AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ROAD TO SALVATION FERME SES PORTES APRES TROIS ANS D'AVENTURE ! N'oubliez pas de vous joindre à nous pour l'après-midi chatbox dimanche 18 novembre à partir de 13h ! svp et d'y laisser un commentaire de préférence.

Partagez | 
 

 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Dim 23 Mai 2010, 00:53

Arrow previously (Trisha)

    La loi du Murphy avait encore frappée, en duo avec son alliée, la loi des séries.
    Une tuile ne vient jamais seule, c’est bien connu. Charlie en avait la preuve depuis ces deux derniers jours.
    Ca avait commencé avec Samuel, qui n’avaient plus donné vraiment signe de vie depuis qu’os avaient couché ensemble – classique.
    De sales gosses avaient donc trouvés très amusant de tagger son allée à plusieurs reprises, puisqu’elle n’était qu’une trainée pactisant avec l’ennemi machiste, et pour bien lui rappeler qu’elle n’était qu’une faible femme !
    Puis son ex fiancé, accessoirement fiancée à sa meilleure amie de toujours, s’était mit en tête de lui sauter dessus, deux jours plus tôt.
    Depuis, elle évitait Colleen qu’elle voyait pourtant normalement presque tous les jours. La jeune caissière restait cloîtrée chez elle avec la honte au ventre et ses yeux pour pleurer.
    Et puisqu’il semblait de mise qu’elle les enchaîne, son âne était tombé malade, chose qui n’était encore jamais arrivée. Heureusement que Clyde Redd était presque vétérinaire.
    Pour couronner le tout, l’électro ménagé de sa maison ne cessaient de lui jouer des tours et tombait en panne toutes les deux heures environs sans raisons apparentes, pour se remettre à fonctionner puis dérailler à nouveau, et ainsi de suite.
    C’était presque la description de l’enfer. Et si on comptait en plus de ça que la jeune femme passait ses journées à l’intérieur d’une petite épicerie peu fréquentée alors qu’il faisait radieux dehors, puis à l’intérieur de sa maison pour se cacher, on avait une petite idée des idées noires qui tournaient en rond dans la tête de Charlie.

    Les coudes sur le comptoir du petit magasin, la petite brune fixait d’un air morose les quelques barres chocolatées de l’étalage sans vraiment les voir. Et si elle les avait vues, tout ce que l’image lui aurait inspiré, c’était un plan pour arriver à se suicider avec.
    Et mis à part ça, le calme plat bien entendu. Pas un bruit, pas un chat, l’ennui total, et la guigne, le tout en plein milieu d’après-midi.

    D’un air absent et toujours aussi gris, la jeune femme tourna ses yeux noisettes vers la grande vitre de la façade.
    Son cœur rata un battement lorsqu’elle reconnu la demoiselle en robe, coiffée de grandes boucles brunes qui s’avançait d’un bon pas vers le magasin.
    Colleen en personne, l’air détendu, qui venait la rejoindre comme c’était souvent le cas. Son amie devait se demander pourquoi Charlie avait cessé de donner le moindre signe de vie depuis 48 heures et venait aux nouvelles.
    Sauf que les nouvelles étaient vraiment mauvaises, que Charlie ne comptait pas mentir à Colleen, et qu’elle reculait pour mieux sauter depuis le fameux baiser passionné dans le commissariat. Elle allait devoir lui avouer que son ex-fiancé n’était pas exactement aussi clean qu’il n’y paraissait, et qu’il avait mit sa langue dans sa bouche deux jours plus tôt…

    Elle avait beau avoir cogité mille fois sur la façon de le lui avouer, elle restait perdue et terriblement anxieuse. Elle n’avait jamais été très courageuse, et ce genre de situation la faisait habituellement fuir à des dizaines de kilomètres. Sauf que là, c’était de Colleen qu’il s’agissait, et que les règles n’étaient pas aussi facilement contournable.
    C’était maintenant, ou jamais. Colleen ne sortait pas de ce fichu magasin sans avoir entendu la vérité à propos de son petit-ami.
    Cela voulait aussi dire qu’elle allait devoir balancer Grifith, et elle empêchait habituellement ses pensées d’aller de ce côté, pour ne pas mourir sous le poids qui pesait sur ses épaules. Elle allait ruiner leur couple dans approximativement trois minutes, si elle se mettait à penser à toutes les retombées, elle n’en sortirait plus. Tant pis pour les conséquences, certains en sortiraient blessés, peut-être même tout le monde, mais ça ne serait pas de sa faute, il en était hors de question.

    Mais plus le temps de tergiverser. Colleen était entrée à l’instant, la petite clochette teintant allègrement, son son habituellement si joyeux se transformant pour le coup en glas démoniaque.

    Prenant une profonde inspiration, Charlie se redressa bien droite, pour affronter la tempête qui se préparait à la heurter de plein fouet…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Dim 23 Mai 2010, 01:35

    Ça faisait au moins deux jours qu'elle n'avait pas vu sa meilleure amie de la vie forever. D'après ses souvenirs plutôt flous, elles s'étaient quittées hilares sous l'effet des plantes magique que la postière faisait pousser un peu plus loin dans une partie d'un champ où personne n'allait jamais. D e plus, elle en faisait pousser très peu et était sûre que la plupart des habitants de leur Grayson adorée penserait que c'était de jolies herbes décoratives. Peut-être que c'était mal passé et que la dose avait été trop forte. Qu'elle était stupide ! Elle aurait dû appeler sa meilleure amie le lendemain matin pour savoir si elle avait supporté ses nouveaux bébés. Personnellement, elle en avait été ravie, s'endormant quelques minutes après pour une longue nuit sans rêves. Et bien sûr, son fiancé adoré avait trouvé le moyen le lendemain de lui faire la morale sur ses consommations excessives de drogues... enfin bon, il n'y connaissait rien !

    Aujourd'hui était le jour parfait, elle ne travaillait pas et se décida d'aller rejoindre Charlie dans son fief : l'épicerie déserte de Grayson. De loin déjà, elle remarqua que personne ne semblait y être si ce n'était la pauvre Doyle qui devait s'ennuyer à mourir, son éternelle musique sur les oreilles. Elle pénétra alors dans la boutique, effectuant sa danse d'entrée si célèbre entre elles d'eux.

      « Yo Sista, quoi de neuf ? »

    Elle dansa alors quelques longues secondes de plus et sauta légèrement pour s'asseoir sur le comptoir et déposer un bisou sonore sur la joue de sa meilleure amie.

      « Alors mi amor, t'as oublié mon adresse et mon numéro de téléphone ? »

    Faux regard désapprobateur. Elle n'en voulait pas à la vendeuse, loin de là, elle se moquait juste ouvertement d'elle, juste pour la réveiller car elle ne semblait pas du tout dans son assiette.

      « Si c'est à cause de ma... mixture de la dernière fois, je suis tellement désolée, pourtant ça m'a pas arraché la tête tant que ça. J'avais l'impression de voler et de nager à la fois, c'était sensas', un orgasme sensoriel... »

    Colleen éclata de rire en fixant Charlie qui ne se déridait toujours pas.

      « Ça va pas ? Il t'a toujours pas rappelé l'autre crétin ? Est-ce que tu veux que je lui fasse sa fête ? J'ai fait les deux premiers dvd de « Kung Fu Master », je peux mettre quelqu'un au tapis et je pourrais maîtriser les points de pression mortels si j'achète les six prochains et que j'ajoute 143 dollars mais j'ai comme l'impression que ça sent le coup fourré... »

    La brunette se remit sur pied et commença à sauter sur les dalles de l'épicerie comme si une marelle y était dessinée.

      « Quoi de neuf ma Doyle ? »

    Un raclement de gorge se fit entendre dans son dos, et elle sut tout de suite qui c'était. Peut-être que le moment était venu pour eux d'enfin faire la paix à trois. Miss Jefferson se tourna pour fixer l'étranger.

      « Salut mon amour !»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Grifith

Invité

MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Mar 25 Mai 2010, 23:35

Grifith Armstrong


Au volant de sa voiture de fonction, une Ford Crown Victoria de couleur blanche avec une bande bleue horizontale sur chaque aile, Grifith parcourait le chemin de terre menant des bois jusqu’à la ville proprement dite. Il était accompagné de Trisha Phillips, l’avocate qui s’occupait des intérêts des Donnelly, notamment autour de cette histoire macabre ayant touché leurs parents.

Pourquoi avait-il pris rendez-vous avec elle dans les bois de Grayson ? Pour lui transmettre des informations plutôt sensibles pour le moment. Il lui a d’ailleurs révélé le nom du coupable ayant saccagé la maison abandonnée. A côté de cela, c’était aussi l’occasion de la revoir avant son départ de la ville.

Ils étaient désormais en route vers l’épicerie de la ville. Trisha avait besoin de faire des courses tandis que l’agent de police l’accompagnait en prétextant qu’il voulait se prendre quelques beignets pour grignoter lorsque la faim se fera sentir au commissariat.

«Il va vraiment falloir faire quelque chose. La Washington Street est vraiment défoncée…»

Grifith venait de prendre la parole pour casser le silence ambiant. Seuls les essuies glaces se faisaient entendre depuis deux bonnes minutes. C’était un vrai temps de chien et le sol se transformait peu à peu en un bourbier dissimulant les nids de poule. Heureusement pour les deux occupants du véhicule, ils avaient pu se remplir l’estomac avant que la pluie ne vienne s’abattre dans ce comté du Missouri. D’ailleurs, il s’agissait de la raison de leur départ précipité.

Quelques minutes plus tard, les deux individus se retrouvaient devant l’épicerie de Grayson. Grifith tira le frein à main et retira la clef de contact.

«Nous y voilà. Je pense que vous trouverez ce que vous cherchez même si il n’y a pas autant de choix qu’en ville, c’est sûr… »

L’agent de police, vêtu de l’uniforme marron traditionnel avec son badge accroché sur la poitrine, sortait du véhicule avant de pénétrer quelques instants plus tard dans le commerce où officiait Charlie. Cette dernière se trouvait là, en compagnie de…Colleen. Le flic resta un instant interdit. Il aurait pu quitter les lieux sur le champ mais il savait d’un autre côté que ce serait pire de laisser Charlie, Colleen et Trisha seules après. Grifith croisa très succinctement le regard de Charlie avant de chercher à le fuir comme la peste. Puis, il se racla la gorge et adressa un sourire de circonstance à Colleen.

« Hey Salut Colleen ! »

Grifith sentait tout à coup son cœur battre de plus en plus fort dans sa poitrine tellement cette situation l’indisposait. Il rêvait d’être le plus loin possible d’ici. Très vite, le jeune homme reprit la parole pour passer à autre chose.

« Je suis juste de passage, je viens chercher quelques beignets… »

© James McAvoy
PNJ interprété par Benji

INFORMATIONS
27 ans
Adjoint du shérif de Grayson
Fiancé de Colleen Jefferson
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Mer 26 Mai 2010, 22:38

    Bizarre, c'était ce qui venait de passer par la tête de la jeune postière, depuis quand son fiancé la gratifiait d'un « salut » quand il la voyait. De plus, une jeune femme blonde le suivait, pas qu'elle soit jalouse mais elle ne l'avait jamais vu à Grayson. C'était fondamentalement bizarre. Colleen s'avança vers Grifith et déposa ses lèvres sur les siennes.

      « Dis moi shérif adjoint, y'a marqué nulle part qu'on pas le droit d'embrasser sa fiancée en plein service... »

    C'était le moment, les trois réunis, le temps de tourner la page et de se comporter enfin en adulte. Son souvenir de Charlie et Grif ensemble remontait à tellement loin, le temps passait si vite, s'en devenait dingue. La brunette se tourna vers sa meilleure amie tout sourire mais elle ne souriait pas, loin de là. Quelle idiote elle était, cette histoire avec le Donnelly devait la travailler, et elle n'était pas le genre d'amie à afficher son amour devant une personne en souffrance. Aussi se décida-t-elle de quitter son amant sans auparavant l'avoir embrassé une dernière fois.

      « Tu pourrais essayer de parler à Charlie quand tu passes payer non ? Je resterai avec elle. »

    Nouveau sourire de la Miss Jefferson qui était dans son nuage amoureux. Elle retourna alors auprès de son amie et s'assit de nouveau sur la banque où les aliments passaient les uns après les autres.

      « Tu voudrais venir manger à la maison ? C'est pas pressé hein ! Mais tu sais que je crois dur comme fer aux énergies et au fait que les coïncidences n'existent pas donc... si on est tous là, il y a une raison. Tu crois pas ? »

    Tournant les yeux sur son fiancé qui semblait fortement occupé puis sur Charlie, elle continua dans un sourire.

      « Pas cette semaine hein, on a trop de trucs de prévu et je t'embarque ce week-end, on va où tu veux ma chérie, je vais te changer les idées moi ! Alors une idée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Ven 28 Mai 2010, 19:24

    Il était parfaitement impossible que cette situation soit une pure et simple coïncidence. Colleen avait bien raison, il y avait une raison à leur présence à tous dans le bâtiment.
    Pas dans un moment pareil. Pas après ce qui venait de se passer entre eux deux jours plus tôt. Pas alors que Colleen venait de débarquer innocemment pour la saluer après deux longues journées sans un mot de sa part. La situation ne s’était encore jamais présentée durant les trois dernières années. Jamais encore ils ne s’étaient retrouvés tous les trois à l’épicerie. Pourtant la ville n’était pas grande, la chose aurait été tout à fait possible, mais ils avaient tous trois fait en sorte que ça n’arrive pas. Et là, soudainement, sortie de nulle part, Grifith arrivait juste avant qu’elle ait le temps de lui déballer ce qu’elle avait sur le cœur. Juste avant qu’elle ne puisse avouer à sa meilleure amie que son petit ami était un enfoiré !
    Alors soit Grifith les surveillait et se doutait de ses intentions d’avouer tout à Colleen, soit c’était un signe, un signe dont elle ignorait le sens, soit des forces ténébreuses étaient à l’œuvre ici.
    Et Charlie était plutôt certaine que les forces maléfiques de ce monde n’y étaient pour rien, elles avaient des choses largement plus intéressantes et maléfiques à faire que de pourrir leur vie amoureuse !
    Pour ce qui était du signe, Charlie hésitait, un signe aurait signifié –de fait- que cette situation affreusement gênante et angoissante était le fruit du hasard et que Grifith ne les surveillaient pas du tout.
    Sauf qu’elle n’avait plus aucune confiance en son air de brave type sans histoire, il l’avait prouvé 48 heures plus tôt, il avait sa part de défauts, à n’en pas douter.
    Maintenant, était-il capable de passer son temps depuis deux jours entier à surveiller l’entrée de l’épicerie, peut-être même sa maison ?!
    Le tableau était affreux, et même si elle n’avait plus vraiment confiance en lui, elle le connaissait, et savait qu’il avait des défauts, mais qu’il était également le brave type qu’il semblait être.

    Charlie était tellement plongé dans ses ruminations qu’elle entendit à peine ce que lui avait dit Colleen, une fois revenue vers elle près du comptoir.
    Un Week end entre filles ? Elle aurait aimé ça bien plus que ce qui se profilait à l’horizon. Charlie savait que Colleen allait être folle de rage et lui en vouloir. C’était d’ailleurs bien pour ça qu’elle avait à ce point retardé l’échéance.
    La présence de Grifith compliquait encore plus la tâche. Sans parler de cette inconnue blonde qui était là. Si Charlie déballait la chose maintenant, elle allait être témoin d’une scène. L’idée était affreuse et l’angoisse encore plus grande.

      « Hum… non j’ai pas vraiment d’idée » lança distraitement Charlie « Peut-être… peut-être qu’on devrait discuter… je veux dire, en discuter. De là où on ira ce week end » précisa-t-elle encore, s’hurlant intérieurement à elle-même qu’elle était une dégonflée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 30
Logement : Cleveland
Emploi : Avocate
Nombre de messages : 156

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly, Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Dim 30 Mai 2010, 22:51

    Après le drame de la matinée où Petey avait disparu, le retour à Cleveland fut reporté, et ayant décidé de fuir la résidence familiale, l'appel de l'adjoint du shérif avait bien arrangé l'avocate qui avait une excuse toute faite. Bien sûr, elle n'avait pas explicitement expliqué où elle allait, même si Aahron avait paru suspicieux, bien qu'il n'avait rien dit. Elle s'était faufilée à l'extérieur et avait rejoint son contact près des bois où il lui avait donné rendez-vous. Trisha n'avait pas vu venir l'espèce de rencard improvisé, mais cela ne l'empêchait pas de l'avoir apprécié. Après la discussion rude qu'elle avait eu le matin même avec son ex-mari, l'intérêt d'un étranger avait de quoi raviver son égo. Quelques informations échangées plus tard, et l'estomac rassasié, la pluie avait commencé à tomber. En gentleman que Grifith était, il lui avait bien sûr proposé de la raccompagner à l'abri dans sa voiture de fonction.

    La jeune femme le remercia avant qu'il ne sorte de la voiture, leurs chemins se séparaient ici, à la petite épicerie du coin. Une fois qu'elle aurait terminé ses courses, ils allaient devoir reprendre la route et sérieusement penser à rentrer. Qu'allait-elle dire à David de tout cela...Probablement rien. Elle détestait lui mentir, car il avait toujours été si correct avec elle, mais elle ne voulait pas non plus le blesser inutilement.
    Grifith entra le premier, et Trisha, après avoir brièvement salué les deux femmes présentes au magasin d'un sourire distrait, accorda un dernier regard au brun avant de s'éclipser dans les rayons. Elle s'arma au passage d'un petit panier afin d'y déposer ses achats. Petey voudrait sûrement une tonne de boites de gâteaux différents, même s'il ne les mangerait pas tous. Quant à elle, une bouteille d'eau lui suffiraient largement. Elle avait aussi la dure tâche de remplir le frigo des Donnelly. Elle ne les connaissait pas vraiment, si Allie ne lui avait pas fait une petite liste, probablement qu'elle aurait traîné ici des heures à se tâter entre divers plats.

    Elle était contente de partir. Et en même temps, elle ressentait une frustration sans nom de ne pas pouvoir parler librement à Aahron. Elle avait tellement envie, voire besoin de lui avouer, pour ne plus le voir se déchirer ainsi. Peut-être que cela l'aiderait à aller de l'avant. Ou peut-être qu'ils feraient dix pas en arrière, et qu'elle s'en voudrait toute sa vie de ne pas avoir tenu sa parole envers elle-même en voyant les conséquences désastreuses. Car elle avait pesé le pour et le contre, et elle le faisait encore à chaque fois qu'elle le croisait...
    Trisha sortit la petite liste de la poche de son manteau, et la parcourut des yeux. Elle ne devrait pas penser à tout cela, mieux valait se concentrer sur les provisions à acheter. Bientôt tout cela, Grayson, serait dans son rétroviseur et avec le rythme des affaires qui s'enchainaient les unes après les autres au tribunal, elle n'aurait plus le temps d'y penser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm the boogeyman...

Nombre de messages : 473
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Lun 31 Mai 2010, 10:50


Un petit claquement discret s'élève près des portes de l'épicerie qui viennent de se verrouiller. A partir de maintenant, aucune des personnes présentes ne peut plus sortir.
Les portes à l'intérieur de l'établissement en revanche, sont accessibles : vous pouvez ainsi aller aux toilettes si le cœur vous en dit, et dans la réserve où se trouvent deux lampes électriques. Charlie en a une sous sa caisse cela dit.

A l'extérieur, un épais nuage noir semble se rapprocher dangereusement, annonciateur d'orage. La lumière décline peu à peu, mais vous ne vous en rendrez compte que progressivement.

Les néons bourdonnent avec un peu plus d'insistance, comme s'ils devaient fournir un plus gros effort pour vous éclairer de leur lumière quelques peu vacillante...


Dernière édition par The Scarecrow le Ven 27 Jan 2012, 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Grifith

Invité

MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Mer 02 Juin 2010, 23:47

Grifith Armstrong


Le shérif adjoint était vraiment déstabilisé par cette situation même si il semblait se porter mieux que son ex-fiancée. Il faut dire que Grifith commençait à avoir l’habitude de cacher des choses qu’il parvenait presque à tromper tout son petit monde. Sauf qu’il ne s’était jamais préparé à ça. Un lieu fermé dans lequel se trouvaient Colleen et Charlie. Il s’était jeté tout droit dans la gueule du loup…

Il adressa un sourire en coin à sa fiancée après ce baiser furtif ne sachant quoi lui répondre. Que ça l’indisposait de faire ça maintenant devant Charlie ? Apparemment, la postière n’était au courant de rien. Et ce n’était pas si mal. Toute cette histoire foutrait un bordel innommable qui risquait d’être le sujet de conversation préféré des vieilles du coin. D’ailleurs, Grifith regrettait ce qu'il s’était produit au commissariat. Il a laissé ses émotions prendre le dessus pour la première fois depuis trois ans.

Colleen poussa son fiancé à adresser la parole à son ex. Le monde tournait à l’envers à Grayson. Un sourire assez gêné émergea peu à peu sur son visage tandis que Charlie et Colleen prévoyaient leurs virées futures. Décidément, il avait vraiment de quoi se sentir seul et pris au piège. Et il n’était pas au bout de ses surprises. Un phénomène étrange attira l’attention de l’agent de police. Le niveau de luminosité chuta brusquement à l’extérieur tandis que les ampoules des néons commençaient à perdre la tête. On se serait cru dans un de ces films inspirés des œuvres de Stephen King.

«Bon je ne vais pas tarder. Je file au commissariat maintenant pour éviter de prendre une bonne saucée ! »

Après avoir embrassé brièvement sa fiancée, Grifith s’élança vers la porte de l’épicerie qui…refusait de s’ouvrir ! L’agent de police essaya plusieurs fois en tirant de plus en plus fort mais rien n’y faisait. Il se tourna alors vers les trois femmes, en levant les bras dans un geste de dépit.

«Ca doit être encore une blague d’un des gamins de ta voisine, Charlie…ils ont piqué tes clefs ? »

Il avait dit cela plus pour se rassurer lui-même que les autres occupants de l’épicerie…

© James McAvoy
PNJ interprété par Benji

INFORMATIONS
27 ans
Adjoint du shérif de Grayson
Fiancé de Colleen Jefferson
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Ven 04 Juin 2010, 02:34

    ‘C’est ça’ avait pensé Charlie, ‘rentre donc dans ton fameux petit commissariat avant de prendre une bonne saucée !... tu vas voir qui va te filer une bonne saucée ! Pauvre connard !’ continuait de ruminer la jeune femme, se mordillant nerveusement les lèvres.
    Si absorbée qu’elle était par toute la colère et la frustration qu’elle essayait tant bien que mal de contenir. D’un autre côté elle songeait qu’elle n’avait pas tant de raison que ça de lui en vouloir de la sorte, et que la chose était un peu trop facile, et un peu trop viscérale pour être honnête.
    N’empêche qu’il l’avait mise dans la merde et que le seul fait qu’il ose lui adresser la parole devant Colleen comme si de rien n’était lui donnait envie d’hurler de rage.

    Pourtant elle ne pouvait décemment pas entamer la moindre dispute dans cette situation. Elle allait bel et bien tout avouer à Colleen mais dans un cadre posé, lorsqu’elles seraient seules. Entre temps, elle devait se contrôler et jouer cet affreux petit jeu de l’innocence.
    Charlie était malheureusement loin d’être douée à ce jeu mais elle allait tout de même essayer…

    Avec un agacement non dissimulé, la jeune fille claqua sa langue sur son palet et plongea une main dans son tablier de travail pour en ressortir un énorme trousseau de clé. Elle le secoua avec brusquerie, puis contourna le comptoir.

      « Je suis assez idiote pour les laisser tagger mon allée, mais tout de même pas assez pour les laisser me piquer mon trousseau Grifith » lança-t-elle d’un ton froid


    Une fois à sa hauteur, en face de la porte d’entrée du magasin, elle prit la peine de lui jeter un regard terriblement noir, mais discret, elle pouvait se le permettre maintenant qu’elle tournait le dos à sa meilleure amie restée près de la caisse enregistreuse.
    Charlie tira sur la porte pour vérifier qu’elle était bien fermée, puis haussa un sourcil interrogateur. Bizarre. Mais son premier réflexe ne fut pas de se poser mille question sur ce détail, son esprit était bien trop absorber par la présence du couple qui lui posait tant de problème. La brunette se contenta de ressortir son trousseau pour y chercher la clé correspondante. Se faisant, elle songea tout aussi distraitement qu’on y voyait bien mal tout d’un coup.
    Elle lança un regard vers les fenêtres, puis plissa les yeux pour enfin discerner la petite clé argentée. Elle l’inséra sèchement dans la serrure et tenta de la tourner pour déverrouiller la porte. Pourtant aucun résultat. Terriblement agacée, la caissière ressortit l’objet, vérifia qu’il s’agissait de la bonne clé, puis la réinséra dans la serrure.

      « Mais merde c’est quoi le problème avec cette foutu serrure !? » cracha-t-elle, ses joues se teintant du rouge typique à la colère


    Constatant qu’il n’y avait aucun résultat avec la clé, Charlie remit d’un geste rageur le trousseau dans sa poche et agrippa la poignée à deux mains pour tirer d’un coup sec. Rien à faire.

      « Mais quelle journée pourrie, j’y crois pas ! C’est bloqué. » explosa-t-elle en se détournant, se souciant désormais bien peu des drôles de regards que leur jetait l’étrangère « Et merde, j’ai trop la haine. Faut que j’appelle Elizabeth, elle à le double des clés, faut qu’elle vienne nous ouvrir de l’extérieur, on dirait qu’il y a un… un truc qui bloque la serrure depuis dehors ! » débita Charlie, retournant vivement vers son comptoir pour se diriger vers le téléphone du magasin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Ven 04 Juin 2010, 12:53

    Quelle drôle d'idée que cette porte refuse de s'ouvrir, c'était bien leur veine à tous. Colleen se contenta d'observer sa meilleure amie à côté de son fiancé. Que c'était chouette, c'était la première fois qu'elle les voyait aussi proche depuis le retour de Charlie. Tout allait aller bien, elle le sentait. Posant une main sur son coeur, elle fixa le ciel (ou plutôt le plafond mais dans sa tête, c'était le ciel... no comment) et murmura un discret "Merci Mère Nature." avant de voir sa meilleure amie revenir vers elle telle une furie.

      "Moi je propose qu'on pète la vitre !"

    La brunette les fixait tous deux, un immense sourire sur le visage avant d'ajouter à voix basse.

      "On dira que c'était Pietsky qui avait trop fumé d'herbe ! Ok, elle fume pas d'herbe, mais on dira qu'elle a pété un plomb avec son alzheimer et que c'est absolument pas nous !"

    Sa longue idée lui avait couté beaucoup d'effort et de réflexion, aussi posa t'elle une main sur son coeur d'un air fatigué.

      "Vous faîtes une de ces têtes, c'est pas comme si on allait mourir, quelqu'un va venir nous chercher et donc... je pense qu'on devrait parler !"

    La postière sautilla sur place et s'installa sur le comptoir de la caisse.

      "Je vais cuisiner ! Je vais cuisiner pour nous trois parce qu'il est temps qu'on passe à autre chose donc... si vous le voulez bien, on va enterrez la hache de guerre et manger de ma fameuse tarte aux pousses de soja 100% biologique récoltées en Europe. L'Europe c'est la qualité, eux ils font attention à Mère Nature, c'est pas comme nous avec nos étendues de vaches qui détruisent tout ! Le Texas craint, j'irai jamais là-bas."

    Son attention se reporta alors sur la dame blonde qui faisait toujours ses courses.

      "Et elle, c'est qui ? C'est pas l'ex-femme d'un des Donnelly ? C'est Martha qui l'a vu arriver en ville, avec un ptit blond tout mignon, elle l'a dit à ma mère qui me l'a répété. D'ailleurs c'est le clone des autres. Enfin bref, elle fait quoi ici ? Tu la connais ma loutre sauvage ?"

    Ses yeux se posèrent sur son fiancé qui ne souriait pas, tout comme Charlie d'ailleurs. Diable, qu'il étaient sérieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm the boogeyman...

Nombre de messages : 473
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Ven 04 Juin 2010, 13:11


Les nuages s'épaississent encore au dehors et la lumière provenant de l'extérieur décline à vue d'œil... Alors qu'on pourrait presque croire que la nuit est en train de tomber sur Grayson, les néons bourdonnent une ultime fois.

Colleen vient de prononcer sa dernière réplique quand le générateur se coupe, plongeant soudain nos quatre amis dans une obscurité étouffante. A l'intérieur du bâtiment : plus un bruit, mis à part celui de la respiration un peu courte des trois clients et de la caissière.

Les lignes sont coupés et le téléphone est inutilisable ; quant aux portables, ils semblent ne plus capter aucun réseau...





Dernière édition par The Scarecrow le Ven 27 Jan 2012, 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 30
Logement : Cleveland
Emploi : Avocate
Nombre de messages : 156

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly, Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Ven 04 Juin 2010, 16:22

    Trisha se saisit un paquet de chips, dernier article de sa liste de courses. Elle soupira en relevant le menton vers la grande vitrine du magasin, et ressentit une pointe de stress l'envahir. Le ciel s'était très assombri et n'annonçait rien de bon pour la soirée à venir. Pourtant l'air n'avait pas été suffoquant comme lorsqu'un orage se préparait, alors il s'agirait probablement d'une grosse averse. Ceci dit, prendre la route dans ces conditions la rendait inquiète. Elle était très bonne conductrice, mais préférait rouler sous un soleil de plomb plutôt que sous des cordes de flotte qui vous tombaient du ciel.
    L'avocate passa une main dans sa nuque, rien ne servait de se tracasser d'avance, peut-être que d'ici qu'elle partait avec son fils, le ciel serait dégagé. Elle n'avait pas envie qu'Aahron les retienne encore à Grayson, par prétexte du danger du trajet sous un temps pareil. Traversant les rayons qui la séparaient de la caisse, elle surprit les dernières paroles du trio. La porte était verrouillée, quelque chose la bloquait. Secouant la tête de frustration, elle s'avança encore dans le dos des deux autres clients. L'une d'eux engagea d'ailleurs la conversation sur elle-même, comme si elle était sourde. Elle voulut répliquer comme elle savait le faire, mais n'en eut pas le temps. Des grésillements annonciateurs venaient de céder la place à l'extinction du générateur, les plongeant tous les quatre dans le noir.

    Elle n'avait pas vraiment peur de ce genre de phénomènes, mais imaginait toujours le pire. Elle espérait en tout cas qu'à la maison, Petey soit accompagné par son père, car il allait certainement être apeuré, ce n'était qu'un enfant. Son premier réflexe fut de vérifier son portable, mais il indiquait qu'il n'y avait aucun réseau disponible. Impossible d'appeler à l'aide. Pestant contre ce petit village qui décidément ne lui causait que des soucis, elle se servit néanmoins de l'appareil pour éclairer la pièce.


    « Qu'est-ce qui se passe ? » demanda-t-elle dans le vide, ne s'adressant à personne en particulier. « Au lieu de vous intéresser à ce qui ne vous regarde pas, vous feriez mieux de trouver un moyen de sortir d'ici. Et de remettre la lumière. » reprit-elle en sous-entendant à la rousse de ne plus parler d'elle ou de son fils comme s'il s'agissait du dernier potin à la mode à Grayson.

    Et puis elle n'avait pas précisé à Grifith qu'elle était l'ex-femme d'Aahron, juste leur avocate. Elle venait d'être percée à jour par une inconnue. Il n'y aurait plus de conséquences maintenant qu'elle avait remis le dossier à son ex-mari, mais elle détestait être prise en flagrant délit de mensonges ou de non-dits. Il devait certainement se douter à présent qu'elle l'avait manipulé à ses fins. Si encore il n'avait pas passé cette après-midi ensemble...Mais là, elle se sentait vraiment honteuse.
    La respiration courte, Trisha observa tour à tour les silhouettes qu'elle distinguait à peine et posa ses articles par terre pour avoir les mains libres.


    « Vous avez essayer le téléphone ? » demanda-t-elle à Charlie dans un espoir vain qu'il fonctionne. Mais sans courant... « Il n'y a pas de portes de secours, quelque chose comme ça, je sais pas ? » ajouta-t-elle dans une pointe de panique.

    Ce n'est que maintenant qu'elle sentait cette peur la mordre, ravageant son estomac comme si ses intestins s'amusaient à rejouer la seconde guerre mondiale. Ces petits papillons qui, libérer de leur bocal, prenaient leur envol pour engourdir tous ses membres. Elle avala difficilement sa salive, alors que ses yeux cherchaient désespérément une fenêtre ouverte ou n'importe quoi qui lui prouvait que l'air circulait encore dans l'épicerie. Des sueurs froides l'assaillit, elle n'aimait pas cette sensation désagréable. Ce n'était pas le noir qui l'angoissait, mais bien la porte de sortie verrouillée de l'extérieur. Elle avait toujours détesté être confinée dans de petits endroits, et même si celui-là lui permettait de bouger assez avec une quantité suffisante de vivres pour plusieurs mois à quatre, cette situation restait étouffante. Ses poumons pompaient l'air avec plus de frénésie, comme s'ils avaient peur qu'à un moment donné, il n'y aurait plus assez d'oxygène pour les faire fonctionner. Le regard de la blonde s'éteignit derrière ses paupières alors qu'elle tentait de faire le vide pour demeurer maître de ses émotions, comme on le lui avait appris quand elle était petite. Mais c'était difficile de se concentrer en sachant qu'elle était coincée dans un lieu qu'elle ne connaissait pas, avec des personnes étrangères. Lorsque ses prunelles s'habituèrent enfin à l'obscurité et qu'elle voyait presque les visages de ses interlocuteurs, la tension dans ses muscles se relâcha légèrement, mais pas la peur.


    « Qu'est-ce qu'on fait ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Grifith

Invité

MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Sam 05 Juin 2010, 20:20

Grifith Armstrong


Pourquoi cette porte refusait t’elle de s’ouvrir ? Décidément, si c’était une blague de ces gamins, ça ne tombait vraiment pas au bon moment. Grifith n’avait qu’une envie sur le moment : quitter les lieux aussi vite que possible et se retrouver à l’air libre pour ne pas avoir à rester dans cette situation intenable. Charlie n’arrangeait en rien les choses. Le shérif adjoint ne prit pas le soin de répondre à cette remarque acerbe, préférant garder son calme. Après tout, ça n’allait rien arranger non plus. Regardant d’un air tout à fait neutre Charlie batailler avec la porte de l’épicerie, il pu entendre dans le même temps la remarque de Colleen qui tentait de dédramatiser la situation. La vitre…Soit, c’était apparemment le seul moyen de sortir d’ici. A moins qu’Elizabeth vienne dans les parages. Toutefois, en jetant un coup d’œil rapide sur son mobile, il s’apercevait que l’appareil ne captait pas le moindre réseau. Oui, Grayson est un petit village paumé mais tout de même !

Colleen paraissait si joyeuse que Grifith avait la sensation que pour elle, le fait d’être bloqué avec son fiancé et sa meilleure amie ne lui déplaisait pas tant que ça. D’ailleurs elle proposa même un repas dont il se passerait volontiers. Pendant que les deux amies échangeaient, le jeune flic jeta un nouveau coup d’œil par la fenêtre. Ca s’assombrissait de plus en plus tandis que les néons continuaient d’émettre le même bruit sourd.

Tout à coup, une phrase prononcée par la fiancée de l’agent de police fit froncer des sourcils ce dernier. L’avocate était donc l’ex-femme d’un des Donnelly ? Grifith regarda tour à tour les deux jeunes femmes tandis que la blonde répliqua presque aussitôt qu’elle n’était pas un sujet de discussion à étaler au comptoir du coin. Ambiance...Désormais, le shérif adjoint comprenait pourquoi elle s’était autant impliquée dans cette affaire. Et si en plus elle avait un gosse avec l’un d’eux, il y avait de fortes chances qu’elle ait profité de sa profession pour ramener le dossier à son ex-mari afin qu’il voit ce qui a été notifié dans le rapport de police. Enfin, le flic restait dans son mutisme absolu tandis que ses yeux croisaient ceux de Trisha, avec un air légèrement soupçonneux. Il commençait à devenir incontestablement plus tendu. Ca ne faisait jamais plaisir de se faire un peu manipuler…

Puis, il tourna le dos aux trois femmes et se rapprocha de la fenêtre la plus proche pour tenter de l’ouvrir. Avant même qu’il atteigne la poignée à l’aide sa main droite, l’éclairage se montra de plus en plus défectueux avant de céder totalement. Grif’ agrippa ensuite la poignée d’un geste ferme tentant ensuite de la tourner. Il était de plus en plus inquiet…Ces gamins n’avaient pas pu faire tout ça…

«Il y a une autre porte à l’arrière ? Sinon, elle est où ton installation électrique, Charlie ? »

© James McAvoy
PNJ interprété par Benji

INFORMATIONS
27 ans
Adjoint du shérif de Grayson
Fiancé de Colleen Jefferson
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Dim 06 Juin 2010, 01:27

    Incroyable mais vrai, la jeune caissière était totalement dépassée par les évènements.
    Non, en réalité ça arrivait souvent, c’était bien entendu ironique. Charlie aussi voyait de l’ironie dans cette situation, d’un mauvais goût qui défiait toutes les lois.
    D’ailleurs il n’y avait pas que l’aigre ironie de la situation qui défiait toutes les lois. Pourquoi cette foutue porte était-elle bloquée ? Pourquoi faisait-il désormais aussi noir à l’intérieur qu’a l’extérieur alors qu’ils étaient en plein après-midi ? Pourquoi le téléphone sonnait-il occupé lorsqu’elle tentait d’appeler sa patronne ? Pourquoi la fenêtre elle aussi restait obstinément close ? Et pourquoi l’électricité venait-elle soudainement de rendre l’âme ?

    Il devait y avoir une explication logique. Car il y en avait toujours une. Les scénarios sans explications, c’était pour le cinéma. Et même si beaucoup de films et d’histoires réussissaient à vous fichez la frousse de votre vie, il était rare, voir même totalement improbable que la moindre de ces choses se passent dans la vraie vie, une fois la télé éteinte.
    Et puisque là tout de suite maintenant, c’était la vraie vie, toute cette situation devait donc forcément trouver sa logique. Que ce soir maintenant ou plus tard.
    Du mois c’est ce que Charlie continuait de se répéter pour garder la tête à peu près sur les épaules.

    Après avoir prit quelques secondes pour se recentrer et déglutir péniblement, Charlie releva ses yeux sombres et plissé à cause de la pénombre vers Grifith. Elle lança également un regard à la grande blonde.

      « Hum… il y a une seconde porte oui. Dans la réserve, derrière. Mais je n’ai pas les clés et elle est toujours fermée. On… on ne l’utilise jamais » s’excusa-t-elle presque, toute sa colère désormais estompée par l’affolement « L’électricité est aussi dans la réserve » reprit la jeune épicière « Une chose est sûre, je ne peux pas appeler Elizabeth pour qu’elle nous ouvre la porte de devant… le téléphone est mort »


    S’aidant de ses mains pour se guider, Charlie entreprit de se glisser jusqu’à la porte sur sa gauche qui menait à la remise, puis se rappela qu’elle possédait une vieille lampe torche sous son comptoir. Fermant les yeux et s’injuriant elle-même à voix basse, elle fit demi-tour et tâtonna quelques instants avant qu’enfin, une lueur ne s’élève dans la pièce. La lampe, braquée vers l’étrangère, éblouie celle-ci qui leva un bras devant ses yeux.

      « Désolée » s’excusa encore Charlie « Désolée… hum c’est par là »


    L’atmosphère pesante et étrangement silencieuse la mettait mal à l’aise et lui donnait envie de parler à voix basse. Comme l’impression que quelque chose caché dans la pénombre inhabituelle les écoutait malicieusement. Une fois de plus elle contourna son comptoir, entrainant les trois autres à sa suite. Elle ouvrit la porte de la réserve, s’imaginait un affreux visage putréfié derrière la cloison. Evidemment, elle ne vit aucun visage. Juste la réserve, aussi immobile et sombre que le reste du magasin. Et de la rue et de Grayson tout entier à ce qui leur semblait d’ici. C’était comme si le temps s’était arrêté. L’idée lui vint de regarder l’heure, mais elle n’en eut pas vraiment le temps. Ils se trouvaient désormais tous les quatre devant le compteur électrique et l’installation des fusibles.

      « Personnellement j’y connais vraiment rien en électricité » confia la jeune musicienne « C’est sûrement un orage pour qu’il fasse aussi noir et que l’électricité saute » songea-t-elle à basse voix, ne pouvant s’empêcher de chuchoter une fois de plus « sauf qu’on n’entend pas le tonnerre »


    Instinctivement, elle s’était rapprochée de Colleen, la sentir plus près lui semblait plus rassurant que d’être seule, debout, dans ce noir qui entourait la lueur salvatrice que leur fournissait sa lampe torche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Dim 06 Juin 2010, 15:09

    C'est dingue comme un orage, un peu de noir et une bonne imagination peut vous rendre mal à l'aise. En général Colleen était peu réceptive à ce genre de choses, elle mettait un point d'honneur à toujours, absolument toujours rester positive quitte à ce que cela sonne faux. Mais à cet instant précis, la demoiselle avait énormément de mal à trouver quelque chose de positif à la situation. D'accord, elle n'était pas seule, sa meilleure amie et son fiancé était là (et l'autre coincée blonde) donc ça devait être quelque chose de bien... mais non, Colleen commençait bel et bien à suffoquer. Claustrophobe, ce n'était pas son cas alors pourquoi se sentait-elle aussi mal ?

      « Peut-être que l'orage est loin et que la couverture nuageuse est immense donc ça tape quelque part mais pas ici. »

    C'était purement et simplement de la persuasion, rien de plus. Instinctivement, sa main attrapa celle de sa meilleure amie, Charlie par sa présence était bien plus réconfortante que celle de son propre fiancé qui ne lui parlait pas et ne s'approchait pas d'elle. Encore une sale journée pour le shérif adjoint... comme d'habitude depuis des semaines en fait. La postière poussa un long soupir en serrant la main de Miss Doyle plus fortement.

      « On va attendre que ça passe, on ferait bien de s'asseoir quelque part et attendre... on est coincé donc voilà... quelqu'un finira par nous déloquer. C'est pas si terrible... pas vrai ? »

    Pour quelle raison s'était-elle pointée dans cette épicerie maudite déjà ? Ah oui, pour voir sa meilleure amie froide comme un congélateur et l'inviter à partir pendant le week-end, un truc entre elles deux, rien de plus. Un petit voyage sympathique comme avant quand elles étaient ado et qu'elles se promettaient d'emménager à New York le jour de leur vingt et un ans pour ouvrir leur propre café où des groupes se produiraient et elles auraient découvert le nouveau Nirvana. Ou alors elles auraient ouvert une épicerie bio ou montée un groupe de rock/hippie et elles auraient eu plein d'argent et auraient fait un tour d'Europe.

      « Par contre, on a jamais eu de problèmes avec les téléphones pendant les orages... c'est surtout ça qui est bizarre. »

    Colleen n'était pas fan des téléphones mais elle en avait un comme tout le monde et il refusait totalement quoi que ce soit. Entendre sa mère lui aurait fait un bien fou mais bon, il fallait apparemment tirer une croix dessus. Tant pis. Elle se laisse glisser sur le sol et dû lâcher l'épicière.

      « Une meilleure idée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 30
Logement : Cleveland
Emploi : Avocate
Nombre de messages : 156

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly, Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Mar 08 Juin 2010, 12:41

    Sa respiration courte l'empêchait de prononcer un seul mot. Elle ne désirait pas trahir son état alarmé face à ses étrangers. Trisha tentait de suivre les échanges entre les occupants de l'épicerie afin de se concentrer sur autre chose, penser à autre chose qu'à ces murs totalement hermétiques autour d'elle. Elle aurait tellement voulu ne pas être seule dans cette galère. Ce n'était pas l'orage qui l'oppressait, même si l'atmosphère rendue plus lourde par l'obscurité ne l'aidait pas à reprendre ses esprits. La superstition que tout le monde tentait d'éloigner de leur esprit commençait à les ronger, elle pouvait le sentir dans leur dialogue. Elle n'avait vraiment jamais cru aux fantômes et à tout ce qui s'y rapportait depuis qu'elle était adulte, mais parfois, elle devait bien se rendre à l'évidence que certains événements ne pouvaient s'expliquer. Alors elle s'imaginait toutes sortes de scénarios, comme à cet instant précis et elle était persuadée ne pas être la seule.

    La lumière de la lampe torche qu'avait trouvé la caissière l'éblouit quelques secondes, et elle se protégea instinctivement en relevant son bras devant ses yeux. S'excusant, Charlie Doyle les emmenèrent ensuite dans la réserve où se trouvait le compteur électrique et les fusibles. La réserve était une pièce encore plus petite, ce qui avait tendance à la rendre encore plus mal à l'aise, oubliant le fait que la nouvelle luminosité l'avait à peine calmée. Trisha aurait aimé avoir une présence rassurante, un bras auquel s'accrocher. Quelqu'un qui lui aurait soufflé que tout irait bien, et qu'ils sortiraient bientôt d'ici. Quelqu'un comme son ex-mari. Elle avait beau se maudire de ne pas avoir envie de voir David dans ses moments d'angoisse, mais elle ne pouvait nier le fait qu'elle s'était toujours sentie plus en sécurité avec Aahron. Peut-être à cause de ce côté passif de David qu'elle lui avait toujours reproché.

    Inspirant un grand coup, elle inspecta le panneau électrique, ainsi que les fusibles, mais sans avoir une once d'idées quant à comment agir. Sur ce point, la caissière et elle étaient inutiles, sûrement tout autant que la rousse. Il ne restait qu'un espoir, Grifith. Tandis que l'amie de Charlie se laissait glisser au sol, et proposait de tout simplement attendre, l'avocate ferma les yeux en sentant une nouvelle vague d'angoisse l'envahir.


    « Je peux pas rester ici ! » s'exclama-t-elle alors que sa voix tirait vers les aigus, dévoilant probablement enfin la combat intérieur qu'elle se livrait à elle-même afin de garder le contrôle.« Casser la vitre c'était pas une si mauvaise idée. Je payerai les frais, j'vous ferai un chèque, mais pitié, il faut que j'sorte d'ici », reprit-elle en s'adressant à la caissière. « J'peux rester là-dedans », chuchota-t-elle plus pour elle-même en s'adossant au mur à côté de la rousse, le regard fixe vers le sol.

    Ses mains tremblaient, et elle avait du mal à empêcher son corps tout entier de gigoter comme une feuille morte. Elle ne savait pas ce qui se passait ici, mais à la limite s'en fichait royalement, tant qu'elle pouvait renouveler ses poumons avec de l'air frais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Grifith

Invité

MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Sam 12 Juin 2010, 19:09

Grifith Armstrong


Grifith ne savait pas comment réagir face à une telle situation. Toute cette histoire sortait de l’ordinaire. Ce ne pouvait être la mise en scène d’un mauvais plaisantin. Tous les éléments concordaient. Le jeune agent de police pouvait trouver une explication logique pour ce ciel assombri et le mauvais fonctionnement des néons…mais comment se faisait il que la porte soit verrouillée ? Cette question trottait sans cesse dans son esprit. Il tentait de garder son calme en réfléchissant de la manière la plus rationnelle possible.

Il y avait bel et bien une seconde porte à l’arrière de l’épicerie. Mais, ils ne disposaient pas du moindre brin de chance. Charlie éliminait les pistes une par une que ce soit pour la porte de derrière ou le téléphone. Grifith commençait à ressentir de la nervosité. Il suivit les trois jeunes femmes dans la réserve pour accéder à l’installation électrique. Colleen positivait encore, comme si ce qui se passait ne la dérangeait pas plus que ça. De son côté, Charlie semblait être totalement refroidie par les évènements. Le shérif adjoint bénéficiait donc d’une trêve. Plus de regards noirs ou encore de répliques bien senties. Et puis il y avait l’avocate des Donnelly qui semblait sur le point de défaillir. Ca n’allait pas arranger grand-chose mais cette attitude était compréhensible.

Dans un premier temps, Grif’ préférait jeter un coup d’œil au panneau que Charlie éclairait avec sa lampe torche. Il ne voyait rien d’anormal à première vue mais il n’était pas un spécialiste en installation électrique non plus. Il savait le strict minimum puisqu’il avait déjà eu quelques problèmes à la maison. Le flic relança le disjoncteur sans grande conviction.

«Je ne comprends pas…Ca devrait fonctionner pourtant… »

Déconcerté, il avait lâché cette phrase dans un soupir. L’agent de police se retourna ensuite vers la blonde qu’il ne voyait pas trembler.

«Calmez-vous Mme Phillips. Il n’y a pas de danger. Et puis ce n’est pas une bonne idée de sortir maintenant vu le temps qu’il fait. »

La réplique a été délivrée d’un ton tout à fait neutre parce qu’il lui en voulait de l’avoir manipulé à ses fins. Grifith avait le défaut d’être assez rancunier même si il avait l’image du bon gars…

© James McAvoy
PNJ interprété par Benji

INFORMATIONS
27 ans
Adjoint du shérif de Grayson
Fiancé de Colleen Jefferson
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Mer 16 Juin 2010, 00:21


    Ce plan était définitivement le plus miteux que Charlie ait jamais vécut. Cela faisait environs une demi-heure maintenant qu’ils étaient bloqués dans l’épicerie. Une longue et incompréhensible demi-heure, plongé dans un silence tendu, et dans une noirceur surréaliste. Le plus étrange pour le moment restait qu’aucun son ne semblait venir de nulle part. Pas d’orage, seule explication pourtant passablement logique à tout cela, pas de pluie non plus, ni d’éclaire, ni même de bruit ambiant à la vie d’un village. Il y avait rarement le bruit des moteurs de voitures pour venir briser le calme des rues, pourtant en milieu d’après-midi, il était étrange que personne n’ait essayé d’entrer, qu’aucune voix n’ait été entendue. Charlie avait l’impression d’être dans une bulle insonorisée.

    Pourtant ils avaient bel et bien essayé de sortir de là. Ils avaient essayé de rétablir le courant, mais rien n’y avait fait puisque celui-ci, selon Grifith, n’avait même pas l’air endommagé. Ils avaient à nouveau essayé d’ouvrir la porte d’entrée, puis de la forcer, puis de casser le verrou avec ce qu’ils avaient sous la main. Toujours rien. Finalement ils s’étaient rabattus sur l’entrée à l’arrière du magasin, qu’ils avaient également essayé de briser. Et qui leur avait également très bien résisté.
    Charlie et Colleen étaient allés voir si une sortie était possible par les toilettes, ce qui n’était pas le cas puisque la lucarne était bien trop petite. Pendant ce temps Grifith était resté en compagnie de ce qui paraissait être une ex-Donnelly pour tenter de briser une fenêtre.

    Et tandis que les deux jeunes femmes revenaient vers leurs compagnons d’infortune, traversant les allées sombres et lugubres du magasin, des bruits sourds résonnaient dans tout le bâtiment, brisant le silence irréel qui pesait sur eux.

      « C’est ma poubelle que tu vas finir par casser Grifith » grinça Charlie, ses yeux sombres tournés vers son ex petit ami qui s’acharnait sur l’une des fenêtres avec une corbeille


      « D’ailleurs, tu ramasseras, hm ? » ajouta-t-elle en désignant les ordures du faisceau lumineux de sa lampe, précédemment dans la corbeille et déversées sur le carrelage par Grifith « Je sais pas comment je vais expliquer tout ce bordel à Elizabeth » soupira-t-elle ensuite


    Puis elle se tourna vers l’étrangère et lui tendit le verre d’eau qu’elle tenait dans l’autre main.

      « Hum… tenez, vous aviez pas l’air bien alors je vous ais rapporter un verre d’eau… pas besoin de payer la bouteille que j’ai ouverte bien sûre… au vue de la situation » ajouta la jeune brune en adressant un petit sourire à son interlocutrice, qui n’avait de toute façon pas du vraiment le voir « Faut pas vous inquiétez… je suis certaine qu’on va sortir d’ici bientôt… après tout on a un agent de police avec nous… pas vrai Grif’ ? On est en sécurité, avec toi dans le coin pour incarner l’autorité, la… ‘droiture’ ! Ce genre de truc… » ajouta Charlie avec scynisme, pointant son faisceau dans les yeux du jeune homme

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Mer 16 Juin 2010, 19:29

    C'était long et flippant et malgré toute la bonne humeur qu'elle avait emmagasiné depuis sa naissance, cela ne suffirait pas à calmer tout le monde. Pourquoi personne ne passait donc les chercher ? Pourquoi !? Et pourquoi ces foutus portes ne lâchaient pas ? Alors Colleen eut une révélation, il fallait toujours avoir une hache à portée de mains. C'est vrai, avec une hache tout serait aller plus vite. Quelques coups et hop, tout serait déjà rentré dans l'ordre. La postière d'une nature enjouée et toujours positive perdait espoir. Ils allaient finir par s'entretuer d'ici peu et il n'y avait que très peu de légumes, sa fin était donc proche.

    De plus, sa meilleure amie ne semblait toujours pas bien à l'aise avec eux. C'était peut-être ses règles, enfin ce serait bizarre parce que depuis quelques années, elles avaient leurs cycles en même temps donc vu que celles de Colleen tombait la semaine prochaine, celle de Charlie aussi. Ou alors... mon dieu !!! Charlie était enceinte du blond, d'où son silence et tout le reste. Colleen secoua la tête en grimaçant à cette pensée. Non... elle serait déjà au courant.

    Alors quoi ?

    En plus de tout ça, sa meilleure amie semblait apparemment en rogne contre Grif, depuis quelques longues minutes et dès qu'elle ouvrait la bouche, son pauvre fiancé en prenait pour son grade. Peut-être qu'ils n'étaient pas encore prêt et qu'elle devrait renoncer au dîner ce week-end...

      « Qu'est-ce vous avez vous deux ? Charlie baby, c'est pas de la faute de Grif si on est enfermé là, il a rien fait du tout. Arrête de t'en prendre à lui et on pourrait faire quelque chose de plus constructif comme chercher une hache ou un truc comme ça qui doit bien traîner dans le coin. »

    Colleen soupira fortement et se laissa tomber sur une chaise en tentant de fixer les trois personnes qui l'accompagnaient. Que pouvait-elle dire pour détendre l'atmosphère ? Que dire pour calmer la petite blonde qui paniquait. Bizarrement, Colleen séchait complètement sur ce coup là. Et c'était un fait plutôt rare. Peut-être que sa mère allait passer les chercher vu qu'elle savait que sa petite fille chérie voulait passer voir Miss Doyle l'incorrigible.

      « Les vitres sont blindées ? Parce que d'habitude, c'est super simple des les casser, les gamins le font tout le temps quand ils s'ennuient pendant Halloween. Un gros oeuf et ça suffit normalement. On se croirait dans un bunker... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 30
Logement : Cleveland
Emploi : Avocate
Nombre de messages : 156

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly, Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Jeu 17 Juin 2010, 00:49

    Grifith l'avait fait taire d'une remarque sensée la calmer, sur un ton si dénué de compassion, qu'il aurait très bien pu hausser le ton et montrer son indignation face aux révélations que la rousse venait de lui faire. Trisha n'avait plus aucune envie de partager son malaise à présent, que ce soit avec lui ou avec les autres. Elle était aussi susceptible que lui visiblement, et la tension générale ne l'aidait pas à ne pas être rancunière. Tout le monde semblait en vouloir à quelqu'un ici, si ce n'est à chacun d'entre eux. L'agent de police évitait au maximum les rapprochements avec la rousse avec qui il semblait en couple, si ce n'était plus, et on sentait très clairement que quelque chose d'autre n'allait pas entre lui et la caissière.

    Alors que les demoiselles s'étaient éclipsées pour aller vérifier si une autre sortie était possible, toute cette agitation avait fini par lui changer les idées. Elle avait encore le thorax serré comme un étau, en proie à couper les vannes d'oxygène si jamais elle perdait à nouveau son calme. La neutralité de son nouvel ami - si tant est qu'il l'était encore à présent - lui avait fait l'effet d'une douche froide, aussi radicale qu'un anxiolytique dans son cas. Sa peur s'était tapie derrière l'agacement que la situation lui imposait, elle voulait sortir d'ici, mais pour d'autres raisons qu'elle commençait seulement à comprendre...

    « ...Qu'est-ce que vous avez tous ? » demanda-t-elle en plissant les yeux, observant les faits et gestes de l'agent qui tentait de briser une vitre à l'aide de la poubelle. « J'ai pas envie de me faire prendre entre deux feux... Dommage collatéral n'est pas vraiment mon premier choix. »

    Elle n'osait même pas espérer une réponse, et de toutes façons, il était trop tard. Grifith n'aurait eu le temps de lui répondre plus qu'en monosyllabe s'il ne souhaitait pas que les jeunes femmes n'interceptent cette conversation. Quant à elle, bien que réceptive aux tensions, elle n'avait aucunement besoin d'en être la cause parce qu'elle aurait été trop bavarde. La seule chose qu'elle ferait probablement, sera de tenter d'user de diplomatie si quelqu'un perdait son sang froid. Elle accepta avec gratitude le verre d'eau que lui tendait la brune, la remerciant d'un hochement de tête et porta ses mains tremblotantes à sa bouche pour y tremper les lèvres. Elle reposa le contenant vide, l'employée de l'épicerie avait visé juste, c'était ce qu'il lui fallait pour redevenir sereine.
    Trisha recula de quelques pas, et posant ses deux paumes à plat sur le comptoir, vînt se hisser sur le bureau servant de caisse. Sa main vînt immédiatement prendre place sur son estomac, elle avait une sensation étrange depuis toute à l'heure. Sa peur avait paralysé toutes ses sensations, mais maintenant qu'elle sommeillait, l'avocate pouvait ressentir plus qu'un malaise, quelque chose n'allait pas ici, c'était certain.
    La rousse se laissa choir elle aussi sur une chaise, et prit la défense du policier alors qu'il venait de se faire encore une fois incendier par Charlie, la caissière. Ces trois-là avaient l'air de couvrir une bien curieuse aventure. Spectatrice sans oser prendre part au manège, Trisha se perdit dans ses propres pensées, celles relatives à son propre couple qui battait plus que de l'aile à ce rythme où son ex-mari revenait hanter son esprit. C'était peut-être cette semaine à Grayson, de devoir le côtoyer tous les jours qui avaient éveillés ces sentiments tantôt de complicité, tantôt de culpabilité. Elle ne se remettrait pas de cette conversation où il avait décidé que ne plus se voir était la meilleure solution...

    Elle aurait tout donné pour qu'il soit là...à la rassurer, comme seul lui pouvait le faire.

    Le silence qui les envahissait soudainement, ne répercutait aucun écho orageux ou pluvieux comme elle avait présagé. C'était un calme de mort, de deuil. Une atmosphère lourde et mystique, presque comme s'ils n'étaient pas seuls ici. L'avocate tentait désespérément d'entendre un autre souffle que le leur, mais seul l'absence lui répondit. Elle distinguait à peine les visages de ses vis-à-vis, si ce n'était pour ceux parfois éclairés par la lampe torche. La situation aurait pu être presque plaisante...s'ils avaient eu dix ans, et qu'ils prévoyaient de se raconter des histoires de fantômes.

    « Tant qu'on est là...à rien faire...vous avez semblé vous intéresser assez particulièrement à mon cas, alors si vous voulez savoir quelque chose...c'est le moment de demander. » plaça l'avocate en scrutant la principale concernée, celle qui avait évoqué les rumeurs à son sujet, mais la question valait pour tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Grifith

Invité

MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Jeu 17 Juin 2010, 23:02

Grifith Armstrong


Et merde. Décidément, ils avançaient de plus en plus dans cette voie sans issue. Grifith n’avait pas su trouver la solution que ce soit avec ces foutues portes ou encore avec le panneau électrique. Maintenant, il était temps de se lancer dans des tentatives un peu plus désespérées. Pendant que Charlie et Colleen étaient parties à la recherche d’une éventuelle sortie improvisée dans les toilettes, l’agent de police avait attrapé le premier objet qui trainait dans le coin pour briser une fenêtre de l’épicerie.

A sa plus grande surprise, la vitre ne tremblait pas d’un poil comme si elle bénéficiait d’un triple vitrage au moins. Et pourtant, le shérif adjoint frappait la vitre en y mettant toute sa hargne à plusieurs reprises. Quelque chose d’étrange se passait vraiment. Cette vitre n’avait pas la moindre trace d’un quelconque impact. Rien. Strictement rien.

Cette situation commençait à agacer prodigieusement Grifith et sa frustration était bel et bien visible et audible par l’intermédiaire de ses soupirs explicites. En plus de ça, il fallait que Charlie fasse un commentaire, toujours sur l’offensive. Tout le monde était revenu à l’avant de la boutique. Colleen et Trisha ne comprenaient strictement rien de ce qui se passait actuellement mais le flic subissait les piques de l’épicière suite à ce qu’il s’était passé dans le couloir du commissariat. Le jeune homme avait tout d’abord opté pour le calme olympien mais sa nervosité grimpait en flèche. Il ne manquait plus qu’elle déclenche l’étincelle pour qu’il s’emporte. La dernière allusion de la brune avait fini le travail. Tant pis pour les conséquences…

«Lâche-moi Charlie ! C’est pas le moment ! »

Le flic fit volte face vers les trois femmes du groupe, visiblement remonté à bloc. Son regard était bien sur fixé sur son ex-fiancée.

«Et toi qu’est ce que tu es censée incarner Charlie ? que je me souvienne bien… la lâcheté ?! »

Grifith n’accordait aucune attention aux deux autres femmes, visiblement à cran. Il adressa un dernier regard hostile à son ex-fiancée avant de s’éloigner un peu plus loin et de poser ses fesses sur un radiateur, le dos en appui contre la fenêtre.

© James McAvoy
PNJ interprété par Benji

INFORMATIONS
27 ans
Adjoint du shérif de Grayson
Fiancé de Colleen Jefferson
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Age du perso : 26
Logement : Jefferson Street
Emploi : Caissière à l'épicerie
Nombre de messages : 538

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I don't wanna know
Autres comptes: Logan, William, Casey
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Ven 18 Juin 2010, 00:59

    La jeune femme ne put lutter contre le sentiment de profonde injustice qui l’envahissait à présent comme une tornade. Ouvrant la bouche en grand, elle tenta de répliquer quelque chose sur le fait mais en fut incapable. Elle en avait le sifflet coupé par tant de culot. Oui, c’était le bon mot, du culot. Purement et simplement. Comment osait-il ?! Après ce qui s’était passé quelques jours plutôt, comme pouvait-il lui sortir une énormité pareil ? Devant Colleen et devant l’étrangère !
    Plissant les yeux avec hargne, elle chercha ses mots. Elle en était presque a chercher l’oxygène tant elle était époustouflé par tant de mauvaise fois.

    Charlie mourrait d’envie de lui cracher à la figure tout ce qu’elle avait sur le cœur mais aucune des phrases qui lui venaient en tête n’était suffisante, aucune n’était assez méchante, assez forte, assez choc pour se venger de ce qu’il venait de dire. Elle avait envie de lui faire payer, de tout lui déballer le plus crument possible. Elle aussi elle avait envie d’être injuste !

    Et pour combler son horrible frustration, tout ce qu’elle trouva à faire fut de se retourner d’un bloc, d’attraper un paquet de petits beurres sur l’une des étagères d’entrée de rayon, et de le lui balancer en pleine tête.
    Bon, elle avait raté la tête et avait seulement touché son torse, mais elle l’avait eut du premier coup, et dans le noir qui plus est.
    Cela fait, une impression étrange lui remonta le long de la colonne, une sorte de sueur froide désagréable qui sonnait le glas de cette situation scabreuse. C’était la guerre maintenant. Il ne lui en avait pas fallut beaucoup, mais son vase débordait à gros bouillons depuis un moment déjà, et l’adjoint avait choisi de piquer sa crise de la trentaine au mauvais moment. La vie de la caissière était déjà un affreux méli-mélo assez pathétique et très peu concret, il était hors de question qu’elle se laisse marcher dessus par son ex en plus de tout ça. C’était lui le fautif ! Pas elle !

      « Tu es… tu es… j’arrive pas à y CROIRE ! Non mais… quel culot, j’en reviens pas. Quel CULOT Grifith !! C’est MOI la lâche ?! C’est moi ?! » explosa-t-elle, les mains tremblantes de se donner ainsi en spectacle, tremblante de le faire devant Colleen, tremblante de savoir que les révélations seraient plus horrible encore que ce qu’elle s’était imaginé depuis leur baiser


    Elle se tourna vers Colleen d’ailleurs. Elle ne savait pas comment faire, elle ne savait pas comment le dire, ni si elle en avait vraiment envie, et elle était complètement incapable d’enchainer la moindre pensée logique. La colère le lui interdisait. Elle allait faire ça n’importe comment et Colleen allait devoir encaisser comme ça venait, dans le noir, enfermé tous ensemble dans cette maudite épicerie, de ce maudit bled perdu qui ne lui attirait définitivement que des emmerdes.

      « Au moins moi quand j’ai voulu rompre avec toi, j’ai eu le cran de le faire ! J’ai eu le cran de partir !! J’te l’ai pas dis en face mais j’ai été plutôt clair, tellement clair que j’ai pas eu a embrasser qui que ce soit pour que tu pige ! » puis elle se tourna vers la grande blonde « d’ailleurs vous avez eu de la chance, a ce que je vois, ce gros con n’a pas essayé d’vous violer dans sa voiture, vous !! Ou alors vous étiez consentante ?! Parce qu’apparemment, une seule, c’est pas assez pour ce gros PERVERS ! » hurla la caissière en se saisissant d’un nouveau paquet de gâteaux pour le lancer sur le seul mâle de l’assemblée

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 26
Logement : East Jefferson Street
Emploi : Postière
Nombre de messages : 353

ABOUT YOU.
What's going on here ? : It's not my burden
Autres comptes: Allie Newton
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Ven 18 Juin 2010, 21:40

      « Quoi ? »


    Colleen secoua la tête et quitta sa chaise pour faire quelques pas en arrière. Il se passait quoi là ? Un long soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'elle se repassait ce que Charlie venait de dire :

    « J’te l’ai pas dis en face mais j’ai été plutôt claire, tellement claire que j’ai pas eu à embrasser qui que ce soit pour que tu piges ! »

    Est-ce qu'elle parlait d'elle là ? Son coeur lui hurlait que c'était une grosse connerie, que Charlie avait besoin d'attention et tout le reste. Mais sa tête savait qu'entre croire ce que disait Charlie et ce que disait Grif... sa confiance irait en Charlie. Pourquoi est-ce que cette idée était une certitude au fait ?

    « D’ailleurs vous avez eu de la chance, à ce que je vois, ce gros con n’a pas essayé d’vous violer dans sa voiture, vous !! Ou alors vous étiez consentante ?! Parce qu’apparemment, une seule, c’est pas assez pour ce gros PERVERS ! »

      « Mais de quoi tu parles Charlie ? »

    Le pire c'est que Colleen avait déjà compris. Tout s'était mis en place dans sa tête alors que les deux échangeaint leurs insultes à demi mots. Il y avait une raison pour laquelle Grifith ne rentrait presque plus à la maison, pour qu'il ne lui parle presque plus, pour qu'il la regarde à peine et tout le reste. Il ne l'aimait plus, peut-être même qu'il ne l'avais jamais aimé. Et cette révélation lui donna envie de vomir.

      « Tu l'as embrassé pas vrai ? »

    Un rire s'échappa de sa gorge sans vraiment qu'elle s'en rende compte alors qu'elle pointait ses yeux vers ce qu'elle pensait être son fiancé.

      « Mais je suis trop conne ! C'est pas possible ! Ton petit cinéma de mec trop occupé pour s'occuper de moi qui dure et dure depuis des semaines voire des mois, c'est tout ça pas vrai ? Mais putain Grifith ! »

    Ce fut quand elle passa une main sur son front et sur ses joues que Colleen se rendit compte qu'elle pleurait à chaudes larmes. Son petit monde s'écroulait autour d'elle et qu'elle était coincée avec les deux personnes que Colleen voulait voir morte sur le moment.

      « Et toi ! Ma supposée meilleure amie, t'aurais pas pu me le dire avant ? Je sais pas ! Faire ton boulot de soi disante soeur ! Vous êtes des minables, surtout toi là ! Armstrong ! Quel bel exemple de droiture ! Et dire que t'es shériff, ça me fait rêver ! D'ailleurs... »

    Colleen porta attrapa son annulaire gauche et arracha sa bague de fiançailles comme si celle-ci la brûlait fortement et la jeta sur le seule homme qui se tenait là.

      « Peut-être qu'un jour tu comprendras pourquoi cette scène se répète ! Le pire dans tout ça c'est que je sais que tout est vrai et que quoi que tu dises, je sais que ce sera faux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

I'm the boogeyman...

Nombre de messages : 473
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Ven 18 Juin 2010, 22:03


La bague termine de tourner sur elle-même alors qu'un pesant silence tombe dans l'épicerie, uniquement rompu par la respiration courte de Colleen, hors d'elle. Au moment où l'alliance s'immobilise dans un petit cling sonore, le sol commence à trembler.
Personne n'y prête attention dans un premier temps, les protagonistes étant trop accaparés par cette histoire de trahison...
Mais lorsque les étagères et leur contenu commence à s'agiter aussi, aucun d'eux ne peux plus ignorer ce qui se trame dans l'épicerie.
Tremblement de terre ?
Ou autre chose...


Dernière édition par The Scarecrow le Ven 28 Oct 2011, 13:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age du perso : 30
Logement : Cleveland
Emploi : Avocate
Nombre de messages : 156

ABOUT YOU.
What's going on here ? : I wanna know everything
Autres comptes: Samuel Donnelly, Isaac Donnelly
MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   Sam 19 Juin 2010, 12:47

    La caissière finit par exploser et les reproches se transformèrent en insultes. Trisha ne comprenait pas vraiment de quoi il retournait exactement, mais il ne fallait pas avoir un diplôme en psychologie pour deviner que son nouvel ami Grifith Armstrong avait de sérieux problèmes de couple. Si ses hypothèses étaient bonnes, la brune était l'ex de l'adjoint du shérif, et la rousse la nouvelle compagne. Les deux femmes paraissaient être très proches, ce qui compliquait davantage le schéma. Ce n'est que lorsqu'elle entra dans l'équation, que l'avocate se releva, passablement agacée.

    « Hé, pas besoin de me mêler à ça, passez vos nerfs sur quelqu'un d'autre ! » dit-elle en pointant un doigt menaçant vers Charlie.

    Il ne manquerait plus que des rumeurs circulent sur son rôle dans cette histoire, et que l'un des Donnelly en ait vent. Sa relation avec Aahron n'était déjà pas au beau fixe, mais s'il la croyait capable de se jeter dans les bras d'un inconnu alors qu'elle était mariée et que son ex était dans les parages, elle ne pourrait plus rien faire pour remonter dans son estime.
    La tension était à son comble dans la petite épicerie, le ton montait et les quatre protagonistes ne s'entendraient presque plus parler si tout le monde continuait à n'en faire qu'à sa tête. La rousse semblait avoir perdu sa bonne humeur, et était à présent folle de rage. Elle retira une bague à son doigt, et rétorqua cyniquement que ce n'était pas un hasard si la situation se répétait. Alors comme ça, Grifith a été fiancée deux fois. Trisha ne prenait aucun parti, mais espérait être laissée en dehors de cette dispute. Tant qu'on ne la mentionnait nul part, tout se passerait bien, ils pouvaient se prendre le bec tant qu'ils voulaient.
    La rousse balança la bague de fiançailles qui retomba sur le sol dans un petit tintement. Ses yeux observèrent le bijou tournoyer sur place, croyant le voir s'immobiliser enfin, mais ce n'est pas ce qu'il fit, comme si des vibrations dans le sous-sol de l'épicerie ne voulaient pas le laisser en paix. Le silence plombant était retombé dans l'assemblée. Juste avant que les tremblements qui avait secoué l'anneau ne se fassent plus fort, les étagères et leur contenu commencèrent à s'agiter, de plus en plus fort. Certaines boites de conserve s'écrasèrent à terre, des bocaux en verre se brisèrent en déversant les provisions sur le carrelage de la boutique.
    Trisha tourna la tête dans tous les sens, terrifiée et ne sachant comment réagir. Ne devait-on pas se cacher sous une table lorsque la terre tremblait ? Elle agrippa le premier meuble disponible afin de ne pas se retrouver elle aussi sur les fesses, en proie à des objets volants qui pourraient la blesser.


    « Putain, mais c'est quoi ce bordel à la fin, ça arrive souvent ici ça ?! » s'exclama-t-elle assez fort pour couvrir le bruit des articles qui se fracassaient par terre et des étagères bancales qui tanguaient dangereusement.

    Elle se recroquevilla sur elle-même, se pencha par réflexe pour être au plus près du sol, sans vraiment savoir pourquoi. Il fallait qu'elle sorte d'ici, et maintenant. Ignorant quels étaient les dégâts à l'extérieur, elle regretterait peut-être, mais pour le moment, cette épicerie constituait un lieu où elle n'avait aucune envie de se trouver. Heureusement que Petey était avec son père à la maison, car elle aurait eu du mal à gérer sa propre peur de ces quatre murs et la panique du petit garçon. Elle espérait d'ailleurs que tout aille bien pour sa famille, à quelques rues d'ici, car la vieille bâtisse n'avait pas l'air si solide que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

02. They'll be the wrong damn people in the wrong damn room [INTRIGUE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Road to Salvation  :: GRAYSON :: EAST JEFFERSON STREET :: épicerie Pryde-
Sauter vers: