger et ne savait plus trop ce qu’il lui avait sorti comme ânerie… Peut-être qu’en fin de compte, il ne lui avait même pas adressé la parole.
Ca lui arrivait parfois. L’autre jour par exemple, il s’était imaginé qu’Aahron lui avait parlé dans la cuisine. Et puis Sam lui avait donné une tape dans le dos en guise de bonjour et il s’était réveillé en sursaut, seul. Puisque leur ainé ne lui avait ensuite plus adressé la parole et avait continué à le fuir, il s’était rapidement figuré que tout cet échange plein de bons sentiments n’avait été que le fruit de son imagination.

S’arrachant à ses pensées, le garçon se concentra sur ce que lui avait demandé Charlie. Sa question était un peu étrange. Surtout venant de quelqu’un qui n’abordait le sujet de la disparition de ses parents que très rarement. Alors peut-être que c’était d’eux qu’il avait parlé.
En tout cas, sa question n’en restait pas moins bizarre.

    « Bah…si… » répondit-il en tournant la tête vers elle, restant étendu sur l’herbe « C’est même pour ça qu’on est là, tu sais bien ! »

Les sourcils toujours froncés, il continua à l’observer un instant avant d’hausser vaguement une épaule et de reprendre sa position initiale, fermant à nouveau les yeux en savourant les rayons du soleil qui réchauffait son visage.

    « Enfin pour le moment, on fait rien de bien constructif, j’te l’accorde. J’bosse dans une ferme et risque ma vie tous les jours avec cette diablesse de Casey dans les parages. Même Joshua a l’air plus rassurant et pourtant, à notre première rencontre, il m’a fait penser à Jack Nicholson dans le Shining… Ou à Nathaniel Redd » réalisa-t-il soudain, ne donnant cela dit pas beaucoup de crédit à sa propre découverte « Sam s’est dégotté un job dans l’drugstore, Aahron et David se sont découverts une passion commune pour les trucs chiants et Allie et Isaac forniquent tant qu’ils le peuvent à l’hôtel avant qu’Allie soit trop grosse pour une chevauchée sauvage » sourit-il niaisement « M’enfin on va bientôt s’y remettre je pense… Sinon à quoi ça aurait servi que Trisha soudoie ton ex pour obtenir le doss…. »

Pourquoi fallait-il toujours qu’il fasse ça ? Qu’il parle AVANT de réfléchir... Ils avaient tous raison : il était vraiment le dernier des cons.

    « Oublie ce que j’ai dis. M’enfin on va avancer et je cherche aussi. Mais tu sais déjà tout ça » conclut-il très vite, avant de se redresser « J’crois que j’devrai rentrer avant de faire camping dans ton jardin. Sauf si bien sûr tu veux m’offrir à boire et à manger, ce qui m’éviterait d’avoir à le faire en présence d’Aahron. J’pense que Sam en a marre de jouer les médiateurs. D’ailleurs, il passe te voir avant le boulot ce soir ou pas ? »

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Jeu 29 Juil 2010, 01:32

    Mouais.
    C’est à peu près ce que Charlie avait pensé après la réponse d’Aidan à sa toute simple question. D’ailleurs il avait répondu à côté de la plaque. Si elle lui avait demandé si lui cherchait également ce qui était arrivé à ses parents, c’est parce que, de la manière dont il avait présenté les choses, il n’avait pas vraiment l’air d’être inclus. Ca avait presque sonné comme si lui savait déjà ce qui s’était passé, mais pas les autres. Charlie avait voulu en savoir plus en posant une question un peu subtile, mais ça n’était visiblement pas arrivé au cerveau du jeune homme qui commençait à s’assoupir dans l’herbe. Il voulait en parler avec elle oui ou non ?
    Apparemment oui, mais pas tout de suite. Tant pis. En attendant, tout ce qu’elle se disait, c’était « mouis ».
    Ces Donnelly avaient l’air singulièrement bizarre. Ils semblaient se disputer à longueur de temps, n’être jamais d’accord sur rien. Ils étaient ici pour enquêter et ne le faisait pas vraiment, sans compter leur flagrant manque de communication, et leur incapacités à la tendresse. Du moins pour les plus âgés. Aidan était quelqu’un de tendre. Un peu trop même.

    Bref, il était inutile qu’elle se torture l’esprit avec cette bande de citadin. Ils avaient leurs secrets et ne voulaient pas partager. Elle allait devoir prendre son mal en patience et jouer les bonnes poires, comme d’habitude. Oublier, passer l’éponge, attendre, être indulgente, et ne surtout pas poser de question. Donner sans rien recevoir, comme toujours. Comme toujours avec les garçons.

    Et puis elle devait avouer que le détail sur Grifith l’avait passablement agacé. Pour l’instant, elle détestait Grifith, et pourtant elle ne pouvait s’empêcher de se sentir piquée au vif.
    Déjà, ils avaient été proche, elle se sentait concernée, qu’elle le veuille ou non ! Et puis, qui sait, peut-être que cette histoire avait envenimé les choses de son côtés ? Peut-être que ça avait joué sur l’humeur de Grifith et que les Donnelly étaient en partie responsable de l’horrible situation dans la quelle elle se trouvait actuellement ! C’était un peu tiré par les cheveux mais en même temps, qu’est-ce qui en l’était pas ici ?!
    Puis il y avait aussi le fait qu’elle n’aimait pas qu’ils manigancent de cette manière. C’était un peu inexplicable mais elle n’appréciait pas vraiment qu’ils prennent n’importe quel habitant du coin pour un crétin et fassent des coups en douce de ce genre. En tout cas, elle gardait un très mauvais souvenir de cette Trisha, elle espérait que son départ soit définitif et ne plus la recroiser dans Grayson.

    Et pour finir, ce qui l’agaçait également, c’était de se rendre toujours un peu plus compte d’a quel point Sam mentait par omission. Tout ce qu’elle savait c’était d’Aidan qu’elle l’apprenait. Elle appréciait qu’il lui fasse confiance, et elle regrettait que ça ne soit pas le cas de celui qui était son ‘petit-ami’. D’ailleurs, elle n’allait même pas répondre à la dernière question de l’adolescent. Si Samuel la niait pour certaine chose, elle aussi pouvait bien nier Samuel pour d’autre. Qu’il vienne la voir ou qu’il ne vienne pas, il faisait sa vie comme il l’entendait, et elle n’allait pas attendre après lui. Elle l’avait déjà fait, et elle n’en était pas ressortie gagnante…

    La jeune caissière poussa un bref soupir, soulée par ses propres pensées, et finit par se redresser.

      « C’est un message subliminal pour me faire comprendre que tu as faim et que je dois te nourrir ? Pas si subliminal que ça, c’était à peine voilé, je suis honteuse pour toi mon pauvre ami. Allez debout, j’ai des cakes au chocolats qui n’attendent que nous. » lança-t-elle d’un ton neutre avant de se diriger vers le Capitaine pour déposer un bécot bruyant près de son oreille et de s’engager vers la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Dim 01 Aoû 2010, 12:51

      « C’n’était pas fait pour être subliminal ma chère ! J’viens même seulement de comprendre le sens de ce mot dans l’contexte ! » sourit-il en la rejoignant après avoir hésité à embrasser le vieil âne

    Il s’était contenté d’une petite tape virile et amicale sur sa croupe…
    Le jeune homme fit mine de ne pas relever le fait qu’elle ait ouvertement nié sa question sur Samuel. Après tout, ce qui se passait entre eux ne le regardait pas vraiment. Enfin c’était faux et il posait toujours mille questions, mais en l’occurrence, il se moquait d’obtenir une réponse à celle-ci. Il verrait bine en temps et en heure si son ainé débarquait ou pas.
    Le petit blond espérait juste qu’il le fasse après qu’il s’en soit mis plein le bide… En générale, quand Sam arrivait, il filait rapidement pour ne pas devenir trop encombrant.

    Lorsqu’ils atteignirent la maison, Aidan laissa Charlie diriger ses pas vers la cuisine alors que lui-même se rendit dans le salon. Louise, la grand-mère un peu fofolle de Charlie s’y trouvait, un thé froid près d’elle, installée sur son fauteuil devant la télévision qui tournait.
    Lui adressant un sourire, le jeune homme vint se laisser tomber non loin d’elle, s’attirant son attention.

      « Tu t’es bien amusé dehors, Deacon ? »
      « Ouip ! » s’exclama-t-il, habitué à son nouveau prénom et la nouvelle vie que la vieille lui donnait « Charlie et moi avons joué au docteur ! »

    Il jeta un rapide coup d’œil en direction de la cuisine pour s’assurer que la caissière ne l’ait pas entendu puis reporta son attention sur Louise.

      « C’est bien. Je suis contente que vous soyez rentré ta sœur et toi. J’ai été très attristée d’apprendre votre disparition, tu sais » reprit Louise avec émotion

    Le sourire du garçon s’effaça quelque peu. Aidan ne savait pas si ce Deacon avait réellement existé, mais si c’était le cas et que c’était bel et bien sa vie que Louise dépeignait, alors ce garçon et tout le reste de sa famille avaient du connaître un destin tragique...

      « Oui, nous aussi on est content d’être rentré » finit-il par déglutir, soudain mal à l’aise
      « Charlie va refaire du thé bientôt ? »
      « Oui. Je vais aller lui dire d’en refaire ! » s’exclama-t-il, soulagé d’avoir une excuse pour fuir

    Il se saisit du petit plateau contenant la tasse vide de la grand-mère gâteuse de son amie et rejoignit cette dernière dans la cuisine.

      « Louise veut du thé… encore » lui apprit-il en s’approchant de l’évier


....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Lun 02 Aoû 2010, 17:21

    Lorsqu’Aidan l’avait de nouveau rejointe dans la cuisine, Charlie avait déjà eut le temps de mettre la bouilloire d’eau à chauffer, anticipant très bien la commande qui venait du salon. Elle avait également disposé sur la table deux grands verres de citronnade avec des glaçons, les muffins au chocolat qu’elle avait promis à l’adolescent, et des tartelettes au citron.
    Ils n’étaient pas américains pour rien après tout.

    Relevant ses yeux noisette sur le jeune homme, la caissière élargit ses lèvres en un léger sourire, accompagné d’un haussement de sourcil.
    Louise avait TOUJOURS envie de thé. C’était au moins une chose pour la quelle elle n’était pas difficile, sa grand-mère avait toujours été une gourmande qui continuait d’apprécier les plaisirs de la table, et ce malgré son incapacités à rester dans la réalité. Il fallait dire aussi que la cuisine avait toujours occupé une grande partie de la vie de Louise Doyle. Il devait en rester quelque chose.
    Par contre il ne restait pas grand-chose du reste et la plus part du temps, sa grand-mère s’évertuait à l’appeler Janice, comme sa mère.

      « Voilà qui est étonnant » fit la brunette, un peu pour elle-même


    Elle agrippa le plateau que lui tendait Aidan, y plaça un sachet de thé et le remplit d’eau chaude. Après y avoir mit une moitié de sucre et un muffin au chocolat, elle se tourna vers le jeune homme.

      « Et une tasse de thé, une ! » s’exclama-t-elle avec force avant de quitter la cuisine


    Elle traversa le hall pour rejoindre le salon où la vieille regardait la télé. Sa petite-fille déposa le plateau à ses côtés.

      « Oh, voilà qui est parfait » sourit Louise en posant ses yeux sur le cake moelleux « merci beaucoup Charlie »


    Non, en plus de son amour pour la cuisine, il y avait une autre chose qui n’avait pas encore disparue chez sa grand-mère, c’était son amour de la contrariété.
    Elle l’avait appelé par le bon prénom, comme quoi, faire trop de généralité n’était pas une bonne chose. Surtout que ça lui faisait plutôt plaisir. Après lui avoir adressé un sourire, elle déposa un baisé sur sa joue, et se détourna à nouveau pour retourner vers la cuisine.
    Repassant dans le hall, elle jeta un rapide coup d’œil en direction de la porte vitrée du jardin. Elle s’immobilisa et plissa ses yeux en amandes. Après avoir tiqué d’un certaine agacement, elle changea sa trajectoire pour retourner dans le jardin afin d’y ramasser sa guitare, qu’Aidan avait bien entendu oublié-là.
    Revenant à pas lent vers la maison, elle passa la lanière autour de son coup et plaça ses doits sur l’instrument. Comme toujours, un peu de nostalgie s’installait. Lorsqu’elle était à Grayson elle ne jouait que très rarement de la musique. Comme si se trouver ici lui enlevait tout envie de composer quoi que ce soit.
    Pourtant avec Aidan dans les parages, difficile de laisser sa guitare de côté. Dès qu’il arrivait à la maison, il allait la chercher et passait le plus clair de son temps à improviser des chansonnettes idiotes ou drôle.
    Evidemment, ça lui donnait envie d’en jouer, même si elle ne laissait que très rarement libre court à ce genre d’envie. A quoi bon ? Elle avait déjà 26 ans, vivait toujours dans ce petit patelin perdu chez sa grand-mère. Visiblement, vivre de son art ne serait pas pour cette vie-ci.

    N’empêche, il était tout aussi mauvais de s’enliser dans le quotidien. Alors tandis qu’elle rejoignait la maison, elle se mit à sortir quelques notes au hasard, qui ne sonnaient pas trop mal. Elle avait un peu rouillé, certes, mais elle gardait le rythme.

      « Chocolate muffins, ô chocolate muffins in my belly, so sweet and creamy, so nice and tasty ! I’m gonna eat ‘em, but who’s gonna eat me ?! The alien in my belly ! » chanta Charlie tandis qu’elle revenait dans la cuisine


    Elle s’immobilisa sur le pas de la porte et feignit la surprise d’y voir quelqu’un installé qui mangeait ses muffins.

      « Aidan, young Aidan, next time you forget my stuffs in the garden, I’ll cut you in pieces to feed my donkey, you lil’ white monkey » continua la jeune femme avant de saluer la fin de sa représentation en s’inclinant profondément.


    Puis elle ôta sa guitar pour rejoinder son ami et se ramplir le ventre d’alien au chocolat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

A million miles from home, I'm walking ahead ; I'm frozen to the bones, I am.

Age du perso : 20
Logement : 08, East Jefferson Street
Emploi : _
Nombre de messages : 1896

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Aahron, Kathleen & Nathaniel
MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   Lun 02 Aoû 2010, 21:03

    Aidan fit mine de patienter quelques instants, battant la mesure sur ses cuisses avant d’hausser les épaules et de se servir. Il attrapa un des muffins et commença à le dépioter en s’enfournant quelques morceaux, laissant tomber des miettes chocolatée un peu partout. Si sa mère avait été dans les parages, elle lui aurait sûrement retourné une claque à l’arrière du crâne. Cette pensée lui arracha un soupir et, alors qu’il entendait une porte s’ouvrir quelque part, il se remit sur ses pieds pour aller chercher une éponge. Il nettoya les dégâts déjà causé puis attrapa un essuie-tout pour s’en servir de set de table. Un vrai petit homme d’intérieur.
    Fier de lui, le benjamin se réinstalla à table, un sourire ravi aux lèvres. Il avait pratiquement terminé son muffin quand Charlie fit sa grande entrée.

    Le sourire du jeune homme s’élargit encore, plein de miettes. Il gloussa comme un idiot et dissimula ses dents derrière sa main. Il l’applaudit en laissant échapper un « bravissimo » aux accents italien tandis qu’elle revenait s’asseoir, déposant sa guitare près d’eux.

      « Je l’ai pas oubliée, je l’avais confiée aux bons soins de ce bon vieux Cap’taine ! D’ailleurs, j’suis outré du manque de considération que tu me portes et du manque de confiance que tu places en lui » fit-il mine de se vexer avant de tendre la main vers une tartelette au citron, son muffin déjà englouti

    Il croqua dans le gâteau et poussa un long soupir contenté.

      « Hmm Charlie, épouse-moi ! » grogna-t-il en mordant une nouvelle fois dans la tartelette. Il reprit ensuite, la bouche pleine « Isaac en faisait quand on était plus petit. Il cuisinais plutôt bien en fait et ma mère aimait bien passer du temps avec lui à faire des gâteaux, c’genre de trucs. Mais évidemment, on pouvait pas laisser ça, tu comprends ? Enfin j’ai pas vraiment eu mon mot à dire dans le conseil qui s’est tenu entre frères très viril. J’crois qu’j’avais 6 ans, un truc comme ça… Enfin c'était avant qu’Aahron se tire de la maison pour aller bosser sur des chantiers » expliqua distraitement Aidan « On a été obligé d’organiser une intervention. T’as déjà fait ça ? c’est le truc le plus génial du monde ! » s’exclama le garçon en mâchonnant une nouvelle bouchée « Tout le monde se réunit au salon en attendant le concerné et on avait fait une espèce de banderole qu’on accrochait sur le mur. Et puis on devait tous faire des reproches à la personne. Enfin pas vraiment des reproches… Un reproche. Enfin on avait un thème quoi ! » résuma-t-il dans un geste distrait de la main « Et alors on intervenait pour qu’Isaac arrête de faire la popote avec maman, ça foutait en l’air notre réputation. Il a chialé je crois… Ma mère nous a passé un savon et a exigé qu’on arrête avec nos interventions. Ce qu’on a évidemment pas fait. Ils ont fait une intervention pour que j’arrête de danser » pouffa Aidan « Sauf qu’à l’époque, i’ restait plus qu’Samuel à la maison. C’était l’année avant qu’il se tire vivre chez notre oncle. Enfin Isaac vivait encore là sauf qu’il avait autre chose à faire. Enfin bref, j’l’ai envoyé se faire foutre, on a fini par se battre et j’lui ai cassé le nez. Je lui ai mis une raclée et à la fin, je me suis penché sur lui pour lui demander : alors, c’est qui la tapette maintenant ? » lança-t-il en prenant une voix exagérément grave avant de rire tout seul « Non c’est faux, j’suis parti en pleurant dans ma chambre. Mais j’suis sûr que j’aurai pu lui faire la peau ! » assura-t-il en frappant du poing sur la table d’un air peu convainquant « Oh ! Y a aussi cette fois aussi où… »

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]   

Revenir en haut Aller en bas
 

03.1. 'Cuz he's a poor lonesome donkey [Aidan & Charlie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation  :: GRAYSON :: EAST JEFFERSON STREET :: Doyle's-
Sauter vers: